3 vérités sur les femmes qui accouchent par césarienne

Annonce
césarienne
Pixabay / image d’illustration

Trois vérités sur les femmes qui accouchent par césarienne

J’exerce mon métier de photographe dans les salles d’accouchement.

La naissance est l’un des épisodes les plus importants de la vie d’une famille, et j’entre dans cet espace intime pour raconter l’arrivée au monde d’un fils ou d’une fille. Je photographie les petits et les grands instants, les moments difficiles, les peurs, la douleur, la joie.Autant de belles histoires. Mais je constate qu’on met toujours en avant un certain type de naissances, dont mon travail se fait d’ailleurs le relais.

Annonce

Dans la catégorie

« Je mets au monde un enfant« , le premier prix revient traditionnellement à l’accouchement par voie basse, dans lequel la maman et son compagnon jouent un rôle actif, au lieu d’être relégués au second plan par le médecin ou l’infirmière. Encore hier soir, je lisais l’histoire étonnante d’une femme qui a involontairement donné naissance chez elle, dans sa baignoire. Le couple étant seul, c’est le mari qui accueilli le bébé. Assis sur le canapé familial, ils ont profité du bonheur de ces premiers instants de vie. C’était une histoire remarquable qui sera, j’en suis sûre, beaucoup relayée.

césarienne
Pixabay / image d’illustration

Certains d’entre vous ont peut-être aussi entendu parler de cet incroyable accouchement par le siège que j’ai photographié en février. La maman était sur la table d’opération, dans l’attente d’une naissance par césarienne, quand elle a senti un besoin tellement irrépressible de pousser que sa fille est sortie, les pieds devant. Encore une histoire extraordinaire qui poussent tant de femmes à tenir bon dans leur désir d’enfanter à leur manière.

Annonce

Mais, ces temps-ci, j’ai une pensée pour ces femmes qui donnent la vie et dont on ne chante pas les hauts-faits. Ces naissances qui ne suscitent pas l’enthousiasme et ne seront pas relayées sur Facebook. Je parle des accouchements par césarienne, et de leurs courageuses héroïnes, qui enfantent avec tant de force et de beauté.

Et puisqu’avril a donné lieu à une campagne de sensibilisation sur le sujet, profitons-en pour prendre un peu de recul et réfléchir à ces trois vérités :

1. Les femmes qui accouchent par césarienne sont courageuses

Subir une césarienne n’a rien d’une partie de plaisir. Généralement, le conjoint n’est pas admis dans le bloc opératoire tant que la péridurale n’est pas posée et que chaque membre de l’équipe n’est pas à sa place. Cela veut dire que les médecins et les infirmières vont et viennent, préparant la salle en vue de l’opération (en discutant peut-être du repas qu’ils viennent de prendre ou du film qu’ils ont vu le week-end précédent), tandis qu’une femme, enceinte jusqu’au cou, est assise sur la table d’opération glacée, à imaginer ce qui l’attend, souvent envahie par la peur et un grand sentiment de solitude.

Annonce

A ce moment-là, la maman ne peut que s’accrocher à l’amour qu’elle ressent si puissamment pour son bébé. Elle se laisse submerger par la peur… avant de la laisser repartir. Elle sait qu’elle fait « ce qu’il faut » pour son enfant, même si « ce qu’il faut » implique de subir une opération chirurgicale qui laissera des plaies et des cicatrices. Et abandonner le fantasme d’un accouchement tel qu’elle l’avait imaginé les neuf mois précédents.

Si vous n’êtes pas passée par là, essayez d’imaginer ce que ce moment a de difficile. Mettez-vous à la place de cette femme qui patiente, avec peut-être beaucoup d’angoisse. Vous réaliserez alors combien elle est courageuse.

2. Les femmes qui accouchent par césarienne sont fortes

Accouchement césarienne
Pixabay / image d’illustration

Peu de femmes se sont préparées dès le départ à subir une césarienne. C’est, au mieux, un acte médical nécessaire. Au pire, un acte pratiqué par un(e) médecin aux méthodes désuètes qui préfère son confort à celui de la mère.

Certaines mamans ont plusieurs semaines pour s’y faire, mais d’autres ne disposent que de quelques jours, quelques heures, voire quelques minutes. La vision qu’elles avaient de la rencontre avec leur bébé est soudain bouleversée. Leur projet de naissance cède la place à la perspective d’une opération chirurgicale. Sans savoir combien de temps elles devront patienter pour tenir leur bébé dans les bras.

Annonce

Les êtres humains ont du mal à gérer les brusques changements de situation. Et pourtant, ces femmes parviennent à s’oublier pour trouver la force intérieure d’entrer dans la salle d’opération et donner la vie.

Vient alors le moment de l’opération, celui de l’incision et des sutures. Il faudra souvent des mois pour s’en remettre totalement. Beaucoup d’entre nous prendraient le temps de récupérer, avec un pot de crème glacée et une pile de DVD. Mais ces mamans font l’inverse : elles s’occupent, nourrissent et cajolent leur nouveau-né, aussi beau qu’exigeant.

Ces femmes font preuve d’une force émotionnelle et physique extraordinaire. Mais elles devront la conserver pendant les semaines, les mois et les années qui suivront l’accouchement, tandis que leur corps et leur mental continueront de guérir et qu’elles se remettront à rêver, leur petit dans les bras.

3. Les femmes qui accouchent par césarienne sont belles

césarienne
Pixabay / image d’illustration

Devenir mère laisse des cicatrices, celles de l’âme et celles du corps. Les femmes qui subissent une césarienne sont souvent marquées sur ces deux plans. Mais leurs cicatrices rappellent combien elles se sont montrées fortes et courageuses au moment de donner la vie. Ces marques sont les portes par lesquelles l’enfant a quitté un monde pour pénétrer dans l’autre.

Annonce

Je suis fascinée par le caractère singulier de chaque cicatrice, sa texture, sa taille, son emplacement. A chacune correspond une histoire de naissance différente. Elles évoluent avec le temps, s’atténuant, grandissant et finissant par s’effacer. Elles sont belles. Nous devrions en être fières et encourager les mères à montrer au monde entier ces témoignages de leur force et de leur courage.

Plus controversé que l’accouchement « naturel », l’accouchement par césarienne aurait au moins le mérite de réduire les risques d’incontinence urinaire chez la femme, selon une récente étude finlandaise.

Les bébés nés par césarienne mais exposés après la naissance aux fluides maternels présentaient des bactéries plus riches que les autres.

C’est un inestimable cadeau que les mères font à leur bébé en lui donnant la vie: un cocktail de bactéries qui lui permettront de se constituer un riche microbiote intestinal, dont l’on sait le rôle dans l’éducation du système immunitaire.

La France se situe en dessous de la moyenne européenne avec 21% de césariennes, qu’elles soient programmées ou réalisées en urgence. Car ce taux de naissances varie considérablement d’un pays européen à l’autre.

Ce poste initialement apparu sur Cord Mamas. S’il vous plaît suivre le lien Facebook et Instagram (@cordmamas) pour voir les images de naissance plus fortes et belles.

Cet article publié aussi sur Le Huffington Post (États-Unis), a été traduit par Aurélie Le Pape pour Fast for Word.

Annonce

Cyril R.

C’est très probablement mon père qui m’a transmis cette passion que j’essaierai moi-même de transmettre à mes enfants. Dès que j'ai un peu de temps, je profite de l’occasion pour passer du temps dans la nature. Par ailleurs, je m’intéresse également à tout ce qui touche au bien être et à l'écologie de près ou de loin, je suis fasciné par toutes les méthodes d’investigation, vérifiables et reproductibles ayant pour but de produire des connaissances. J’ai donc décidé de rédiger des articles qui touchent à ces domaines. J’espère pouvoir vous transmettre un peu de mon savoir et de mon amour pour la nature.

126 réflexions sur « 3 vérités sur les femmes qui accouchent par césarienne »

  1. Merci!!!
    Pour ma part j’ai vu mon enfant 24 heures après ma césarienne … le moment de notre rencontre a été le moment plus marquant de toute ma vie .Je ne l’avais pas imaginé ainsi, mais je garderai jusqu’à mon dernier souffle le souvenir de ce regard qui faisait que je devenais maman et l’odeur de ce petit corps et gravé en moi a tout jamais.Je suis une maman….; et fière de l’être 🙂

    1. Moi ça fait 18ans et 6mois que j ai eu mon fils par césarienne en urgence je n en garde pas un très bon souvenir vu que j ai eu une anesthésie général alors que j étais sous péridurale en plein travail mon fils ne respirer plus il a fallut le sortir d urgence a 22h10 . On m a amener mon fils dans la couveuse a 23 h j ai peu lui donne la main mais je n arrive pas a le voir trop épuisé de l anesthésie j ai passer la nuit a avoir des contractions mon corp n avait pas compris au il n y avait plus de bébé a sortir je n ai peu que tenir mon fils le lendemain matin il y a eu cette cassure qui malheureusement est toujours là depuis ça naissance

      1. Bonjour moi aussi j’ai accouché par Césarienne il y a 2ans 1/2 de mes jumeaux..mon fils ne supportant plus les contractions et n’arrivant pas à m’installer la péri j’ai eu aussi une anesthésie générale..je n’ai vu mes enfants que le lendemain matin….pour ma part il n’y a pas eu de cassures..ils sont nés à 33sa et aller très bien c’était ce qui comptait le plus pour moi…bonne continuation.

      2. Je comprends. Ça finit par s’atténuer. Promis. J’ai vécu une césarienne d’urgence difficile. L’attachement a été difficile et long. Mais ça se place. Lentement. Promis. Faut tenir bon.

        1. Après 18ans et 6mois d’attente pour cette maman je trouve qu’elle tient bon depuis trop longtemps, faut arreter d’attendre et aller a la recherche de solution.

      3. bonjour,
        un peu la meme histoire pour moi, alors qu le travail avait commencer depuis 1h30, on m a fait une cesarienne d urgence, l anesthesie n ayant pas fonctionner, le medecin a commencer a m ouvrir, a vif, sans que je soit endormi, donc anesthesie generale de suite, et du coup, le reveil fut brutal.j ai vu ma puce, mais trop fatigueé et ne comprennant pas pk elle n etait pas sorti, ( ou utilisation des forceps)je lui en ai voulu pendant des mois, de nous avoir mis en danger, de s etre fait du mal a elle meme… ma douleur de cet accouchement » enfer » est une chose, se mettre en danger elle, en est une autre!malheureusement,ces instants  » magiques' » se sont transformes en enfer pour moi, car il ne precedaient qu une succession de pleins de pb a venir!

      4. J ai subi 2 césarienne et j en garde ùn très bon souvenir. Équipe médical au top qui essai de nous détendre en racontant des bêtises ? et le moment magique ou on rencontre notre pepette?

    2. Bonjour moi aussi j’ai accoucher par césarienne en urgence le 15 septembre 2015 vers 13h mais j’ai pu voir ma puce vers 18h car mon corps a eu du mal, c’était très dur pour moi surtout j’était dans la salle d’accouchement on m’annonce césarienne c un choc, lorsqu’ils mon installé dans la chambre ils mon laisse toute seule avec le bébé j’avais mal le bébé pleuré mais j’ai fait tout pour me lever pour la récupérer car elle était ma joie, j’ai accoucher le 15, le 17 ils voulaient que je quitte la chambre au final je me suis arrangé avec eux pour le lendemain, 1mois Après de retour à l’hôpital car j’ai eu super mal au ventre, réponse j’ai pris un coup au foie, aujourd’hui d’aujourd’hui j’ai toujours mal

    3. C’est la première fois que je lis un si beau texte sur la césarienne MERCI, les photos aussi m’ont beaucoup émues
      Merci pour cette reconnaissance du courage et de la beauté de cette mise au monde!!

    4. bonjour à toutes et à tous !
      Après 5 grossesses par voie naturelle ,j’ai eu une césarienne pour l’arrivée de jumelles j’en garde un très, bon souvenir malgré les douleurs qui on suivies ,un vrai bonheur la vie quoi de plus beaux ! et aujourd’hui elles ont 21 ans que de joies…………………

    5. Je compatis, j’ai vu ma fille 3 jours après, grande prématurée, elle fut transportée dans un autre hôpital. C’est terrible à vivre, et il faut être courageuse pour ne pas flancher, et se déplacer après avoir le corps ouvert et les abdos découpés…

  2. Il y a 8 ans et demi j’ai accouché par césarienne. Elle était programmée car mon fils était en siège avec la tête renversée. On m’a fait des tas de promesses : vous verrez ce sera merveilleux, ça ne fait pas mal, c’est pour le bien de votre enfant ( sous entendu si vous n’acceptez pas vous êtes une mauvaise mère). J’avais beaucoup d’appréhensions, au lieu de m’aider à les comprendre et à les surmonter on m’a demandé d’y mettre un mouchoir dessus. La rachie-anesthésie a été raté, piquée trop loin. Je sentais le froid de la glace sur mon ventre. Ils parlaient de moi comme si je n’étais pas là :  » C’est une angoissée !… » Mon mari entre puis ressort, rentre à nouveau et sort définitivement. Le chirurgien s’impatiente, il lance à qui voudra bien l’entendre un retentissant  » j’ouvre ! ». Dans cette salle, j’y ai laissé une partie de moi; j’ai dit adieu à cet enfant que je ne connaissais pas, je l’ai confiait à mon amour de mari et j’ai dit adieu à cette vie. Cette petite mort, cette douleur si profonde, ce déchirement sera gravé en moi à tout jamais. Une partie de moi est restée dans cette salle et tout le monde s’en fou ! Je suis sur le chemin de la guérison et ma cicatrice est tout juste en train de se refermée. Je ne travaille plus, je suis épuisée continuellement, j’ai mal partout, je suis déprèssive. Ce n’était pas le plus beau jour de ma vie. Mon fils est magnifique et c’est son amour et celui de mes proches qui m’aide chaque jour à renaitre.

    1. Votre témoignage est bouleversant, en le lisant je lis exactement mon histoire sauf qu’il y a 8 ans et demi, pour ma part c’est une petite fille qui est était en siège avec le tête deflechie… On m’a imposé la césarienne que je refusait en bloc. La rachi anesthésie s’est aussi mal passée et j’ai eu une brèche !! J’ai très mal vécu le fait de ne pas avoir mis au monde mon enfant.
      J’ai été suivie par une psy pendant plusieurs années, mais la seule chose qui m’a aidée c’est d’avoir le bonheur et la chance de mettre au monde « normalement » deux bébés par la suite…. Je n’oublierai jamais cette césarienne mais maintenant c’est moins douloureux, et ça ne remets plus en cause mes capacités de Maman. Bon courage à vous

      1. Bonjour à vous toutes,
        Je suis triste de voir à quel point vous avez mal vécu ce moment qui devrait être le plus beau et le plus heureux.
        Je suis la petite dame qui aide l’anesthésiste à vous installer pour votre rachi…je suis la petite dame qui vous tient la main pendant votre piqûre et vous soutien..je suis la petite dame qui pousse à votre place sur le haut de votre ventre pour que votre petit bout voit le jour… je suis la petite dame qui n’a qu’une envie à ce moment la c’est d’entendre les petits cris qui représentent la vie… je suis infirmière de bloc et j’adore ce que je fais et je ne comprends pas que ses personnes qui vous ont accompagnés n’est pas eu un minimum d’attention envers vous.
        Donner la vie est ce qu’il y’a de plus beau mais c’est aussi très difficile.
        Il faut beaucoup de courage pour affronté cette annonce ..de la césarienne!
        Elle n’est pas aimée car souvent le papa n’est pas la….que le bébé part très vite en soins…et que nous sommes dans un bloc opératoire mais je pense aussi que la césarienne est un moyen de sauver beaucoup de petit bout et de maman….
        Souvent nous savons que si bébé ne voit pas la lumière du bloc dans les minutes qui suivent, il ne les verra peut être jamais… la césarienne sauve, et c’est grâce à toutes ses mamans, à leur courage et à leur volonté de donner la vie que ses petits bouts voient le jour.
        Alors dites vous bien que la césarienne est souvent une décision dur à accepter mais que nous ferons toujours de notre mieux pour que se soit le plus beau jour de votre vie…

        1. Bonjour, vous faites partie de ces professionnels passionnés, heureusement qu’il y a des personnes comme vous. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas… et, même si la césarienne peut sauver des vies, elle est utilisée de manière de plus en plus abusive, sous prétexte justement que c’est pour le bien de la mère et de l’enfant et qu’il ne faut prendre aucun risque. Selon mon expérience, c’est plutôt pour le confort de l’équipe médicale et du gynéco… puis, il y a le « protocole » de l’hôpital (ce n’et pas le cas de tous les hôpitaux heureusement)- malgré parfois le label ‘ami des bébés », qui en oublie que l’attachement, la mise en route de l’allaitement et le bien être d’une mère et de son enfant passent par des relations précoces, et donc, PAS par une séparation- fût-ce t- elle de deux heures le temps de retrouver la sensibilité de ses jambes. Il y a encore du chemin à faire et j’espère qu’on pourra la rendre plus humaine en tenant compte du vécu de toutes ces femmes qui souffrent chaque jour de donner naissance ou d’avoir donné naissance « par le ventre », même si, comme je dis, la cicatrise que l’on garde, c’est le sourire de la vie qu’on a donnée.

