17 aliments qui contiennent le plus de protéines en dehors de la viande

Frédérique dumont

C’est très probablement mon père qui m’a transmis cette passion que j’essaierai moi-même de transmettre à mes enfants. Dès que j’ai un peu de temps, je profite de l’occasion pour aller observer la nature et les animaux. Par ailleurs, je m’intéresse également à tout ce qui touche la santé et les remèdes de près ou de loin, je suis fasciné par toutes les méthodes d’investigation, vérifiables et reproductibles ayant pour but de produire des connaissances. J’ai donc décidé de rédiger des articles qui touchent à ces domaines. J’espère pouvoir vous transmettre un peu de mon savoir et de mes connaissances.

14 réflexions sur « 17 aliments qui contiennent le plus de protéines en dehors de la viande »

  1. Bonjour,
    Le soja (et les autres graines apparemment) doit tremper dans de l eau quelques heures avant de le cuisiner car il contient de l acide phytique qui nous empeche d absorber les nutriments d une maniere optimale. Autrement il faut qu il soit fermenté (le tempeh. Le tofu ne l est pas). À quand la diffusion dans les commerces lamba d aromes (ex de poulet) car c est bien beau de mettre du piment de l ail et de l oignon partout mais ça suffit pas qd on est en manque

    1. Faut juste se sevrer… La viande et les laitages sont addictifs…
      Une fois « sevré », on se rend compte de l’extraordinaire variété de végétaux, et ça compense plus que largement un steack 😉

      1. oui surtout tout ce qui est animal est tellement toxique,
        franchement mieux vaut sucer des pierres et des herbettes ça me rends vraiment plus heureux de ne pas utiliser des animaux pour vivre. ( hu hu hu ….)

        tu ne manges pas un aliment pour les valeurs qu’il te procure mais pour le plaisir qu’il te donne sinon je te conseille plutôt si on parle de valeur en protéine, les insectes (larves de ténébrion qui ont une valeur prot de 60-65gr/ 100gr) avec une biodisponibilité de 95% (voir https://insectement-votre.com/) et qu’on arrête de me faire chier avec ces putains de végétaux, il y a pas que ça dans la vie…
        Damien, Ingénieur en technologie alimentaire

        1. On se détend! Chacun fait ce qu’il veut. On est libre encore! Si t’as envie de manger de la viande ne te gêne pas.laisse les autres choisir de ne plus ou moins en manger pour des raisons qui ne sont apparemment pas les tiennes…

          1. Chère Claire, Damien n’a pas tord. De plus, les protéines végétales sont largement moins bien assimilées par l’organisme et sont de moins bonne valeur biologique. Être végétarien c’est une idée que je respecte, chacun est libre comme tu dis, mais gare aux conséquences néfastes sur la santé à long terme!

          2. Je suis d’accord avec vous. Tout le monde ne peux pas assimilé totalement un régime végétarien, sans en subir cruellement les conséquence. Et j’en parle par expérience ! On doit tenir compte de sa santé, avant tout. On doit tenir compte de ses carrences, tout d’abord, des ses alergies et surtout, de ses intolérences. Et surtout, on ne doit pas priver , sous prétexte de je ne sais quoi ! Et je ne suis pas là pour entrer dans un débat ! Prenons juste conscience de notre corps ! Lui seul sait ce dont il a réellement besoin pour vivre !

          3. Bonsoir, J’aimerai rebondir sur ce que vous avez dit Yolène ou Catherine, « les protéines végétales sont largement moins bien assimilées par l’organisme et sont de moins bonne valeur biologique […] gare aux conséquences néfastes sur la santé à long terme! » je ne comprend pas de quoi vous parlez ? Si vous pouviez m’en dire davantage s’il vous plaît ?

  2. Ça cerait bien, tout de même, de nous expliquer ou l’on peu trouver, certain de ses aliments et comment les cuisiner. Le tempeh, le fenugrec, le spiruline, harico japonais.
    Merci, tout de même pour votre article.
    Car, je ne suis pas fan de viande. Quant on sait comment sont mal traité les animaux.
    Et à l’origine, on a pas été créé pour manger de la viande. Soit dit, en passant.

    1. Fenugrec – jamais utilisé. Par contre la spiruline en pharmacie 21€ et des poussières pour 135gr – quantité suffisante pour 2ans au moins. Le tempeh et les haricots japonais – au magasin chinois à côté de la Bourse à Bxl. Et tu trouves plein de recettes sur YouTube 😉

    2. Il semblerait que les hommes préhistoriques chassaient et mangeaient de la viande non ?????? on est complètement fait pour manger de la viande.

