Le 24 Avril 2018. Image crédit : Pixabay

11 étapes pour apprendre à réellement pardonner quelqu’un

Tout le monde sait ce que ça fait d’être lésé par quelqu’un.

Tout le monde a déjà ressenti la douleur de la trahison et la souffrance des mauvais traitements.

Peut-être à cause de l‘infidélité d’un conjoint, de parents qui ont été négligents, d’un ami qui a menti ou de moqueries de la part des pairs, entre autres choses.

Émotions et actes répréhensibles

Lorsque quelqu’un se sent lésé, les réactions sont différentes. Certains comptent sur leur résolution, « ramasser les morceaux », d’autres ont du mal à avancer.

Les émotions créées par la maltraitance peuvent s’ancrer dans la psyché. La raison des effets durables de la maltraitance est la suivante: notre cerveau est câblé pour créer une mémoire proportionnelle à l’excitation émotionnelle de la situation.
Notre cerveau a une tendance innée à se souvenir de choses qui ont un impact émotionnel.

Il se trouve que cette «règle du cerveau» s’applique également aux événements indésirables, y compris les abus et les traumatismes. La règle permet aussi d’expliquer pourquoi les émotions associées à la maltraitance – anxiété, dépression, peur, isolement, insomnie, peuvent avoir un impact sur le long terme.

Il est important pour votre santé psychologique de résoudre ces émotions négatives. Il faudra du temps et des efforts mais, à long terme, vous êtes irez mieux mentalement.

LE POUVOIR DU PARDON

L’acte de pardonner peut être l’antidote le plus efficace contre la douleur causée par les autres. Cela ne signifie pas que vous «oubliez et continuez».

Le pardon consiste à libérer avec compassion le désir de punir quelqu’un ou vous-même pour une offense.

Le pardon est un choix conscient. Vous pouvez vous pardonner. Mais seulement voilà: même si nous pouvons accepter ces déclarations en surface, nous avons souvent du mal à suivre l’acte de pardon, qu’il s’agisse de se pardonner ou quelqu’un d’autre.
C’est à cause de nos émotions. Parce que nous rationalisons les choses. Après tout, nous ne sommes pas responsables de leurs actions.

Néanmoins, vous êtes responsable de vos actions, ainsi que de vos émotions et de vos pensées.
Finalement, vous êtes responsable du pardon et vous êtes responsable de votre bonheur et de votre tranquillité d’esprit.

COMMENT PARDONNER

Selon le Dr Robert Enright, un pionnier dans l’étude scientifique du pardon, nous pouvons mettre en œuvre un modèle en quatre phases :

1. SACHEZ QUE LE PARDON EST POSSIBLE

Pour commencer à pardonner quelqu’un, nous devons d’abord croire que c’est possible. Il faut au moins accepter la notion que le pardon est une solution réalisable au problème.

2. CHOISISSEZ DE PARDONNER

«Les gens ne doivent pas être contraints de pardonner», dit Enright, «je pense qu’il est important que les gens soient attirés par cela».
Comme mentionné, le pardon n’implique pas d’excuser quelqu’un ou d’oublier ses comportements passés.

3. FAITES UNE LISTE

Cette étape consiste à dresser une liste de tout le monde – en remontant à l’enfance – qui vous a nui d’une manière ou d’une autre. Une fois la liste créée, priorisez en faisant une liste des noms commençant par ceux qui vous ont le plus blessé.
Commencez par pardonner les individus qui se trouvent en bas de la liste et continuez.
Prenez le temps nécessaire pour faire face à l’émotion; vous saurez quand il faudra passer à l’étape suivante.

4. EXPOSEZ LA COLÈRE

« Où se place votre colère? Comment faites-vous pour la nier? Êtes-vous plus en colère que vous ne le pensiez? Quelles sont les conséquences physiques de votre colère? » demande Enright.

Enright conclut: « Une fois que vous regardez les effets de votre colère, la question devient, Voulez-vous guérir? »

5. ENGAGEZ-VOUS

Après l’étape 4, vous êtes prêt à vous engager dans l’acte de pardonner. «Une fois que les gens ont terminé la première phase et vu l’impact des effets de la colère, il y a une tendance à essayer», dit Enright.

6. VOYEZ L’AUTRE PERSONNE D’UNE NOUVELLE MANIÈRE

C’est à cette étape que commence le travail de pardon. Cela implique de penser à la personne d’une nouvelle manière. Ont-ils été blessés? Si oui, leur blessure a-t-elle contribué à la vôtre?

7. RECONNAISSEZ L’HUMANITÉ DE L’AUTRE PERSONNE

«Vous êtes nés tous les deux, vous allez tous les deux mourir, vous saignez tous les deux quand vous vous coupez, vous avez tous les deux un ADN unique et quand vous mourrez, il n’y aura jamais une autre personne comme vous. Et étant donné l’humanité que vous partagez avec cette personne, est-il possible qu’elle soit aussi spéciale, unique et irremplaçable que vous? », Demande Enright.

8. ADOUCISSEZ VOTRE COEUR

Les actions de l’autre personne ont durci votre cœur, consciemment ou inconsciemment. Si vous pratiquez le type de pardon recommandé par le Dr Enright, vous devriez commencer à ressentir la libération d’une colère malsaine.

9. LAISSEZ LA DOULEUR SORTIR

Il est tout à fait normal de ressentir de fortes émotions à ce niveau. Enright dit qu’il y a de la douleur qui est en cause; mais que cette douleur nous permet finalement d’avancer.

La douleur construit l’estime de soi parce que vous dites: « Si je peux voir l’humanité chez celui qui n’a pas vu l’humanité en moi, alors qui suis-je en tant que personne? Je suis plus fort que je ne le pensais. »

10. RÉFLÉCHISSEZ ET DÉCOUVREZ

«Généralement, les gens sont plus conscients des blessures dans le monde», indique Enright. « Ils deviennent plus patients avec les gens qui pourraient avoir une mauvaise journée; ils voient que les gens se promènent tout le temps blessés, et ils sont généralement plus conscients de la souffrance des autres et veulent être un intermédiaire pour le bien.

Il y a une période de réflexion quand la douleur passe. Vous réalisez que vous êtes plus fort et plus heureux.

11. RÉPÉTEZ CE PROCESSUS

Après un certain temps, il est important de revenir sur votre liste de personnes.
Vous aurez pardonné les personnes qui vous ont blessé plus tôt que vous ne le pensez et vivrez une vie plus heureuse, plus forte et plus épanouissante.

Sources: /www.rd.com/ et www.rd.com/et personality-project.org/ et /internationalforgiveness.com/

Notez cet article