13 habitudes des personnes qui ont une dépression dissimulée

dépression dissimulée
13 habitudes des personnes qui ont une dépression dissimulée

Le 26 juillet 2017 Image crédit : source

13 habitudes des personnes qui ont une dépression dissimulée

Nous ne devrions pas prendre la dépression à la légère. C’est un problème grave, que nous ne remarquons pas facilement. Parfois, les gens souffrent de dépression pendant des mois ou même des années sans s’en rendre compte.

Les personnes dépressives veulent garder leurs problèmes et ne veulent pas être un poids pour les autres. Voici les habitudes communes des gens dépressifs.

13 habitudes des personnes qui ont une dépression dissimulée :

1. ILS SONT SOUVENT TALENTUEUX ET EXPRESSIFS

Beaucoup de personnes célèbres ont souffert de dépression. Cela pourrait leur avoir donné plus de grandeur, grâce aux émotions plus profondes. La dépression n’est pas toujours facile à voir, mais elle reflète généralement les créations de la personne, qu’il s’agisse de musique, d’art ou d’écriture.

2. ILS CHERCHENT UN BUT

Les personnes souffrant de dépression doivent avoir un but ou un sens dans leur vie. Ils ne veulent pas vivre une vie normale, ils veulent accomplir de bonnes choses et changer le monde en quelque sorte.

3. PARFOIS, ILS APPELLENT AU SECOURS

Il pourrait y avoir un petit signe, mais si vous le remarquez, essayez de les aider autant que possible. Habituellement, les gens ne veulent pas paraître faibles, donc ils cachent leurs vrais sentiments. Si vous êtes proche de quelqu’un qui est dépressif, il peut vous demander de l’aide.

4. LES SUBSTANCES LES AFFECTENT DIFFÉREMMENT

Quelqu’un qui fait face à la dépression sait ce qui l’aide à soulager sa douleur. Ils savent que le sucre et la caféine les feront sentir mieux et certains médicaments peuvent les aider. Mais habituellement, les mêmes médicaments ne fonctionnent pas de la même façon que sur les gens normaux. Par exemple, un simple analgésique ne les aidera pas à soulager leur mal de tête.

5. ILS PENSENT BEAUCOUP À LA MORT

Les personnes dépressives réfléchissent au sens de la vie et à ce qui vient après. Ils sont souvent curieux du concept de mortalité. Certaines personnes ayant des problèmes plus profonds font également face à des idées suicidaires.

6. ILS ONT DES HABITUDES ALIMENTAIRES IRRÉGULIÈRES

Certaines personnes oublient complètement de manger, ou elles ne veulent tout simplement pas de nourriture. Quand ils se sentent vraiment très mal, tout les rend malades. D’autres ont tendance à manger beaucoup lorsqu’ils se sentent mal. Quoi qu’il en soit, aucun d’entre eux ne mange régulièrement ni de manière saine.

7. ILS ONT DES HABITUDES DE SOMMEIL ÉTRANGES

Comme pour manger, certaines personnes dépressives ne peuvent pas dormir et resteront éveillées la nuit dans le lit. D’autres ont du mal à sortir du lit parce qu’ils se sentent constamment fatigués et démotivés. Les habitudes de sommeil irrégulières peuvent affecter à la fois le bien-être physique et le bien-être émotionnel.

8. ILS ONT PEUR DE L’ABANDON

Ils se sentent incertains et ont toujours peur que quelqu’un qu’ils aiment sortent de leur vie pour de bon. Vivre dans la peur tout le temps est épuisant pour eux, mais ils ne peuvent tout simplement pas se détendre et suivre le mouvement.

9. ILS SONT EXCELLENTS POUR DISSIMULER

Ils peuvent cacher leur dépression de manière très crédible s’ils veulent. Ce sont des professionnels qui trouvent des excuses pour ne pas avoir répondu au téléphone ou pour ne pas avoir dormi la nuit dernière. Ils sont également très bons pour changer rapidement de sujet.

10. ILS PEUVENT AVOIR ENVIE DE CHANGEMENT

Les personnes dépressives, qui reconnaissent leurs problèmes, veulent souvent apporter des changements. Ils essayent différentes choses pour les rendre heureux. Par exemple, ils peuvent choisir un nouveau passe-temps, déménager ou rencontrer de nouvelles personnes.

11. ILS ESSAIENT DE PARAÎTRE HEUREUX

Les gens, qui souffrent de dépression, ne veulent pas être un poids pour les autres, ils cachent très bien leurs vraies émotions. Ils peuvent même faire croire à leurs amis les plus proches que tout va bien. Ils peuvent paraître heureux et en bonne santé à l’extérieur, mais à l’intérieur, ils peuvent avoir envie de mourir.

12. ILS CHERCHENT L’AMOUR ET L’ACCEPTATION

Ils ont besoin de se sentir en sécurité et aimés comme tout le monde. Ils en ont même besoin plus que les autres. Les personnes dépressives ont tendance à cacher leurs vrais sentiments, mais pas parce qu’ils veulent être hypocrites ou malhonnêtes, mais parce qu’ils veulent se protéger eux-mêmes et les autres.

13. ILS ONT DU MAL À ÉTEINDRE LEUR CERVEAU

Ils ont tendance à ignorer tout ce qui se passe dans leur vie. Ils peuvent être dans le lit éveillés la nuit et penser à toutes les conversations qu’ils ont eues pendant la journée. L’analyse de chaque situation et personne peut être assez épuisante, et ils commencent à imaginer des choses qui n’arrivent pas.

