« Accueillir ou éteindre l’émotion d’un enfant » : des dessins pour aider son enfant à gérer ses émotions

émotion d'un enfant

Il est important que les enfants puissent apprendre à reconnaître leurs émotions, pour qu’ils soient capables de les gérer par la suite. Les parents jouent un rôle essentiel dans cet apprentissage. Il ne doivent pas nier leurs émotions, mais plutôt les accepter et mettre un nom dessus pour que les enfants puissent les reconnaître. C’est ce que Bougribouillons cherche à expliquer dans des dessins très parlants et utiles.

Un parent peut avoir le sentiment que son enfant exagère et surjoue ses émotions. Ainsi, il peut avoir tendance à minimiser ce qu’il ressent et parfois il peut nier involontairement ses émotions.

Ainsi, nous nous retrouvons avec un enfant qui est souvent incapable de reconnaître ses émotions et dans l’incapacité d’apprendre à les gérer. C’est pour cette raison qu’il est si essentiel d’ « accueillir ou éteindre l’émotion. »

Découvrez les dessins de Bougribouillons :

émotion d'un enfant

Source : Bougribouillons (Dessins utilisés avec l’aimable autorisation de Bougribouillons)

Bougribouillons :

« Il est important d’inclure le vocabulaire émotionnel le plus tôt possible, par la parole (et par les signes). Très tôt, l’enfant pourra ainsi verbaliser (ou signer) de lui-même l’émotion qu’il ressent. Tout comme « papa » ou « maman », ce vocabulaire lui sera familier.

Faire rentrer le vocabulaire des émotions dans nos vies, c’est également nous permettre à nous, adultes, de développer notre conscience et notre intelligence émotionnelles, car malheureusement, peu d’entre nous ont été accompagnés dans ce sens. »

Bougribouillons a également dessiné des « cartes des émotions » afin d’aider les parents et leurs enfants sur cette voie Cliquez ici.

Voir aussi : Adultomorphisme : les enfants ne sont pas des adultes modèles réduits

Pour en savoir plus sur Bougribouillons, visitez sa page Facebook ou son site.

Antoine Mercier

Comme de nombreuses personnes, cela fait des années que j’essaie de limiter mon empreinte carbone en triant mes déchets, en empruntant le plus possible les transports en commun et en limitant au maximum le plastique. C’est un bon début, mais je pense que tout ceci n’est pas suffisant car nous ne réglerons pas le problème en nous contentant de faire cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *