La première obligation d’un bon père est de respecter la mère de ses enfants

Annonce
bon père

Un bon père est à l’écoute et éduque. Et il le montre par l’exemple. C’est pour cela qu’il n’y a pas de pire modèle pour un enfant que d’avoir un père qui manque de respect à sa mère.

Un homme avait été accusé en août 2018 d’agression armée contre la mère des ses deux enfants. Il a été acquitté après avoir signé un engagement de ne pas la contacter et de rester loin de son domicile et de son lieu de travail, à l’exception des visites approuvées par le tribunal.

Mais plus tard la femme de 42 ans et ses deux jeunes fils, âgés de deux et quatre ans ont été retrouvés morts à leur domicile. Et le père des garçons s’est suicidé peu après.

Une avocate m’avait dit à quel point la situation d’une femme qui tente, en justice, une mesure de protection contre son mari ou ex-mari qui l’agresse ou la menace est délicate. 

Lorsque le couple, ou ex-couple, a des enfants, la difficulté devient plus grande et plus profonde. Surtout parce que quelqu’un se lève toujours et dit: « mais tu ne peux pas l’empêcher de voir ses enfants, après tout, c’est un bon père ! »

Annonce

Mais un «bon père» , un père qui aime et éduque, est-il capable d’attaquer et de soumettre la mère de ses enfants? 

bon père
Image crédit : Depositphotos

Est-ce que quelqu’un croit vraiment que payer les factures d’un enfant ou simplement le concevoir donne à un homme une sorte de sauf-conduit pour être dominateur et lâche avec la mère de ses enfants?

Il ne suffit pas d’être correct avec les enfants, il faut aussi être décent avec leur mère. C’est le minimum!

Un bon père éduque. Et il le fait par l’ exemple . Par conséquent, il n’y a pas de pire modèle pour un enfant que d’avoir un père qui manque de respect à sa mère.

Annonce

Même si ce père est très affectueux, tendre et attentionné envers ses enfants, si, par rapport à leur mère, sa figure passe d’un guide à un monstre, si l’attitude affectueuse envers les enfants devient dominante et violente avec la femme, donc cet homme n’est qu’un menteur et un malfaiteur. C’est aussi simple que ça.

C’est triste, mais, en tant que société, nous sommes toujours complices et permissifs avec ce comportement borné et criminel de beaucoup d’entre nous, des hommes envers leur femme ou aussi parfois des femmes envers leur mari, même s’ils «traitent bien leurs enfants», ce qui n’est qu’une de leurs obligations. En fait, la première chose à faire est de respecter la mère ou le père de ses enfants.

Un bon père est celui qui honore ce devoir.

Phillipe Blot

Étant un grand passionné de nature, j’ai toujours eu à cœur de protéger mon environnement et de faire de ce monde un monde meilleur. Au fil des ans, j’ai essayé d’adopter un nouveau mode de vie, je n’achète plus rien de neuf et j’ai adopté le style de vie zéro déchet afin de diminuer mon impact sur l’environnement. Je suis également très bricoleur, j’adore récupérer et retaper les vieilles choses afin de leur redonner une nouvelle vie, j’en ai d’ailleurs fait mon métier. Ainsi, je me suis dit que je pourrais peut-être aider les gens à aller dans la même direction que moi. une vie avec un impact moindre sur l’environnement grâce à des alternatives et des astuces simples que je partage dans mes articles.

10 réflexions sur « La première obligation d’un bon père est de respecter la mère de ses enfants »

  1. « La première obligation d’une bonne mère est de respecter le père de ses enfants »
    Pourquoi la question se pose t-elle toujours dans le même sens et pas dans l’autre ?

    1. Le texte le dit. “ et la femme …” dans le texte mit oui au masculin il est aussi laisser entendre que linverse est vrai. Imagine comment le texte serait lourd si on devait ecrire pour les deux cas a toutes les phrases!

    2. Il y a beaucoup exagération la femme a le beau jeu et ça va loin ainsi que les conséquences. Qui aggrave la lsituation perte emploie un nouveau déménagement une pension le choc de la détention lavocat le couvre feu pour bien souvent des bagatelles

  2. monsieur ,j’ai lu avec beaucoup d’attention votre article dont j’ai pris connaissance sur Facebook ,je vous avoue qu’il ma mis dans un premier temps hors de moi tellement le titre que vous avez choisi étai au mieux inapproprié au pire discriminatoire envers les pères.
    En lisant tout les arguments, ainsi que l’ interprétation des faits que vous avez utilisez ,je me suis rendu compte qu’il y avait une disproportion entre la conclusion que vous dégager de cette article(et dont je suis entièrement d’accord avec vous sur le fond) et une seul partie des fait .
    Autrement dit vous faite une plaidoirie entièrement a charge.
    Ce qui est curieux c’est que ce n’est que a la fin de votre article que vous écrivez que ce manque de respect peut aussi être du fait de la maman ,on pourrai se féliciter de cette conclusion ,sauf que dans votre article vous ne cité aucun fait de « d’aliénation parental » entre la mère et le père,vous ne parlez pas non plus des cas ou des femme instrumentalise leur enfant pour éloigné ces derniers de leur père,des nombreux cas ou les mère effectue ce que le droit appel les cas d’éloignement géographique volontaire qui prive de facto toute résidence alterne avec le père ,et je ne parle pas des cas les plus grave ou les mères de famille ce sont rendu coupable de maltraitance voir d’homicide envers leur propre enfant comme dans l’affaire de la pauvre petite Fiona !en conclusion vous conviendrai que les mères de famille peuvent aussi faire preuve d’un manque de respect.
    Quand un article d’apparence anodine émet une condamnation de principe en justifiant que un bon père de famille doit avant tout respecter la mère ,et donc explique de manière indirect que le manque de respect n’est que de l’affaire des hommes parce que un cas cité dans votre article explique un crime envers une mère de famille (et soyons claire je condamne ce crime de toute mes forces ,la violence n’est pas tolérable dans notre pays quelle vienne d’un homme mais aussi d’une femme)
    ma question est simple monsieur ! en écrivant cette article « a charge » envers la gente masculine , que croyez vous qu’il puisse ce passer ?
    que les femmes continueront a éprouver de la méfiance voir de la haine envers les hommes ?
    que les hommes finiront par ce dire que quoi que je fasse je passerai pour un monstre ?
    faire le buzz?
    je finirai ce commentaire de manière plus nuance en approuvant la conclusion que vous faite sur l’universalité du respect que doit avoir un parent envers l’autre parent ,
    mais déplore que vous ayez fait le choix de construire votre argumentation comme tel: mettre dans le camps des coupables les père et dans le camps des victimes ,les femmes et d’avoir choisit comme titre :la première obligation d’un bon père est de respecter la mère de ses enfants comme si il n’y avait que les père pour manque de respect , j’aimerai vous dire aussi ma sympathie a votre égare parce qu’il est toujours difficile d’écrire un article tel que celui la et pour conclure vous soumettre un titre plus juste : la première obligation d’un parent est de respecter l’autre parent !!! la au moins ,monsieur vous auriez fait preuve d’un peut plus de respect ! envers moi ? non! envers les femmes non! mais envers tout les enfants qui lirons votre article et qui seront convaincu qu’une mère de famille ne peut pas manque de respect envers le papa mais que ce n’est que le papa qui peut manque de respect envers la maman .Merci beaucoup d’avoir pris le temps de m’écouter et de comprendre la tristesse qui est la mienne .

      1. C’est tellement triste de voir combien de femmes s’amusent à rabaisser le père de leurs enfants et s’attribuent tout le mérite du bien-être des enfants .
        Je connais plus d’un couple où le père doit subir ce comportement de la mère .Quand on se donne la peine d’observer le fonctionnement de certains couples il arrive qu’on en vient à mépriser certaines mères de famille qui arrivent à se justifier auprès de leurs amies .Je suis tellement désoléE pour tous ces pères qui doivent subir le mépris de leur ex conjointe sans que cette dernière n’a aucune raison d’agir de la sorte.

        1. J’en connais des couples comme ceux décrits. Mais les couples que je connais le plus ce sont des couples ou la mere tente le plus possible que le pere passe du temps avec son enfant. Et ensuite des couples ou la violence du pere dans le couple est négligée vis a vis des enfants parce que comme le couple est séparé et qu’il n’y a eu aucune violence vis a vis des enfants, il n’y a aucune raison de… En fait, dans tous les cas de femmes violentées dans leur couple (et elles sont nombreuses, tres nombreuses, bien plus nombreuses que les femmes violentes, ce n’est plus a démontrer), une fois la séparation faite, elles ne peuvent plus parler de leur souffrance, elles ne peuvent plus parler de leur traumatisme, puisqu’elles ont rompu, il faut juste qu’elles passent a autre chose. Elles sont toutes atteintes de syndrome post traumatiques, mais elles doivent continuellement faire comme si de rien était, et vis a vis de leurs enfants aussi ! Et a ce moment la, quel modele de société donne t-on aux enfants ? Que la violence est normale, banale, et que cela ne sert a rien de la dénoncer. Un enfant élevé dans un couple avec un conjoint violent a 6 chances sur 10 de finir violent, et 3 chances sur 10 d’être victime de violence. Ces enfants n’ont qu’une chance sur 10 ne vivre plus tard en couple loin de toute forme de violence. Refléchissez-y

    1. J’ai lu avec attention votre commentaire. Et je ne peux que etre en accord sur le fond. Je vis avec un homme, le pere de mes enfants qui a été séparé de force de ces deux premiers enfants, il ne les a pas vu depuis plus de 6 ans, et ses enfants ont été plus qu’instrumentalisés dans ce sens.
      Cependant je suis aussi une femme, et en tant que femme j’ai du faire face a mon lot statistique de violence diverses et variées, de la violence banale du harcelement de rue, a la violence aggravée dans le couple.
      Si on regarde les statistiques, elles sont claires : la plupart des divorces se passent bien. La plupart des divorces, le pere et la mere mettent leurs griefs de coté pour le bien de leurs enfants et reglent leurs comptes quand il y en a a régler, loin de leurs enfants. Autre point statistique, il y a plus de peres qui une fois divorcés ne courent pas apres un droit de garde conjoint que de peres qui courent apres. C’est nul, mais c’est comme cela. Autre point statistique, il y a plus d’hommes qui sont violent envers leurs compagnes et qui font l’objet d’une demande de procédure d’éloignement, que de femmes qui manipulent leurs enfants pour les couper de leurs peres. En gros statistiquement, l’article est plus proche de ce qu’il se passe dans notre société que votre commentaire.
      Ce n’est pas un article a charge contre la gent masculine. Notre société est ainsi faite : les femmes sont 12 fois plus victimes de violences dans leur couples que les hommes, et ces violences commencent tout juste a etre dénoncées, et on commence tout juste a « accepter » que le trauma de la violence puisse mettre des années a guérir. Je vous l’ai dit, j’ai été dans un couple abusif, je n’ai pas cherché la violence, ni verbale ni physique. Mais quand j’ai rompu, j’étais encore mal, tres mal. Et j’ai essayé d’en parler. Vous ne pouvez pas savoir combien de fois j’ai entendu « oh mais ca va, tu es plus avec lui, passe a autre chose ». Alors quand j’étais avec lui et que je tentais d’expliquer ce que je vivais on me disais « oh mais si ca va pas dans ton couple, tu n’as qu’a rompre », et une fois eu le courage de rompre, je ne pouvais plus en parler parce que je devais passer a autre chose. C’était il y a plus de 15 ans. Mais j’ai rencontré une femme sur un forum, elle entend les memes discours depuis 2 mois qu’elle a rompu.
      Si une victime de violence ne peut parler des violences qu’elles subit, c’est donc bien que sociétalement on ne les considère pas encore totalement comme anormales ! Et sur fond, vu le nombre de femmes qui meurent sous les coup de leur ex-mari/concubin/compagnon/petit ami après une rupture, je ne pense pas que cet article puisse etre considéré a charge contre la gent masculine. Il représente une réalité statistique qu’il faut arreter d’ignorer ou pire, de dégrader. Et vous ne vous en rendez pas compte, mais dans votre courrier, a vouloir absolument mettre des cas statistiquement minoritaires au même niveau exactement que des cas statistiquement majoritaires, vous décrédibilisez surtout toutes ces femmes violentées et qui ne sont pas entendue et qui doivent se taire parce que leur ex est « un bon pere ».
      Et je vous le dis, c’est parce que mon mari a été persécuté psychologiquement par son ex pendant tout son divorce, que je sais parfaitement qu1aussi ignoble que ce soit, cela reste statistiquement bien en dessous des femmes qui meurent tous les deux jours !

  3. Vous devriez enlever le mon « Père » et le changer pour « Parent ». Toujours facile d’écraser le paternel !! N’importe quoi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *