le soja

Voici la vérité concernant le soja

Par Olivier Roland

Note : cet article est une traduction de l’article Finally, the Truth About Soy de Léo Babauta. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

C’est une des choses qui s’est répandue sur internet et qui, de façon assez incroyable, est devenue une vérité pour beaucoup de gens : le soja serait mauvais pour la santé, voire dangereux.

Je mentionne parfois (à des personnes par ailleurs intelligentes et informées) que je bois du lait de soja, et un regard de pitié apparaît sur leur visage. « Ce type ne connaît pas les dangers du soja, et il pourrait attraper le cancer, ou pire… des seins pour homme », se disent-ils.

Presque tous les experts en fitness que je lis ─ des gens que je respecte et auxquels je fais confiance ─ disent que le soja est mauvais pour vous, de Tim Ferriss aux hommes de Néanderthal. Je respecte absolument la plupart de ces gens et pense par ailleurs que leur travail en matière de fitness est super. Et pourtant, quand je regarde leurs sources concernant le soja, souvent elles n’existent pas, et quand elles existent, je peux à chaque fois les ramener à un seul et même endroit.

La Weston A. Price Foundation. (association à but non lucratif américaine qui se consacre au rétablissement des aliments nutritifs à l’alimentation humaine par l’éducation et la recherche, N.D.T.)

Sérieusement. Je n’ai jamais vu quiconque citer la moindre étude examinée par des pairs qui montre que le soja est mauvais pour la santé. Les seules sources sont la Weston A. Price Foundation, ou les autres articles qui utilisent cette fondation comme source.

Voilà le truc : la Weston A. Price Foundation (WAPF) a mené une vendetta contre le soja (et une campagne contre la viande et le lait entier) depuis près de vingt ans maintenant, et ils n’ont aucune preuve solide pour soutenir leur vendetta. Ils ont beaucoup de preuves quasi-scientifiques, beaucoup d’arguments qui semblent raisonnables, mais si vous cherchez une preuve solide, vous n’en trouverez aucune. Ce ne sont pas des scientifiques, et ils n’ont mené aucune étude personnelle soumise à l’examen de pairs (dont j’aie entendu parler).

C’est incroyable le nombre de gens qui ont été influencés par les idées délirantes de la WAPF ─ que vous lisiez des articles non seulement contre le soja, mais également traitant des mythes du cholestérol ou des graisses saturées (la WAPF se porte en fervent et dangereux défenseur d’un régime à haute teneur en graisses saturées), ou à propos du lait entier ou de la viande, ou du lait de coco et du beurre… c’est toujours basé sur le travail de la WAPF. La WAPF a même influencé les écrits d’auteurs majeurs, comme Gary Taubes et Michael Pollan.

Je ne vais pas faire un exposé sur la WAPF, d’autres l’ont fait mieux que moi, et de nombreux articles sont disponibles pour ceux que cela intéresse.

Et je ne vais pas vous dire de remplir votre alimentation de soja. J’en mange modérément, comme tout le reste, mais je n’en ai pas peur. Ce que je vais faire est mettre au clair certains mythes, et mettre au défi ceux qui ne sont pas d’accord avec moi de me montrer des études actuelles validées par la profession (et pas des articles de la WAPF ou qui citent la WAPF comme source).

Afficher l'image d'origine

Est-ce que le soja contient des œstrogènes dangereux ?

Un des mythes de la WAPF les plus répétés concernant le soja est qu’il contiendrait des œstrogènes dangereux qui provoquent le cancer, des « seins » pour les hommes, et sont la cause d’autres problèmes de santé. Donc je me suis dit qu’il serait bon de tirer cela au clair.

Il n’y a aucune preuve que manger du soja provoque un seul des problèmes causés par de hauts niveaux d’œstrogènes (une hormone qui est déjà naturellement présente dans notre corps).

La confusion sur laquelle joue la WAPF est que le soja contient un composé naturel et sans stéroïdes appelé l’isoflavone, et auquel on fait parfois référence comme à un phyto-œstrogène ─ mais en fait beaucoup d’autres plantes et légumes contiennent également des phyto-œstrogènes, par exemple le lin, les graines de sésame, l’houmous, l’ail, les cacahuètes, et j’en passe.

Les isoflavones ne sont pas des œstrogènes, et bien qu’elles soient assez similaires, elles ont des effets complètement différents sur le corps humain. Elles n’affectent pas la quantité de sperme ou sa concentration chez l’homme, pas plus qu’elles n’agissent sur la taille des testicules ou le volume d’éjaculation. (voir plus)

Les phyto-œstrogènes ne causent pas le cancer du sein chez les femmes, et peuvent même le prévenir.(voir plus)

Le soja sous sa formule infantile, bien qu’il ne soit pas aussi bon que le lait maternel, est sûr. (voir plus)

Comme vous pouvez le voir, j’ai mis les liens d’études qui se basent sur des preuves évidentes, pas des arguments pseudo-scientifiques. Il y en a bien plus encore que vous pourrez trouver via Google. Si vous lisez ou entendez des gens se plaindre du soja et des œstrogènes, demandez leurs sources, et demandez que ce soient des études validées par la profession.

Est-il prouvé que le soja est mauvais pour la santé ?

En un mot : non.

Bien que je ne prétende pas que le soja soit une baguette magique pour rester en bonne santé, il n’est pas non plus un danger comme la WAPF et les autres peuvent le prétendre. En fait, il n’y a aucune preuve pour la moindre de ces présomptions. Je ne vais pas entrer en détail dans ces présomptions, mais simplement aborder les principales :

1. FAUX : Le soja bloque la digestion des nutriments (anti-nutriments). Il est vrai qu »il contient des anti-nutriments comme beaucoup d’aliments ─ mais quand vous faites cuire, fermenter, tremper, rôtir, ou germer ces plantes, vous vous débarrassez des anti-nutriments. D’après le Dr Andrew Weil : « Il n’y a aucune donnée scientifique qui suggère que la consommation de soja entraîne une déficience en minéraux chez les êtres humains. » Fallon, Enig, et les autres auteurs de la WAPF n’ont jamais réussi à fournir la moindre preuve de ce qu’ils avancent.

2. FAUX : Le soja augmente le risque de cancer. En fait, les faits prouvent juste le contraire. L’ Ecole de Santé Publique d’Harvard (Health Professionals Follow-up Study, lien en anglais) a trouvé une réduction de 70% du cancer de la prostate, en collaboration avec le Fonds Mondial de Recherche contre le Cancer, d’après les conclusions d’un rapport majeur datant de 1997 qui a analysé plus de 4500 études de recherche, y compris celle de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (ONUAA, ou plus couramment FAO, soit en anglais Food and Agriculture Organization of the United Nations), du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), et de l’Institut national du cancer (National Cancer Institute, ou NCI). Le rapport dit que « les phyto-œstrogènes sont trouvés à haute concentration dans les graines de soja, et ont prouvé in vitro qu’ils possédaient pléthore d’effets anti-cancer différents, y compris le blocage de leur prolifération. » Le rapport a fourni des preuves que le soja protège des cancers de l’estomac et de la prostate. En 2000, Riva Bitrum, président des recherches de l’institut américain des recherches contre le cancer (AICR), a dit que « les études montrant constamment qu’une seule portion par jour d’aliments à base de soja contribue à la réduction des risques de cancer sont encourageantes. Consommer une portion d’aliments à base de soja est un pas que la plupart des gens ne trouverait pas très difficile à faire. » Pour les femmes en bonne santé, toujours selon l’AICR, « même deux ou trois portions d’aliments à base de soja par jour seraient une bonne contribution à une alimentation végétarienne ou végétalienne. »

3. FAUX : Le soja provoque [insérez ici votre assertion : Alzheimer, fausses couches, etc.]. Il n’y a aucune preuve de l’existence de la moindre de ces assertions de la WAPF. Je ne vais pas répondre à toutes ces assertions ici, mais je vous encourage à vous renseigner via des articles de docteurs et de médecine sur internet, qui contiennent bien plus de sources que je ne pourrais en lister ici, et qui sont basés sur des preuves.