  3. Bonsoir, J’aimerai rebondir sur ce que vous avez dit Yolène ou Catherine, « les protéines végétales sont largement moins bien assimilées par l’organisme et sont de moins bonne valeur biologique […] gare aux conséquences néfastes sur la santé à long terme! » je ne comprend pas de quoi vous parlez ? Si vous pouviez m’en dire davantage s’il vous plaît ?

  4. Legendes urbaines et blablatage fétides sans aucuns fondement scientifique comme d hab de la part des pro  » vegan ».
    Mais la réalité « Physiologique » est malheureusement tellement différente de la réalité
    «  Ethique »…..
    Voila , je sens que je vais me faire des potes..;-)
    Attention Ceci n est pas une critique vis a vis de ceux qui ont fait le choix vraiment généreux
    d ‘épargner la vie animale et je trouve cela tres beau et courageux car la vie devient un peu compliquée en faisant ce choix…..Mais c’est juste un mise au point.Ensuite à vous de voir…..Mais au moins le point sera fait avec des bases fiables.
    Rien n’est immuable et je connais aussi des végétaliens et végétariens en bonne santé car chaque individu est unique.
    Je vous ressort mes cours ,basé sur des faits,des observations et des articles scientifiques dont certains viennent du « Lancet »et non pas sur du blablatage fétide sans aucuns fondements scientifiques ……

    PROTEINES ANIMALES ET REALITES PHYSIOLOGIQUES

    On dit tant de choses sur les protéines animales mais peut être en ce domaine faudrait-il moins considérer les théories et ne plus ignorer les réalités de l’observation directe surtout lorsqu’elles sont en accord avec la physiologie.

    1.NON LES PROTEINES ANIMALES NE SONT PAS UN APPORT IMPORTANT EN PURINES

    -Les purines sont transformées dans l’organisme vivant en acide urique.
    -cet acide urique est facteur ( en excès ) d’uricémie, de rétention d’acide urique, de goutte.
    -Le tableau qui suit montre à l’évidence l’absence de danger avec une consommation normale de viande rouge ou blanche.

    -PURINES POUR 100 GRAMMES :

    Viande musculaire 80 à 120 mg
    Légumineuses 180 à 220 mg
    Cacao 1200 mg
    Thé feuilles séchées 2200mg
    Levure de bière sèche micro éclatée 5000mg

    2.NON LA CONSOMMATION NORMALE DE VIANDE OU POISSON OU ŒUFS ( 150 GRAMMES APPROXIMATIVEMENT MIDI ET SOIR) NE FAIT COURIR AUCUN RISQUE DE SURCHARGE PROTEIQUE.

    -Selon les biologistes, la ration normale de protéines et de UN GRAMME PAR JOUR ET PAR KILO, pour d’autres 0,80 grammes par kg et par jour suffiraient enfin. Pour certains lors de la croissance ou avec l’âge lors d’une malabsorption intestinale les besoins seraient au minimum de 1,20 grammes par kilo et par jourvoir plus !
    -Nous adoptons une « position » médium « 1 gramme /kg/jour »
    -Ce qu’il faut savoir c’est que UN GRAMME DE PROTEINE SE TROUVE DANS CINQ GRAMMES D’ALIMENTS PROTEIQUES.
    -Un individu de 70 kgs a donc besoin de 70 grammes de protéines par jour.
    -Ces 70 grammes de protéines se trouvent dans 350 grammes d’aliments protéiques c’est à dire 175 grammes de volaille le midi et 175 grammes de poisson le soir par exemple.
    -La surcharge protéique sera à craindre si l’individu midi et soir commence ses repas par des charcuteries, continue par de la viande et termine par un plateau de fromages suivi d’un dessert aux œufs et au lait.

    3.NON, LES CORPS GRAS D’ORIGINE ANIMALES NE SONT PAS NUISIBLES.

    – les végétaux nous apportent des acides gras essentiels ( oléiques, linoléiques, alpha-linoléniques etc.) des plus précieux pour la santé. Ces acides gras insaturés ou poly-insaturés seraient les bonnes graisses alors que les graisses d’origine animales seraient les « mauvaises graisses.
    Cela est faux ! Il n’y a pas de mauvaises ni de bonnes graisses. TOUTES SONT INDISPENSABLES A LA VIE.
    -Les corps gras d’origine animale nous apportent :
    De la vitamine D3 n’existant pas dans les végétaux. Cette vitamine règle le métabolisme calcique. La carence de cette vitamine est catastrophique dans les pays peu ensoleillés.
    De la vitamine A indispensable à la vision, à la peau, aux muqueuses etc.
    Cette vitamine n’existe pas dans les végétaux, elle peut être fabriquée à partir du bétacarotène des végétaux mais seulement lorsque le foie est en parfaire état, ce qui est rare …
    Des acides gras EPA-DHA ( poissons) ces acides gras sont très rares dans les végétaux et en quantité insignifiante.
    Du cholestérol nécessaire à l’élaboration de la vitamine D3, à la fabrication des hormones notamment stéroïdiennes ; sans cholestérol pas de FSH, pas de LH, la vie humaine sur terre disparaîtrait en moins d’un siècle… .
    Sans cholestérol pas de perméabilité cellulaire, intestinales, neuronales normales…
    Quant au cholestérol qui obstrue nos artères, c’est à 20% du cholestérol ingérés et à 80 % du cholestérol fabriqué.
    Fabriqué à partir d’un excès d’ingestats souvent générés par des carences protéiques décuplant la faim…
    Enfin les acides gras saturés sont nécessaires à la combustion cardiaque et musculaire normale.
    Si l’alimentation est totalement exempte de corps gras saturés, le foie (enzymes saturases) se met à fabriquer des acides gras saturés à partir des insaturés de l’alimentation , sans cela tout effort cardiaque ou musculaire intensif serait impossible !

    5.NON IL N’Y A PAS D’ANTAGONISME GASTRIQUE ENTRE LA DIGESTION DES VIANDES, DES POISSONS, DES ŒUFS ET LES ALIMENTS FARINEUX OU FECULENTS.

    Certains courant de pensée ou thérapeuthe huluberlus se basant sur le fait que la digestion des viandes nécessite un milieu acide et celles de farineux ou féculents un milieu plutôt neutre estiment que la consommation de viande ou poisson à un repas comprenant riz ou pomme de terre ou pain etc. serait antagoniste ; Il faudrait prendre les farineux à un repas différent des viandes, du poisson, des œufs.
    •Ces thérapeutes sont physiologiquement très mal informés.
    •L’estomac n’est pas un sac ou une cornue sans vie… mais un organe hyper-adaptable AJUSTANT SON PH EN FONCTION DE LA NATURE DU REPAS..
    L’ESTOMAC A DE NOMBREUSES FONCTIONS, A SAVOIR :

    A.ROLE STERILISATEUR DU BOL ALIMENTAIRE
    B.ROLE DE BROYEUR MECANIQUE ET GENERAL, SURTOUT DES FIBRES ET PROTEINES
    C.ROLE DE FRACTIONNEUR DU BOL ALIMENTAIRE
    D.ROLE DE REGULATEUR DE LA DIGESTION : l’estomac sécrète de nombreuses hormones et médiateurs, citons seulement :
    •La cholescytokinine qui règle la vidange vésiculaire
    •La sécrétine qui règle la sécrétion bicarbonatée du pancréas
    •La pancréozymine qui règle la sécrétion enzymatique du pancréas
    E. ROLE DIGESTIF qui adapte le Ph en fonction de ce que vous y amenez !
    le duodénum « portion » du tube digestif qui suit l’estomac sont déversées au même moment et en même temps amylases, lipases, protéases entériques et pancréatiques prouvant à l’évidence que l’organisme attend un « bol nutritionnel » équilibré !

    Mais il y a plus important encore lorsqu’un aliment protéique est ingéré SANS GLUCIDE, il se produit une inversion du rapport insuline-glucagon dans les sens INSULINE +, GLUCAGON ++++ ( chute de l’insuline et augmentation du glucagon), ce qui active la NEOGLUCOGENESE HEPATIQUE c’est à dire la TRANSFORMATION pour une part importante des acides aminés en glucose avec à la clé fonte musculaire, anémie, ostéoporose, chute immunitaire , disparition de la libido .
    6. NON LES ALIMENTS PROTEIQUES NE PUTREFIENT PAS DANS LE COLON
    – ils ne putréfient pas dans le colon pour une raison très simple, c’est qu’hydrolysées en amino-acides et absorbés par le grêle, ILS N’ATTEIGNENT PAS LE COLON, ils ne peuvent donc pas y putréfier…
    – Seul atteint le colon, le collagène protéine non digéré ni dans l’estomac ni dans l’intestin grêle, mais représentant 20 à 25 grammes par jour, ce qui est insignifiant.
    7. NON LES VEGETAUX N’APPORTENT PAS TOUTES LES VITAMINES NECESSAIRES A LA SANTE.
    -Les végétaux n’apportent ni vitamine A, ni vitamine D3 ( ils apportent la vitamine D2 peu utilisée par l’organisme humain) mais surtout il y a CARENCE TOTALE EN VITAMINE B12.
    -Lorsque les analyses biochimiques étaient moins fiables, on a cru découvrir de la B12 dans le soja fermenté et dans les algues ; on sait aujourd’hui qu’il s’agissait d’erreurs.
    -Le végétalien est donc obligé de recourir aux comprimés de vitamine B12 achetés en pharmacie. Malheureusement cette vitamine est INORGANIQUE ( n’a pas été intégré dans le cycle de la vie) et ingérée au long cours elle favorise l’explosion de maladies latentes jusque la controlés par le systeme immunitaire.

    9. NON, LA COMPLEMENTARITE CEREALES-LEGUMEUSES NE REMPLACE PAS LES PROTEINES ANIMALES.
    -Les promoteurs de cette alimentation, sachant que les céréales sont générales carencées en thréonine, lysine et isoleucine en général et que les légumineuses sont carencées en tryptophane, méthionine et cystine en général, se sont dit : ce ne sont pas les mêmes amino-acides qui manquent aux céréales et aux légumineuses, si l’on associe au même repas céréales et légumineuses( par exemple soja+ riz ou lentilles + riz), nous aurons une complémentarité céréales-légumineuses apportant tous les amino-acides et nous ne risquerons pas de carences.
    -Effectivement, tous les amino-acides sont présents lors d’un repas comprenant céréales+légumineuses, mais la possibilité pour un tel repas d’assurer une nutrition protéique suffisante n’est qui théorie séduisante et rien d’autre.
    -Pourquoi ?
    -La Loi du Minimum
    -Même si tous les amino-acides sont présents, certains le sont en quantité insuffisante. Or, si un seul amino-acide, la lysine par exemple, n’est apporté qu’à 40% des besoins organiques, non seulement l’organisme va souffrir de carence en lysine, mais aussi de tous les autres amino-acides car L’ORGANISME N’UTILISE LES AMINO-ACIDES QU’EN FONCTION DE CELUI PRESENT AU MINIMUM.
    Mais même si tous les amino-acides étaient présents en quantité suffisante à un même repas céréales-légumineuses, la nutrition protéique correcte de l’organisme s’effectuerait très difficilement car il y a UN PROBLEME DE BIO-DISPONIBILITE DES AMINO-ACIDES ; Les amino-acides d’origine végétale sont enfermés dans un contexte fibreux : Cellulose, hémi-cellulose, lignine, cutine etc. ET LEUR EXTRACTIBILITE EST TRES DIFFICILE POUR LE TUBE DIGESTIF HUMAIN.
    10.NON « LES GRANDS SINGES » ORANGS-OUTANGS –GORILLES NE SONT PAS FRUGIVORES-VEGETALIENS.
    -C’est un mensonge de certains courant de pensée ….
    -Dans la réalité les « grands singes » dont l’anatomo-physiologie digestive serait semblable à la nôtre se nourrissent :
    -A 70-80% de végétaux : fruits, racines, céréales à l’état laiteux », oléagineux, « pousses vertes », bananes
    -A 20-30% de protéines animales : œufs d’oiseaux, insectes vivants prélevés sous les écorces, oisillons au nid, petits mammifères attrapés à la course, fruits de mer lorsqu’ils sont au bord d’une « côte chaude » etc.

    11.NON LES ANIMAUX DITS HERBIVORES NE SE NOURRISSENT PAS QUE DE VEGETAUX !
    -En effet, ils ingèrent en broutant l’herbe, des quantités considérables d’insectes et d’œufs d’insectes.
    12.NON L’HUMAIN N’EST PAS COMPARABLE PHYSIOLOGIQUEMENT A L’ANIMAL DIT HERBIVORE OU VEGETALIEN.
    -Par exemple, la VACHE a 4 estomacs, son PH ( 1er estomac) est de 6 à 7 et celui de l’homme est de 1,5 à 2.
    -Sa digestion est due pour une bonne part à des bactéries et des protozoaires, son tube digestif est d’une cinquantaine de mètres, il contient autant de bactéries que 300 tubes digestifs humain.

    13.NON. LES PROTEINES ANIMALES NE PEUVENT PAS ACIDIFIER.
    Pourquoi ?
    A. Au niveau cellulaire, le métabolisme général et le catabolisme des protéines produit de l’urée (basique) approximativement 30 grammes par 24H, de l’ammoniaque (basique) et de l’acide urique (acide) moins de 2 grammes par 24H.
    -Comment pourrait –il y avoir acidification ?

    B.Au niveau du colon, nous avons vu que le collagène, l’urée rejetée dans le colon, les cadavres microbiens, la sécrétion muco-protéique et les cellules desquamées sont transformées en acides aminés (perfringens) et que quantitativement 1/3 de ces amino-acides subissent la PUTREFACTION.
    -Or la putréfaction des amino-acides, c’est deux processus :
    •UN PROCESSUS DE DESAMINATION avec production d’acides gras RAPIDEMENT éliminés au niveau pulmonaire et d’ammoniaque (basique) LENTEMENT éliminée au niveau rénal.
    – Donc impossibilité d’acidifier
    •UN PROCESSUS DE DECARBOXYLATION avec production de gaz carbonique (acide) RAPIDEMENT éliminé au niveau pulmonaire et des bases aminées plus ou moins toxiques (basiques) LENTEMENT éliminés au niveau rénal.
    -Là encore impossibilité d’acidifier.
    -Rappelons que le PH stomacal est nécessairement variable pour assurer les besoins de la digestion, que le PH du sang 7,35 (sang artériel), 7,4 (sang veineux) est invariable ; un PH à 7 et moins c’est le coma , un PH à 7,70 c’est la crise de tétanie; si le PH du sang varie, vous le savez, le SAMU est là !
    -Quant au PH cellulaire à 7,35 , il peut varier si le passage de l’oxygène à travers la membrane cellulaire est freiné par une sorte de « colmatage » par des éléments toxiques et toxiniques. Mais ce colmatage peut avoir de nombreuses origines.
    -Ce colmatage ( e n général dû à la suralimentation, aux intoxications diverses ou à la fatigue chronique) va en freinant l’oxygénation de la cellule augmenter les glycolyses anaérobies productrices d’acides lactiques en quantité excessive. Cette acidification cellulaire va entraîner des altérations de l’ADN..
    14. NON. LA PROGRESSION DE CONSOMMATION CARNEE N’EST PAS SUPERPOSABLE A LA PROGRESSION DES CANCERS.
    Dans un pays lorsque le niveau de vie s’améliore, souvent les cancers en général augmentent considérablement.
    Puisque la consommation de viande, poisson, œufs augmente aussi on a voulu voir là un élément de cause à effet.
    C’est aller très vite dans l’interprétation et ne considérer qu’un élément du puzzle.
    En effet si la consommation carnée augmente, il faut considérer l’ensemble des facteurs de cancérogenèse à savoir :
    Lorsque le niveau de vie augmente est multiplié par dix ou cent :
    la consommation d’alcool
    la consommation de tabac et de drogues
    les conserves
    les médicaments
    s’installent :
    la pollution alimentaire :
    pesticides, fongicides, conservateurs, colorants, arômes artificiels etc
    Voila apres si vous avez des arguments scientifiques et que vous avez reviser vos cours de physio digestive revenez avec des arguments fiable mais pas avec vos sempiternelles legendes urbaines
    ciao

    1. Ca c’est fait !!! bravo et merci pour ces précisions. Un peu technique certes, mais y’en a marre des gens qui font l’amalgame entre la maltraitance animale et le fait de vouloir nous faire croire que le corps n’a pas besoin de viande. Mais je respecte, c’est leur santé pas la mienne. Il faut combattre très justement la maltraitance animale. les lois ne sont pas encore à la hauteur de l’enjeu. C’est normal de douter un jour ou l’autre, la multiplication d’informations de toutes part rend les choses encore plus compliquées !! et puis il est bien plus mauvais pour la santé de manger de plats préparés ou transformés.
      Voilà mon point de vue ….. beaucoup moins technique !!!!

      1. Faire le choix de se passer de viande n’est pas qu’une question de soucis personnels (santé, protéines etc) mais surtout une question environnementale (préserver la planète est bien l’affaire de tous). Il faut bien reconnaître que notre système d’élévage intensif actuel et en constante progression n’est pas viable (déforestation, privation de terres cultivables chez les populations les plus pauvres, pollution, etc etc). Il va bien falloir qu’on regarde enfin plus loin que le bout de son nez, ou plutôt de bout de sa langue… La phrase qui revient souvent « je respecte ton choix, mais chacun fait ce qu’il veut… » me paraît de moins en moins appropriée à la situation actuelle de la planète. L’effort doit être collectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *