cachets d'iode
Image crédit : Deposit Photos

Chaque personne concernée recevra par voie postale un ticket à échanger en pharmacie contre des cachets d’iode. Plus de 2,2 millions de personnes sont concernées par ce plan.

C’est plutôt inquiétant comme situation mais il est toujours préférable dans certains cas de s’attendre au pire. Et les 2,2 millions de Français qui recevront cet antidote auront également des consignes strictes à respecter en cas d’accident nucléaire. Une action de la part des pouvoirs publiques qui montre que les risques d’accident nucléaire sont bien réels en France. Mais que désormais les risques sont plus pris au sérieux.

Dans l’hexagone, toutes les centrales nucléaires sont gérées et exploitées par EDF qui a un plan d’intervention (PPI) qui prévoit toutes les actions et mesures nécessaires en cas d’accident. Jusqu’à aujourd’hui, chaque plan d’intervention (PPI) s’appliquait sur un rayon de 10 km autour des centrales mais, cette zone passe désormais à 20 km. La distribution de millions de cachets d’iode, annoncée  par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) (et partagée entre autre par le journal Sud Ouest), a pour objectif de s’adapter à cette nouvelle donnée.

Cette distribution par l’ASN à trois objectifs principaux :

« Développer une culture de la radioprotection chez les citoyens. Sensibiliser les particuliers et les ERP à la nécessité de retirer les comprimés d’iode en pharmacie. Favoriser un fort taux de retrait des comprimés en pharmacie. »

cachets d'iode
Image crédit : Deposit Photos

La distribution des cachets (qui protègent la thyroïde en cas d’exposition) débutera au mois de septembre (chaque personne concernée recevra courrier un bon qu’il devra échanger dans les pharmacies contre les précieux cachets ). Et pour la campagne d’information, elle a déjà commencé depuis le 3 juin 2019.

Les personnes qui recevront cette antidote ne seront peut-être pas très tranquilles, cependant elles se sentiront, peut-être, un peu plus à l’abris .

Voir également : Greenpeace dévoile un carte des déchets nucléaires en France

Notez cet article