4. Préoccupations légitimes. Comme la plupart des aliments (viande, lait, cacahuètes, noix, baies, chocolat, etc.), il y a des gens ayant certaines indispositions et qui devraient faire attention. Aucune de ces préoccupations légitimes concernant le soja n’est alarmante. Certaines personnes sont allergiques au soja. Il y a des preuves conflictuelles concernant les effets du soja sur les femmes qui ont déjà un cancer du sein ─ certaines preuves suggèrent que cela pourrait être bénéfique, mais ce n’est pas concluant. Si vous avez déjà un problème de thyroïde, une consommation excessive de soja (plus de deux ou trois fois par jour) pourrait affecter vos fonctions thyroïdiennes. Les graines de soja génétiquement modifiées (répandues aux USA à cause de Monsanto) ne sont pas aussi saines que les graines de soja bio ─ essayez de manger bio le plus souvent possible. Les préparations au soja pour nourrissons sont moins saines que le lait maternel humain (tout comme les préparations à base de lait) ─ bien que depuis des dizaines d’années les préparations pour bébés se soient avérées n’avoir aucun effet néfaste. Mais le lait maternel humain reste meilleur. Là encore, aucune de ces préoccupations légitimes ne doit être la cause d’une quelconque crainte ─ la plupart des gens peuvent manger du soja plusieurs fois par jour, d’après l’immense quantité de preuves, et même ceux qui puissent être préoccupés peuvent manger certaines quantités de soja sans problème.

Alors devrais-je manger du soja ?

Honnêtement, je ne me soucie pas que vous le fassiez ou pas. Ma recommandation générale est de manger principalement des aliments naturels et complets ─ légumes, fruits, noix, haricots, céréales, et une quantité modérée de grains complets. Je ne consomme pas de viande ou de laitages pour des raisons éthiques, mais si vous mangez de la viande, vous devriez limiter votre apport en viande rouge (beaucoup d’études ont démontré les risques de la viande rouge pour la santé).

Mais le soja a été mangé avec modération depuis des siècles, et comme je le disais précédemment, n’a pas été prouvé comme étant mauvais pour la santé. Cela peut être inclus dans une alimentation saine ─ tofu, lait de soja, graines de sojas complètes, et tempeh peuvent être bons pour vous si vous les mélangez avec d’autres aliments naturels que j’ai mentionné précédemment. Le lait de soja est fait à la base de graines de soja trempées dans l’eau et pressées pour produire un liquide laiteux, et le tempeh est en fait composé de graines de soja fermentées.

Je serais plus prudent concernant les aliments pré-cuisinés à base de soja ─ de la protéine de soja transformée ─ tout comme je le serais vis-à-vis de tout autre aliment transformé et pré-cuisiné. Autrement dit, n’en ayez pas peur, mais n’en faites pas un élément majeur de votre alimentation. Mangez plutôt des aliments naturels. Et les aliments bio sont plus sains.

Dernière note pour les dubitatifs : vos doutes sont les bienvenus ─ il est important de ne pas me croire sur parole. Mais au lieu de me réfuter avec des arguments aux allures scientifiques, montrez-moi des études scientifiques validées. Et pas une unique étude, étant donné qu’une étude seule ne saurait être la preuve de quoi que ce soit ─ montrez-moi la masse de recherches qui a été faite. Quand vous regardez l’entièreté des recherches qui ont été faites à propos du soja, la preuve est indéniablement claire. J’adorerais voir quelqu’un me démontrer le contraire.

Par Olivier Roland

Source : /www.habitudes-zen.fr