        2. Perso j’en garde de merveilleux souvenirs et à un tel point que j’en ai toujours un magnifique sourire quand je le raconte et je tiens à souligner que cette équipe à mes cotés était formidable (mon mari le plus stressé lol) puisque dans l’attente nous avons même plaisanté jusqu’à en proposer une partie de cartes quitte à patienter… 🙂

          Un témoignage que j’ai pris soin d’écrire à ma fille dans son album de naissance c’est pour dire le super souvenir que j’en garde 🙂

        3. Bonjour petite dame qui a été la pendant ces césariennes vous l avez aussi été lors de la mienne en urgence avec une sage femme froide et dure un gynéco remplaçant que je n ai pas vu et tant d autres petites choses qui ont rendus cet accouchement pénible… Mais dans tout ça il y a eu Dominique… La petite dame qui m a tenu la main sèche mes larmes amenée a mon bébé dis des mots rassurants alors merci a toutes ces petites dames qui sont a nos cotes et qui nous soutiennent sans vous cela aurait été tellement pire… Merci de fond du Coeur une maman heureuse

          1. Bonjour. Pour ma part j’ai eu une césarienne en urgence je n’étais pas préparé à accoucher ce jour là et encore moins avec une césarienne mais j’ai eu la grande chance d’avoir une équipe vraiment formidable que ce soit les sages femmes, l’anesthésiste ou les infirmières de bloc ils ont tous été géniaux ils m’expliquaient au fur et à mesure ce qui se passait pourquoi ça se passait, ils m’ont fait sourire et rire entre deux vomissements lol mon seul regret est que mon homme était pas là du à l’urgence de la situation mais sincèrement j’ai aucun regret ma fille va très bien et j’ai été très bien accompagné lors de cette opération psychologiquement et physiquement lourde. Bref tout ça pour dire MERCI à toutes ses personnes passionnées qui permettent de faire d’un moment difficile un moment presque agréable ou du moins supportable plus facilement

        4. Bonjour j’ai eu 3 enfants par césarienne c était loin d être mon plan pour donné naissance…Ma première césarienne c était une d’urgence sa c est fait très vite j avais très peur mais c’est pour le bien du bébé…Ma deuxième fût beaucoup moin stressante je savais comment ca ce passe ca bien ete…Ma troisième merveilleux après 2 césariennes j ai pas le choix si je veux donner naissance je vais faire une césarienne.Je le ferais sans hésité 2 jours de souffrance pour plusieurs année de pur bonheur ca pas de prix.Pour. les personnes qui vont donner naissance bientôt par césarienne ne pas voir sa comme un echec l important c est d être bien et le bébé aussi…Bonne chance au maman et future maman!!!

        5. Il n’y a pas d’endroit où l’on se sente la plus seule au monde que dans la salle d’opération
          Perso mon mari ne pouvait pas entrer dans la salle mais seulement derrière une vitre pour ma première césarienne d’urgence et je n’ai vu ma fille que le lendemain soir car j’ai fait de gros malaises
          À mon fils c’est en fin de grossesse que l’on m’a annoncé la césarienne et pour mon autre fils elle était programmée
          Je n’ai jamais su et ne saurai jamais ce qu’est un accouchement mais malgré les traumatismes que cela m’a causé sans cela je n’aurais jamais été maman !!!

        6. Bonjour, j’apprécie votre témoignage! J’ai accouché d’un beau petit garçon avant terme par césarienne parce que le déclenchement n’a pas fonctionné. A 9h on m’annonce une césarienne pour 11h…. Déception, culpabilité, tristesse de ne pas pouvoir accoucher par voie basse : les larmes coulaient toutes seules et coulent encore en y repensant….mais oui, il fallait qu’il sorte et il était préférable de ne pas s’acharner… Au bloc : pas de papa admis! Seule dans le froid! Mais pas si seule en fait : oui, l’infirmière de bloc était là pour me tenir la main, me soutenir pendant les injections et mes nausées dues à mes angoisses!!! L’anesthésiste très prévenant qui me calmait me parlant et en me caressant le front ou l’épaule… Mon gynécologue qui est venu me voir à plusieurs reprises en passant la tête par dessus le champ opératoire et en me souriant : le top c’est quand il m’a montré mon fils avec un sourire de triomphe : il se souvenait de tous les problèmes que l’on avait traversés pour en arriver là!!! Et la sage femme et l’auxiliaire de puériculture qui m’ont déposé mon Doudou près de mon visage pour des bisous des bisous et encore des bisous avant de l’emmener. Le papa a prit le relais et j’ai retrouvé mes deux hommes deux heures plus tard!! En fait j’ai eu la chance d’avoir à mes côtés une équipe formidable malgré la douleur morale et physique de cette césarienne! Mille merci à vous tous pour avoir fait de ce jour malgré la panique de cette césarienne le plus beau jour de ma vie!!!! Je n’ai plus peur de cette césarienne qui sera malheureusement d’actualité si une petite soeur ou un petit frère arrive, eh oui ça c’est certain et c’est grâce à vous!!!

          1. bonjour a toutes ses héroïnes!!vos commentaires m’ont émues que j’en ai pleure.cela fait deux mois que j’ai accouché d’une césarienne,le premier accouchement de ma vie.j’ai vu mon mari QQ minutes avant d’aller a la salle d’opération, et j’ai pleuré. la sage femme était géniale en me calmant.l’équipe médicale était aussi exemplaire surtout l’anesthésiste. on m’a approchée ma petite après 30 mont d’opération,je me rappelle qu’une fois que je l’ai vue,j’ai aussitôt l’Eure et de peur de lui fait mal cdr elle est petite,je lui ai donné un bisou doucement.le plus difficile était après l’anhestesie.les 2 nuits en clinique était pleines de douleurs,et la 1ere levée était difficile.on m’injectait un peu de tout….ma cicatrice guérit doucement,mon bébé m’a laisse un ventre qui n’est pas beau a voir…..

        7. Vos mots me font un bien infini. Ma césarienne date de 13 mois et je dois dire que moi aussi j’ai eu une « petite dame » super… Ça ne répare pas tout mais ça aide ENORNEMEMENT alors MERCI…

        8. Merci à vous « petite dame » vous et vos collègues avez été formidables pour ma cesarienne: un siège.
          Ce moment de la préparation, le froid, la peur, ont été balayés par les gentillesses à mon encontre, tous ont ete parfaits, et je souhaite à toutes les futures mamans une équipe aussi compétente!!!

          Merci merci merci merci

          Une maman comblée par son accouchement

    2. Myriam, si vous adorez votre enfant, tournez vous vers l’avenir. Que vous ayez mis un enfant magnifique c’était la finalité, c’était votre voeu. Restez là-dessus. Maintenant vos souffrances et le traumatisme que vous avez subis dans cette salle d’accouchement, çà ne vous permet pas de vous épanouir, vous n’avez pas besoin de le garder, de le ressasser. Tournez la page et vivez en faisant abstraction de cela. Reprenez votre vie d’avant. Il y a des jours où dans certaines situations on a de la chance, dans d’autres moins. Cà aurait pu bien se passer, mais on ne contrôle pas tout.

      1. Tourner la page n’est possible qu’après avoir pu travailler sur cette expérience négative. Enfouir son mal être est la dernière chose à faire, il faut trouver un exutoire pour aller mieux, réellement mieux, pas faire semblant car l’entourage minimise votre ressenti, vous interdit d’exprimer votre souffrance par un « l’essentiel c’est que bébé aille bien ! ».
        Toute expérience de naissance qui laisse amertume, mal être, séquelles psychologiques, mérite d’être non seulement entendue, mais surtout ECOUTEE.

  3. Pour ma part, j’ai eu 2 enfants par césarienne, à 7 années d’intervalle ,et bien sûre après la deuxième 6 mois plus tard j’ai eu un babybluz et depuis je suis suivie psychologiquement…Mon dernier a presque 10 ans… C’est pas facile…

    1. J’ai eu mes 3 enfants par césarienne, toute seule! Ma fille a 46 ans, césarienne imprévue après 8 heures de travail intense. Mon fils, 2ième enfant aurait 43 ans mais je l’ai perdu accidentellement il y a 20 ans déjà et, mon « bébé » un homme superbe aura 42 ans bientôt…Les gars avaient 15 mois de différence! Père absent souvent et encore plus, solitude, etc…Tout a sauté après18 ans! Depuis…je survis aussi…Je t’envoie des énergies Positives! Il faut CROIRE !

  4. j ai accoucher il y a 3 ans d un petit garçon d une césarienne en urgence donc pas préparez et surtout seul car mon conjoint na pas plus assister je les mal vécu car quand on accouche normalement et qu’ on vous annonce il veux pas venir il fau l aider ou il ne sera plus la on a pas le choix et maintenant qu’ il est la s est ma raison d être on oublie toute la souffrance mais pour moi on ma voler on accouchement c est comme si c est pas moi qui les mis au monde s est une sensation triste et qui fait mal

  5. il y a une erreur dans votre texte on fait une péridurale pour accoucher par voie basse , pas par césarienne on fait une rachi-anesthésie qui endort le bas du corps.
    Ce qui est le plus dur avec la césarienne c est le manque de liens avec l enfant, j en ai eu une il y a 4 ans car mon fils a décider de venir en avance 7mois 1kilo 800 , j ai pas souffert de la cicatrice la vrai souffrance et mental . On ne se sent pas vraiment maman du au manque de contact avec l enfant surtout quand on doit le laisser en néonat .
    j ai mis longtemps a m en remettre mais mon fils à 4 ans et en bonne santé c est le plus important à mes yeux.

  6. Il y’a 9 mois j’ai accoucher par cesarienne d’urgence a 30 SA tout c’est passer tres vite 5 minute pour que mon bebe soie la il mon fait peridural qui na servie a rien j’ai tout senti j’hurler jme demander se qu’il m’arriver mon fils mort née il on reussi a le reanimer j’ai du attendre 1 semaine (complication pour moi aussi) pour pouvoir le voir dans sa couveuse lui toucher sa petite main ensuite le landemain j’ai pu faire le peau a peau juste magique c’ete sensation … Je reqte traumatiser par cette accouchement et les 3 mois d’hospitalisation qui on suivie .. Mais quand mtn je regarde mon fils je suis heureuse de l’avoir au pres de moi il a une joie de vivre il et plien de vie ..

  7. Tout est dit mon fils Timeo a 5 ans
    Il est venu par césarienne car il était en siège donc programmée
    Un manque de ne pas pouvoir s occuper de son petit prince du à rester clouée au lit !
    Le mal de seulement se retourné dans le lit tellement la douleur est atroce
    C vrai il faut des mois pour s en remettre
    Une expérience qui M à marquée
    Heureusement la joie de vivre de mon petit est la mais je oubliais jamais ….

  8. J’ai donner naissance il y a 4 ans a mon premier enfant par césarienne en urgence a 7 mois de grossesse. C’était horrible je n’était pas prête … Il faut dire que j’avais seulement 19 ans … Et puis a Emma il y a tout juste 15mois. Une nouvelle fois par césarienne en urgence mais cette fois ci a terme. Je l’es beaucoup mieux vécu. Je vie en permanence avec le deuil de cette accouchement tant rêver que je n’aurai jamais. Mais mes enfants sont la, magnifique et plein de vie. Si c’était a refaire, ce serai sans hésitation

  9. WOW !!! vous m’avez fait pleurer …….. j’en suis encore toute revirée à l’envers …. en 1986 je me suis levée un matin de janvier et j’allais à l’hopital car je devais accoucher … mon travail était commencé ….. après 16 heures de travail dont 6 heures à pousser on m,as annoncé que je devais subir une césarienne d’urgence car j’allais mourir et mon bébé aussi ni l’une ni l’autre avions assez de forces pour continuer … je me souviens de mon douloureux réveil …… seule dans une grande salle pleine d’inconnus qui se réveillent d’une chirurgie majeure …. quelle peine et quelle souffrance !! dieu que ça fait mal !!!!! physiquement et moralement … ce sentiment d’échec s’incruste solidement en nous ……. j’ai mis 6 mois à me rétablir physiquement …. j’ai eu 4 autres césariennes par la suite … la 2 ième je devais avoir une péridurale … mais j’ai été prise de panique étant seule avec toutes ces machines et un anesthésiste pas très compréhensif pour 2 sous … avant qu’ils débutent et ils ont dû me donner des valliums en intra-veineux …. je n’arrivais pas à contrôler ma panique et mon stress probablement dû à mes souvenirs de ma première césarienne et trop de peine trop de craintes , solitude etc …. puis ils m’ont endormie encore une fois … Pour les autres j’ai demandé à mon médecin d’attendre au cas ou je serais capable … mais rien … toujours ces blocs opératoires …froids et exempts chaleur humaine et attachée sur une table glacée , endormie 3 fois sur 4 ….. ma dernière césarienne m’as un peu réconciliée avec les naissances car j’ai pu avoir une péridurale et j’ai pu voir mon fils à quelques secondes de vie !! j’ai pu lui donner son tout premier baiser à vie :o) !! j’étais si heureuse !! de l’avoir quelques secondes collé sur ma joue et lui redonner un autre baiser avant qu’ils l’amènent ….. le premier baiser le premier regard … wow !! du pur bonheur …..

  10. Bonjour à toutes
    Je suis vraiment touchés de vos témoignages….et cela montre comment la césarienne n’est pas évidente à accepter…pour ma part j’ai eu 2 césarienne car à ce jour j’ai deux filles une de 2 ans et demi et l’autre de 7 mois je dirais que ma sage femme a joué un rôle plus qu’important car lors de la préparation à l’accouchement elle m’a bien fait comprendre qu’il n’y a pas une bonne manière pour accouché et on ne devient pas plus mère si on accouche par voie basse je me dis qu’il a fort longtemps cette pratique « la césarienne » n’existait
    pas et que beaucoup de femme n’ont pas eu la chance que j’ai actuellement car oui je porte une belle cicatrice c’est vrai je n’ai pas poussé pour accoucher je n’ai pas été pour certains membre actif de mon accouchement et tout cela est faux car j’ai gardé un moral de béton lorsqu’ils ont passé le scalpel et que je sentais qu’il me retirait une parti de moi mais j’étais fière de moi et me voyait comme une guerrière quand j’ai vu mes deux bouts choux ce premier regard ces premiers instants qui nous font tout oublier merci césarienne j’ai eu peur j’étais angoissé c’est vraiais je reste victorieuse

  11. C’est vrai que vos histoires sont dures à entendre j’ai subit une césarienne programmée en 2001 pour ma 1ère fille car elle été en siège même si elle est arrivée avant la date programmée car j’ai perdu les eaux tout c’est très bien passé je l’ai vu aussitôt et l’ai nourri au sein aussitôt remonté dans la chambre ! juste en souvenir une cicatrice !!! et ma 2éme par voie basse car elle était bien placée mais la péridurale n’a pas fonctionnée donc beaucoup plus de mal pour un accouchement normal !!! Bon courage à vous !!!

