On doit apprendre à s’éloigner des personnes qui n’ont pas besoin de nous

eloigner
On doit apprendre à s’éloigner des personnes qui n’ont pas besoin de nous

On doit apprendre à s’éloigner des personnes qui n’ont pas besoin de nous

Nous devons apprendre à penser à nous et à réaliser que quoi qu’il se passe, nous sommes les seules à être indispensables dans notre vie. Toutes les personnes qui nous nuisent sont de trop dans notre entourage.

Si vous utilisez souvent les réseaux sociaux, nous sommes sur que vous connaissez l’option « supprimer un ami».

Des fois, nous additionnons dans ces endroits des gens que nous ne connaissons pas vraiment, ce qui nous apporte plus de problèmes que de bonnes choses.

Aujourd’hui, chez les plus jeunes, il est fréquent que les amitiés se terminent comme cela.

Qui n’existe pas sur les réseaux sociaux, n’existe pas dans la vie. C’est une façon froide et impersonnelle de rompre des liens.

Si l’on prend cet exemple, beaucoup d’entre nous devraient faire la même chose dans la vie réelle.

Parfois, nous portons ces relations sur nos épaules et elles handicapent beaucoup notre épanouissement personnel.

Toutefois, il ne s’agit pas non plus de frapper à toutes les portes pour dire que nous ne voulons pas entamer de relations.

Il s’agit tout simplement de savoir prioriser et de ne pas gaspiller son temps et ses efforts avec des gens qui ne le méritent pas.

Quand on n’a plus besoin de nous : l’importance de le voir

Il n’est pas toujours simple de se rendre compte du moment où nous arrêtons d’être important pour une personne.

De plus, il est possible que l’autre ne nous respecte plus, et que ce besoin devienne intéressé.

Il est nécessaire de savoir faire la différence entre ceux qui ont besoin de vous de manière authentique et ceux qui, en réalité, se sont détachés de notre coeur depuis longtemps.

  • Si vous avez des enfants, vous avez certainement remarqué qu’il arrive un moment où ils n’ont plus besoin de nous.
    A présent, cela a un rapport avec la maturité de chacun et avec la capacité d’être indépendant.
balle-tophe
On doit apprendre à s’éloigner des personnes qui n’ont pas besoin de nous

En réalité, les enfants auront toujours besoin de nous.

Il y a certaines amitiés qui apparaissent toujours de manière ponctuelle, dans les moments les plus intéressés.

Parfois, elles ont besoin d’un conseil, d’un soutien, et d’être écoutées. Nous devons donc faire attention à ce genre de cas.

  • Nous donnons notre soutien, notre affection et notre compréhension à nos amis, à partir du moment où il y a une réciprocité.
    Comme tout type de relation, une amitié se base sur un échange sincère d’émotions, de pensées, de soutiens, etc.
  • Si vous ne ressentez aucune de ces dimensions et que vous voyez que ces personnes vous cherchent quand elles veulent quelque chose en échange, n’ayez pas de scrupules à mettre des limites.
  • Comme nous l’avons signalé avant, il ne s’agit pas de rompre le lien brusquement du jour au lendemain.
    En réalité, il suffit de dire la vérité et de marquer fermement les limites.

“Je ne peux pas faire ça parce que je ne le sens pas ».  » Je remarque que tu recherches mon amitié uniquement quand tu as besoin de quelque chose. J’aimerais plus de reconnaissance de ta part ».

Le plaisir de compter pour les personnes pour qui vous comptez réellement

Ne vous inquiétez pas si, au cours de votre vie, vous avez dû laisser beaucoup de personnes sur votre chemin.

En réalité, la vie c’est avancer pour ne garder que l’essentiel, ce qui importe vraiment et qui vous comble totalement.

Qui a l’esprit léger et le coeur comblé profite de plus de bonheur, et c’est pour cela que nous ne devons pas hésiter avant d’évincer les personnes qui n’ont plus besoin de nous et dont nous n’avons plus besoin.

Il y aura des moments durant lesquels vous ressentirez beaucoup de souffrance lorsque vous vous rendrez compte que quelqu’un qui est très important pour vous, a arrêté de vous accorder de l’importance et d’avoir besoin de vous.

Le fait d’assainir cette douleur demande du temps mais, nous devons toujours nous rappeler que le plus grand amour de notre vie est nous-même.

Si l’on ne s’aime pas et que l’on ne se respecte pas, nous ne serons pas capable d’ouvrir la porte de la seconde chance.

