© Istockphoto

Au cours des prochaines semaines vous allez voir beaucoup d’ araignées à la maison: voici à quoi vous devez vous attendre

Les araignées peuvent sembler effrayantes, mais imaginez ce que serait la vie sans elles.

Les araignées font partie des prédateurs d’insectes les plus importants de la Terre (un vaste groupe de créatures qui, malgré les idées reçues, ne comprend pas les araignées). Comme les tigres ou les loups, le grand appétit et les compétences prédatrices des araignées peuvent en faire une puissante force écologique, car elles permettent de contrôler un large éventail d’insectes nuisibles potentiels.

Pour calculer l’importance des araignées pour leurs écosystèmes – et les nôtres -, deux chercheurs ont récemment entrepris la tâche ambitieuse d’estimer l’apport alimentaire annuel de toutes les araignées de la planète. Leur étude, publiée dans la revue The Science of Nature , suggère que les araignées mangent dans le monde entier entre 400 et 800 millions de tonnes de nourriture par an, dont plus de 90% sont des insectes et des collembolas.

Pour rappel, les humains consomment environ 400 millions de tonnes métriques de protéines animales par an, ce qui signifie que les araignées pourraient manger encore plus de viande que nous. Les araignées rivalisent également avec le régime alimentaire des baleines, qui ingèrent chaque année entre 280 et 500 millions de tonnes de fruits de mer, et chassent les 70 millions de tonnes relativement maigres des oiseaux de mer.

Des recherches antérieures ont montré que les araignées peuvent être des prédateurs précieux des nuisibles agricoles , mais une étude suggère qu’elles sont beaucoup plus efficaces dans des écosystèmes moins perturbés, tels que les forêts et les prairies, où environ 95 pour cent des proies sont tués. La plus grande diversité d’insectes (et donc d’options alimentaires) crée probablement un filet de sécurité plus solide pour les araignées. Ainsi, leurs services de contrôle des parasites peuvent être améliorés dans les fermes ou les jardins dotés d’une plus grande biodiversité – et utilisant moins de pesticides à large spectre.

Qui dit fin de l’été, dit baisse des températures. A cette époque de l’année, un phénomène qui effraie pas mal de monde pointe à l’horizon: l’invasion des araignées dans nos maisons. Pendant tout l’été, elles ont attendu ce moment avec impatience: la saison des amours. Eh oui, ces petites bestioles vont maintenant se reproduire dans nos chambres et dans nos salles de bains. Et certains gros spécimens pourraient pointer le bout de leur nez…

Beaucoup d’araignées vivent pendant des mois voire toute leur vie dans nos maisons.

Les prochaines semaines verront les araignées débarquer dans nos maisons. Si vous ne les avez pas vues durant le printemps ou l’été, c’est qu’elles se cachaient probablement sous votre plancher ou dans le grenier. Mais maintenant, il est temps pour elles de sortir de leur planque pour s’accoupler. Ce qui les met dans une position de faiblesse, à la portée de votre aspirateur ou de votre balai.

Souvent on entend qu’un été doux peut faire apparaître des araignées de la taille d’une main. Et vu que l’été dernier fut très agréable, on peut se préparer à voir quelques grosses bestioles. Dans la presse britannique, certains témoignages, à Manchester par exemple, font état de sérieux exemplaires. Mais chez nous, qu’en est-il?

© Getty Images

Que peut-on faire?

Les araignées ont de nombreux avantages, il suffit de compter les petites bestioles mortes prises dans leur toile et qui ne viendront plus vous déranger. Mais si vous voulez réduire le risque d’une rencontre avec votre pire ennemie, il y a quelques conseils à observer.

Premièrement, vous pouvez brosser régulièrement et éliminer les traces de leur toile. Les araignées sont moins susceptibles de revenir avec leur progéniture si leur habitat a disparu. En outre, vous pouvez aussi essayer de colmater tous les petits trous dans les murs ou près des fenêtres pour empêcher les araignées de se glisser à l’intérieur de votre maison.

Si vous en voyez apparaître quand même une, pas de panique. L’araignée est plus en danger que vous. Et si vous arrivez à identifier quelques spécimens, vous montrerez peut-être un peu plus de sympathie pour ces colocataires à huit pattes. Voici donc quelques beaux exemplaires que l’on peut retrouver dans nos contrées…

1. L’Agélène labyrinthe (8-12 mm)

© Wikimedia Commons/Jean-Jacques MILAN

Nous commençons par cette araignée qui se trouve très fréquemment dans nos jardins. L’araignée à labyrinthe vit volontiers dans des plantes ou dans des haies bien épaisses. Sa grande toile en nappe est souvent visible. Une fois une petite proie prise au piège, l’araignée accourt pour mordre et paralyser sa victime. Une mauvaise période pour tous les insectes qui nous agacent comme les moustiques.

2. La Tégénaire domestique (10-16 mm)

araignées

Au cours des prochaines semaines vous allez voir beaucoup d’araignées à la maison

© Wikimedia Commons/Jonas Lehner

Ces araignées ont peut-être vécu toute leur vie dans votre maison. Ou alors il s’agit peut-être d’un mâle qui s’est glissé en dessous de votre porte. Non parce qu’il faisait froid mais parce qu’il voulait probablement s’accoupler.