  12. Coucou à vous pour ma part rien n’était programmé! Le 21 décembre 2010 j’ai donné naissance à un beau petit garçon!
    On ne l’attendait pas! 3 semaines d’avance! Moi pas préparée du tout!
    Les heures passent, les contractions sont de plus en plus fortes,… et après 13 longues heures le soulagement! On me fait la péridurale! Ouf! Et j’attend très longtemps, je perd patience, les heures sont de plus en plus longues et ce n’est que 10 heures plus lard qu’ils se décident enfin! « On va aller le chercher » me disent il!
    Ma gynécologue ne s’est même pas présentée! Pourtant elle a eu le temps! Non? (23 h).
    Et c’est avec le coeur lourd que l’on me monte en salle! Moi apeurée car je n’ai jamais subi une opération de ma vie! Encore heureux mon compagnon peut assister!
    Ils me font une grosse anesthésie! Je ne sent plus mes jambes! Je suis soulagée car plus de douleurs mais malheureusement j entend tout et ressent tout!!!
    J ai l’impression qu’on me déchire le ventre c’est l’horreur pour mes oreilles! Je suis secouée dans tous les sens!
    Mais dès que j’ai entendu le cri de l’amour de ma vie et que j’ai pu le voir tout s’est apaisé!
    Une césarienne ce n’est pas rien et malgré que ça fera ci
    bientôt 5 ans la cicatrice tire encore de temps en temps!

  13. Hum , tous ces commentaires, à la fois touchant et douloureux mais aussi pleins d’espoir. Pour moi cela fait 23 ans pour ma première césarienne faites pour soulagée mon bébé car son petit coeur faiblissait , donc le bloc ,la peur ,le froid, la solitude……. Et cet impression de ne pas être à la hauteur . puis l’anesthésie , le trou noir ,les voies de ma famille cet envie imperieuse de la voir et enfin elle est la dans mes bras . elle est belle ma fille, même si au fond de mon être je suis dévastée de ne pas l’avoir vu arriver. Mais malgré la douleur tant physique que morale elle était bien la dans mes bras et j’ai pu m’en occuper même si la douleur me coupé le souffle à chaque mouvement.je suis resté longtemps après notre retour à la maison à revivre ces moments mais en la regardant si pleine de vie j’étais prête à recommencer. Et c’est ce qui c’est passé 3 ans plus tard pour mon fils, mais malgré que celle ci fut programmé les mêmes doutes, les mêmes peurs et les mêmes appréhensions étaient bien présente. J’ai eu une rachilombaire comme anesthésie de ce fait j’ai pu mieux me voir arriver le toucher et l’avoir prêt de moi plus vite. Aujourd’hui , 23 ans plus tard quand j’y pense tout me parait encore si présent dans ma mémoire que je ne suis pas sûre de pouvoir l’oublier un jour !!!!!!

  14. en 2013 alors que j’allais donner naissance par voie basse à mon fils, un problème est survenu. C’est alors qu’ils ont déclenché une alerte rouge afin de me faire une césarienne en urgence. Après avoir subit une césarienne à vif, 2h en salle de réveille et un transfert dans un hôpital à 1h30 de chez nous, j’ai enfin pu rencontrer (le lendemain) l’enfant que j’avais porter pendant 9 mois. La césarienne est un moment très difficile à vivre pour une femme mais le résultat qui en ressort est merveilleux. 2 ans après la cicatrice est toujours là et nous rappelle la souffrance et le combat que nous avons eu. Je porte ma cicatrice fièrement en me disant qu’aujourd’hui je suis une maman comblée.

  15. 2 césariennes, pour 2 raisons différentes, la première il y a 4an et demi… Ma fille s’engageait avec son bras au dessus de la tête, ne voulant pas qu’elle se déchire ou deboite l’épaule j’ai accepté sans trop sourciller l’équipe médicale c’est extrêmement bien occupée de moi, j’ai eu 6 contractions a peine douloureuse,je n’ai rien senti de l’intervention, j’ai eu ma fille presque immédiatement a bras… Il m’a fallu le lendemain pour que je me rende compte que j’etait maman. 2 eme cesa il y a bientôt 2 mois… On me programme une césarienne pcq je contractait énormément mais mon col ne bougeait pas d’un millimètre et le terme était dépassé… Je rentre la veille en urgence pcq grosse contraction soit disant non productive… Il me garde et me mettent sous monito a la fin du monito il ne m examine pas, j’essaye de dormir j’ai mal comme un chien on ne fait rien… J’appelle les infi en pleurant on ne fait rien

  16. Le lendemain matin avant la cesa il m’examine et la a et bien j’etait en plein travail… Il s’en serait rendu compte si seulement il m’avait examiner Qd je pleurais… Cesa annulé je passe en salle de travail ont me fait un péridurale qui ne fait pas d’effet a part un blocage moteur tout le bas dormais a part mon ventre au bout de plus de 21h de douleur je pleure cris et agresse absolument tout le monde… J’ai même eu un moment de démence ou je j’etait pas cohérente.. Et Qd l’anesthésiste trouve enfin comment doser pour que ca dorme le Coeur de mon fils defaille a chaque contraction. Arriver a 9 cm dans d’atroce douleur et partir en césarienne c’est juste horrible… Opération douloureuse, très douloureuse… Pour qu’on me dise voila… Et que je n’entende pas pleurer… Dans la douleur il avait fait caca et avait avaler son meconium… Mon fils était bleu je demandais pq il n’avait pas pleurer et il insistait en me disant mais si il a pleurer et me gazait avec le gaz hilarant… L’horreur je n’ai pus être rassurée que 10min après Qd je l’ai vraiment entendu pleurer… Alors imaginez vous 10 longue minute ou tout le monde autour de vous vous mente ou l’on vous remet de force a chaque fois un masque pour vous empêcher de réagir mais aussi 10min ou vous pensez que votre enfant est mort… Qd le papa est arrivé avec notre fils s’asseoir a coté de moi avec notre trésor en peau a peau j’ai enfin réussis a respirer… Notre trésor se porte mnt a merveille mais par contre si un jour je dois de nouveau être enceinte plus jamais cette hôpital ne me verra…

  17. J’ai eu 2 enfants nés prématurément le 1er à 27 ans il est né à 6 mois le 2ème à 21 ans il est né à 7 mois, 2 hématomes retro placentaire donc a chaque fois hémorragie. Endormie totalement et j’ai vu mes petits que 10 jours après (car coma à chaque fois). Après le dernier on m’ annonce un cancer juste derrière je m’en suis sortie. Sans compter qu’avant le 1er enfant j’ai mis au monde 2 enfants mort nés (accouchement normal) 1 à 6 mois de grossesse et le 2ème à 7 mois et qu’il a fallu enterré. J’ai été très traumatisé il n’y avait pas de suivi psy à cette époque ce n’était pas comme maintenant. Maintenant ils sont grands ils n’ont eu aucun soucis de santé. Ils sont ma vie

  18. J’ai eu trois césariennes: 1978, 1980 et 1986. Aux deux premières, j’ai été anesthésiée, car les épidurales étaient encore trop risquées (risque de paralysie). Je n’ai donc pas voulu prendre de chance. Cependant, j’étais bien triste de ne pas pouvoir vivre ce moment magique. Lors de mon premier accouchement, je me suis réveillée en pleurant. C’est bizarre vous allez me dire, mais ma conscience, ou enfin, une partie de moi était dans le couloir et mon corps dans la chambre d’hôpital et je m’entendais pleurer. Finalement, je suis revenue dans mon corps et je pleurais, effectivement, à grosses larmes. Les premiers mots qui me sont venus sont: « où est mon bébé? je veux voir mon bébé ». J’ai pu le prendre dans mes bras que le lendemain, à mon grand regret.
    Lors de mon 3e accouchement, je savais bien que c’était mon dernier, car c’était déjà risqué d’avoir 3 césariennes, je me suis dit que je voulais absolument assister à cet accouchement. C’était moins risqué pour l’épidurale. Ce moment était pour moi d’une grande importance, je tremblais en dedans et, effectivement, j’avais peur, car je connaissais la souffrance qu’il me faudra endurer pendant des semaines. Les infirmières et le médecin jasaient entre eux et avaient beaucoup de plaisir. Je me sentais comme un meuble, c’était tellement routinier pour eux alors que pour moi, c’était l’un des plus grand moment de ma vie.

    Au dessus de moi, il y avait une lumière avec du chrome autour, c’était comme un miroir, j’ai levé les yeux sur cette lumière juste au moment où ils me coupaient le ventre!! J’ai eu comme un moment de panique car, on sent les manipulations mais pas le mal, c’est bizarre en fait. Disons que j’étais pas très bien et le médecin m’a tout de suite dit, je vois votre bébé, et là, je ne pensais plus qu’à mon enfant et j’ait tout oublié, mon coeur battait la chamade de bonheur et j’avais tellement hâte de le voir!!!!! Le médecin à la con a même fait une joke « il a une grosse tête, tout comme sa maman » et ils riaient tous. Comme c’était indélicat!

    Je termine ici en vous partageant le bonheur que j’ai eu d’assister à un vrai accouchement, celui de ma soeur. Il y avait une sage femme près d’elle, beaucoup plus sage que l’équipe médical qui était à mon accouchement. Lorsque je suis arrivée à l’hôpital avec ma mère, nous avions demandé si nous pouvions entrer dans la salle où était ma soeur. L’infirmière est allé lui demander, ell était en plein travail. Malgré tout, ce fut une joie pour elle ne nous voir arriver juste au bon moment et partager, en toute complicité de mère, fille et soeur, un moment si important. Nous sommes donc entrées toutes deux dans la chambre. On voyait la tête du bébé. J’étais si émue, je n’arrêtais pas de pleurer et je tremblais. C’était là un moment vraiment magique. Je ne savais pas que c’était si fort et si beau un accouchement naturel. Donc, d’une certaine façon, j’ai vécu les deux types d’accouchement 😉

  19. Bonjour à toutes,

    J’ai lu vos commentaires et je me suis reconnue un peu dans certains.
    Il y a presque 5 ans j’ai mis au monde mon fils en césarienne d’urgence.
    J’ai comme certaines senti la peur, l’angoisse, la tristesse de laisser mon compagnon seul aux portes du bloc opératoire, mais j’ai aussi senti le bonheur suprême de le toucher, le sentir, l’embrasser avant qu’ils ne l’emmènent… Puis la frustration, car le peau à peau c’est papa qui l’a fait… Les heures d’attente pour le découvrir, le toucher réellement et le nourrir…

    Mais qu’importe, j’ai récupéré très vite, le lendemain j’étais debout comme si de rien n’était ! Hormis la cicatrice, juste la trace des 28 agrafes qui me rappelle cette césarienne, je n’ai ni souffert, ni vraiment attendu, je n’ai même jamais senti les contractions… Pour moi ça a été l’accouchement idéal…
    Si demain je devais avoir un autre enfant, j’espère que l’accouchement serait aussi facile.

    J’entends les ressentis de toutes ces mamans qui ont eu la sensation d’avoir raté l’arrivée de leur enfant, je l’ai ressenti moi-même mais ça a disparu dès que j’ai entendu mon fils pleurer…

    Bon courage à toutes

  20. Merci de pensez à nous et à nos histoires
    Pour ma part j’en ai eu 3 césariennes mais 3 différentes aucune ne ressemble à l’autre.
    Le stress, la peur ne nous lâche pas.
    Nous ne pouvons oublier cette épreuve nous sommes marqué à vie physiquement.
    mais ils sont si beaux nos enfants

  21. G accouché pas césarienne en urgence après 14 h de travail mon fils C est engagé mais à relever la tête. Il a donc fallu faire vite. J avais totalement confiance en l équipe et je l ai remercie. Ils ont été à l écoute mon parler tout le temps et des qu il est née me l on posée contre ma joue. Mon mari a pu assister dernière la vitre. Je remercie encore toute l équipe d avoir été si humain. Et ma genico une vrai couturière je j ai presque plus de trace de la cicatrice. Ce n est pas l accouchement que l on souhaite mais mon fils et en super forme, je vais bien C l essentiel. Mais j avoue que le plus dur a été lorsque j ai enlever le pansements et vu la cicatrice. J ai pleuré un long moment.
    Merci pour ce beau texte et ce bel hommage.

  22. 2 grossesses, 2 césariennes que j’ai demandé et donc que j’ai eu, supers moments avec l’ équipe chirurgicale, heureuse d’ avoir mon mari a mes côtés pour accueillir nos filles a 4 ans d’ écart . Et 3 jours apres a chaque accouchement, j’ étais de retour à la maison en pleine forme et avec mes 17 agrafes !!! Bref, si c’ était à refaire je le referais sans problème car trop peureuse pour accoucher par voie basse !

  23. Merci, j’ai dut accoucher par césarienne d’urgence car bébé était écrasée par les contractions trop fortes et son coeur a descendu à 40 battements minutes 2 fois. Heureusement j’étais à L’Hôpital Sainte-Justine, un des meilleur qui soit pour les naissances et je n’ai pas trop eut peur, mais j’ai à peine eu 20 min pour me faire à l’idée et ensuite ma petite était sortie. Papa l’a tenue dans ses bras pendant environ 60 min pendant qu’ils recousaient les différentes couches de muscles, d’organe et de peau. Ça m’a pris 3 semaines avant de m’en remettre un peu et 3 mois pour être complètement bien. Mes nerds ont encore un peu de difficulté 1 an plus tard.

  24. Merci pour ces témoignages poignants. En 2013 j’ai donné naissance à une magnifique petite fille par césarienne. J’aurai aimé accoucher par voie basse mais il m’en était impossible. Ayant eu de multiples fractures : bassin, fémur, coccyx, lombaires, il n’y avait pas le choix. J’ aurai aimé que l’intervention ce passe bien , j’aurai aimé de pas rester seul avec mes peurs de ne pas voir revenir le personnel car mon enfant a fait une détresse respiratoire. J’aurai aimé vivre ce moment ou l’on accouche naturellement comme je l’ai fait pour ma 1 ère fille en 2011 malgré là aussi des complications. A 8 mois de grossesse nous avons failli mourir d’une toxémie gravidique. Le seigneur nous a laissé en vie, j’ai pu ensuite redonné naissance après un coma en 2012 et aujourd’hui je suis enceinte de 7 mois. Voilà mon histoire. Bientôt maman d’une 3 éme petite fille, je ne peut être que comblée.

