Des neuroscientifiques ont découvert l’impact positif de la respiration profonde sur le cerveau

respiration profonde

Le 27 Juin 2018. Image crédit : Pixabay

Des neuroscientifiques ont découvert l’impact positif de la respiration profonde sur le cerveau

Par Joëlle Fournier

On considère traditionnellement la respiration comme un processus automatique conduit par le tronc cérébral, la partie du cerveau qui contrôle des fonctions comme le rythme cardiaque et le sommeil. Mais une recherche récente, impliquant des enregistrements faits directement à partir du cerveau des humains subissant une neurochirurgie, indique que la respiration peut aussi modifier le cerveau.

Des changements dans la respiration, comme respirer à des rythmes différents ou porter une attention particulière aux respirations, engageaient différentes parties du cerveau.

La capacité des humains à contrôler et à réguler leur cerveau est unique:

par exemple, contrôler les émotions, décider de rester éveillé malgré la fatigue ou la suppression des pensées. Notre capacité à contrôler la respiration est une façon de nous différencier des autres mammifères.

La plupart des animaux n’altèrent pas leur respiration. Les questions qui ont déconcerté les scientifiques dans ce contexte sont les suivantes: pourquoi les humains sont-ils capables de réguler leur respiration de manière volontaire et comment avons-nous accès à des parties de notre cerveau qui ne sont normalement pas régulés par la respiration? Il s’agit de notre contrôle conscient. De plus, y a-t-il un avantage dans notre capacité à accéder et contrôler des parties de notre cerveau qui sont typiquement inaccessibles?

Étant donné que de nombreuses thérapies comme la thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie par traumatisme ou divers types d’exercices spirituels, impliquent de réguler sa respiration, est-ce que le contrôle de l’inspiration et de l’expiration a un effet profond sur le comportement?

Cette étude récente répond enfin à ces questions en montrant que le contrôle de notre respiration, même en se concentrant uniquement sur la respiration, donne un accès et une synchronie supplémentaires entre les zones du cerveau. Cette compréhension peut conduire à un contrôle, une concentration, un calme et un contrôle émotionnel plus grands.

Voir aussi : Guide sur les techniques de respiration et de relaxation

L’étude, menée par le chercheur postdoctoral, le Dr Jose Herrero, en collaboration avec le Dr Ashesh Mehta, un neurochirurgien renommé de l’hôpital universitaire NorthShore à Long Island, a commencé par observer l’activité cérébrale lorsque les patients respiraient normalement. Ensuite, les patients ont reçu une tâche simple pour les distraire: cliquer sur un bouton lorsque des cercles apparaissaient sur l’écran de l’ordinateur. Cela a permis au Dr Herrero d’observer ce qui se passait lorsque les gens respiraient naturellement et ne se concentraient pas sur leur respiration. Après cela, les patients ont été invités à augmenter consciemment le rythme de la respiration et à compter leurs respirations. Lorsque la respiration a changé avec les exercices, le cerveau a également changé. Essentiellement, la manipulation respiratoire a activé différentes parties du cerveau, avec un certain chevauchement dans les zones impliquées dans la respiration automatique et intentionnelle.

Les résultats offrent un soutien neural pour les conseils donnés aux individus depuis des millénaires: pendant les périodes de stress, ou lorsqu’une concentration accrue est nécessaire, la concentration sur la respiration ou faire des exercices de respiration peut en effet changer le cerveau. Cela s’applique potentiellement à des individus dans différentes professions qui ont besoin d’une concentration et d’une agilité extrêmes. Les athlètes, par exemple, savent depuis longtemps qu’ils utilisent la respiration pour améliorer leurs performances.

 

Au-delà de l’étude de la capacité des humains à contrôler et à réguler leur activité neurale de manière volontaire, l’étude était aussi unique dans le fait qu’elle utilisait une méthode rare de recherche neurale: regarder directement dans le cerveau des humains éveillés et alertes. Des études de neurosciences typiques impliquant des humains utilisent des techniques d’imagerie (c’est-à-dire IRMf ou EEG) pour déduire l’activité neuronale dans le cerveau des personnes depuis l’extérieur du crâne. Mais les études qui incluent des électrodes implantées dans le cerveau des humains sont rares.

Découvrez aussi : Comment une simple technique de respiration peut induire une meilleure santé

La capacité de regarder à l’intérieur du cerveau des humains nous permet d’étudier la pensée, de décider et même d’imaginer ou de rêver en observant directement le cerveau. Les sujets d’étude dans ce travail étaient des patients qui avaient des électrodes implantées dans leur cerveau dans le cadre d’un traitement clinique de l’épilepsie. Ces patients présentaient des crises qui ne pouvaient pas être contrôlées par des médicaments et qui nécessitaient par conséquent des interventions chirurgicales pour détecter le foyer de crise pour la résection future.

Les résultats de la recherche montrent que les conseils de «respirer profondément» n’est peut-être pas un cliché. Les exercices qui impliquent la respiration volontaire semblent modifier la connectivité entre les parties du cerveau et permettre l’accès aux sites internes qui nous sont normalement inaccessibles. Une enquête plus approfondie permettra de surveiller progressivement ce que cet accès à des parties de notre psyché qui sont normalement cachées peut révéler.

Voir l’étude : https://www.physiology.org/et https://health.usnews.com/

3 commentaires à propos de “Des neuroscientifiques ont découvert l’impact positif de la respiration profonde sur le cerveau

  1. Tout ce qui concerne la science est magique et toute recherche dans cette matière aboutit tôt ou tard à l’amélioration de nos connaissances et au progrès de la science. Merci pour ce partage.

  2. C’est un fait connu empiriquement des yogis. La posture (non tassée) et la souplesse de la cage thoracique et du diaphragme sont importantes pour un souffle de qualité. Les bâillements ont sans doute aussi un effet positif, détente profonde et meilleure respiration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*