L’anxiété vous fait passer pour un imbécile auprès des autres

passer pour un imbécile

Le 22 Novembre 2018  Image crédit :depositphotos.com

L’anxiété vous fait passer pour un imbécile auprès des autres

Je n’arrive pas à communiquer avec les gens. J’ai peur à l’idée d’entamer une discussion téléphonique avec un inconnu. J’ai même peur d’envoyer des messages à certains amis et de les ennuyer. Donc je supprime les messages. J’attends trop longtemps pour répondre. Je ne donne le sentiment aux autres de ne pas tenir à eux.

Je passe pour un snob, car j’ai des difficultés à parler, à forcer un sourire. Mais en réalité, j’essaie seulement de survivre, car pour moi, l’interaction sociale est une zone de guerre. Cela me fait rougir , mes poumons se bloquent et mon coeur s’accélère.

C’est pour cette raison que je ne regarde pas les gens dans les yeux quand ils me parlent. Je regarde leur bouche, le mur derrière eux, je peux même regarder mon téléphone. On dirait que je me fiche totalement de ce qu’ils ont à dire, mais éviter de les regarder m’aide vraiment.

Ce qu’ils me disent m’intéresse plus que ce qu’ils peuvent imaginer. J’absorbe chacun de leurs mots.

Je ne suis pas un bon interlocuteur, et cela me donne l’air d’être un mauvais ami.

Je ne me lance jamais dans une conversation. Je suis tranquille en groupe. Les gens croient que je suis assis là, que je juge chaque mot qui sort de leur bouche alors que je suis vraiment impressionné par la facilité avec laquelle ils peuvent communiquer. Comme c’est naturel pour eux, contrairement à moi.

Bien sûr, ils ne réalisent pas que je souffre d’anxiété. Ils croient simplement que je suis silencieux. Timide.

Non, ils ne réalisent pas que j’ai de l’anxiété, car je ne tremble pas à la table et je n’hyperventile dans un sac en papier. Mes crises se produisent avant de voir mes amis.

Le soir qui précède, en voiture je panique constamment. J’imagine tout ce qui pourrait mal tourner.

Mais quand je suis en public, j’intériorise toutes mes angoisses. Je tente de minimiser mes symptômes physiques pour ne pas attirer l’attention sur moi, mais cela ne signifie pas que je suis calmé pour autant.

Je suis constamment anxieux, mais je ne le montre pas. Secrètement, je panique sur ce que je vais dire.

Et si j’ai besoin de me ressaisir, je vais aux toilettes pour respirer profondément ou mettre de l’eau sur mon visage, puis je reviens dans la pièce comme si j’allais parfaitement bien.

Mais je ne vais pas bien. L’anxiété fait en sorte que je n’aille jamais bien.

À cause d’elle, je me déteste. Je refuse des opportunités alors que je sais que j’aimerais essayer. Je me tais quand j’ai quelque chose d’important à dire.

L’anxiété me fait passer pour un imbécile auprès des autres, alors que j’essaie simplement d’aller au bout de ma journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*