  25. C’est triste toutes vos histoires…
    Pour ma part, j’ai accoucher de ma fille par voie vaginale et, 3 ans plus tard, du avoir une césarienne cédulé pour mon fiston qui était en siège… Mais j’ai eu une « belle » césarienne; après avoir fait le deuil de l’ accouchement que j’avais prévue (c’est ce qui a été le plus difficile je crois!) j’était sereine avec l’idée… Mon conjoint était présent et nous avions une bonne équipe autour de nous! J’ai aimé voir papa faire le premier peau à peau avec notre fiston!… Après 3-4 jours j’étais parfaitement rétablie (juste avec quelques précautions….) Je ne garde aucun traumatisme de cette naissance, même si ce n’était pas celle que je souhaitais… Fiston à maintenant 17 mois…
    Alors, comme quoi, une césarienne peut être un bel évènement! …

  26. Merci, merci pour ces belles phrases!
    J’ai eu ma césarienne en urgence il y a presque 3 ans et j’ai encore du mal à m’y faire… L’impuissance, la solitude, la souffrance. Et l’incompréhension des personnes à qui on en parle. Et surtout les « moi j’aurais préféré accoucher par césarienne »!
    Cette « séparation » brutale d’avec son enfant est tout simplement terrible. Et encore plus pour les femmes comme moi qui ont dû être totalement anesthésiées… Pour ma part, j’ai toujours cette impression d’avoir loupé quelque chose. D’avoir loupé cet accouchement, d’avoir loupé la première rencontre avec mon fils. Je me suis plus au moins rattrapée ensuite. Je ne sais pas si c’est une bonne chose mais maintenant le lien que nous avons tous les 2 est plus fort que tout.
    Encore merci pour ces belles phrases mais surtout pour cette « reconnaissance » envers toutes ces femmes qui donnent la vie « à leur façon »…

  27. Je croyais que l’obstétrique évoluait dans le bon sens mais il semble qu’il y ait encore de sérieux « ratés »! J’ai mis au monde par césarienne en 1988 une petite fille apres 37h de travail! Inutile de vous décrire l’état dans lequel j’étais, épuisée et hagarde de douleurs. Le chef de service de la tres célèbre maternité ou j’ai accouché était un vieux « con » de plus de 70 ans qui considérait que les femmes devaient accoucher naturellement! Il a fallut que notre pronostic vital (mère et enfant) soit engagé pour qu’il accepte que mon gynécologue pratique une césarienne en urgence! Une horreur absolue, je n’ai vu ma petite que le lendemain et ai mis plus de 5 jours a l’accepter comme ma fille! Je me faisais l’effet d’être un monstre car je n’avais aucun Amour pour elle! N’ayant pas de lait, une couche de culpabilité m’a été remise par les infirmières, je n’étais pas une bonne mère! 10 jours après mon retour, j’ai du retourner a l’hôpital car j’avais une éventration! Et pour ajouter une cerise sur le gâteau je suis devenue totalement incontinente malgré toute la rééducation! CEPENDANT CAR IL Y A UN CEPENDANT, 2 1/2 ans plus tard j’ai mis au monde une deuxième fille ! Par césarienne, une merveilleuse césarienne, programmée et comprise! Dans la même maternité mais où la direction avait changé. Mon gynécologue avait pris la direction du service et tout était différent! Consciente tout le temps de l’intervention, j’ai eu le bonheur de vivre en direct la découverte de l’enfant à travers les yeux et les paroles du chirurgien, ses mimiques, ses réactions. Bref un moment merveilleux accordé par un homme et son équipe qui avait compris la douleur de la première fois! Un chirurgien qui a réparer physiquement (relève d’organes comme pour une personne de + de 70ans) et surtout moralement les dégâts de la première intervention. 4 heures apres dans ma chambre je donnais le premier biberon a une petite fille que j’ai aimé immédiatement! Un petit bébé qui était dans ma chambre et non en pouponnière! Que je pouvais voir et toucher sans interdictions! Dans un service ou on ne vous culpabilisait pas si vous n’aviez pas de lait! EN CONCLUSIONS, faire une enquête tres sérieuse sur le service maternité, même si votre obstétricien est génial vérifiez le service, écoutez les accouchées! La césarienne est parfois nécessaire, elle nous sauve la vie ainsi que celle de notre enfant mais n’allez pas accoucher n’importe ou!

  28. J’ai eu deux césariennes. La première une histoire d’horreur. Après 60 heures de travail naturel, le médecin en chef à décidé que c’était assez et que je devais avoir une césarienne. Ok, Go moi je ne voulais que voir mon fils au plus vite. Une fois dans la salle d’opération on vérifie que je suis bien gelé, tout est ok . Tout d’un coup, aïe j’ai mal, je sens le scalpel. L’anasthésiste Mé redonne un bolus et là le cauchemar commence, j’ai dégelé. Je me suis mis à tout sentir. Je pleurais, je criais, le haut de mon corps tremblait … Mon conjoint assistait à tout ça en pleurant impuissant. Tout ce dont je me rappelle, c’est qu’une fois mon fils sorti je l’ai embrassé et dit à mon conjoint de le suivre et là je leur ai dit ok c’est assez et ils m’ont endormi. J’avais refusé avant je voulais le voir naître. Conséquence de tout ça, j’ai bégayé durant une semaine, sous le choc. J’ai fait des cauchemars durant des mois. Le lendemain le personnel était sous le choc, certaines pleuraient. Lors de mon accouchement ils ont déchiré mon utérus du côté droit résultat je n’ai pu essayer d’avoir un autre avant deux ans. Et puis, ils ont coupé un nerf qui relie ma jambe gauche, donc je n’ai plus de sensation dans la cuisse. Bref, une chance que mon ptit homme était un ange. C’est lui qui m’a permis de passer à travers tout ça.
    Pour ma deuxième césarienne, je peux vous dire que j’avais peur. Mais tout s’est bien passé. Césarienne un peu plus longue que prévue puisque suite à la première j’avais des adhérences ce qui a compliqué un peu le tout, mais rien de plus. J’en riais tellement j’étais soulagée.
    Donc, oui l’accouchement naturel est aussi un acte d’amour pour ces petits êtres, mais pour mon expérience la césarienne en est tout un aussi.

    1. moi j’ai accoucher en 1972 des jumeaux !!! j’ai du accoucher normalement et sans péridurale ..pourtant mon premier fils est née en siège le 2em ca été !!! dieu sait se que j’ai souffert  »’ je me demande parfois encore pourquoi il n’a pas fait une césarienne ils avaient 3kg 100 et 3kg 300 mais je les aimes de tout mon cœur depuis 43ans ……….. ils sont le 3eme et 4eme de mes 4 fils

  29. Le 12 octobre 2015 je ferai ma 5 ème Césariennes même si ce n’est pas moi qui et mise au monde mes garçons ce passage au bloc me donne la sensation avec les douleurs qui suivent que je suis belle et bien maman…. kenzo enyo alonzo Valentino ( milano) je vous aimes mes bébés

  30. il y a 4 ans 2 mois et 20jours mon fils naissait par césarienne j’ai su que j’en aurais une 2 jours avant sa naissance. sur le coups en panique et triste de ne pouvoir accoucher normalement me sentant comme une incapable tout ceci s’est évaporer quand j’ai entendu son cri c’était une césa semi programmer car ils ne m’avaient pas donner de date pour rentrer a la mater et ils m’ont également laisser en travail. mon fils a décider de pointer son nez 3 jours avant termes j’ai donc pu ressentir les premières contraction du travail pendant quelques heures avant d’être envoyer au bloc j’ai étais très malheureuse de ne pas avoir eu mon mari a mes cotés lors de l’intervention. je suis actuellement enceinte de bébé 2 prévu pour le 25 décembre j’ai 50% de chance d’accoucher par voies basses et 50% de chance d’accoucher pas césa peu importe comment bébé naitras je pense que je ne le vivrais pas mal du moment que maman et bébé se portent bien et le savoir en bonne santé m’iras bien

  31. Bonjour j’ai eu 6 enfants : 3 filles par voie basse (2002 – 2004 – 2008) puis en 2010 naissance de mon fils césarienne en urgence après m’avoir laisser 3 semaines avec la poche des eaux percée !! Il est né à 29 semaines pesait 1.910 kg lorsqu’il l’ont sorti de mon ventre il a pleuré mais ils l’ont emmené tout de suite au vu du terme il fallait le mettre en couveuse je ne l’ai pas vu ! mon mari l’a vu furtivement mais n’a pas eu le temps de le prendre dans ses bras !! j’ai demandé des nouvelles de mon fils régulièrement et ont ne m’en donnait pas et 2 heures après sa naissance on est venu m’annoncer son décès !! Nous avons décidé de faire faire une autopsie en se disant qu’il avait peut être une malformation et là le verdict tombe un bébé tout à fait normal et très beau pour le terme !! Il est décédé d’une chorio amniotite aigue depuis nous avons eu deux autres petites filles !! mais nous n’aurons jamais la chance de serrer notre fils dans les bras ! Et les commentaires des gens : que des filles et bien ça doit être dur pour le papa il aurait bien aimé avoir un fils certainement !!! Que dire ???

  32. Pour ma part je n’ai pas pu avoir mon conjoint avec moi du début à la fin et je ne l’ai revu ainsi que mon bébé que 3h après mon accouchement car mes jambes ont mit du temps à revenir après la rachi-anesthésie….. Moment très difficile, que je ravale toujours aujourd’hui même si j’ai tourné la page, c’est toujours là….. Pourtant prévenu 15 jours avant, césarienne programmée car bb en siege…. perso, je n’ai pas le sentiment d’avoir accouché… Grossesse très difficile tout du long, dépression post partum par la suite…… bref voila voila! en tout cas merci pour cet article, je me sens bien plus belle et courageuse grâce à vous ! 🙂

  33. Moi, j’ai 4 césariennes en espace de 12 ans entre la première et la toute dernière qui vient d’avoir 2 ans. Mon corp a changédans son apparence. Je suis marquée à tout jamais. J’ai un tatouage bien tracé, caché à un endroit bien précis. 5 jours après l’opération, je n’arrive pas à me tenir droite, me déployer comme il faut. Me lever du lit et me mettre debout c’est un combat, un defit qui peut durer 2 à 3 semaines après. Pour ne citer que cela. Mais, quand je regarde mes enfants; je suis fière d’avoir risqué ma vie pour qu’elles soient là aujourd’hui. Je bénirai le nom du Seigneur infiniment pour sa présence à mes côtés à chaque fois que ça se présente et t que j’ai pu passer à travers. Merci aux médecins pratiquants et aux professionnels de la santé pour leurs bons travails et leurs supports apporté aux patientes comme moi. Une césarienne n’est pas une chirurgie esthétique qu’on décidé et planifié. Pensez-y!

  34. J’ai 7 enfants, 5 accouchements naturels et deux césariennes. A la fin de ma derniere grossesse, l’idée d’accoucher par voie basse me terrifiait à un point tel que je ne pourrais le décrire. (Comme à chaque accouchement sauf pour ma première)

    Quel ne fut pas mon bonheur de savoir que j’aurais une césarienne comme à ma 4 ème. J’ai vraiment TOUT fait pour avoir une césarienne. Même masser mon ventre en cercle puis vers le bas pour bien ancrer ses fesses pour l’empêcher de se mettre la tête en bas.
    Bref, c’est avec joie que j’ai vécu ma césarienne. Si je devais avoir d’autres enfants, je prierais le ciel pour ne pas avoir à accoucher par voie basse.
    La souffrance des contractions jamais soulagées même avec les anesthésiants, l’impossibilité de savoir quand la douleur s’ arrêtera, les nausées du à la médication, la fatigue immense après avoir combattu la douleur et pousser de toute ses forces etc
    L’accouchement par voie basse, c’est là l’un des plus grands actes de courage qu’une femme ne pourra jamais posé.
    Une césarienne c’est facile, tu te couches sur l’dos et tu laisses les autres faire le travail pendant que tu te reposes y’a rien là!

  35. Merci pour ces belles vérité . Mon fils a maintenant 13 ans , j avais que 17 ans à l époque. Tout c est passer très vite entre l annonce que bébé souffrait et la décision prise et accepter de la césarienne . Seule dans la salle opération c est très dur mais j avoue avoir une gyneco formidable qui m’a rassuré tout le long et qui m expliquait ce qu il fesait . Bébé 2 arrivé par voie basse comme quoi chaque grossesses et chaque accouchement et différents .

  36. J’ai eu deux césariennes prévues en 1997 et 2000. La première, c’était un siège et la 2e parce qu’on a d’abord donné le choix (et je l’ai choisie), mais finalement je n’aurais pas eu le choix car à la fin il y avait des risques de rupture de l’utérus. On a tenté de me faire une version à 37 semaines pour le 1er et ça n’avait pas fonctionné. Il est né à 39 semaines sans contraction. J’ai eu une épidurale. Tout était prêt à 11h50 et il est né à 12h pile. 10 minutes. Ce que j’ai moins aimé, c’est que mon conjoint devait être à côté de moi. Ils l’ont fait entrer par le fond de la salle et il a bloqué à l’entrée lorsqu’il m’a vu toute ouverte. Le médecin a demandé qu’on lui apporte un banc pour qu’il s’assoie. Je répétais : « il est où mon conjoint, il est où mon conjoint ». Lorsque notre fils est sorti, il n’a pas respiré tout de suite et ça l’a fait paniquer mon conjoint. Lorsque l’on me l’a montré, je ne le voyais pas à cause des médicaments (je réagis plus fort souvent aux médicaments). Je devais passer un certain temps en salle de réveil et on m’a laissé au moins le double du temps. Mon conjoint a suivi notre bébé jusqu’à la pouponnière et m’a ensuite attendu à la chambre. Il a trouvé le temps long et se demandait pourquoi je n’arrivais pas. À cette période, les bébés passaient beaucoup de temps à la pouponnière et j’aurais aimé l’avoir plus souvent avec moi dans la chambre (sauf une nuit où j’étais trop vidée). Ma 2e césarienne ne s’est pas passée de la même façon. J’ai perdu les eaux. J’ai eu le temps d’avoir des contractions de plus en plus fortes. Il y avait un peu plus d’urgence dans l’air. On a raté la première tentative pour l’épidurale et ils ont recommencé. Ensuite, tout s’est bien déroulé. Pour mes deux expériences, j’étais un peu gênée à côté des mamans qui avaient accouchées naturellement car cela s’était passé en peu de temps et sans vraiment de souffrance. Par contre, ce sont les 4 mois qui ont suivi qui étaient plus difficiles car je n’avais jamais manqué d’énergie de ma vie et là, j’ai vu ce que c’était d’avoir une limite. Je pleurais parfois la nuit pendant que j’allaitais car j’étais brûlée, mais ça n’a pas été plus loin que ça.

  37. j’ai subi deux césariennes dues à un bassin trop étroit et une hypertension. La première c’était 1993 j’ai été complètement endormie et non préparée. Après 3 heures de travail j’ai fait un œdème de Kinque. Je n’ai pu voir mon bb que le lendemain. 5 ans plus tard, encore une autre après un décollement placentaire mais très dur cette fois ci car j’ai été dans le coma pendant 5 jours avec deux arrêts cardiaques durant l’opération. Aujourd’hui, j’en souffre encore de ce moment. Mais heureusement que le sourire de mes deux garçons est un rayon de lumière dans ma vie.

  38. Les photos sont superbes, les mots magiques, on se sent plus forte…
    Pour ma part, 3 césariennes, c’est vrai que c’est difficile mais le plus choquant, c’est le fait de nous enlever notre petit bout dès sa naissance et partir en salle de réveil.
    Cependant ce qui m’a le plus blessé, c’est que sur la carnet de santé de ma grande, il est noté, césarienne suite à échec à l’accouchement.
    Ce mot m’a déprimé longtemps, j’entendais des voix qui me disaient « tu es incapable de mettre un enfant au monde » pas facile à gérer mais tout çà c’est du passé
    ma grande va avoir 20 ans, ma 2ème 15 ans et ma petite dernière 10 ans, elles sont belles, en excellente santé et je suis très fière.

  39. Ma fille a maintenant 30 ans. Elle est née par césarienne parce que j’ai fait une complication grave de grossesse; l’éclampsie. Quand mes eaux ont crevé, elles étaient brunâtres . Le placenta était décollé de 1/3 et on a failli nous perdre toutes les deux. Aux USI, on m’a dit quand j’ai été mieux que l’on a failli me perdre à cause du danger d’embolie amniotique ( mortel). La césarienne nous a sauvé la vie…j’ai mis du temps à m’en remettre, mais heureuse d’être en vie et ma fille en bonne santé…

  40. Perso, ma 1ere césarienne a été très dure, d’abord parce qu’on me l’a annoncé le samedi après midi pour le lundi, ensuite pare que au cours de l’opération, je me suis trouvée mal (forte baisse de tension), je n’ai pas entendu mon fils crier, je me demandais si tout allait bien.

    Et surtout mais surtout, j’ai mis 3 mois à me dire que c’était mon fils, je le tenais dans mes bras, je le changeais, je l’embrassais, je le nourrissais aux seins, je me forçais à le regarder dans les yeux et lui dire: » je t’aime », mais le cœur n’y était pas, je n’arrivais pas à me dire qu’il n’était plus dans mon ventre, et que le bébé que j’avais en face de moi était bien le MIEN…

    Les douleurs, l’opération, le fait d’être seule, ça se gère; le coté émotionnel non… Même aujourd’hui je m’en veux pour ce tit bout (21 ans aujourd’hui), que je n’ai pas pu aimer correctement….

    Et à cette époque aucune aide psychologique m’a été proposée, j’espère que depuis ça a changé…

  41. Ben dis donc…

    Y’en a pour qui ça s’est vraiment mal passé…

    Pour ma part, la césarienne était au contraire un grand soulagement…
    Petit bout, en dépit de la perte des eaux, ne voulait pas sortir.
    J’ai été déclenchée une 1ère fois mais les contractions étaient trop espacées pour être utile.
    On m’a déclanchée une seconde fois le lendemain matin (vers 8h). J’ai eu des contractions douloureuses et proches pendant des heures. A 15h, je n’étais qu’à 2,5cm mais ils m’ont proposé la péri. J’étais ravie… Sauf que l’anesthésiste a mal visé et les sensations sont revenues côté droit au bout de 2h à peine. A 18h, le col n’était pas ouvert à plus de 3cm. C’était clair que petit lou ne voulait vraiment quitter son nid douillet…

    Sauf que ça faisait presque 2,5j que j’avais perdu les eaux donc y’avait un risque infectieux…
    Donc, à 19h, ils se sont enfin décidé à le faire sortir par césa… Ouf !
    La rachi a été impeccable…Une vraie statue de pierre des côtes jusqu’aux orteils. Nickel ! J’étais bien ! Finies les contractions sans fin !

    Mais c’est vrai que j’angoissais (ils avaient loupé la péri alors bon…)
    Mais les infirmières m’ont rassuré, ont blagué avec moi. J’ai tout de suite senti que tout se passait au mieux donc je me suis détendue. Quand ils ont ouvert, j’ai juste eu l’impression que le chirurgien jouait gentiment du tam-tam sur mon bidou, c’était rigolo…

    Et là, enfin…On me présente un petit être à peine plus grand qu’un chiot, emballé dans une micro-couverture, avec une petite chaussette en guise de bonnet. Et là, pouf ! Le coup de foudre pour cette petite chose fragile que j’ai pu embrasser vite fait avant qu’ils aillent le nettoyer et faire tous leurs check-ups…

    Je savais qu’il allait bien. Qu’en dépit de ses 3 semaines d’avances et de ses petits 2,750kg, il allait bien grandir dans une famille aimante. J’ai donc attendu sereinement qu’on me referme, qu’on me remonte dans la salle d’accouchement pour la tétée d’accueil. (Oui, j’ai eu du bol…c’était le w-e du 15 août donc ils m’ont fait grâce des 2h d’attente habituelles).

    La tétée d’accueil a été au poil. Grâce à des infirmières très compétentes.

    Et grâce à la rachi et à la perf, je suis restée éveillée toute la nuit, sans aucune douleur.
    J’ai donc pu garder mon bébé dans les bras toute la nuit. Le rassurer avec mes caresses quand je le voyais faire des cauchemars, le bercer et le serrer fort contre moi. Dans le calme et la sérénité…Pendant que son papa récupérait de la journée tout près de nous…

    Sans cette césarienne, je n’aurais donc pas pu passer la plus belle nuit de ma vie avec le nourrisson qui est aujourd’hui un grand et beau garçon de 2 ans qui fait la fierté de toute la famille ^^

  42. Merci merci. Qu’il est bon d’entendre que nous sommes courageuses…… contrairement a ce que certaines personnes peuvent penser ce n’est pas un choix pour la majorité des cas. J’ai eu deux césariennes pour mes trois enfants. C’est comme ça, mon bassin n’est pas assez large.
    La première c’était il y a presque 19 ans. Mon fils était de siège en plus de mon petit bassin. Tt c’est très bien passé. Il m’a fallu un peu plus d’un mois pour m’en remettre totalement. Pour la seconde c’était il y a presque 6 ans pour mes jumeaux. La césarienne était prévu le mercredi mais le mardi après midi un des deux en avait décider autrement. Là bran le bas de combat pour les équipes car pour des jumeaux il faut 2 équipes pour gérer chaque enfant. Tt le monde a été réactif et là encore tt s’est bien passé. Il m’a fallu un peu plus de temps pour me remettre car la il faut s’occuper de deux enfants.
    Il faut savoir que lorsqu’il y a cesarienne il y a des choses que l’on ne peut pas faire tt de suite pour ne pas risquer une éventration. Mais on n’a pas le choix quand le papa n’est pas là.
    J’ai une cicatrice, des vergetures, un ventre déformé par la grossesse gémellaire mais pour rien au monde je ne recommencerai pas si il le fallait.
    Alors oui je pense que ns sommes des femmes fortes mais ttes les femmes sont fortes .

  43. bonjour pour ma part j ai eue 2 cesarienne obligatoire pour mon fils tt cé bien passer, malgré la douleur l essentiel pour moi etais d avoir mon fils a mes cotés et ça cété le plus important.. pour ma fille cété different 2 rachis louper et la cesarienne réouverte, dc il a fallu repasser au bloc il y avais bcp de stress car elle etais malade a la naissance…malgré tt je regrette rien cé ma plus belle reussite

  44. Bonjour à tous,
    J’ai pour ma part eu 4 grossesses dont 3 naissances par césariennes!

    La 1 ère en 1983 sous anesthésie générale j’ai vu mon fils le jour même j’en garde un excellent souvenir une équipe extra préparation parfaite avec explications , musique pendant l’anesthésie

    La 2 ème en 1988 sous péridurale alors si vous avez le choix optez pour cette option! géniale!même hôpital que pour mon 1er une équipe différente mais toujours aussi extra!j’ai vu mon fils de suite quel bonheur!

    et la 3ème en 1989 sous péridurale programmée mais une complication et on a fini en générale! même équipe en totale confiance explications données j’ai vu ma fille quelques heures plus tard!Magnifique !

    Je pense qu’il ne faut pas hésiter à demander le déroulement de l’intervention exprimer son inquiétude face à une naissance par césarienne !

    L’équipe que j’ai eu a été formidable! ils ont su dédramatiser , expliquer , rassurer !

    On a juste une CHANCE FORMIDABLE d’être mère au 21ème siècle !Beaucoup avant mourraient en couche ou donnaient naissance à un bébé mort né car un accouchement long et difficile!
    Alors oui on aurait pour la plupart aimées accouchées « normalement » mais voilà le « normalement » aurait été une mise en danger de l’un ou de l’autre voire des deux !
    Donc pour toutes celles qui en on peur ou qui regrette car pas vu de suite BEBE je vous dis au contraire soyez heureuses d’avoir la chance de LE voire même si c’est deux jours après !

    Bon courage à toutes!

  45. Aucun problème avec ma césarienne! C’est beaucoup plus simple qu’un accouchement naturel d’un bébé de 10 livres!!! (mon premier accouchement)

  46. Moi j ai subie trois cesarienne car moi basin trop petit et sa date moi premier s etait a 7mois et demi et sa lui 11ans aujourd hui moi deuxiene a 10 ans et la cesarienne etait a 6mois et demi et mon dermier il a 9ans et la casarienne a 8mois alors les cicatrice et mes beau et mauvais souvenir car j ai falli perdre ma vie sens sa merci a la medecine

  47. bonjour , je suis enceinte et j’entend souvent plusieur histoire d’horreur qui vienne de l’hopital de ma région …. et par histoire d’horreur je ne parle pas de la césarienne mais des médecins qui decide qu’ils ont pas de temps a perdre parceque tu fait un travail de plusieurs heures pour accoucher donc pour que ca aille plus vite pour passé au prochain client ils font une césarienne … si il y as vraiment des médecins qui font ca honte a eux !

  48. Bonjour
    J ai mit 3 enfants au monde quelle merveille que la maternité
    L inconnu je l ai vecu comme toute mere qui met au monde
    son premier
    Voici mon histoire:J etais a la veille d un déclenchement prevu pour le lendemain
    On etait en pleine canicule repas leger au souper exiger par l hopital nuit quand meme assez paisible revessant de tenir mon premier bebe reveil tot avec un dejeuner leger aussi on suit les instructions…valise dans l auto et c est partit
    installation dans la section chambre de travail….injection du produit par voie uterine et l attente avec verification fréquente de la dilatation du col
    pendant toute une journee j ai entendu des femmes en travail des cris de bebe et moi l attente….en soiree on a decider de crever mes eaux le travail se faisait trop lentement….je rappel ici
    la canicule un maigre dejeuner dans le corps depuis le matin pas rien a manger ni a boire de la journee…..il faisait extrêmement
    chaud
    Pas de ventilation …
    Youpi le changement de chiffre du soir m a permit un bain les lumières eteintes avec musique et j ai pu sucer de la glace ..l infirmiere la plus cool que j ai rencontrer ….elle m a masser!!!!
    Le travail ne se faisait plus alors le déploiement du materiel en vue de la césarienne m a environnee
    Je me rappelle ce vide qui m a envahit….l inconnu m a visite a nouveau
    Oui c est vrai l equipe parlait de tout et de rien surtout de cette canicule qu on vivait
    et cette infirmiere qui est revenu me voir me tenant la main pour me souhaiter bonne chance
    l accouchement par cesarienne n est pas ce a quoi on se prepare durant la grossesse surtout au premier …mais ma fille a vu le jour 24 heures plus tard que prevu quel soulagement!!!
    On oublie tout lorsqu on tient ce petit etre dans nos bras…on retourne chez soi avec une cicatrice et de la douleur et on s oublie..
    les 2 autres enfants que j ai eu par la suite on vu la lumiere par voie naturelle une césarienne un jour ne veut pas dire toujours par la suite…
    ce fut des accouchements tres difficiles au meme titre que ma césarienne ..j estime l article ci haut mais je peux dire que cela rejoinds toutes les femmes qui mettent un enfant au monde quelque soit comment il le font chaque naissance est unique chaque naissance a son histoire ..etre forte courageuse et belle peut etre pour ceux qui nous regarde mais la verite est plutot laisser la nature suivre son cours je suis aujourd hui fière de mes 3 enfants!!!

  49. Il y a bientôt 9 ans j’ai accoucher a 34 semaine de mon garçon prématuré. J’ai fait une esclampsie sévère. Je ne me souvient de rien ou presque. Mon fils a été transférer a un autre hôpital et moi j’ai du être hospitalisé 5 jours a l’autre. J’ai vu mon fils et il avait 5 jours de vie. Pour ma 2e je le savais que j’allais avoir une césarienne. Je me suis préparer et je l’ai tellement savourer du moment je suis rentrée dans la salle opération jusqu’à ce que je sorte du bloc. C’était merveilleux comme moment. J’ai des photos de ce moment, j’étais geler mais j’ai tout ressenti l’amour et la sorti de ma cocotte. C’était un moment merveilleux

  50. Pour la naissance de mon premier enfant j’ai subit une césarienne, en urgence car il était en difficulté, j’ai fondu en larmes car je savais que pour lui se serait difficile dans la mesure ou on avait détecté une grave malformation. Ses chances de survies étaient minimes, j’avais donc très peur de le perdre car je l’avais senti grandir en moi pendant 9 mois. Quand la sage femme m’a dit qu’on allait me sonder, j’ai éclaté en sanglots, on ne m’avait pas prévenu qu’il fallait mettre une sonde urinaire pour cette acte chirurgicale. L’équipe médicale a été sympa mais je les sentais plus préoccupé pour le bébé que pour mes états d’âmes, bref tout a été très très vite, bien qu’ils aient eu quelques difficultés à me poser la péridurale tellement j’étais tendue. Baptiste est né, je n’ai pas eu le temps de le voir, ils l’ont intubé, mis en couveuse et sont venus nous le présenter alors que j’étais en salle de réveil. J’étais émerveillée et bouleversée de voir ce petit être, malheureusement quelques heures après il nous quittait. Ca a été très dur.
    Dix huit mois plus tard un autre petit garçon est arrivé lui aussi par césarienne, tout c’est très bien passé il a aujourd’hui 7 ans et il fait notre joie et notre bonheur.

  51. Pour mon 1 ère accouchement j ai eu une césarienne d urgence après avoir était hospitalisé 5 jrs car je le santé plus bouge du coup tous les jours j avais monitorine et j avais des barres tout le long du monitorine et de temps sans temps or monitorine et on me dit c est rien c est les muscles on leur fait confiance du coup en pleine nuit à 2h du matin je sonne car j ai une barre qui me fait mal et la on me ramene un cacher pour calmer la douleur 1 après de retour la douleur la monito pendants 1h30 avec une barre dans le ventre et la après on me dit on vous mais dans une pièce à coter des salles d accouchement même pas 2 min après on vien et me dit on vous fait une césarienne d urgence j arrive donc dans la salle d accouchement et la on me demande si mon conjoint veut assisté à l accouchement je répond oui et la personne va le chercher et ça va on M épique se qu il vont faire une fois la césarienne faite on ramène mon fils a mon conjoint et la on lui dit que si ils auraient attendu l après midi ils aurait pu rien faire on le perder il faisait une anomalie du rythme cardiaque

  52. Merci pour ce magnifique article!!! Ca fait chaud au coeur!!!!
    J ai eu 2 cesariennes mais malgre la souffrance, la peur, le desarroi que j ai ressenti au moment de celles ci, aujourd hui j en suis fière!!!!!! On est fortes courages et belles!!!!!

  53. j’ai eu 4 césariennes en 1983.1988.2000 et 2003 aucun problème mes après ma 2ème césarienne 2 semaine après j’ai eu une péritonite

  54. Merci à vous ayant eu trois petites filles par césarienne ben oui c est dure car j aurais mettre mes bb par voie basse mais la raison médical ne la empêcher malheureusement mais bon le plus dans tt ça c est pas la douleur physique c est la douleur du coeur ne pas pouvoir avoir son bb auprès de soit juste après sa naissance ça fait mal.pour une maman ont nous laisse juste le temps de lui faire un bisous et voilà pffff et alors tt les super commentaires que l’ont entend pendant la préparation au bloc grrrr et ho oui je suis la, la maman qui stress qui angoisse qui a envie de pleurer de crier car ça gonfle d accouché comme ça et eux la font leurs vies tt va bien je vais bien grrrr

  55. Mon deuxième fils est né par césarienne il y a moins de deux mois. Elle était prévue, Mon fils était en siège et les paramètres n’étaient pas assez bon pour envisager l’accouchement physiologique dont je rêvais. Les premières fois que la césarienne a été mentionnée, j’en ai pleuré, mais après deux mois et la vérification des paramètres, je m’était faite à cette idée. La Césarienne a été programmée pour le 26 novembre, et le bébé restant très haut, je pensais devoir attendre cette date. Mais le 20 dans la soirée, le travail s’est déclenché. Après la vérification que le moment était venu, ma gynéco a été rappelée et la césarienne a commencé. Je ne savais pas dans quel état d’esprit se serai le moment venu mais toutes mes angoisses avaient laisser la place à l’euphorie de voir mon bébé. L’anesthésiste était sympathique et son humour a bien aidé à détendre l’atmosphère. Mon mari était assis près de moi. Le plus désagréable était le froid de la pièce. Ça a été très vite. Malgré la médicalisation, la magie de la première rencontre a opéré: lorsque ma gynécologue est venue me montrer le bébé qui pleurait, elle l’a collé à ma joue, il a tout de suite arrêté de pleurer. Mon mari est aussitôt parti faire le peau à peau dans une pièce adjacente. et j’ai pu les rejoindre dès que la suture a été faite. J’ai retrouvé mon mari impatient de me revoir car Louison était en train de lui fouiller le torse avec frénésie. J’ai fais mon premier câlin (avec la première tétée une vingtaine de minutes après la naissance. J’avais bien été préparée par ma gynéco et ma sage femme ce qui m’a permis de « profiter » de la naissance de mon fils autant que possible.

