Tablettes: en éloigner les jeunes enfants, « un enjeu de santé publique »

Sabine Duflo, psychologue pour enfants, ce mercredi sur RMC.

Tablettes : en éloigner les jeunes enfants, « un enjeu de santé publique »

L’Académie des sciences, dans son rapport « L’enfant et les écrans », exprimait un avis favorable concernant l’utilisation des tablettes par les jeunes enfants. Plus de soixante chercheurs avaient vivement réagi.

Dans une longue tribune signée par plusieurs médecins et pédiatres, la psychologue pour enfants Sabine Duflo met les parents en garde: les tablettes nuisent au développement cognitif des enfants, « de la naissance à la fin de la maternelle ». Elle était l’invitée de 8h10 de Jean-Jacques Bourdin, ce mercredi sur RMC.

Sabine Duflo, psychologue, est à l’origine d’une tribune publiée dans Le Monde intitulée « Les tablettes, à éloigner des enfants », signée par plusieurs médecins et pédiatres. Leur verdict est sans appel: elles nuisent au développement cognitif des jeunes enfants, « de la naissance à la fin de la maternelle, c’est-à-dire cinq/six ans », précise-t-elle, ce mercredi sur RMC.

Cette psychologue qui exerce en centre médico-psychologique pour enfants a constaté des « retards de langage, des troubles de l’attention ou une impulsivité » chez les petits « essentiellement stimulés » par des écrans, « la télévision, ou le plus souvent la tablette ou le portable ».

« Des enfants en difficulté en primaire »

Comment Sabine Duflo a-t-elle fait un lien entre leurs troubles et l’utilisation de ces outils?

« Lorsque je vois que l’enfant est exposé, par exemple six/sept heures par jour, et que je propose aux parents une diminution, voire un arrêt total de cet outil, (…) deux à trois semaines plus tard, on observe des redémarrages », indique-t-elle sur RMC.

Son objectif? Sensibiliser les parents, avec son expérience de médecin de terrain, et alerter les autorités sanitaires.

« Je pense que réellement c’est un enjeu de santé publique », s’alarme-t-elle. « Parce que les prémices de la communication, du langage, du rapport à l’autre, se mettent en place très tôt. Si l’on met l’enfant face à un outil qui nuit à des émergences essentielles à son développement, on se retrouve avec des enfants en difficulté en primaire ».

La méthode « des quatre ‘pas' »

L’objet de la tribune n’est pas de contraindre les parents à bannir les écrans de la vie de leurs enfants, mais de les inciter à se montrer raisonnable. Selon Sabine Duflo, le parents peuvent utiliser une méthode très simple:

« J’intitule cela les quatre ‘pas' », résume-t-elle sur RMC. « Il va y avoir des moments dans la journée où il n’y aura pas d’écran – je ne parle pas que des tablettes: jamais le matin, jamais pendant les repas familiaux, jamais le soir avant de s’endormir et jamais dans la chambre de l’enfant, où les tentations sont grandes. Avec ces quatre ‘pas’ là, on dégage énormément de temps ».

Consciente de ne pas « faire le poids » face aux gros constructeurs de tablettes, Sabine Duflo exhorte le gouvernement à se saisir de cet « enjeu de santé publique » .
Conférence de Sabine Duflo, psychologue clinicienne, sur le rapport aux écrans des enfants. Les différents enjeux du développement de l’enfant sont confrontés à la consommation d’images des enfants. La conférencière formule des préconisations pour les différentes tranches d’âge, de 0 à 17 ans.
Afin de mieux comprendre l’impact des écrans sur le développement de l’enfant, Sabine Duflo présente quatre tranches d’âge : 0-3 ans, 3-6 ans, 7-10 ans et 11-17 ans. Elle définit les besoins propres à chaque tranche d’âge, puis décrit comment l’usage des écrans peut répondre à ces besoins ou au contraire perturber le développement de l’enfant.

Cette conférence destinée aux parents a été organisée le 14 octobre dernier par Ciclic, en partenariat avec la Ville de Blois.

Par C. P.
Source : BFM

Un commentaire à propos de “Tablettes: en éloigner les jeunes enfants, « un enjeu de santé publique »

  1. Madame est psychologue visiblement, pas « médecin de terrain »… On peut faire juste un tout petit peu attention à ce qu’on écrit ?!?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*