aucun écran

Boris Cyrulnik, psychologue, psychiatre, éthologue et psychanaliste français insiste encore une fois sur l’importance d’interdire les écrans aux enfants de moins de 3 ans. Il a été prouvé à plusieurs reprises que les écrans nuisaient au bon développement cérébral et empêchaient les enfants de développer de l’empathie.

Si vous voyez toujours des enfants de moins de 3 ans qui ont les yeux rivés sur les écrans, cela signifie que le message n’a pas été suffisamment clair. Pourtant, c’est simple, il ne faut aucun écran avant 3 ans. Le psychiatre Boris Cyrulnik nous explique une nouvelle fois pourquoi il est si important de suivre ce conseil à la lettre.

Invité à donner son avis sur l’utilisation des écrans chez les jeunes enfants sur France Culture, Boris Cyrulnik a un avis très clair sur la question. Découvrez ses explications dans la vidéo ci-dessous :

« Pas d’écran du tout avant trois ans. Les enfants sont hypnotisés par un smartphone et ils sont addicts en quelques jours. Ils deviennent addicts au smartphone qui les hypnotise, qui altère leur développement cérébral.

Un smartphone ou un écran n’établit pas d’interaction. Mon écran d’ordinateur ne m’a jamais souri. Or, un enfant ou un bébé a besoin de sentir l’autre. Il a besoin d’apprendre à décoder ces gestes, ces mimiques, pour se synchroniser avec l’autre.

S’il y a trop d’écran, il n’apprend pas les interactions, il a un trouble de l’empathie donc il est soumis à ses pulsions. Comme on le voit aujourd’hui chez beaucoup d’adolescents, garçons et filles, qui ne contrôlent pas leurs émotions et qui passent à l’acte ou bien contre eux-mêmes ou bien contre les autres. »

Nous avons la chance de vivre sur une magnifique planète, vivante, remplie de merveilles à découvrir, alors pourquoi laisser nos enfants s’abrutir avec les écrans si ce n’est pas bénéfique pour leur développement cérébral ?

Trouble du sommeil, retard, repli sur soi : les risques liés à la surconsommation des écrans chez les enfants sont analysés par beaucoup d’études. Mais aucune de ces recherches ne fait autorité mondialement et le sujet a déjà suscité la polémique, comme dans une vidéo mise en ligne par le Docteure Anne Lise Ducanda. 

Dans cette vidéo, elle explique que l’exposition « massive » aux écrans entraînerait chez de plus en plus d’enfants « des troubles exactement identiques aux troubles autistiques. » 

Je vois des enfants diagnostiqués « autiste » par l’hôpital, dont les troubles disparaissent un mois après l’arrêt des écrans.

Cette vidéo a provoqué la colère de parents d’enfants autistes. De son côté, la Haute Autorité de Santé a dit qu’il n’y avait pas « d’éléments dans la littérature au sujet d’un quelconque rapprochement entre exposition aux écrans et TSA (Trouble du Spectre Autistique). »

Si les recherches scientifiques sont majoritairement unanimes pour conclure qu’une surexposition aux écrans peut perturber le développement du cerveau des enfants de 0 à 3 ans, il est impossible d’établir un lien de cause à effet.

Les conséquences de la lumière bleue dégagée par les écrans, suspectée notamment de troubler le sommeil, sont aussi controversées.