  56. au cas où tu sois obligée de faire une césarienne, un beau texte d’un photographe faisant des photos de naissance qui met en valeur ( pour une foi) les femmes qui accouchent de cette manire

  57. Merci beaucoup de nous mettre à l’honneur. Je me retrouve beaucoup dans votre texte. J’ai appris qu’on pratiquerait une césarienne à peine quelques jours avant la naissance. C’est vrai qu’il faut faire son deuil d’un accouchement par voie naturelle auquel on se prépare depuis des mois. Il y a plus de 25 ans, lorsque ma fille est née par césarienne, le papa ne pouvait pas assister du tout, quelle énorme frustration pour lui également.
    Par contre, la bonne humeur régnait dans la salle d’opération, il y avait beaucoup d’humour/chaleur humaine dans les relations avec les médecins, anesthésiste, infirmières et moi. Cela reste un excellent souvenir.
    La convalescence n’est pas facile et je suis toujours choquée du fait que le congé de maternité ne soit pas plus long lorsqu’une pareille souffrance est endurée. Le plus beau cadeau, c’est ce bébé qu’on voit immédiatement (grâce à la péridurale) et qui nous fait tout oublier …

  58. Merci tout simplement! J’en ai des frissons. J’ai subit oui je dit bien subit une césa programmée pour cause de bébé en siège et je l’ai très mal vécu, non pas pour moi mais pour mon bébé qu’on a extirpé d’un endroit où il était bien, à un moment où il n’avait pas décidé de sortir. Pour moi, un accouchement volé et aucun suivi psychologique, rien! C’est encore douloureux d’en parler plus de 3 ans après sa naissance…

  59. Merci pour cet hommage.Pour ma part j’ai eu mes 2 enfants par césarienne, on oublie qu’il y a 100 ans je serais morte en couche avec mes enfants.J’ai entendu que j’e n’étais pas vraiment mère puisque je n’avais pas accouché par voie basse….bienvenue au 21ème siècle ! Merci pour ce reportage pour nous toutes

  60. Si je puis m’exprimer ici en tant qu’homme, bravo à toutes! oui être maman c’est être heroine peut être encore plus
    après une césarienne qu’après accouchement naturel! Autrefois l’enfant, la maman ou les deux pouvaient mourrir sans cette intervention « artificielle ». Personnellement j’ai assisté à la naissance de mes trois enfants à la maison auprès de mon épouse….l’un avait le cordon autour du cou….l’autre le cordon noué en un noeud pas trop serré! Mais tout s’est bien passé avec deux sages femmes remarquables pour les trois naissances! Si ça peut aider celles qui croient en Dieu et en sa Sainte mère la vierge Marie, on avait prié ensemble avant de se marier, avant de s’unir et avant les accouchement j’ai fait des pélerinages à Notre- Dame de la délivrance….Jesus n’ai né ni par accouchement naturel ni par cesarienne mais à travers le ventre de sa mère sans péché! Et quand on croit en lui et qu’on demande l’assistance de sa mère AVANT toutes choses, on traverse toutes les difficultés! Si on n’y croit pas et qu’on ne demande rien au Dieu du ciel, on n’a plus qu’à se confier aux hommes!Et bien que homme moi même , moi je préfère Dieu, Sa mère et les sages femmes……que les hommes!Les humains sont souvent pressés ou indélicats……que de souffrances en moins si Dieu et sa mère avaient leur place dans nos vies! Mais chacune est libre de faire confiance en qui elle veut! Bon courage à toutes pour LA VIE!

  61. Merci , je n ai que ca a dire MERCI pour ce magnifique texte …! et pour ma part ma cicatrice n est que le premier sourir de mes enfants

  62. J’ai accouché de mes deux enfants par césarienne. Pour mon fils, il y a 28 ans. Césarienne non programmée, après 24 heures de douleurs. Quand on m’a annoncé que j’allais avoir une césarienne, j’ai paniqué. Je me suis mise à pleurer, à dire que je ne me réveillerai pas, que je ne connaitrai jamais mon bébé. L’anesthésiste s’est approché de moi alors que j’attendais pour entrer eu bloc. Il a pris ma main et m’a dit que tout se passerait bien. J’étais tellement épuisée que je me suis retrouvée sur la table d’opération en ne pensant plus à rien que la pensée de sauver mon bébé. J »ai eu une anesthésie générale. Au réveil, j’étais branchée de partout. Perfusion, transfusion, car j’avais fait une hémorragie, appareil de tension. Je n’entendais que les bruits de tous ces appareils, sans bien réaliser où je me trouvais. Mon mari était à mes côtés, il m’a dit qu’il avait vu notre bébé et qu’il allait bien. Il est alors rentré à la maison pour dormir un peu. Je me souviens de sentir un poids sur mon ventre que j’ai repoussé car il me faisait souffrir. Lors de la visite du gynéco, il m’a disputée en me disant que ce poids était là pour éviter les hématomes; qu’il fallait le garder. Mais on ne m’avait pas expliquer. Normal après une anesthésie générale. Puis l’anesthésiste m’a rendu visite avec un large sourire et m’a dit ; ‘ Je vous avais fait une promesse……..’ trop gentil ce médecin. Mon bébé, je n’ai pu le voir que 3 jours après dans sa couveuse. La peur qui m’envahissait alors était . vais-je le reconnaître quand j’irai le chercher à la crêche? Preuve que le lien des premières heures est important.
    Comme beaucoup de mamans dans mon cas, on n’est pas préparées à cela. Dans les cours de préparation à l’accouchement, les sage-femmes font fi de cette éventualité.
    Pour ma fille, 3 ans plus tard, césarienne programmée sous péridurale. J’ai vu ma fille tout de suite après la naissance. Puis elle est restée dans ma chambre dans la couveuse. Même si comme la fois précédente, j’étais perfusée, transfusée……… rien à voir.
    Mais mes enfants vont très bien. Et c’est le principal.

  63. Bonjour, pour ma part. La césarienne d’urgence s’est très bien passé. Le bébé était vraiment en danger mais j’avais une entière confiance dans le chirurgien et l’équipe a été formidable. J’ai eu la chance que la péridurale fonctionne et j’ai vu mon bébé sortir. C’était plus dur pour mon mari qui a du attendre des heures avant d’avoir de nos nouvelles. Lorsque le bébé est sorti, j’ai été submergée d’amour et n’avait plus conscience de ce que m’a chair avait subi. Le plus dur à vivre fut s’ils ne m’ont pas laissé le prendre car il y avait urgence. J’ai du attendre quelques heures avant de profiter de lui. J’ai eu mon deuxième fils par césarienne, planifiée cette fois, avec le même chirurgien. J’étais très détendue et avais bien décidé d’en profiter comme d’un accouchement normal. Comme il n’y avait pas d’urgence pour le bébé, ils m’ont laissé le temps de le prendre dans mes bras avant de me recoudre. Nos rapports ont toujours été plus tactiles qu’avec son frère qui n’a pas eu cette chance de toucher le corps de sa mère a la naissance.. Est ce que cela vient de là ? Je ne saurai le dire. Merci pour cet article. Dans ma famille certain m’ont dit que j’aurais pu faire un effort pour accoucher normalement sans se rendre côté que nous aurions pu perdre le bébé et que ce n’était pas un choix.

  64. WoW !! comme nos histoires se ressemblent toutes …… pour ma part j’ai dû subir une 1 ère césarienne d’urgence fin janvier 1986 … mon bébé ne passait vraiemnt pas et moi au bout de 16 heures de contractions et 6 heures de pousser aux 2 ou 3 minutes j’étais épuisée , mon docteur est allé voir ma mère et il lui a dit que si il n’opérait pas soit il perdait 1 des 2 ou encore pire les 2 ! Ils m’ont endormie car trop épuisée , j’ai eu 2 litres de sang en transfusion car j’ai perdu trop de sang lors de l’opération …. j’ai eu une belle fille de 10 livres ! 2 ans après , sur le point d’accoucher encore , mon docteur accepte d’attendre car mon désir d,accoucher est vraiment puissant mais je n,ai aucuns travant de fait mon col n’a pas cammencer à se dilater :o( j’ai 42 semaines de fait … il m’explique qu’il doit encore pratiquer une césarienne mais je serai réveillée cette fois ;o) yesss !!! mais durant la péridurale j’ai paniqué car je n’étais pas gelée et tombée en hyperventilation j’ai eu des valiums en intra-veinneuse et ils m’ont endormie ….. à mon réveil je sens une partie de moi , de ma joie de vivre qui est morte ….. jai eu une belle fille en super bonne santé elle aussi …. mais en dedans j’ai un mal indescriptible que personne ne comprend …. 7 ans plus tard , encore enceinte et encore plus envie d’accoucher pas voie  » naturelle  » je passe des échographies aux mois et aux 2 semaines en dernier puis en 2 semaines mon bébé a tellement grossit que je ne peux plus penser accoucher naturellement et je dois encore subir une césarienne mais on attends quand même au cas ou j’aurais un travail …mais non encore une fois à 41 semaines aucuns travail ne veux se faire …. moi qui crois beaucoup aux petits miracles j’espère de toiut coeur encore l’impossible …. puis le matin fatidique arrive … avec 4 hopitaux dans une ville de grosseur moyenne il n’y a qu’une urgence qui est ouverte aux ambulances et beaucoup d’accident de la route …. ils ont besoins de la salle d’opérations … je remonte dans ma chambre et je dois attendre au lendemain …. le lendemain matin ils me prépare encore et je suis aux abords de la salle d’opérations quand on vient me voir pour me dire que je dois remonter dans ma chambre car la personne sur la table d’opération est gravement atteinte et ils ne savent pas encore combien de temps cela dureras …. j’attends encore une autre fois en pleurant dans ma chambre la venue de mon petit bébé que j’ai tellement hâte de serrer contre mon coeur …. finalement 3 jours plus tard je suis en salle d’opération l’annesthésiste me demande si je veux bien une péridurale et je oui répond que oui en le regardans je le reconnait !! c’est le même que mon 2 ème bébé !! et il chiâle après moi que la dernière fois ça ne s’est pas bien déroulé et qu’il ne veut pas que cela se reproduise ! ( wow tout pour me mettre en confiance !! ) il me laisse réfléchir 15 minutes , la peur s’empare de moi et je choisis en pleurant d’être encore endormie …. j’ai eu une magnifique fille en excellente santé elle aussi ! puis en 1998 encore enceinte je souhaites de tout coeur d’accoucher enfin naturellement mais mon bébé est trop gros et mon docteur ne veux pas prendre la chance de me provoquer et que moi je ne passe pas au travers alors on planifie ma 4ème césarienne …. mais cette fois une infirmière parle beaucoup avec moi et l’annesthésiste vient me rencontrer dans ma chambre et me demande pourquoi j’ai peur d’une péridurale et j’explique alors toute mon histoire et il me dit qu’avec lui il n’aura pas de problèmes et que tout se déroulera parfaitement …. je décide de lui faire confiance :o) en salle d’opérations il m’explique étapes par étape tout ce qu’il fait et ce que je devrais ressentir à chaques instants ! il est réellement merveilleux !! tout se déroule vraiment comme il me la promis et tout le monde savait ma situation et me décrivait ce qu’ils voyaient , on voit une petite oreille ! sa ttête est sortie ! wow c’est un bon bébé ! hééé !! c’est un garçon !!! je puis voir mon 4 èm enfant , mon fils !!! j’ai pu lui donner son premier baiser sa première accolade !! étant attachée à la table d’opération une infirmière me l’a ammené collé sur ma joue que je puisse sentir son odeur et lui donner un gros baiser , et en lui donnant son premier baiser mon fils a ouvert grand ses yeux et me regardait fixement dans les yeux !! wow !! quel moment de pur bonheur !! un lien tellement fort s’est créer à cet instant même . Ce merveilleux jour a pu un peu me réconcilier avec mes  » césariennes  » mais ma blessure profonde intérieur de ne pas avoir eu la chance de mettre au monde moi-même mes enfants reste là … toujours enfouie … en écrivant ces lignes je ne pensais pas que cela remontrait en moi cette peine mais j’ai les larmes qui coulent depuis ma première phrase que j’ai écrite .. Alors non nous n’oubliont pas , oui nous souffront toutes de ce manque … Mais pasfois nous devons regarder ce que la vie nous offre en retour …. j’ai allaité mes 4 enfants … 1 mois , 1 an , 2 1/2 ans et 2 ans et 11 mois j’ai eu cette chance que bien des mamans ne peuvent pas allaiter ….. et la naissance de mon fils … de le voir d’être la première à voir son regard … wow !! On dois penser à toutes ces femmes qui à une autre époque avaient aussi parfois recours aux césariennes …. ma grand-mère est née pas césarienne en 1924 !! une de mes arrière grand-mère s’est vue arracher un bébé de son ventre …. le docteur a tiré trop fort sur la petite jambe de bébé qui venait par les pieds …le docteur lui a arraché la jambe :o( le bébé est décédé au bout de quelques heures …. tellement de femmes sont mortes en essayant d’accoucher mais ça ne passait pas ….. les premières césariennes étaient pratiquées sur les femmes décédées en accouchant pour sauver le bébé ….. maintenant on a la vie sauve …… un mal pour un bien ….. alors je souhaites bonne chances à vous toutes qui avez ou devez subir une césarienne ….. laissez-vous du temps pour assimiler tout ce qui arrive cela ne s’oublie jamais non mais cela devient un peu moins douloureux avec le temps et la compréhension ….. et ayez toujours en mémoire que oui on a toutes subit une ( ou des ) césarienne mais chacune d’entre nous a SON histoire UNIQUE alors soyez heureuses avec vos enfants et prennez soins de vous , aimez vous !

  65. J’ai eu mon petit garçon par césarienne, après 3 jours de perte des eaux et 15 heures de travail, la peur et l’angoisse qui sont passer du moment où l’on à dit à mon époux que je partais en césarienne car mon bassin été trop étroit son vite oublier quand il es venue me présenter mon fils 3 heures après été un moment magique qui m’a fait oublier les jour de calvaire !

  66. Merci et bravo pour ce beau reportage qui nous permet de deculpabiliser de ne pas avoir su accoucher par voie basse…
    Bravo aussi à vous toutes, en qui je me reconnais tellement!!!
    Je suis Mya, j’ai 38 ans et je suis maman de 4 enfants, nès tous les 4 par césarienne… J’ai tellement révé de cet accouchement par voie basse que de faire le deuil de ne pas avoir réussis m’a miné ma 1ere maternité…
    Le 21 10 2000 à 22h20 j’ai accouché de mon 1er enfant, j’avais 22 ans, j’étais en travail déclanché depuis 2 jours et demi… Epuisée, fatiguée, mal au dos et mon coeur qui commancé à dérailler ils ont préfféré me faire une césa… Au début sous péridurale, mais elle n’a pas fonctionnée! Ils ont commancé à m’ouvrir, je leur hurlais « Putain mais vous me faites mal!!! » ils ne me croyaient pas et ont demandé à ce que je relèves mes jambes, que j’ai relevé à 90° sans difficultées… Ils m’ont donc endormie très rapidement lors de l’intervention mon coeur a céssé de battre pandant 3 minutes suite à une forte hémoragie… Je suis revenue Dieu merci!!! Mais d’autres n’ont pas eu cette chance…
    A mon réveil on m’a avancé le berceau avec mon fils dedans il faisait 4kg440 pour 55cm, ils savaient qu’il pouvait pas sortir et ils ont insistés…
    L’hémoragie a durée 3 jours… 3 jours à avoir mal avec une bouteille de sable sur le ventre pour tout évacuer le sang qui restait…
    Je voulais l’allaiter, je n’y ai pas réussis! C’était un échec de plus…
    Je me voyais être une maman fusionnelle, je ne me sentais pas mère du tout… Oui j’avais un enfant, je l’aimais, m’en occupais…. Faisais mon travail de maman mais voilà, cette césarienne m’a empéchée d’être mère….
    Lorsque j’ai eu mon 2eme, 3 ans après, c’était aussi une césarienne mais j’étais réveillée et çà s’est très bien passé… Quand ma gygy a sortie mon 2eme, j’ai entendu un « shpock!!! » et sentis une aspiration…
    A cet instant, je suis devenue maman de mes 2 fils en même temps!
    Ettonant ou pas, à présent tout le monde les prend pour des jumeaux… lol
    Pour ma 3eme çà s’est vraiment très bien passé aussi…
    Et pour mon dernier, encore mieux… Pour dire vrai maintenant ils mettent une perfusion d’anti douleurs dans la cicatrice, la mienne s’est bouchée donc n’a pas fonctionnée… Et beh, j’ai rien senti!!! Pas un pet de douleur!
    1h après j’étais à moitiée assise mon bébé dans les bras… 8h après j’étais debout…
    Alors les filles, oui on a pas accouché par voie basse mais comme dit le reportage ci dessus, on en est pas moins maman pour autant et on en a pas moins eu de difficultées pour autant, mais c’est pas pour autant qu’il faut se sentir moins bien qu’une autre, parce qu’une césa non c’est pas la facilité!!!
    Vous êtes des SUPERS MAMANS et n’oubliez pas que nous on revient de loin… Peut être même de plus loin qu’une VB!!!

  67. Après tous les problèmes qui se passe dans une nuits de contraction , 7hres 30 du matin nous rentrons dans la sale à couchement ( j’étais cedulé pour une césarienne ) le gynéco de remplacement ma fait forcé pendant 30 mins.Mon mari a été obligé de se fâché. …je perdais concience masque à oxygène glace, pour m’envoyer en salle opération. Ils ont du me réanimer. A 13 hres une infirmière ma réveiller . Quand j’ai ouvert les yeux la première chose que j’ai vue coucher su moi «  » » une magnifique petite fille de 6 lbs et 8 on , née à 8 hres 26 1989. Jamais je n’oublierai ce magnifique petit visage illuminé ma vie
    Après 27 ans déteste encore ce gynéco.

  68. Pour ma part,
    J’ai 2 jeunes enfants 3 ans et de mi, et 5 ans et demi. 2 « accouchements » par césarienne, de vrai catastrophe. J’en paie encore les peaux cassés, et cela, certainement à vie.
    Pour ma première, en fin de grossesse, il a fallu se préparer à cette éventualité du fait de mon trot petit bassin…
    Nous sommes arrivé au mauvais moment à la mater… pas de médecin… une piqûre pour calmer les contractions, une première anesthésie… puis une deuxième avant l’opération….
    La très désagréable impression/sensation qu’on m’enlève ma fille…
    Mon corps, et certainement comme celui de ma fille, ont mal supporté ces anesthésies. Apathique… je n’arrivai pas à tenir ma tête. Et elle, n’arrivai pas à téter.
    Le corps médical a mis cela sur le dos de la césa, une mauvaise montée de lait… Déshydratation de ma puce à 3 jours de vie. Infection de ma « double » cicatrice. Et oui, j’ai eu 2 incisions pour le prix d’une. (une semblerait-il superficielle)… Bref, naissance, et séjour catastrophique.
    Pour mon petit deuxième, moins costaud, ça devait pouvoir passé par voie basse. Seulement voilà, ma « magnifique » cicatrice n’a pas tenue… déchirure utérine, césarienne en urgence. Danger pour le bébé comme pour moi. Mon corps a entamé une sélection… je n’entendais plus, j’y voyais tout flou…
    Encore une fois, on m’arrache mon enfant, je ne le vois pas.
    Pas avant une demi-journée…
    Heureusement, ce fût un goulu, pas de soucis d’alimentation. Mais toujours des soucis de montée de lait (vive la levure de bière, le fenouil…. et toute autre aide, auxquelles j’ai eu recour… avec des allaitements toutes les 2h les premiers jours, contre l’avis du corps médical… j’m’en fou..mon fils ne serait pas déshydraté au moins. (Avec mon pèse bébé dans la chambre pour pallier les angoisses des premiers jours…).

    Bref, j’ai 2 amours, mais je n’ai jamais eu l’impression d’accoucher… et encore moins d’être entendu et respecter par le corps médical

  69. j’ai 38 ans et 3 enfants nés par césarienne.
    Pour le premier enfant, j’arrive à la maternité car j’avais des contractions; on m’examine et au bout de 2 heures le medecin m’annonce qu’il faut faire une césarienne en urgence. en effet, bébé est en siège et a le cordon autour du cou ce qui fait que le travail n’avance pas. donc pas le temps de réfléchir, faut le faire sortir au plus vite. c’est vrai que le fait de ne pas m’être préparé à l’éventualité d’une césarienne durant ma grossesse à été dur à vivre pour moi mais bon bébé est arrivé en pleine santé (3,750 kg et 50 cm)et c’est le principal.
    Pour ma deuxième grossesse, je suis à terme les contractions sont là je me rend à la maternité; le travail a commencé et après avoir patienté durant 15 h (heureusement j’étais sous péri), la sage femme arrive avec le medecin et on m’annonce encore une fois qu’il faut faire une césa en urgence. le coeur de bébé fatigue, bébé ne supporte plus les contractions et surtout il ne descend pas donc faut agir vite. ma fille est née 17 heures après mon arrivée mais se portait bien (3.630kg et 48 cm)
    lors de ma 3eme grossesse, on m’a prévenu dès le début que ca serait par césarienne donc je l’ai vécu différemment car là j’ai eu le temps de me préparer psychologiquement donc 20 jours avant le terme prévu je suis rentrée à la maternité pour mettre au monde par césarienne mon 3eme enfant (3.630kg pour 49cm).

    J’aurais toujours le regret de ne pas avoir pu accoucher par voie basse au moins une fois mais le principal c’est que mes enfants se portent tous bien

  70. Merci!!merci!!!merci!!!
    Enfin un article qui exprime ce que j’ai ressenti lorsque le médecin m’a annoncé que par sécurité pour moi et ma fille, il faudrait pratiquer une césarienne. J’ai accepté l’avis du médecin mais je me suis effondrée en pleurs à l’idée de ne pas mettre mon enfant au monde mais de subir une opération.
    Ce qui m’importait ce n’était pas la cicatrice que cela laisserait mais surtout que je serais seule dans ce bloc opératoire, mon mari n’étant pas autorisé à entrer pour assister à la naissance de notre enfant. D’autant que nous avions fait le choix de ne pas connaitre le sexe du bébé… Ainsi je n’ai pas vu ni la joie ni sa réaction en découvrant que c’etait une fille. Ensuite j’ai du attendre avant de pouvoir enfin tenir mon bébé dans mes bras.
    Mais dans tout cela, je remercie tout de même l’équipe soignante qui a été si prévenante avec moi.
    J’espère que cet article permettra aux certaines femmes de se rendre compte que ce n’est pas une chance d’aviir une césarienne car même si l’on ne souffre pas des contractions en mettant son enfant au monde, la souffrance est ailleurs.

  71. Je viens de prendre connaissance de cette article
    Mille mercis d ‘avoir pensé à nous, les césarisées : )))
    Ces quelques lignes ont fait remonté tant de souvenirs …. 3 césariennes ( non de confort ) pour 3 magnifiques enfants … enfants aujourd’hui adultes !!
    La vie ne nous permet pas de faire toujours ce que l’on désires et malgré les frustrations encore présentes plus de 20 ans après, la fierté d’avoir été jusqu’au bout prend vite le dessus.
    Encore merci, article vraiment émouvant ou chaque césarisée peut s’identifier : ))))

  72. Un Enorme Merci ! J’en ai pleuré de lire votre article (même si ma fille va bientôt avoir 6 ans, vous avez vraiment trouvé les mots justes sur ce qu’il se passe pour nous, dans notre tête, de a à z… Empathie impressionnante).

    Pour la première fois, vous m’avez permis de réaliser que je suis limite honteuse d’avoir subi une césarienne, alors que c’est vrai après tout! Il n’y a pas de quoi, et bien au contraire…

    Nous « échappons » aux sensations physiques d’un accouchement, mais effectivement nous en souffrons d’autant plus moralement… L’impression de ne pas avoir pu accomplir notre « tâche » comme il se doit en enfantant par voie naturelle, sans parler de ce ventre qui ne se remettra jamais de la même façon…

    Je réalise à quel point cette acte chirurgical a eu un impact sur ma confiance en moi en même tant que je réalisé qu’en fin de compte OUI MOI AUSSI JE PEUX ETRE FIERE!

    Merci encore ^^

  73. Après 16h de travail césarienne je reconnais que c’est stressant en plus mon mari n’avait pas le droit de rester et l’on m’a enlevé ma fille sans lui faire 1 bise il ya 23ans mauvais souvenir mais quand on voit le résultat tout est oublié heureusement elle avait cordon autour du cou chapeau monsieur le médecin

  74. Merci beaucoup pour votre article… mon terme est prévu dans 2 jours et je redoute une 2eme césarienne car bebe ne vient pas… vos mots reconfortent..

  75. Mon témoignage, pou rassurer certaines, la naissance de ma fille par césarienne a été le plus beau jour de ma vie et pourtant qu’elle peur et stress…Ma petite était prévue pour le 19 juillet 2000. Visite chez le gyné le lundi 17 juillet, le bébé toujours pas descendu, dans l’heure radio du bassin, et confirmation , le passage est trop étroit madame !
    Sera à césariser, quoi?? césariser …jamais entendu que cela s’appelle comme ça, l’angoisse monte, bon on fixe la date sera le mercredi 19 ou le jeudi 20 …au choix, heu heu décider la tout de suite, je réfléchi 3 secondes , je choisis le 20 car en Belgique le 21 c’est férié c’est la fête nationale , j’imagine ma chérie plus tard avoir un jour de congé le 21 et profiter d’un jour de plus pour récupérer de ses soirées d’anniversaire. Le choc c’est qu’il faut que je rentre à la maternité la veille, et que mon mari ne pourra pas assister, là c’est dur, je me sents punie deux fois car ce n’est pas une césarienne de confort, je n’ai pas d’autre choix pour mettre ma fille au monde, suis seule à attendre , j’ai la trouille, car mon mari s’en va. Lendemain , vers 11heures on vient me chercher afin de me préparer, il fait froid et je ne suis pas rassurée, les infirmières gentilles mais très pro ont des gestes mécaniques et moi, je cherche du regard de quoi me réconforter, l’anesthésiste me fait la piqûre , on m’installe , m’attache , j’ai peur très peur , puis je sens sur mon visage un main chaude qui me caresse la joue, sur l’ordre de mon gyné , l’infirmiére était allée prévenir mon mari et lui dire de « s’habiller » , à ce moment là, je l’ignorais , je pense que le médecin n’avait pas voulu s’avancer sans savoir comment les choses allaient se dérouler, quel réconfort, cela nous a permis de vivre ce moment magique ensemble, en 20 minutes à peine notre magnifique petite fille était née, j’aurais d’ailleurs aimé savoir que tout se déroulait si rapidement pour ne perdre une minute, car si mon mari n’avait pas été près de moi je m’endormais en n’assitais à rien. L’infirmiére a été super, elle m’a déposé la petite un court instant sur moi, le temps d’un regard profond et d’une caresse , puis passer aux soins du bébé avec le papa, pendant que le médecin recousait mon ventre, dans l’heure j’ai allaité ma fille, le soir même je m’en suis occupée , l’ai prise dans les bras sont berceau était à mes côtés mais je ne pouvait pas me lever jusqu’au lendemain . Le plus douloureux pour moi a été de garder la sonde urinaire, le reste , les douleurs se sont vite estompées je suis rentrée chez moi après avoir signé une décharge le mardi matin, je voulais être tranquille et mieux me reposer qu’à la clinique.Je m’en suis très bien et vite remise, si ce n’est qu’avec un « beau » tablier en souvenir de ce jour magique. Je vous souhaite le meilleur à toutes, toutes les mamans sont des héroïnes, et courage aux papas aussi 😉

  76. Pour moi deux césariennes ce qui a été horrible c’est d’être éloigné de l’enfant dès sa naissance pendant des heures, soit disant impossible de mettre l’enfant et la maman en contact dans la même pièce sous pretexte que la maman doit rester en salle d’observation le temps de récuperer la sensation dans ses jambes, déjà la césarienne c’est pas un choix ni un cadeau mais le pire c’est le déchirement , le bb qui reste avec le papa pendant des heures alors qu’il devraient être dans les bras de sa maman les premiers heures de vie .
    Juste parce que les équipes médicales n’ont pas envie de mettre en place un système en place dans leur hopital.
    C’est tellement triste et injuste, c’est une punition pour la mère et un grand manque pour l’enfant

  77. Bonjour

    Ayant subi une césarienne en urgence, j’ai eu beaucoup de mal à accepter cet accouchement, vécu pour ma part comme un échec.

    Mon seul moment d’humanité fut le baiser que la sage-femme qui me suivait, a posé sur mon front en me disant « c’est une superbe petit fille avec un petite bouche toute fine de fille, maman a bien travaillé »

    Merci encore a Marie-Laure pour ce geste et pour la conversation que nous avons eu 3 semaines plus tard, et qui m’a permis de commencer à cicatriser lentement cette plaie que cette césarienne avait laissé béante dans mon esprit.

    9 ans après je n’ai toujours pas oublié son prénom.

    Notre rapprochement avec ma fille a été différent, comme si nous devions apprendre à nous connaître… Sentiment que je n’avais pas eu pour mon fils, qui lui étais un accouchement par voie basse. Je rassure toute celle qui doute, l’amour n’a de barrière que celle que l’on se pose. Les sutures d’une césarienne ne peuvent pas en être une.

  78. Bonjour,

    Merci pour cet honneur…je suis née par césarienne et j’ai eu ma fille par césarienne en urgence ( c’est mon premier bébé) je n’etais pas du tout préparer à cela..mais ce fût une expérience formidable…(émotions.. peur.. joie )je m’étais vite remise après l’opération. Courage a toutes les mamans..futures mamans…rien n’est plus beau : donner la vie

  79. Merci j en pleure presque, 3 babys, 3 césariennes, 3 accouchements sans papa à mes côtés pour me tenir la main, la volonté de voir ce petit boubou avec lequel on a rdv, l’angoisse de l anesthésie, l immobilisme du corps, tenir la main d un inconnu parceque c est lui qui se trouve la et qu’il devient pendant un laps de temps votre référent celui qui vous rassure, vous dit que tout va bien que cette horrible migraine c est le produit qu on vous a injecté et que ça va passer….. Vous ne sentez rien ou presque mais vous imaginez et parfois c est peut être pire, et viens enfin ce moment magique où vous entendez le premier pleure, mais un champ vous séparé de la vue et en fin on vous présente votre bébé brièvement pour vous le retirer car vous êtes sur une table d opération et qu il faut finir le travail…. Après il faudra attendre un peu beaucoup selon les cas pour être avec son bébé et le papa.
    Puis on s occupe comme on peu de ce bébé tout en étant soit même invalide, alors à celle et ceux qui pensent que c est par confort que l on accouché par césarienne je leur dit qu il faut le vivre pour le comprendre, mais qu elle bonheur de voir évoluer ces petites merveilles au quotidien.

