disparition désastreuse des insectes

Une étude alerte sur la disparition désastreuse des insectes

Espèces menacées Les insectes sont indispensables pour les écosystèmes

Par Phillipe Blot. Le 08/04/2019

Environ la moitié des insectes du globe, primordiales pour les écosystèmes et même économiquement parlant, disparaissent rapidement sur la planète entière, révèle une recherche qui nous alerte sur un « effondrement catastrophique » des milieux naturels.

« Les résultats de cette étude sont on ne peut plus clairs : à moins que nous changions nos façons de produire notre nourriture, les insectes seront en voie d’extinction dans seulement quelques dizaines d’années », alertent les auteurs de cette recherche tristement effrayante, synthèse de 73 études, qui montre du doigt le rôle de l’agriculture intensive dans ce phénomène.

Eviter l’effondrement

À heure actuelle , il y a presqu’un tiers des espèces qui sont en voie d’extinction « et tous les ans, environ 1 % en plus de ces insectes s’additionne à cette liste », ont analysé Francisco Sanchez-Bayo et Kris Wyckhuys, des universités de Sydney et du Queensland. C’est l’équivalant, disent-ils, « au plus massif épisode d’extinction » depuis la disparition des dinosaures.

« La quantité d’insectes en voie de disparition (41 %) est deux fois plus grande que celle des vertébrés et le rythme d’extinction des espèces locales (10 %) huit fois plus », disent-ils. Quand on soulève le problème de la biodiversité, ce qui arrive aux grands animaux attire plus l’attention. Cependant tous les insectes sont « d’une importance vitale pour les écosystèmes de la planète » : « un tel phénomène ne peut pas être ignoré et devrait pousser à faire quelque chose pour éviter une disparition qui serait une catastrophe pour les écosystèmes naturels et l’humanité », insistent les deux scientifiques dans leurs rapports qui va être publié dans le magasine Biological Conservation.

De très gros soupçons pèsent sur les pesticides

Voici un bonne exemple de cette réalité : le déclin « hallucinant » des oiseaux des campagnes révélé en France en 2018. « Il n’y a presque plus d’insectes, c’est ça le plus gros problème », disait l’un des chercheurs, Vincent Bretagnolle : car même les oiseaux qui mangent des graines ont besoin d’insectes à un moment précis des saisons, pour leurs petits…

À la source du déclin des insectes, des scientifiques australiens désignent le bouleversement de leur habitat naturel et l’utilisation intensive des pesticides de synthèse, au cœur du système agricole sur la planète entière ces 6 dernières années.

La recherche se base notamment sur le cas de l’UE et des USA où il y a un des suivis assez réguliers. « Mais vu que ces facteurs sont valables pour tous les pays du globe, il ne devrait pas y avoir de différences avec les pays en développement ou tropicaux ». Il y a également les agents pathogènes, les espèces invasives, et enfin le changement du climat mais essentiellement dans les régions tropicales.

Notez cet article