Selon cette étude 70 % des individus sous antidépresseurs n’ont pas de dépression

Selon cette étude 70 % des individus sous antidépresseurs n’ont pas de d

Les ventes d’antidépresseurs tels que le Zoloft, le Lexapro, ou le Prozac nous indiqueraient que la dépression serait le talon d’Achille des systèmes de santé. Mais une nouvelle étude remet en question la validité de la majeure partie de ces ventes : elle met en lumière le fait que la majorité des individus sous antidépresseurs, plus de 69%, ne répondent pas aux critères de la dépression clinique.

épression

Ventes en pharmacie antidépresseurs 2008-2013- Neptune

Toutes classes d’antidépresseurs hors établissements de santé – Source : CPAM

Ces personnes sont justes des victimes des aléas de la vie comme la plupart d’entre nous, avec des passages plus ou moins difficiles.

En plus de constater que près des deux tiers des gens sous antidépresseurs ne répondent pas aux critères de la dépression, les chercheurs notent également que 38% de ceux qui en prennent le font pour d’autres troubles psychiatriques différents de la dépression. Il s’agit notamment de panique ou de troubles obsessionnels compulsifs, de phobie sociale, d’anxiété généralisée, et un certain nombre d’autres troubles mentaux, sans doute fabriqués.

La conclusion de cette étude, publiée dans le The Journal of Clinical Psychiatry stipule:

« Conclusions: beaucoup de personnes qui se sont vues prescrire des antidépresseurs ne répondent pas aux critères de troubles mentaux. Nos données indiquent que les antidépresseurs sont couramment utilisés en l’absence d’indications factuelles claires « .

Source : OCDE

Les prescriptions d’antidépresseurs sont montées en flèche au cours des dernières années. En 1998, 11,2 millions d’Américains ont utilisé ces médicaments. En 2010, il était de 23,3 millions.

Au niveau européen, l’Islande reste première du tableau (avec désormais 106 comprimés par jour pour mille habitants, contre 65 en 2000), suivie par le Danemark (85), la Suède (79), le Portugal (78), le Royaume-Uni (71), la Finlande (70), la Belgique (70), l’Espagne (64), la Norvège (58) et le Luxembourg (51).

Selon le rapport de l’OCDE, « l’accroissement de l’intensité et de la durée des traitements sont parmi les facteurs qui peuvent expliquer la hausse générale de la consommation d’antidépresseurs. »

Sources en vert dans l’article et  Infowars, Traduction et plus: Agenceinfolibre.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*