3. La Tégénaire géante (10-20 mm)

© Wikimedia Commons/Sergewery

C’est en principe le plus grand spécimen d’araignée que vous pourrez retrouver sur votre sol. Elle est plus sombre que la Tégénaire domestique. Son corps mesure entre 12 et 18 mm, mais ses pattes peuvent atteindre chez un exemplaire mâle la taille de 7 centimètres (!). Si vous voyez une bestiole d’une taille pareille, peu de doute: il doit s’agir d’une Tégénaire géante.

4. Amaurobius ferox (8-15 mm)

© Wikimedia Commons/Fritz Geller-Grimm

Se trouvent généralement dehors dans les endroits humides. Elles choisissent des points d’eau comme les systèmes de drainage ou toutes sortes d’objets liés à l’eau.

5. Pholque phalangide (7-10 mm)

© Wikimedia Commons/Sven Siegmund

Encore une espèce qui ne vit pratiquement que dans nos maisons. On la reconnait grâce à ses pattes très longues et très fines. Elle réside dans les caves, dans les coins des pièces où elle tisse une toile irrégulière qui forme un piège redoutable pour tous les autres insectes. L’araignée fait vibrer sa toile tellement rapidement qu’elle en disparaît.

6. Les Opiliones

© Wikimedia Commons/Mintaren

En fait, il ne s’agit pas véritablement d’araignées, puisqu’elles ne peuvent pas faire de toile et n’ont pas de venin. Elle ressemblent beaucoup au Pholque phalangide vu précédemment. Un truc un peu glauque: elles peuvent laisser tomber leurs jambes quand elles se sentent menacées, et celles-ci peuvent continuer à bouger quelques instants de manière autonome. Elles peuvent aussi marcher sur trois pattes, ça ne leur pose pas trop de problèmes aux demoiselles.

7. L’Araignée porte-croix (4-18 mm)

© Wikimedia Commons/Bartłomiej Molawka

L’une des araignées les plus communes et aussi les plus belles de chez nous. Vous les retrouverez dans votre jardin et les reconnaîtrez grâce à la marque en forme de croix qui se situe sur leur dos. Ce sont des chasseuses redoutables qui sont actives surtout la nuit. Elle sont totalement sans danger pour nous, mais mieux vaut ne pas trop s’en approcher, une morsure peut causer des démangeaisons pendant plusieurs heures.

8. Scotophaeus blackwalli (8-12 mm)

© Wikimedia Commons/Syrio

Aussi appelée « le tigre de nos maisons », cette espèce d’araignée se jette littéralement sur ses proies. Elle attaque même parfois d’autres araignées. Si vous allez aux toilettes la nuit, il est possible que vous tombiez sur un de ces spécimens. Et si vous tentez de l’écraser, il n’est pas rare qu’elle essaye de vous mordre.

Une morsure peut d’ailleurs vous démanger sérieusement. Mais bon, vous prenez plus de risques avec les moustiques et les autres insectes. La liste est encore longue en Belgique et en France . Si vous voulez en connaitre plus, n’hésitez pas à surfer sur le web. Même si, comme vous l’aurez compris, elle ne sont pas une menace pour l’homme dans nos pays.

Ne vous inquiétez pas il n’y a rien à craindre :

Il existe de très nombreuses astuces sur internet ( tabac, citron, vinaigre, châtaignes, menthe poivrée,  etc.). Ces remèdespeuvent peut-être, l’espace de quelques jours, donner l’impression de fonctionner. Mais une spécialiste l’affirme :

« Chercher à repousser les araignées de son appartement, c’est une erreur. » « Chez vous, un petit écosystème se met en place, avec des proies et des prédateurs. L’araignée, elle, est tout en haut, et il ne faut pas changer cela, estime Cyril Courtial. Elle a un rôle d’insecticide, mais elle le fait naturellement. »

« C’est bien plus efficace et moins toxique qu’un insecticide, poursuit Cyril Courtial. Elles vont faire le même travail, manger des insectes, des cloportes, des moucherons, certains la nuit. Plutôt que de chercher à se débarrasser des araignées, il faut donc chercher à vivre avec.

Avoir des araignées, « c’est donc quelque part bon signe, car cela veut dire que votre intérieur sera sain, pas toxique et qu’il n’y aura généralement pas beaucoup de moustiques », explique Anne Bounias-Delacour.( source)

Les araignées sont peut-être parmi les plus grands prédateurs de la planète, mais la suppression des insectes n’est qu’une partie du répertoire écologique qu’elles perfectionnent depuis 300 millions d’années. Alors que les araignées semblent être des monstres pour beaucoup de gens (une perception probablement partagée par plus que quelques insectes), elles sont également des sources de nourriture essentielles pour un large éventail d’animaux sauvages.

Selon les auteurs, entre 8 000 et 10 000 prédateurs, parasitoïdes et parasites se nourrissent exclusivement d’araignées, d’une biodiversité impressionnante construite sur le dos des arachnides. Et en plus de soutenir tous ces spécialistes, les araignées constituent également un aliment de base pour environ 3 000 à 5 000 espèces d’oiseaux. Étant donné la valeur agricole de certaines guêpes et oiseaux parasitoïdes , les avantages des araignées sont encore renforcés.

« Nous espérons que ces estimations et leur ampleur significative sensibilisent le public », a déclaré M. Nyffeler, « et permettent de mieux faire comprendre le rôle important que jouent les araignées dans les réseaux trophiques terrestres ».

Source de l’article original fr.newsmonkey.be