Effroyable : presque la moitié des baleines récemment tuées par le Japon étaient gestantes

Le 11 Juin 2018. Image crédit : Pixabay

Effroyable : presque la moitié des baleines récemment tuées par le Japon étaient gestantes

Le Japon tue encore des baleines au nom de la « recherche scientifique » pour son « échantillonnage biologique » annuel. 333 baleines de Minke ont été tuées pour la saison de 2017/2018, dont 120 femelles gestantes…

ABATTRE DES BALEINES AU NOM DE LA « SCIENCE »

 

Le rapport du Comité International de la Baleine (IWC) dévoile l’abattage de 333 baleines en Antarctique par les japonais, dont 120 femelles gestantes. Le pays donne l’excuse pour cette pratique : la compréhension de la « structure et la dynamique de l’écosystème marin antarctique ».

La carnage de 333 baleines est nécessaire pour estimer l’âge des baleines, observer le contenu de leur estomac, leur consommation de proies, l’épaisseur et le poids de la graisse, la circonférence et analyser leur santé, selon le Japon. Le pays autorise, après ces nombreuses analyses, la vente de la viande des cétacés les marchés et dans les restaurants.

« C’est une nouvelle démonstration, si nécessaire, de la nature vraiment horrible et inutile des opérations de chasse à la baleine, en particulier lorsque les enquêtes non létales se sont avérées suffisantes pour des besoins scientifiques« , a déclaré Alexia Wellbelove, directrice principale du programme du IWC.

L’échantillonnage d’ADN et la surveillance à distance des tendances démographiques permettent de récolter toutes les données et tendances dont nous avons besoin sans passer par des tueries massives.

Photo contractuelle: il s’agit d’orques ici et non de baleines

Le Japon a un lourd passé avec la chasse à la baleine

En 1946 le pays ne fait pas partie des états signataires lors de la Convention internationale pour la réglementation de la chasse à la baleine, institué par la Commission Baleinière Internationale (CBI). En 1982, les japonais refusent l’adoption d’un moratoire sur la chasse à la baleine. Quatre ans plus tard, ils finissent par l’accepter. Démarre alors un programme de recherche « scientifique » au Japon. Un sordide alibi pour abattre 300 baleines de Minke en Antarctique tous les ans.

Cependant en 2014, la Cour internationale de justice(CIJ) somme les japonais d’arrêter la chasse à la baleine dans l’océan antarctique. « Les permis spéciaux ne sont pas délivrés en vue de recherches scientifiques. Des considérations financières, plutôt que des critères purement scientifiques, sont intervenues dans la conception du programme », énonce à l’époque le juge Peter Tomka.

Le Japon abandonne la campagne de chasse pour la saison 2014/2015. En juin 2015, le pays lance sa nouvelle campagne et se refugie encore une fois derrière ses excuses de « recherches scientifiques ». Ce n’est cependant pas le seul pays à utiliser cette excuse, la Norvège et l’Islande font la même chose.

Source : dailygeekshow.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*