  80. Merci pour ce bel article j ai eu mon petit bonheur il y a un peu plus de 7mois par césarienne ma gynécologue m y a préparé tout le long de ma grossesse car bassin trop étroit mais comme je tenais à un accouchement par voix basse elle m’a laisser tenter ma chance malheureusement le travail à commenter à 3h du matin, mon fils est resté coincé et à 13h la décision a été prise de faire une césarienne eta 14h34 mon bébé bonheur est né j ai encore aujourd’hui beaucoup de mal à accepter cette césarienne de ne pas avoir pu tenir mon fils tout de suite ne pas avoir pu l accueillir dans ce monde par une tétée de bienvenue et surtout d avoir rater les premières heures de vie de mon bébé car on m’a placer en salle de réveille 🙁
    Aujourd’hui j aurai toujours cette cicatrice au bas du ventre pour me rappeler l échec de mon accouchement heureusement mon amour de bébé va très bien et est un vrai bonheur

  81. J’ai eu ma fille, il y a 5 ans par césarienne. On a fini l’operation à 17h 54 minute, le médecin a sorti mon enfant de mon vente, la tenant par ses pieds, avec ses premiers pleurs, ça a été là meilleures souvenir de ma vie..il faisait un peu sombre, et je voyais ma fille un peu noire…à 22h , on m’à fait monter dans notre chambre et on m’à ramene ma fille, je la voyais toute blanche, si petite et tres mignonne, j’étais un peu étonné car je la voyais pas comme ça en salle d’opération et j’ai demandé au pédiatre si c’était vraiment elle, l’enfant que j’ai accouché, même si j’ai posé cette question stupide, je suis déjà telment amoureuse de ce petit bout choux présenté devant moi…le médecin m’a dit que c’est normal si j’ai vu mon enfant un peu noir car la salle d’opération faisait si sombre… depuis vendredi soir 22h jusque au samedi soir 19h..j’ai pas dormi, je ne faisait que contempler ma petite princesse., je savourait son arrive parmi nous, j’arrive pas à imaginer le bonheur que cet petite être puisse me donner, je n’arrêtait pas à remercier Dieu d’avoir veiller sur elle et moi et de nous avoir réuni. .je remerciait aussi les équipes médicales qui ont été si gentils et attentiones pour nous

  82. Merci pour cet article, je dirai qu’accoucher par césarienne peut -être aussi la façon la plus naturelle de sortir pour certains petits qui ne se prédisposaient pas à sortir par le bas. Ma fille (3 ans était en Boudha), elle est sortie en douceur, et mon fils (6 mois) était bien positionné mais lui faire vivre la douceur de cet accouchement pour tous. Le lien qui se crée est le même , c’est juste l’état émotionnel de la mère qui n’accepte souvent pas cet accouchement dit »pas naturel » alors si on a le temps de l’anticiper, c’est bien sûr pas agréable mais c’est aussi beau comme manière d’accoucher.

  83. merci pour ce joli témoignage sur les mamans ayant accouché par césa. Oui nous sommes courageuses car c’est un accouchement difficile. Comme vous l’avez dit la peur, l’angoisse (surtout quand la césa est en urgence), le lien avec bébé qui prend plus de temps, la douleur et le trauma ! On ne parle pas assez des effets psychologiques secondaires de la césarienne. Beaucoup de femme ont mal vécu leur césa et la douleur psychique peut encore être très présente des années après. Je trouve que l’on minimise cet acte chirurgical et que les sages femmes et gynéco n’en parlent pas assez.

  84. J’ai eu 4 césariennes, 4 enfants.
    Pour la 1ere je n’ai pas compris ce qui m’arrivait. Notre fille ne voulait pas sortir après 2h de « poussée ».
    Césarienne d’urgence. J’ai été secouée comme un prunier. Comme notre fille était déjà bien descendue, il a fallut la faire « remonter » pour la sortir. Hémorragie par la suite… mais l’équipe était fantastique et tout mis en œuvre pour que le lien et l’attachement soit une réussite et tout s’est bien passé.
    Pour la 2ème, je me suis cassée la jambe 4 sem. avant le terme. On m’a conseillé de faire une césarienne. Très inquiète, car la première césarienne n’était pas vraiment un moment agréable…
    Pour les 2 suivantes, je n’avais plus de choix et tout s’est vraiment très bien passé !!

    Heureuse maman de 4 beaux enfants.
    OUI, beaucoup de stresse et d’angoisse et OUI c’est une intervention chirurgicale invasive qui comporte beaucoup de risque. Infections, abcès de parois et complications pour les bébés, car une sortie par césarienne est plus rude pour eux.
    Et OUI, il faut beaucoup de courage et un brin de folie, je pense, pour faire 4 césariennes.

  85. Bonjour,

    Je trouve vos commentaires sur la césarienne magnifiques. J’ai eu mon premier enfant le 18 Aout 2016 et j’aimerai vous faire part de mon expérience. Je suis rentrée en maternité à 1h00 du matin après avoir perdu les eaux (j’étais à terme), je saignais énormément et après une échographie d’urgence nous n’avons pas trouvé la cause de ces saignements. Je n’avais aucune contraction de travail et pas de douleur mais bébé allait bien. A 10h00 du matin à peine dilatée à 2, attente jusqu’à 12h00 (à peine dilatée à 3), la décision est prise de m’amener en salle d’accouchement pour déclencher l’accouchement. L’ocytocine commence à faire effet qu’ à puissance 9 (le produit est injecté de façon progressive, la puissance est graduée entre 1 et 12). Premières contractions de travail enfin qui faisaient l’effet d’une dynamite… Je résiste jusqu’à être dilatée à 6 puis demande la péridurale.
    A notre grande surprise au papa et moi, l’anesthésiste était indispo puisqu’au bloc pour une urgence (je précise que j’habite une petite ville) donc je résiste jusqu’à être dilatée à 8.5 et enfin l’anesthésiste arrive…
    Il met 30 minutes à poser la péridurale (trop contractée il n’arrive pas à piquer), il casse la première aiguille et recommence, peu sur du résultat… l’effet est léger mais ça me soulage un peu… Mon col s’ouvre jusqu’à 9.5 excitée à l’idée de bientôt accueillir mon fils, 20h00 changement d’équipe, le seconde sage femme constate que mon fils à des chutes du rythme cardiaque… La gynéco établit son diagnostique à 21h30… mon col reste trop long et ferme, mon fil a la tête en l’air et mon col ne s’ouvre plus, on décide donc de me descendre au bloc pour une césarienne. On m’installe une sonde urinaire (grosse douleur) et c’est parti en courant dans les couloirs de l’hôpital, la pression monte, papa reste en salle d’attente… Mais je suis soulagée à l’idée de pouvoir enfin le tenir dans mes bras et de mettre fin à cette journée interminable donc prête à l’accueillir!
    L’anesthésiste me propose une générale que je refuse donc il me ré-injecte une dose de péridurale, on rebranche le monito au bloc, son coeur ne bât plus qu’à 60 et ne remonte plus… l’équipe panique (ce qui ne m’apaise pas) mais je fait mon possible pour rester calme et faciliter les choses. On m’ouvre et je sens les mains plonger dans mon ventre, mon bassin se soulever et une douleur atroce comme si on m’éventrait… Je hurle, mon fils est coincé, complètement engagé, tout le monde cri… On m’injecte de la morphine car je sens tout… elle se mette à deux dans mon ventre et la troisième le pousse par le vagin pour le faire remonter, ça a durer de 22h30 à 23h10 heure à laquelle il est né..!!! je l’ai vu 10 secondes avant qu’on l’emmène à son papa, il m’ont gardé au bloc 45 minutes j’ai fait une hémoragie et le temps qu’il masse tout ça, la cicatrice fait la largeur de mon ventre, ils ont du faire une ouverte plus grande pour pouvoir le sortir et l’asticot était quand même grande puisqu’il pesait 3kg8 pour 51 cm!
    On me remonte dans ma chambre où je découvre réellement mon fils et où je retrouve mon mari.. Sur un petit nuage, aux anges! J’ai oublié à cet instant les 24h qui venaient de s’écouler. Il était 2 heures du matin.
    Le lendemain, on vient me faire mes soins et s’occuper de moi, j’ai du fortement insister pour qu’on m’enlève ma sonde urinaire, puis j’ai du fortement insisté pour qu’on m’aide à me lever pour prendre une douche! Je me suis levée avec de l’aide certes, j’ai pris une douche rapide, et j’étais tellement heureuse qu’il m’était impossible de rester allonger de et de ne pas m’occuper de mon fils, même si papa était fabuleux!
    Je n’ai pas fait le marathon mais j’arrivais à me lever pour le changer, lui préparer le bib et lui donner.
    Mon sentiment suite à cette expérience: je me suis sentie fière, forte, heureuse, accomplie, une femme fatale.
    Je pense que la césarienne n’est pas un échec mais au contraire nous avons tout essayé, tout fait pour mettre notre enfant au monde, et nous y sommes arrivé de quelques manières que ce soit!
    Chaque expérience et unique, chaque accouchement différent et aucun comparable, l’essentiel et d’avoir un bébé en pleine forme! et aujourd’hui avec le recul mon sentiment n’a pas changé. Soyez fières de vos accouchement, fières de vous! Nous le méritons!!!

  86. Bonjour,

    personellement, j’ai eu 3 enfants dont 1 par césarienne…
    C’est honteux à dire mais j’ai été beaucoup moins proche de celui arrivé de cette manière.
    Ce n’est pour moi pas du tout  » donner la vie  » , sans parler de celles qui le demandent expressément pour ne pas abîmer d’avantage leur corps.
    Ce fut un grand moment de tristesse pour moi, je n’en suis toujours pas remise.
    Même mon compagnon m’a dit qu’il ne ressentait pas la même chose pour ce bébé récupéré par la suite, ma souffrance n’aidant sans doute.
    Je trouve malsain d’encenser ce mode d’accouchement par rapport aux autres, si c’est pour rassurer celles qui l’ont fait ok mais tout est complètement faussé, valable également pour toutes celles que je connais qui ont eu les 2 cas…
    PS : il est évident que nous aimons notre fils tout autant que les 2 autres 🙂

  87. Bonsoir,
    J’ai « subi » 4 césariennes, les 2 premières sous anesthésie générale (2 erreurs médicales dans le même hôpital), et 2 sous péridurale. J’en ai gardé une certaine amertume longtemps, ne me sentant pas une « femme normale », mais mes enfants sont beaux, intelligents et en bonne santé. Pour ma grande, on est mortes toutes les 2 sur la table d’opération, mon bébé, quelques secondes, moi, presque 4 mn, elle était prématurées, née à 7 mois et demi. Aujourd’hui, elle est enseignante, mariée et maman de 3 enfants (nés par voie naturelle), et se porte comme un charme, elle avait 2 ans d’avance sur ses études ! Je suis réconciliée avec les césariennes depuis, même si je ne connaîtrais jamais l’accouchement par les voies basses ….

  88. J’ai eu ma fille, il y a 17 ans. Elle peser 4.120 kilos.
    J’ai subit une césarienne d’urgence au dernier moment, quand le gynécologue à compris que ma fille ne passerait pas par la voix normale.
    J’ai subit 3 péridurales, contre la douleur qui ont été bénéfique.
    L’opération se passe, les gynécos font le travail, bizarrement je sent quand ils m’enlèvent pas fille, j’ai flipper.
    j’avais perdu beaucoup de sang pendant la césarienne.
    le chirurgien me referme tout, mais une semaine plus tard les complications commence, j’ai eu une péritonite qui ma infecter tout l’intérieur ( Paralysie, infection ), quand j’ai appeler les pompiers ils mon dit, il me rester 3 heures à vivre.
    Très mauvais souvenir de ma césarienne, ma cicatrice ma fait perdre mes moyens et la suivante après la péritonite ça été la pire sur le ventre.
    14 ans après je retourne en clinique, après un scanner, le chirurgien découvre qu’il reste de la péritonite de mon accouchement, que mes muscles on était couper en deux quand ils mon recousus.
    Mon corp ma fait deux Hernies ( Inguinale et Abdominale ). Le cauchemar recommence.
    j’ai passer une semaine à l’hôpital, ils mon mis une grille pour tenir les muscles, mais elle ne tien rien, ça tombe encore mon ventre.
    Depuis ce jour la, les enfants c’est fini pour moi, tristement, je suis encore choquer de se qui c’est passer.
    mais très bon article

  89. Bonjour à vous,
    dans un pays comme le notre en France le permis de conduire est indispensable
    pour obtenir un emploi, le nier serait faire preuve de mauvaise foi.comment dès lors comprendre
    qu’il soit si difficile à obtenir.Ceci s’explique par la duplicité et le laisser-faire des
    pouvoirs publics,tout ceci soutient que notre pays a mis en place une veritable mafia du permis
    de conduire en augmentant les couts et en le rendant quasiement impossible à obtenir du premier
    coup.Cout exorbitant,délais anormaux,sevice insuffisant,refus de la concurrence:le cas des auto-écoles
    illustre à merveille les blocages de la France.Mais les gouvernements successifs n’ont pas osé
    s’attaquer à ce problème poutant primordial.c’est dans cette optique que nous avons mis sur pied notre
    projet « permis pour tous » pour vous permettre l’obtention de votre permis de conduire à des prix
    avantageux et une garantie plus que certaine de l’avoir.
    cordialement,bessonantoine234@gmail.com

  90. Effectivement MERCI pour ce très beau texte qui permet à tant de femmes de retrouver l immense fierté d enfanter. J’ai eu 2 césariennes, la première il y a 41 ans in-extremis… Avec hemmoragie bébé limite, pas préparé, j’avais 22 ans… La déception immense de ne pas pouvoir vivre cet instant, mais des mon réveil j’ai pu admirer ma merveille. Puis 2 ans après une deuxième césarienne, malgré les pronostics et là le plus dur, césarienne un samedi soir et je n’ai pas vu mon fils avant le lundi.. et cela m a beaucoup plus marqué que tout le reste. Je pense souvent à ces mamans qui mettent leur bébé au monde, celui-ci est placé en couveuse et elles ne peuvent pas les voir tout de suite,ni les toucher parfois pendant un grand laps de temps. Souhaitons à toutes celles qui doivent affronter ces situations beaucoup de courage et qu elles sachent que le bonheur de retrouver nos enfants nous fait oublier ces durs moments.

  91. J’ai toujours « aimé » les cicatrices des césariennes de mon ex femme. Mais je réalise qu’elle avait vraiment souffert…
    Et 8 ans après notre divorce, je la trouve toujours aussi belle que le jour de la naissance de nos enfants.

    Mince…

  92. J’ai accouché par césarienne pour mon fils. Ça a été un choc car je pensais accoucher par voie basse avec mon mari pour me soutenir mais une heure après la péridural, ils m’ont annoncés qu’il m’enmenait Faire une césarienne. Mon mari était très tendu car il était sorti un instant de la chambre et à entendu le médecin parler de l’etat De santé de notre bébé et de moi. Il a gardé ce secret quand il m’a rejoint dans la chambre pour ne pas m’inquiéter et les médecins m’ont en menés… pendant le transfert en salle d’opération, je tremblais. J’avais très peur et j’airais Aimé que mon mari soit à mes côtés. J’ai fait avec. J’ai vu mon bébé que le lendemain, j’ai eu juste une photo pour me consoler. Dur dur. Mon mari a trouvé l’attente insoutenable, ne sachant pas si j’allais bien et si le bébé aussi aller bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *