Les effets indésirables du gingembre et qui ne doit pas en manger ?

effets indésirables du gingembre
Le 17 Décembre 2017. Image crédit : Pixabay

Les effets indésirables du gingembre et qui ne doit pas en manger ?

Cette plante est utilisé depuis plus de cinq milles ans pour la cuisine et également comme remède médicinale dans beaucoup de pays d’Asie grâce à ses puissantes propriétés. C’est surement l’une des racines les plus couramment utilisées sur la planète.

D’après les traditions ayurvédiques, cette plante est considéré comme l’épice la plus « sattvic » et c’est l’une des racines les plus essentielles dans ces traditions. Le gingembre est considéré comme Katu-rasam (goût amer), Ushna-veerya (activité chaude), Vata-kapha- har-prabhavam (effet correcteur des imperfections respiratoires et des mucosités), Katu-vipaka (effet piquant), Laghu-snigdha-gunam (propriété douce et onctueuse), et est précieux comme remède et moyen d’éliminer les troubles de Kapha et Vatta.

Les effets indésirables du  gingembre lorsqu’il est consommé en grande quantité, il peut provoquer des brûlures d’estomac, des gaz, des ballonnements, des nausées ou des maux d’estomac.

Cette plante est appelé Vishava-bheshaj (le remède universel) et Maha-aushadhi (remède à large spectre). Le concept de feu digestif et métabolique (agni) est central pour l’Ayurveda. Si la nourriture est correctement traitée et assimilée, elle ne va pas créer de toxines dans le corps, appelées Ama. Même si « ama » est créé, il peut être détruit par « agni » que l’on peut obtenir avec le gingembre. L’Ayurveda considère le gingembre comme une plante piquante qui n’a pas la force âcreté irritante et concentrée du piment, mais qui est suffisamment irritante pour réveiller les vaisseaux sanguins. De plus, dans la médecine Chinoise, cette racine est réputé pour son utilisation dans l’élimination des toxines. Elle est utilisé comme antidote d’empoisonnement par la nourriture, pour les médicaments ou avec d’autres plantes.

Mais est-ce qu’une plante si puissante peut avoir des effets indésirables?

La réponse est oui, en fait les herboristes conseillent de ne pas prendre plus de 4 grammes de gingembre en une seule journée. Car, si il est pris en grande quantité, il peut provoquer des brûlures d’estomac, des gaz, des ballonnements, des nausées ou des maux d’estomac, car il renforce l’action de la warfarine par des mécanismes hétérogènes. Il peut également augmenter le risque de saignement ou éventuellement potentialiser les effets de la thérapie de la warfarine, en particulier lorsqu’il est pris sous forme de poudre.

POURQUOI METTRE LE GINGEMBRE DANS VOS REPAS?
  • Il possède une saveur exceptionnelle et confère une note délicieusement orientale à n’importe quel plat.
  • Ses fines tranches marinées permettent de « nettoyer » le palais entre deux plats aux saveurs prononcées.
  • On peut en faire une infusion glacée que l’on servira telle quelle ou que l’on mélangera avec de l’eau minérale.
  • Il facilite la digestion.
  • Il prévient les nausées et les vomissements chez les personnes sujettes au mal des transports

Gingembre, ail et oignon :

En consommant du gingembre avec de l’ail ou de l’oignon (ou mieux encore, les deux) on créerait une synergie entre leurs différents composés antioxydants. Ce qui leur permettrait de surpasser leurs effets antioxydants individuels.

Source : Shobana S, Naidu KA. Antioxidant activity of selected Indian spices. Prostaglandins Leukot Essent FattyAcids 2000 February;62(2):107-10.

Les patients atteints de cancer consomment parfois du gingembre afin de lutter contre les nausées et vomissements (3).

Plusieurs études mentionnent un effet positif de la prise de gingembre en capsule pour lutter contre les nausées et vomissements causés par la chimiothérapie. Cet effet est présent, qu’il soit utilisé ou non en combinaison avec des médications classiques (5,6,9,10,11,12).

Le gingembre pourrait réduire les nausées et vomissements après une intervention chirurgicale, mais cet effet n’est pas systématique (3,4).

Aucune activité anti-cancer liée au gingembre n’a pu être été montrée (2).

Les effets indésirables du gingembre :

Effets secondaires généraux

La consommation de gingembre, surtout sous forme de poudre, peut parfois causer : brûlures et maux d’estomac, diarrhée et menstruations plus abondantes (4,5).

Effets négatifs possibles sur les traitements du cancer

Il n’y a aucun effet négatif connu lié à la consommation de gingembre (4,6).

Interactions avec d’autres médicaments et compléments alimentaires

Le gingembre peut avoir un effet anticoagulant (3,7) et faire baisser le taux de sucre dans le sang (3). Si vous suivez un traitement « classique » qui présente les mêmes effets (surtout dans le cas de la warfarine, du fenprocoumon et des salycilates comme l’aspirine)(9), il est conseillé d’informer votre médecin que vous utilisez du gingembre.

Pour les mêmes raisons, la prudence est de mise lors d’une consommation simultanée de gingembre et d’autres compléments alimentaires faisant baisser le taux de sucre sanguin (ail, aloe vera, bêta-glucanes, chardon-Marie, co-enzyme Q10, curcuma, ginkgo, ginseng, omega-3 ou acides gras de poisson EPA/DHA) ou présentant un effet anticoagulant (ail/quercétine, chardon-Marie, curcuma, extrait de pépins de raisins/resvératrol, ginkgo, ginseng, graines de lin, omega-3 ou acides gras de poisson EPA/DHA, quercetine, vitamine E). Informez aussi toujours votre médecin de ce type de combinaison.

Interrompez l’utilisation de gingembre quelques jours avant une intervention chirurgicale. Vous pouvez éventuellement prendre une heure avant l’opération l’équivalent d’un gramme de gingembre, afin d’atténuer les nausées et vomissements après l’intervention (8).

Les personnes souffrant de calculs biliaires doivent également consulter leur médecin avant de consommer du gingembre (7).

Quelles sont les personnes qui ne devraient pas consommer de gingembre ?

Les personnes atteintes d’ulcères ou d’inflammation

Le gingembre frais non mâché peut causer une occlusion intestinale, et les personnes qui ont eu des ulcères, une maladie inflammatoire de l’intestin ou les intestins bloqués peuvent mal réagir à de grandes quantités de gingembre frais.

Les personnes atteintes de calculs biliaires

Le gingembre peut affecter négativement les individus souffrant de calculs biliaires et il est donc contre-indiqué dans ce cas car il favorise la production de bile.

Les personnes souffrant de troubles de la coagulation

Le gingembre stimule la circulation et augmente le flux sanguin tout en prévenant les caillots sanguins. Il pourrait augmenter le risque de saignement, surtout si vous avez un trouble de la coagulation ou si vous prenez des médicaments qui ralentissent la coagulation du sang.

Les femmes enceintes

Les femmes qui attendent un bébé devraient aussi être prudentes car le gingembre peut provoquer des contractions utérines. Il a aussi été démontré qu’il interfère avec l’absorption du fer alimentaire et des vitamines liposolubles. Il est recommandé de consulter un herboriste ou un naturopathe avant d’utiliser le gingembre comme supplément ou dans votre alimentation. Boire du thé au gingembre est particulièrement déconseillé dans les dernières semaines de la grossesse en raison du risque accru de saignement.

Avant une opération

Selon un article publié dans « Der Anaesthesist » en 2007, la consommation de gingembre avant une opération chirurgicale présente également un risque en raison des risques de saignement. Si vous devez subir une intervention chirurgicale, vous devriez éviter de boire du thé au gingembre dans les deux semaines précédentes.

Réaction à certains médicaments

Si vous prenez des médicaments, demandez l’avis de votre thérapeute car cela peut interférer avec certains médicaments. Le gingembre ne devrait pas non plus être consommé par les personnes qui prennent des anticoagulants, des barbituriques, des bêta-bloquants, de l’insuline, ou celles qui suivent une thérapie antiplaquettaire. Selon MedlinePlus, département du National Institute on Health, le gingembre peut interagir avec de nombreux autres médicaments comme les anti-acides qui peuvent être affectés par le gingembre, en stimulant la production d’acide de l’estomac. Le gingembre peut également interagir avec d’autres médicaments pour le coeur, les antihistaminiques, les traitements contre le cancer et les médicaments pour la perte de poids.

