Afficher l'image d'origine

crédit photo : @Superstock/rue des archives

Désormais la fessée est officiellement prohibée par la loi française

La fessée, la gifle et plus largement tous châtiments corporels sont désormais interdits en France suite au vote de l’Assemblé Nationale dans la nuit du vendredi 1er au samedi 2 juillet 2016. 

Cet amendement fait parti du projet de loi « Égalité et Citoyenneté ». Il précise les modalités de l’autorité parentale comme suit : « l’exclusion de tout traitement cruel, dégradant ou humiliant, y compris tout recours aux violences corporelles ».

La France est en retard sur le sujet, puisque la fessée est déjà interdite dans 27 pays en Europe et 44 dans le monde. Pour certains, c’est une loi déjà assez ancienne : 1979 pour la Suède, 1983 pour la Finlande ou encore 1987 pour la Norvège. 

Un retard qui n’est pas passé inaperçu puisque depuis 2006, les Nations Unies demandent à la France d’interdire les châtiments corporels au sein de la famille. L’an dernier, en mars 2015, la France avait une nouvelle fois été saisie par le Conseil de l’Europe en raison de son absence de loi concernant les violences dites « éducatives ».

Comme l’expliquent Marie-Anne Chapdelaine, François-Michel Lambert et Édith Gueugneau, il s’agit d’un enjeu considérable qui vise aussi à remettre en question la banalisation des violences éducatives ordinaires (VEO) :

« L’opinion publique est régulièrement choquée par le décès d’un enfant sous les coups de ses parents. Si, heureusement, les violences intrafamiliales ne tuent pas toujours, les spécialistes sont unanimes quant aux dégâts qu’elles occasionnent aux enfants qui en sont les victimes »

Pour autant, les sanctions relatives à cette interdiction ne sont pas encore établies :

« La règle posée est de nature exclusivement civile et ne s’accompagne d’aucune sanction pénale nouvelle à l’encontre des parents. Elle énonce un principe clair, qui a vocation à être répété aux pères et mères, et à imprégner leur comportement futur ».

Une mesure pas toujours bien comprise par les Français qui revendiquent leur droit à la fessée. 

Pourtant, comme le rappelle Olivier Maurel, fondateur de l’Observatoire de la violence éducative ordinaire (OVEO), cette loi n’interdit rien de plus que « ce qu’on interdit déjà pour les femmes et les personnes âgées. Et un enfant n’a aucun moyen de se défendre ». 

« Chaque violence a des conséquences », explique le Dr Lazimi.

« C’est admis en France depuis des millénaires qu’on peut frapper les enfants. Mais ce n’est pas parce qu’on l’a fait avant qu’il faut continuer ! Désormais, on dira clairement que tout coup porté à un enfant est une violence dont on ne doit pas user au sein de la famille: grâce à la loi, on va faire bouger la tolérance de la société. »

 « 50% des parents commencent à frapper leurs enfants avant 2 ans, 85% avant 5 ans. Et plus ils sont persuadés que c’est profitable, parce qu’ils l’ont subi eux-mêmes étant enfants, plus ils frappent tôt et violemment. Il faut expliquer aux parents qu’on peut avoir de l’autorité sans passer par la violence » poursuit le Dr Lamizi.

Une mesure qui se veut plus éducative que punitive : « Il ne s’agit pas de culpabiliser : « 90% des parents ne sont pas maltraitants et ne veulent pas de mal. Mais les 10% restants, du fait de l’absence de seuil, vont glisser. »

Selon l’INSERM, en France, 730 enfants meurent chaque année de maltraitance. En Suède, où les châtiments corporels sont interdits depuis 1979, on dénombre 3 morts par an.

Source de l’article original : www.infochretienne.com

Notez cet article

3 Commentaires

Ajouter le votre

  1. c est quoi ce commentaire si il y a eu un nombre de décès c est a cause a la maltraitance
    mais surement pas a cause d avoirs reçus quelques tapes sur les fesses
    et votre sujet est loin de la vérité
    deja faire croire que Selon l’INSERM, en France, 730 enfants meurent chaque année de maltraitance. En Suède, où les châtiments corporels sont interdits depuis 1979, on dénombre 3 morts par an.

    oui de maltraitance des gosses qui sont matairiser mais surement pas d une fessee au sens noble du termes
    la vérité est que en SUEDES apres que au bout de 30 ans la suèdes a aboli toute maltraitance cela a surtout donner a une générations de gosses qui vous crachent a la figure a la moindre remarques qui on aucun respectsen,envers les anciens que maintenant les restaurants refusent l entre aux enfants accompagner de leurs parents sachant que ces parents laisseront faire leurs enfants
    faire croire que depuis cette abolition il y a plus que 3 morts par ans en suèdes pour causes de maltraitances ces 3 de trop et c est surrement pas a cause de la fesseee en tout cas mois j éduque mes enfants comme bon me semble mes enfants ne s en plaigne pas .beaucoup autour de moi suivent cette méthodes d antant envers leurs enfants, maintenant ceux qui croient a tous ces textes debileset de temoignagesde sois disant specialistes dans la matiere qui eux cela m etonnerai pas mettent des fessees a bras racourcis a leurs enfants pour faire valoir une loi qui a aucun sens car elle est alimenter par des sujets qui on rien a voir

  2. Prohiber la fessée, la plus magnifique connerie de toute l’histoire législative.
    La claque, non ok, la fessée, c’est parfois indispensable.
    Une énième loi que je n’appliquerai pas.
    Assimiler la fessée à de la maltraitance, c’est de la connerie à l’état pur.

    Ce sont des lois créées par des parents ratés qui ne sont pas capable de comprendre quand il faut mettre des limites à leurs enfants (qui n’en ont jamais eux, ce qui explique pourquoi tous les gamins des politicards de gauche finissent aussi mal).

    On voit ce que ça donne dans les pays où c’est appliqué : ça part en live.
    Aux USA, c’est remplacé par de la ritaline, la « pilule d’obéissance ».
    Et les gamins les plus turbulent, cad les plus intelligents potentiellement, sont qualifiés « d’hyperactifs », et classés comme « malades ». Oui, on a inventé une nouvelle « maladie » pour qualifier les enfants qui ne sont pas naturellement obéissants et qui ont besoin de limites.
    Sérieux, on nage en plein délire.

    La fessée fonctionne parce qu’elle affirme une hiérarchie, parce qu’elle provoque la stupeur et installe la crainte de faire des bêtises.
    Si ton enfant te défie pour voir jusqu’où tu vas aller, si tu ne vas pas jusque là, il saura qu’il n’a rien à craindre et c’est toute l’autorité parentale (donc l’éducation) qui s’effondre.
    Et par extension, ça créer une génération de délinquants qui n’auront pas peur d’enfreindre les règles.

    Pas grave, les politiciens ont beau faire des lois stupides, seuls les gens stupides les appliquent.
    La nature, elle, ne changera pas.
    Si les gamins mal éduqués ont manqués de fessés quand ils étaient enfants, ils se prendre des coups de matraque de police dans la gueule quand ils seront plus grands.

    Et après, on s’étonne qu’il faille construire des prisons plus grandes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *