Colombie : la petite ville de Cajamarca a refusé un projet minier de 35 milliards de dollars, préférant faire passer les gens et la Terre avant les profits.

Environ 98% des habitants de la petite ville de Cajamarca, située en Colombie, ont refusé le projet minier en raison des préoccupations environnementales et de la pollution de l’eau.

La société sud-africaine AngloGold Ashanti voulait construire la mine d’or

La Colosa, située dans le centre de la Colombie. Cette mine aurait pu être la plus grande mine d’or d’Amérique du Sud. Le gouvernement national était favorable à la construction de ce projet, affirmant que l’exploitation minière était essentielle pour sortir de la guerre avec les rebelles marxistes.

Des milliers d’opérations minières illégales ont financé les actes de terroristes et de trafiquants de drogue pendant des décennies. Une grande partie de l’or extrait à Cajamarca, ainsi que dans certains autres pays d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale, est achetée par des sociétés américaines.

Mais les habitants de Cajamarca, où la société voulait développer ce projet, l’ont massivement rejeté lors d’un référendum. 19 000 personnes vivent dans cette ville, et seulement 76 habitants ont voté en faveur de la mine d’or et 6 100 contre.

Ce que l’on ignore, c’est qu’une mine d’or d’une telle ampleur aurait eu des effets dévastateurs sur l’environnement et les habitants. Dans un rapport intitulé LaColosa, on peut lire les conséquences négatives d’une telle exploitation sur la ville. Voici quelques-unes des constatations alarmantes décrites par les habitants:

Les investisseurs étrangers font presque toujours passer leurs opérations minières avant les communautés locales.

Généralement, la société étrangère inonde les médias avec une publicité bien rodée pour tenter de convaincre les habitants et influencer les politiciens en leur faveur afin d’obtenir les autorisations .

Les pratiques de la société minière sont presque toujours préjudiciables à l’environnement à grande échelle, ainsi lorsque le projet minier est terminé il est presque impossible pour la ville de s’en remettre.

Des écosystèmes précieux et irremplaçables, d’une superficie allant jusqu’à 100 hectares, sont souvent détruits lors d’une seule opération d’extraction d’or.

Cela crée généralement un minimum de 100 millions de tonnes de roches stériles , qui sont entreposées dans les vallées, et elles contiennent de nombreux produits chimiques miniers.
Il n’y a pas de lieu de stockage pour les résidus toxiques créés par une mine d’or, ils sont donc souvent réintroduits dans l’environnement.
L’eau et l’électricité qui sont nécessaires à un projet de cette ampleur dépassent souvent largement la consommation de toute une ville.

Ceux qui s’opposent à une opération minière sont considérés comme un risque, ils sont généralement punis, harcelés, ruinés financièrement ou socialement et parfois réduits au silence.

Malgré les promesses d’une vie meilleure, les habitants doivent souvent faire face à un coût de la vie plus élevé, à la violence, ainsi qu’à de très mauvaises conditions de travail lorsqu’un projet minier est lancé.

Les habitants de la petite ville affirment qu’ils préfèrent largement continuer à mener une vie simple, à cultiver leurs haricots, leurs bananes, ainsi que l’arracacha, un légume semblable à une carotte, qu’ils considèrent comme leur propre or.

Sources The Wall Street Journal and the BBC Images Wikimedia Commons (1,2)

Cyril R.

C’est très probablement mon père qui m’a transmis cette passion que j’essaierai moi-même de transmettre à mes enfants. Dès que j'ai un peu de temps, je profite de l’occasion pour passer du temps dans la nature. Par ailleurs, je m’intéresse également à tout ce qui touche au bien être et à l'écologie de près ou de loin, je suis fasciné par toutes les méthodes d’investigation, vérifiables et reproductibles ayant pour but de produire des connaissances. J’ai donc décidé de rédiger des articles qui touchent à ces domaines. J’espère pouvoir vous transmettre un peu de mon savoir et de mon amour pour la nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *