Depuis ton départ, je ne me déteste plus

ton départ

Le 19 Novembre 2017. Image crédit : Pixabay

Depuis ton départ, je ne me déteste plus

 

Quand j’étais avec toi, j’avais toujours l’impression de ne pas être assez bien, mais je pensais que le problème venait de moi. Tu m’as probablement fait penser que j’étais le problème. Mais depuis ton départ, je réalise que je ne me déteste plus, je m’apprécie même beaucoup plus que par le passé.

Maintenant que je ne me déteste pas, je peux voir que c’était toi le problème, pas moi.

Je ne déteste plus mon apparence. Quand je me regarde dans le miroir, toutes mes imperfections sont toujours là, mais elles ne comptent plus autant. Je vois juste ce que j’aime chez moi. Je ne me sens plus grosse parce que tu n’attrapes plus mes poignées d’amour en me disant que j’ai trop mangé et que je n’ai pas assez fait d’exercice. Je ne me sens plus moche car tu n’inspectes pas mon visage et ne montres pas tous les boutons.

Depuis ton départ, je ne déteste plus ce que je ressens. Tu ne me laissais jamais exprimer mes émotions comme je le voulais parce que tu ne les comprenais pas, mais maintenant je peux pleurer quand je suis triste et j’ai juste besoin d’un bon cri, et je peux me défouler quand je suis en colère. Maintenant, je m’exprime et je suis beaucoup plus heureuse.

Je ne déteste plus mon salaire. Je gagne assez d’argent pour faire ce que j’aime, vivre confortablement, et ça me convenait jusqu’à ce qu’on soit ensemble. Tu m’as donné le sentiment que l’argent était la seule chose qui comptait et tu m’as fait comprendre que si je ne pouvais pas remplir mon compte en banque, je ne valais rien.

Je ne déteste plus mon appartement. Tu n’aimais pas les couleurs, mes meubles, ou mes choix de décoration. Et tu t’es souvent moqué de ce que j’avais. Bien sûr, ce n’est que matériel, mais ce sont des trucs qui me plaisaient et tu disais que c’était horrible. J’étais mal à cause de ça.

Mais maintenant, quand je me promène dans mon appartement, je me souviens combien j’aime ce que j’ai choisi.

Je ne déteste plus mes amis.L’un de tes passe-temps préférés consistait à prendre autant de temps que possible pour m’éloigner de mes amis afin qu’ils ne puissent pas me prévenir que tu me manipulais. Mais ils l’ont vu de toute façon et ils n’avaient pas peur de me le dire, mais tu avais tellement d’emprise sur moi, que je les ai détestés d’essayer de t’éloigner de moi jusqu’à ce que je découvre la vérité par moi-même.

Depuis ton départ, je ne déteste plus ma famille. Un autre de tes hobbies était de te moquer de ma famille. Je sais qu’ils ne sont pas parfaits, mais cela ne te donne pas le droit de les critiquer à la moindre occasion au point de me mettre hors de moi à plusieurs reprises et de te plaindre jusqu’à ce que moi aussi, je les trouve « ennuyeux et dominateurs.» Maintenant que je vois que tout ce qu’ils ont dit et fait était par amour pour moi, je les aime plus que jamais.

Je ne me déteste plus. Mon apparence, mon travail, mes possessions, et les personnes dans ma vie font partie de moi. Tu as passé la majorité des huit mois où nous étions ensemble à me briser en haïssant chaque aspect de moi-même et en me comparant constamment à d’autres femmes jusqu’à ce que je sois incapable de me sentir «assez bien» pour toi.

En fin de compte, c’était toi qui n’étais pas assez bien pour moi. Je mérite quelqu’un qui m’apprécie comme je suis, pas quelqu’un qui essaie de me manipuler pour que je devienne comme il aimerait que je sois.

Lucie Meyer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*