  • Les gens qui comptent réellement  pour vous sont très rares, mais ce sont sûrement les meilleures.
    Il ne s’agit pas « d’accumuler les personnes» comme on le fait sur les réseaux sociaux. Dans la vie, mieux vaut prioriser et aimer ceux qui se trouvent devant nous.
  • Ceux qui ont vraiment besoin de vous, savent vous le démontrer de manière intègre, sans égoïsme ni chantage.
    Ceux qui vous aiment vous respectent et savent établir cet échange où tout le monde gagne et personne ne perd.
  • Si les gens qui ont besoin de vous savent le montrer, n’oubliez jamais de leur témoigner la même chose.
    Montrez à ceux qui vous entourent que vous avez besoin d’eux. C’est une forme de reconnaissance très profonde car ils se sentent utiles, importants et indispensables dans notre vie.

Nous avons besoin de beaucoup de choses pour vivre : de la nourriture, un logement, de la chaleur, et des instants de loisir et de liberté.

Cependant, il ne faut pas oublier que les « choses » les plus importantes de ce monde sont des personnes.

Il est donc très important de savoir respecter, reconnaître et laisser derrière vous les poids inutiles qui peuvent générer de la souffrance et mettre un frein à notre épanouissement personnel.

Pensez d’abord à vous, et vivez chaque jour pour vous et pour ceux qui comptent vraiment pour vous.

Source On doit apprendre à s’éloigner des personnes qui n’ont pas besoin de nous : amelioretasante.com

7 commentaires à propos de “On doit apprendre à s’éloigner des personnes qui n’ont pas besoin de nous”

  1. UNE PERSONNE PSYCHOTIQUE FAUT-IL LA LAISSER TOMBER ,,? SA RESPONSABILITE ETANT PAS DIRECTEMENT LIée PUISQU’EN SOUFFRANCE ET REALISANT PS DU TOUT QU’ELLE PEUT FAIRE SOUFFRIR PAR SES PAROLES ET BRUSQUES CHANGEMENTS LIés A DES PROBLEMES AFFECTIFS OU TRAHISONS D’AMIS, FAMILLE ETC ..

    • on se doit de s’occuper de soi en premier. tout vient de l’intérieur vers l’extérieur.
      ceci dit il existe des gens qui vous étouffe! aimez-vous être étouffé? 🙂

  2. c’est pas facile pour moi de le faire , j’ai des difficultés à couper le lien qui ne me convient plus aujourd’hui avec une personne qui fait partie de ma vie depuis 12 ans . Aujourd’hui nous ne vivons plus ensemble c’est chacun chez soi , j’ai essaye a plusieurs reprises de couper ce lien avec mais je n’y suis pas arrivée. Je ne suis plus heureuse avec lui plus comme ont devrait l’etre.

  3. S’accrocher à une personne qui n’a pas besoin de nous s’apparente à un harcèlement. S’en éloigner lui fera comprendre que l’on respecte sa volonté.

  4. Je suis psychotique, personnellement ma honte et m’a hantise est de peser sur le monde et de prendre une place indue en raison de mes soucis de santé.
    Ce pourquoi j’ai fait une TS. Je sollicite c’est vrai mon entourage, mes amis et connaissances… De trop ? Probablement, la réanimation m’a ramené à l’exacte ‘fin’ d’une vie ignorante du plaisir.
    « c’est votre faute. » Que cela ne soit dit, la culpabilité est là, jamais distante.
    « c’est votre volonté la faille… » Ma volonté est mortifère et insatiable, elle m’agresse, m’obsède, me harcèle, me hante jours et nuits.
    Alors oui je sollicite des proches sur des sujets banaux : cela crée une diversion dans le temps, un fake sur-imprimé au tragique.
    Je suis navré, j’étais parti, ils n’avaient qu’à accepter ce choix, cet acte, cette volonté concrétisés. j’avais agi pour le meilleur.
    Donc faut-il (va-t-on me délaisser) au motif que je n’en vaux pas la peine et que je demande trop ? que cela se fasse y compris au SAMU la prochaine fois. Tenez parole.

    • Je suis d’accord avec vous : plutôt que de se poser la question (satisfaisante pour les egos mal tournés) de sacoir si on compte pour l’autre, ne vaut-il pas mieux se demander si on sourit quand on est avec lui. Et même s’il faut compter sur l’utilité (jamais réciproque au même niveau) des’autres alors que va-t-il advenir des gens qui ont des problèmes à résoudre ? On les laisse sur le côté ? Moi, je ne peux pas. Je veux bien ne pas accorder trop de temps à quelqu’un qui me donne des soucis et auquel je ne tiens pas, mais je ne peux pas l’ignorer. Charge aux autres de faire de même et à apporter leur pierre à l’édifice.
      Et si je ne compte pas pour l’autre, est-ce pour autant qu’il ne va pas m’apporter une relation saine pendant le temps que nous passons ensemble ? Une relation saine n’est pas une relation passée sur le besoin mais sur des émotions partagées sans hypocrosie sur un moment donné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*