Interactions avec certaines plantes

Le gingembre peut également interagir avec des plantes qui stimulent la circulation sanguine et ralentissent la coagulation sanguine comme le clou de girofle, l’ail, le ginkgo biloba, le ginseng, le curcuma, l’angélique. La combinaison du gingembre avec ces plantes pourrait augmenter le risque de saignement.

Modère l’appétit

Une étude pilote publiée dans « Métabolisme : une étude clinique expérimentale » en 2012, a révélé que le gingembre réduit l’appétit et améliore la sensation de satiété chez les personnes en surpoids. Les chercheurs de l’étude pensent que la capacité du gingembre à réguler et moduler les concentrations de l’hormone sérotonine joue un rôle dans la modération de l’appétit. Du fait qu’il s’agit d’une étude pilote, cependant, d’autres recherches sont nécessaires pour valider ces résultats. Si vous essayez de prendre du poids, vous devez savoir que boire du thé au gingembre peut potentiellement réduire votre appétit.

Diabète – hypertension artérielle

Evitez de prendre en même temps du thé au gingembre et des médicaments pour fluidifier le sang, comme la warfarine ou l’aspirine. Le gingembre peut abaisser la glycémie et la pression artérielle, donc  si vous prenez des médicaments pour le diabète ou l’hypertension artérielle, parlez-en à votre médecin, car vous n’avez peut-être pas besoin d’autant de médicaments si vous prenez également du thé au gingembre régulièrement.

Beaucoup de ces effets secondaires peuvent être évités en prenant des suppléments au gingembre dans des capsules, comme les capsules à enrobage entérique, qui retardent la digestion de la plante par le corps jusqu’au moment ou elle entre dans le tube digestif. Mais le gingembre, s’il est consommé en quantités raisonnables, a peu d’effets secondaires néfastes et se trouve sur la liste des aliments « généralement reconnus comme sûrs » par la FDA. Il y a eu des cas où des suppléments à base de plantes ont été vendus et étaient contaminés par des métaux toxiques ou d’autres médicaments. Aussi, les suppléments à base de plantes doivent être achetés à partir d’une source fiable pour minimiser le risque de contamination.

Dosage pour les adultes

La consommation de gingembre, surtout en petite quantité, est généralement sans danger. Le gingembre est disponible dans les supermarchés sous forme de racine ou de poudre. On le trouve aussi sous diverses formes de compléments alimentaires : capsules, extrait, teinture et huile.

En consommation quotidienne, il est conseillé de ne pas dépasser la dose totale de 4 grammes, y compris pour un usage culinaire (4). L’utilisation de gingembre est déconseillé durant la grossesse (4,7).

Références:
  1. American Institute for Cancer Research. Dietary Options for Cancer Survivors. 2002.
  2. Bloch A. et al. Eating well, Staying well During and After Cancer. American Cancer Society, 2004.
  3. Vandebroek A. Voedingssupplementen. Symposium niet-conventionele kankerbehandelingen, Stichting tegen Kanker, 2011.
  4. www.umm.edu/altmed
  5. Sheikhi MA. et al. Alternative Methods to Treat Nausea and Vomiting from Cancer Chemotherapy. Chemother Res Pract. 2015;2015:818759.
  6. Del Fabbro B. et al. Nutrition and the Cancer Patient.  Oxford University Press, 2010.
  7. www.mskcc.org
  8. www.nlm.nih.gov/medlineplus
  9. Sanaati F. et al. Effect of Ginger and Chamomile on Nausea and Vomiting Caused by Chemotherapy in Iranian Women with Breast Cancer.Asian Pac J Cancer Prev. 2016;17(8):4125-9.
  10. Arslan et al. Oral intake of ginger for chemotherapy-induced nausea and vomiting among women with breast cancer. Clin J Oncol Nurs. 2015 Oct;19(5):E92-7.
  11. Ansari M. et al. Efficacy of Ginger in Control of Chemotherapy Induced Nausea and Vomiting in Breast Cancer Patients Receiving Doxorubicin-Based Chemotherapy. Asian Pac J Cancer Prev. 2016;17(8):3877-80.
  12. Konmun J. et al. A phase II randomized double-blind placebo-controlled study of 6-gingerol as an anti-emetic in solid tumor patients receiving moderately to highly emetogenic chemotherapy. Med Oncol. 2017 Apr;34(4):69.

Sources Les effets indésirables du gingembre curejoy.com  et /www.passeportsante.net/ et https://www.cancer.be/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*