études psychologiques

5 études psychologiques qui changeront complètement la façon dont vous vous voyez

Art par: Cameron Gray

5 études psychologiques qui changeront complètement la façon dont vous vous voyez

Les psychologues ont eu un impact considérable pour approfondir notre compréhension des comportements humains et la façon dont nous percevons le monde qui nous entoure, mais il y a encore beaucoup à apprendre.

Il y a beaucoup d’études surprenantes qui vont changer votre perception de vous-même et, nous l’espérons, vous aider à apprendre à connaître l’esprit humain un peu mieux.
5 études psychologiques qui changeront complètement la façon dont vous vous voyez

1. L’expérience de la porte en bois.

L’expérience de la porte en bois est une expérience qui a été menée par des chercheurs dans laquelle les étudiants étaient ciblés. Les chercheurs devaient demander leur chemin, et à mi-chemin en recevant les indications des étudiants, des ouvriers tirant une grande porte en bois sont passés entre les deux ayant la discussion, puis un autre chercheur a échangé sa place avec la personne qui demandait son chemin. Environ la moitié des participants n’ont pas remarqué que la personne demandant son chemin avait changé.

Ceci est appelé «cécité au changement. » Cela montre comment parfois nous n’avons pas conscience de ce qui se passe devant nous.

2. L’expérience de Stanford.

C’est l’une des plus célèbres études psychologiques. Elle examine la façon dont les environnements sociaux affectent notre comportement. 24 étudiants de premier cycle sans antécédents criminels ont été placés dans une fausse prison. Certains jouaient le rôle des gardiens, et d’autres des prisonniers. Après six jours, il a fallu couper court car les gardiens sont devenus très violents.

« Les gardes ont intensifié leur violence contre les prisonniers», explique Phillip Zimbardo, le chercheur qui a lancé l’expérience. L’une des conclusions de l’étude est qu’un tiers des gardiens fit preuve de comportements sadiques, tandis que de nombreux prisonniers furent traumatisés émotionnellement, deux d’entre eux ayant même dû être retirés de l’expérience avant la fin.

Voir : L’expérience de Stanford.

3. L’expérience de Milgram

Après la Seconde Guerre mondiale, Stanley Milgram voulait comprendre pourquoi les criminels nazis avaient commis les crimes et si la figure d’autorité avait quelque chose à voir avec cela.

Dans l’expérience de « l’enseignant et l’apprenant », un chercheur a demandé à un participant de d’appliquer de fortes décharges électriques sur un autre humain en face de lui, tout simplement parce qu’on lui a demandé de le faire. 65% des participants ont appliqué la décharge la plus élevée possible de 450 volts quand une figure d’autorité leur a demandé de le faire, en dépit du fait qu’ils paraissaient en détresse et mal à l’aise de le faire.

Comment réagiriez-vous en présence d’une figure d’autorité?

Feriez-vous du mal aux autres si quelqu’un au pouvoir vous demandait de le faire?

Voir : Expérience de  Milgram 

4. L’étude de subvention d’Harvard.

Sur plus de 75 ans, 268 hommes diplômés de Harvard ont été suivis sur différents points dans leur vie pour recueillir des données sur la façon dont ils vivent. Qu’ont-ils trouvé? L’amour vous rend heureux. C’est un message qui peut paraître ringard mais vrai. L’amour nous donne le plus grand sentiment d’auto-satisfaction.

Voir  subvention d’Harvard. 

5. Les expériences de dissonance cognitive.

La dissonance cognitive est une théorie populaire en psychologie. Elle précise que les humains ne peuvent pas faire face à des pensées et des émotions contradictoires sans éprouver une certaine détresse mentale. Une expérience sur ce sujet, menée par Leon Festinger, concernait des participants qui ont effectué de longues tâches banales.

Lorsqu’ils ont terminé, la moitié a reçu 1$ et l’autre moitié a reçu 20 $. Le groupe qui a reçu 20 $ est allé dire au groupe qui a reçu 1$ combien il avait trouvé cela amusant d’effectuer la tâche. Le groupe qui a reçu 1$ a déclaré qu’il pensait également que c’était aussi une tâche amusante, même si ça ne l’était pas de toute évidence.

Voir : Les expériences de dissonance cognitive.

Cela nous dit que nous nous mentons à nous-mêmes pour justifier la façon dont nous vivons notre vie.