« 60 millions de consommateurs » révèle les risques liés aux principaux produits ménagers, allergènes et cancérogènes

Dans le hors série de la version papier sur la pollution de l’air intérieur, le magazine analyse la composition de 60 produits ménagers. Et les conclusions sont inquiétantes.

Le 13/04/2019. Antine Mercier

Ces produits donnent la promesse d’un intérieur impeccable, avec des doux parfums et des pièces éclatantes. Cependant ces produits ménagers que beaucoup de monde utilise chaque jour sont en réalité dangereux pour notre santé ou notre environnement, révèle par60 millions de consommateurs dans un hors-série publié le 12 avril et consacré à la pollution de l’air intérieur de nos logements. « C’est le paradoxe de ces produits : on les utilise pour assainir sa maison et on obtient l’effet inverse », dit Christelle Pangrazzi, rédactrice en chef adjointe. 

Pour en arriver à ces conclusions, ils ont analysé la composition de 60 des étiquettes de produits ménagers, mais également des fiches de données de sécurité des fabricants. La conclusion est édifiante: « la très grande majorité » de ces « stars du ménage » « n’a pas trouvé grâce » aux yeux de 60 millions de consommateurs. « Beaucoup contiennent une ou plusieurs substances toxiques, nuisibles à notre santé ou à l’environnement », mentionne le magazine.

Les grandes lignes de cette analyse.

Quels sont les ingrédients qui posent problème?

Parmi les produits qui posent problème il y a les isothiazolinones, des conservateurs toxiques trouvés dans 67% des produits, des parfums « extrêmement » allergisants et des ammoniums quaternaires – se retrouvent dans aussi les produits censés « tuer 99,9% des bactéries » ou« détruire tous les virus, champignons et bactéries ». Ces biocides encore dans les hôpitaux sont « reconnus comme l’une des premières causes d’asthme professionnel chez le personnel soignant » et sont soupçonnés de favoriser la résistance bactérienne, à l’instar des antibiotiques, écrit le magasine. 

Acaricides, désodorisants, liquides pour faire la vaisselle, lessives, tablettes pour lave-vaisselle, arbres magiques pour voiture, encens ou bougies parfumées… Aucune catégorie n’est épargnée. Le spray Febrèze antitabac a du benzisothiazolinone, un conservateur toxique et allergisant, le nettoyant désinfectant en spray de Briochin est fabriqué avec trois allergènes et deux solvants et on trouve du benzalkonium, un ammonium quaternaire, dans les lingettes désinfectantes Saint-Marc. L’eau de Javel, qu’il y a dans beaucoup de produits, est montrée du doigt pour ses propriétés irritantes pour la peau et les poumons.

L’association épingle aussi des produits soi-disant naturels, mais dont les « ingrédients vertueux » sont souvent en quantité infimes, par rapport aux quantités des conservateurs toxiques qu’ils contiennent. « Dans cette catégorie ‘greenwashing’, vous avez onze produits à proscrire et un passable sur douze », dit Christelle Pangrazzi.

Dans les publicités, il suffit d’un pschitt pour que tout brille. Monsieur Propre ne vous dit pas tout ce que vous mettez dans vos poumons, dans ceux de vos enfants et de la planète.Christelle Pangrazzi, rédactrice en chef adjointe du magazine « à franceinfo.

Quel impact sur l’air de votre domicile?

Certains meubles, les vernis ou les peintures et produits ménagers émettent des COV, des composés organiques volatils qui peuvent engendrer des maladies respiratoires et être sources d’allergies. « Le premier de ces polluants est la fumée de tabac, puis viennent les produits ménagers, en particulier ceux en sprays, ou les liquides de rinçage pour lave-vaisselle », mentionne le docteur Jean-Philippe Santoni, pneumologue à la Fondation du souffle.

Notre but n’est pas d’alarmer à tout prix, mais de faire prendre conscience du danger de ces substances que l’on juge encore trop souvent inoffensives.« 60 millions de consommateurs »

Cette notation COV cache pas moins de 150 substances, plus ou moins dangereuses. L’une de ces substances, le formaldéhyde (émis par les bougies ou l’encens), est une substance cancérogène avérée depuis 2004. Les phtalates, sont classées cancérogènes possibles et sont aussi considérées reprotoxiques et perturbateurs endocriniens.

Que faire pour « nettoyer votre domicile sans polluer » ?

• Analyser la liste des ingrédients. « Plus la composition est simple, mieux c’est, comme pour les aliments », dit Christelle Pangrazzi. « Il faut un système lisible et clair pour le consommateur, pour qu’il achète en rayon en toute connaissance de cause », dit Christelle Pangrazzi.

• Fabriquer vos produits ménagers tout seul. « Il faut utiliser des solutions naturelles, comme le savon noir ou le bicarbonate », recommande l’association. Il y aussi le vinaigre blanc, contre le calcaire, la terre de Sommières pour les graisses ou même odeurs, ou les cristaux de soude et le percarbonate, détartrants, qui dégraissent et blanchissent.

• Aérer. L’air de nos foyers est « sept fois plus pollué que l’air extérieur », dit 60 millions de consommateurs. Il recommande donc d’aérer son domicile 10 mn par jour, pendant toutes les saisons, d’avoir une bonne ventilation des pièces humides, où il peut y avoir des moisissures, de bien entretenir son système de chauffage (pour éviter le monoxyde de carbone) et de mettre en marche votre hotte aspirante lorsque vous cuisinez.

Voir aussi : Ces « produits qui nous empoisonnent » : 100 aliments décriés par 60 millions de consommateurs

Source : .francetvinfo.fr/

Notez cet article

Une réponse à “« 60 millions de consommateurs » révèle les risques liés aux principaux produits ménagers, allergènes et cancérogènes”

  1. c’est un risque déja bien connu des professionnels de l’entretien des surfaces : les produits détergents et désinfectants sont très largement utilisés et utilisent souvent des produits chimiques très agressifs susceptibles de provoquer des intoxications par inhalation ou absorption et des brûlures cutanées ou oculaires, ou des sensibilisations allergiques (eczéma, asthme…). prendre des mesures de prévention ! : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=273

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*