Le 25 Septembre 2018. Image crédit : Deposit Photos

L’anxiété due à des traumatismes complexes ne peut pas être traitée de la même façon que l’anxiété généralisée

Par Frédérique Dumont

Cela fait longtemps que je souffre d’un traumatisme complexe, mais pendant de nombreuses années, j’ignorais ce que c’était. Pendant toute ma vie, j’ai eu des problèmes avec ce que je pensais être l’anxiété et la dépression. Ou plutôt, en plus d’avoir des traumatismes, je souffrais d’anxiété et de dépression.

Si vous vous sentez anxieux ou déprimé, il est important et urgent de trouver le bon soutien pour vous aider à remonter la pente. Personne ne reçoit le prix de la «pire» dépression, anxiété, traumatisme ou n’importe quelle autre combinaison de choses terribles à gérer, et personne ne devrait souffrir seul dans son coin. Il est important de savoir qu’il existe une différence entre ce que ressent une personne souffrant de TSPT complexe et ce que ressent une personne souffrant d’anxiété généralisée ou de dépression légère à modérée.

Pour une personne aux prises avec un traumatisme complexe, l’anxiété qu’elle ressent ne vient pas d’une source mystérieuse inconnue ou obsédée par ce qui pourrait arriver. Pour de nombreuses personnes, l’anxiété ressentie n’est pas rationnelle. Souvent, on peut calmer l’angoisse générale grâce à des techniques d’ancrage et des rappels de ce qui est réel et vrai. Les techniques de pleine conscience peuvent être bénéfiques. Même quand elles se sentent déconnectées, les personnes anxieuses réussissent à reconnaître qu’elles sont aimées et soutenues par les autres.

Lire également : Si je ne souffrais pas d’anxiété, mon monde serait complètement différent

Pour ceux qui ont subi un traumatisme, l’anxiété provient d’une réponse physiologique automatique à ce qui a déjà eu lieu. Le cerveau et le corps ont déjà vécu des situations de «pire scénario», et sont déterminés à ne plus jamais y retourner. C’est comme vivre avec une alarme incendie qui se déclenche à des intervalles aléatoires 24/24. Il est très difficile pour le cerveau rationnel d’être convaincu «que cela ne se produira pas», car il sait déjà que c’est arrivé, et que c’était horrible.

Les personnes qui vivent avec une anxiété généralisée vivent souvent dans la peur du futur. Ceux qui ont un traumatisme complexe craignent l’avenir à cause du passé.

Le remède à l’anxiété et au traumatisme consiste à ramener la conscience dans le présent. Pour une personne traumatisée qui a été victime d’abus, divers facteurs rendent cela difficile. Une personne traumatisée doit vivre dans une situation totalement sûre avant même de pouvoir commencer à traiter la colère, le chagrin et le désespoir qu’elle a en elle, provoquant son hypervigilance et d’autres symptômes anxieux. .

Malheureusement pour la majorité des gens, il est impossible de créer un environnement totalement sûr, même pour ceux qui établissent de bonnes limites et se méfient des signes. Cela signifie que le fait d’être présent dans le moment pour une personne ayant vécu un traumatisme complexe n’est pas infaillible, surtout dans le cas d’un événement stressant. Il suffit d’un flashback émotionnel dans son environnement actuel pour déclencher son anxiété.

Il est possible qu’une personne souffrant des effets d’un traumatisme complexe se sente aussi anxieuse et déprimée, mais la cause majeure est différente. Il y a de nombreuses stratégies efficaces pour surmonter l’anxiété et la dépression qui ne fonctionnent pas pour les victimes de traumatismes. Les techniques de méditation et de pleine conscience qui les rendent plus conscientes de leur environnement peuvent parfois produire un effet opposé sur une victime de traumatisme, car elle n’a pas besoin de plus de sensibilisation la plupart du temps. Cette personne doit se sentir en sécurité en dépit de ce que lui dit sa conscience.

Selon les messages blessants de leurs agresseurs, ils ressentiront non seulement les effets de l’anxiété et de la dépression, mais aussi une profonde honte d’être «défectueux» et ont une connaissance enracinée du fait qu’ils étaient insuffisamment aimés. Ils vivent avec un rappel constant que leur cerveau et leur corps ont été privés d’un droit humain fondamental.

L’anxiété et la dépression sont considérées comme quelque chose de courant, mais je pense que beaucoup de ceux qui se sentent anxieux ou déprimés subissent les conséquences d’un traumatisme. La majorité des thérapeutes ne sont pas bien formés pour gérer les traumatismes, surtout le type complexe qui découle d’une exposition prolongée aux abus. De nombreux rescapés de traumatismes complexes sont souvent diagnostiqués à tort comme ayant un trouble de la personnalité limite (TPL) ou un trouble bipolaire. Toute personne qui cherche un traitement pour une anxiété ou une dépression généralisée doit se demander si le traumatisme est responsable.

SOURCES  Découvrez : Je suis désolé pour toutes les fois où j’ai été un mauvais ami à cause de mon anxiété

Notez cet article