Si vous connaissez quelqu’un, qui souffre de dépression, essayez d’être là pour lui et de l’aider. Parfois, tout ce dont ils ont besoin est un visage amical, qui les écoute et les réconforte. Si vous êtes celui qui souffre de dépression, essayez de demander de l’aide. Il est toujours plus facile de gérer les choses lorsque vous les partagez avec quelqu’un en qui vous avez confiance.

Après 13 habitudes des personnes qui ont une dépression dissimulée voir aussi :

15 commentaires à propos de “13 habitudes des personnes qui ont une dépression dissimulée

  1. Clichés, clichés, clichés…
    Je souffre de dépression chronique depuis plus de 12 ans (et j’en ai moins de 30), vos mots sont creux, inutiles et pour la plupart faux …

    • Pour toi peut être, cool pour toi, mais pour certain c’est la verite, donc à la place de parler comme si t’était le roi du monde, ferme la et fait un truc utile dans ta vie.

      • Je suis totalement d’accord avec toi. Personnellement je me suis assez reconnue dans ces « clichés « comme elle dit la demoiselle !!!

    • Pour ma part traversant une 3eme rechute d’un EDM sévère je trouve ça assez bien résumé du point de vue d’un observateur extérieur s’adressant à des proches de personnes dans cette situation. Par contre même si dans 10ans je suis encore dans cette merde infâme je refuserai toujours d’être cataloguée comme dépressive chronique. Cest un état ça ne defïnit en rien une personne. C’est une maladie, un dérèglement chimique du cerveau, ça peut tomber sur le coin de la gueule de n’importe qui et il faut le vivre pour réaliser ce que c’est. Je sais de quoi je parle j’ai travaillé en HP en tant que thérapeute ô ironie. Et malgré toute mon empathie mon imagination était loin de la vérité. Bon courage à vous en tous cas et aec toute ma sympathie.

    • Pire que ça cette article a clairement le but que chaque être humain si retrouve est fasse un max vue… Est conforté beaucoup dans le oui! je mit retrouve donc je suis en dépression ! donc malade ! Votre psy vous remercie de ces 75euro injustifié 😉 Tous nous avons une vie normal avec ces phases… Hautes comme basse… dans un monde ou tous est souffrances des nôtres naissances, je le rappelle … Le tous réside dans l’acceptation est la volonté de vouloir ce sentir mieux!!! est parfois la déprime nous le rappelle à bon entendeurs…

  2. Atteins de depression Majeure en épisode sévère depuis très longtemps, peut être tout le temps en fait j’ai aujourd’hui 46 ans.
    A l’inverse d’Alice ne ne trouve pas que ce qui est dit ici soit faux. C’est certes très « banal » car ce sont un peu les clichés de base, mais ça ne les rends pas faux. Ca permet même de positiver sur des contraintes que nous avons à vivre au quotidien ben plus violemment qu’on ne pourrait l’imaginer en lisant ceci lol. Mais je pense que les gens ne peuvent s’imaginer ce qu’il y a en nous, la violence de tout, cette hypersensibilité exacerbée, et tout le reste que je passe ici. Et finalement, c’est pas plus mal pour eux qu’il ne le puissent pas 😀

    • Mais… exactement !!
      Par contre bravo pour avoir survécu 46 ans comme ça mais allez la clé n’est peut être plus très loin je vous le souhaite en tous cas…

    • Et si finalement vous n’étiez pas dépressive mais seulement plus sensible que la normal ? Plus doué pour comprendre ce qui vous entoure en analysant tout est rien ? Plus empathique car plus attaché que la normal aux sentiments des autres?
      Si on vous apprenez que finalement ce diagnostic de dépression était seulement une TRES grande incompréhension de qui vous êtes (que ce soit de vous car on vous a toujours mis dans cette case ou des professionnels qui n’ont peut être pas compris quelles formes d’intelligence se caché en vous…)
      En tous cas… je vous laisse vous intéresser aux formes d’intelligence que sont les HP (hauts potentiels) et je pense que beaucoup se decouvriront autrement.
      Vous n’êtes peut être pas si dépressif qu’on ne vous la fait croire, vous êtes peut être simplement dans une autre compréhension de la vie qui est parfois difficile à supporter dans la société dans laquelle on vit.

  3. Je confirme. J’ai été dépressive toute mon adolescence (harcèlement scolaire + familial) et je souffrais et souffre toujours de la plupart de ces symptômes. Grace à mon entourage, j’ai réussi à aller mieux et à part quelques déprimes, plus aucun signe de mal être 🙂 maiiis, j’ai encore des habitudes alimentaires irrégulière, je dors tard la nuit et me réveille tard le lendemain, etc, etc. Mais la dépression est différente pour chacun !

  4. je suis dans le cas j immagine des situations de violen e contre moi et les menbres de m famille. j ai peur de dire certaines choses vraies car j aprehende la represaille . il ya des gens quand je les vpis je sens lecauchemard

  5. Je me reconnais un peu dans ces explications, j’ai perdu une personne de ma famille très très proche, depuis je n’ai goût à rien, j’ai beaucoup de mal à passer une nuit normale, je me blessé régulièrement, je ne réponds pas au téléphone, mais je n’en parle à personne, de peur qu’ils ne comprennent pas, et dès que j’y pense j’ai les larmes qui montent..
    Je me dit qu’avec le temps, ça s’arrangera!!

  6. Pour moi c’est surtout un question d’être prête à affranchir mes blessures et me donner le droit de faire les choses à ma façon, mon entourage n’y peut rien

  7. Je ne peux pas demander de l’aide parce que tout simplement les gens sont faux. On ne me croirait pas et ils diront que je fais l’importante. Ici en Afrique ils ne savent pas ce que c’est etre dépressif. On vous juge et on vous met de côté. Si possible on vous écrase encore plus. Et on sait qu’il n’y a qu’une seule échappatoire à tout ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*