suranalyser

3 façons d’arrêter de suranalyser immédiatement

L’esprit semble toujours vouloir attirer votre attention. En fait, l’esprit ressemble parfois à un enfant de cinq ans – il ne veut jamais rester immobile. Parfois, il est même tellement insouciant qu’il nous fait penser et même dire des choses que nous ne dirions normalement pas si nous étions dans un espace plus détendu et calme.

Si vous laissez votre cerveau fonctionner en continu sans interruption, il ne fera que développer de la démence jusqu’à ce que vous découvriez que votre esprit est lentement devenu une prison.Apprendre à prendre le temps de calmer votre esprit, au lieu de le distraire, peut être l’une des choses les plus saines que vous puissiez faire pour vous. Cela paraît très simple, mais c’est un changement de vie.

3 TECHNIQUES POUR ARRÊTER DE SURANALYSER IMMÉDIATEMENT:

1. RENOUEZ AVEC LA NATURE.

Si vous ne vivez ou ne travaillez pas dans la nature, alors vous en grand besoin. Prenez le temps de sortir dans la nature. Cela peut signifier vous rendre dans un parc à proximité pour votre pause déjeuner, ou partir en vacances pour vous évader. Tout ce que vous pouvez faire pour renforcer votre lien avec la nature sera bénéfique pour votre esprit et vous arrêterez immédiatement de suranalyser.

Vous pouvez vous focaliser sur la beauté des arbres, d’une feuille, d’une chute d’eau, du ciel, des montagnes, d’un lac ou tout ce qui vous attire. Votre esprit s’arrêtera immédiatement. Lorsque vous vous autoriserez à faire cela, vous constaterez que votre esprit sera plus clair tout au long de la journée.

2. RÉPÉTER-VOUS DES PAROLES PAISIBLES.

Faites attention à votre cerveau en ce moment même … quel genre de pensées observez-vous? Vous remarquerez très probablement que la majorité de vos pensées tournent autour de ce que vous avez à faire aujourd’hui, ou de ce que quelqu’un vous a dit qui vous a mis en colère, ou même des pensées dégradantes sur vous-même. Ne vous en faites pas, mais avec autant de négativité autour de nous, garder un état d’esprit positif cohérent n’est pas toujours facile.Cependant, vous pouvez réellement contrer les mots négatifs et penser davantage avec la répétition de paroles paisibles.

Chaque fois que vous remarquez que vous suranalysez ou que vous sentez monter l’anxiété ou l’inquiétude, coupez ces pensées dans leur élan avec des paroles paisibles. Peu importe les mots qui résonnent le mieux avec vous.

Les exemples sont:

  • Paix.
  • Amour.
  • Lumière.
  • Tout va bien.
  • La vie est belle.
  • Je vais bien.

Même si cela ne calme pas complètement votre esprit, il arrête de suranalyser, cela permettra à votre esprit de ralentir et de se concentrer sur ce qui importe vraiment en ce moment. Les mots sont porteurs de sens et de puissance, donc utilisez-les à votre avantage à chaque fois que vous vous sentez stressé.

Jeune Fille, Coucher De Soleil, Méditation, Relaxation

3. MÉDITEZ.

Lorsque vous méditez, vous arrêtez le flux de suranalyse et de pensées négatives qui bombardent votre conscience à chaque seconde, et au lieu de cela vous passez dans un espace où le calme est prioritaire.

Même si vous n’avez pas besoin de faire le vide dans votre cerveau pour méditer, beaucoup de gens sentent leurs pensées ralentir de façon incroyable et arrêtent immédiatement de suranalyser.
Si vous essayez et que vous trouvez que vous suranalysez toujours, essayez une méditation guidée ou le yoga. Ces pratiques sensibilisent le corps, et cela l’aide à faire face beaucoup plus facilement aux défis quotidiens.

Si vous voulez arrêter de suranalyser et cultiver plus de paix dans votre vie, ces trois habitudes vous apporteront constamment cela. Il y a 1440 minutes dans une journée, donc prenez au moins 10 minutes par jour pour l’ une ou l’ ensemble de ces activités. Vous constaterez que dans l’ ensemble, vous suranalyserez moins et vous vous sentirez plus détendu. En retour, vous deviendrez plus productif.

Et vous, pratiquez-vous ces habitudes quotidiennement ?

Fonctionnent-elles ?

Faites-le nous savoir, vous pourriez aider quelqu’un qui fait face à la suranalyse !

Notez cet article