morts de dauphins
Leearne Hollowood/via REUTERS CETTE IMAGE A ÉTÉ FOURNIE PAR UN TIERS. CRÉDIT OBLIGATOIRE. AUCUNE REVENTE. PAS D’ARCHIVES Un échouage massif de 150 « dauphins-pilotes » en Australie. | REUTERS

Cet hiver, sur la côte atlantique, près de 12OO cétacés, dont une grande partie de dauphins, ont été découverts sans vie.

L’Observatoire spécialisé Pelagis, a déclaré qu’ils avaient été victimes des filets de pêche entre janvier et avril. « On est à environ 1 200 échouages de petits cétacés sur l’ensemble du littoral, du Finistère au Pays basque, dont plus de 90 % de dauphins communs » et quelques marsouins communs et grands dauphins, a annoncé Olivier Van Canneyt, biologiste à Pelagis, de  l’Observatoire spécialisé Pelagis basé à La Rochelle.

Par Frédérique Dumont. Le 29/04/2019

Il a également ajouté « Il y a eu deux pics, mi-février et mi-mars, qui sont liés à des conditions de dérive qui étaient plus soutenues à ce moment-là dues à des dépressions. »

Des traces de capture accidentelle étaient présentes sur 85% des cétacés.

C’est ce qu’ont découvert les chercheurs lorsqu’ils ont autopsié les cadavres des cétacés. Mais en réalité, le bilan serait encore plus dramatique, car selon des travaux dirigés sur plusieurs années par une chercheuse de l’Observatoire, près d’un dauphin mort sur quatre reste en mer.

Il se trouve que les dauphins se coincent dans les filets en pêchant le bar et le merlu, que les pêcheurs convoitent également. Les cétacés meurent alors asphyxiés dans ces filets. Olivier Van Canneyt a expliqué cette situation par un « un chevauchement entre un gros pic d’activité de la pêche professionnelle et la présence des dauphins sur le plateau du Golfe de Gascogne, non loin des côtes », même si des cétacés échoués sont découverts tout au long de l’année mais le nombre est moins important.

Ce nombre ne cesse d’augmenter malgré des mesures qui ont été instaurées pour les tenir à l’écart

« En dépit des quelques efforts réalisés par des chaluts pélagiques d’embarquer des observateurs et de prendre quelques mesures comme mettre des répulsifs acoustiques (pingers), on a néanmoins eu beaucoup d’échouages, plus que les années précédentes »

François de Rugy, ministre de la transition écologique, avait déclaré le déploiement de mesures d’ici la fin de l’année pour faire face à l’augmentation de la capture accidentelle de ces cétacés, entraînant la mort de ces derniers. Cela arrive tous les ans, mais depuis plusieurs années, le nombre de morts ne cesse d’augmenter de façon inquiétante. Ainsi selon l’Observatoire, la préservation des cétacés sur la côte atlantique pourrait être menacée si rien n’est fait rapidement.

4.2
06