activité physique

Image crédit : shutterstock.com

On pourrait diminuer le risque de 13 types de cancer grâce à une activité physique régulière

Il y aurait , 31% des adultes dans le monde qui ne feraient pas le minimum d’exercice recommandé pour rester en bonne santé.

Avoir une activité physique, entre modérée et soutenue, permettrait de réduire le risque de 13 types de cancers, selon une étude américaine publiée dans le Journal of the American Medical Association Internal Medicine.

Selon une estimation 51% des adultes aux USA et 31% dans le monde ne font pas le minimum d’exercice recommandé pour rester en bonne santé, soulignent les chercheurs de l’Institut national américain du cancer (NCI).

Il s’agit de marcher, de courir, de nager ou encore de faire du vélo à un rythme modéré à vigoureux pendant 150 minutes par semaine, précisent les chercheurs.

Une baisse du risque de 42 % pour le cancer de l’œsophage

Des centaines d’études ont analysé le lien entre activité physique et réduction du risque de développer un cancer du colon, du sein et de l’endomètre –  le tissu tapissant l’utérus. Mais les résultats n’ont pas été concluants pour les autres types de tumeurs en raison du trop petit nombre de participants à ces travaux, notent les auteurs de la nouvelle étude.

Ces derniers ont eux travaillé sur des données provenant de 1,44 million de personnes âgées de 19 à 98 ans aux États-Unis et en Europe. Les participants ont été suivis pendant onze ans en moyenne, une période durant laquelle 187.000 nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués.

Leur étude a non seulement confirmé le lien déjà mis en évidence entre un degré soutenu d’exercice et la plus forte baisse du risque de cancer colorectal, du sein et de l’endomètre mais aussi avec dix autres tumeurs. Les chercheurs ont ainsi détecté une réduction du risque pour les cancers suivants :

œsophage (-42%), foie (-27%), poumon (-26%), rein (-23%), estomac (-22%), endomètre (-21%), sang (-20%), colon (-16%) et sein (-10%).

Hausse du risque pour le mélanome et la prostate

Dans la plupart des cas, le lien entre activité physique et baisse du risque de cancer a subsisté quel que soit le poids de la personne et qu’il s’agisse d’un fumeur ou non. Pour l’ensemble des cancers, la baisse du risque résultant d’un exercice régulier vigoureux a été de 7%.

En revanche, les activités physiques ont été liées à un accroissement de 5% du risque de cancer de la prostate et de 27% du mélanome, un cancer agressif de la peau, surtout dans des régions très ensoleillées aux Etats-Unis. <

em> »Nos résultats montrent que le lien entre exercice et réduction du risque de cancer peut être généralisé à différents groupes de population y compris parmi les personnes en surpoids et obèses et celles qui ont fumé »,

souligne le Dr Steven Moore, chercheur du National Cancer Institute et principal auteur de l’étude.

Source de l’article : sciencesetavenir.fr

Notez cet article