graisse des baleines

Des chercheurs du WWF ont récemment observé la présence de phtalates dans la graisse des baleines

Denis Ody, responsable du programme cétacés du WWF, pensait que l’utilisation d’une caméra à 360 degrés n’était pas forcément une bonne idée pour réaliser une vidéo sur l’examen des rorquals en Méditerranée.

Par Phillipe Blot. Le 21/02/2109

Mais l’océanologue a ensuite déclaré;: « J’ai été étonné par l’excellente qualité des images, et surtout par le fait que ce soit vraiment immersif. »

On peut voir Denis Ody poser une balise sur le dos d’un rorqual dans cette vidéo réalisée dans le sanctuaire Pelagos. Mais on peut également le voir faire un prélèvement impressionnant sur un autre rorqual à l’aide d’une arbalète.

Lire également: Baleines: l’organisation Sea Shepherd a un nouveau bateau… Et cela risque de changer beaucoup de choses!

Quand le spectateur devient acteur

Jacques-Olivier Barthes, directeur de la communication du WWF, déclare : « Le format 360 permet d’être au cœur des équipes lorsqu’elles travaillent, et de ne plus être un simple spectateur. Ici, nous travaillons sur les émotions afin que la personne puisse se sentir acteur du programme de conservation. »

Graisse des baleines : Prélèvements grâce à des arbalètes

Par ailleurs, les gens découvriront avec émotion la contamination des rorquals par le plastique. Denis explique : « À l’aide d’une arbalète, on fait une petite piqûre pour prélever de la peau et de la graisse des baleines. Grâce à la peau on peut déterminer le genre. Puis, avec la graisse, on voit si les femelles sont en gestation et enfin on étudie la contamination par les plastiques. »

Lien connexe: À cause de la pêche illégale, les marsouins du pacifique ne sont plus que 26 aujourd’hui

Les premiers résultats du programmes sont particulièrement préoccupants :

« Les animaux sont contaminés par les plastiques, surtout par certains produits chimiques utilisés comme plastifiants. La chimie du plastique est passée dans la biosphère. La pollution, ce ne sont pas seulement des morceaux de plastique qui traînent en mer. Ce sont également des cocktails chimiques qui se dissolvent, intègrent la chaîne alimentaire et contaminent l’ensemble du vivant. »

Ainsi, les phtalates dans la graisse des baleines provoquent une perturbation de leur reproduction et cela affaiblit leur système immunitaire. Par ailleurs, la première cause de mortalité non naturelle des cétacés n’est pas la pollution. En effet, il s’agit des collisions avec les ferries qui desservent entre autres la Corse et la Sardaigne.

Les chercheurs du WWF essaient donc d’étudier leur comportement afin de comprendre pourquoi ils ne fuient pas lorsqu’un navire approche. Ainsi, en un an, ils ont posé des balises sur quatre rorquals. Mais pour le moment, aucun d’entre eux n’a croisé de navire.