ENFANTS DE PARENTS ALCOOLIQUES

En France 1,5 à 2 millions de personnes sont dépendantes de l’alcool aujourd’hui, cela signifie que la probabilité d’être à un moment de sa vie dépendant est encore plus importante, car cette dépendance met du temps à s’installer: 5 à 20 ans habituellement après la régularisation de l’usage, qui se situe dans la 2e ou la 3e décennie de la vie. La dépendance à l’égard de l’alcool s’« épanouit » ainsi à l’âge de la parentalité, d’où la fréquence élevée des situations où « quand les parents boivent, les enfants trinquent »: probablement 10 à 20 % des enfants connaissent cette situation avant leur entrée dans l’âge adulte. ( source )

Les conséquences sur les enfants des problèmes d’alcool des parents sont cependant très variables : les risques encourus sont en effet à court, moyen ou long terme, et dépendent beaucoup de facteurs comme la « survie » de la famille, son organisation systémique, la résistance du conjoint du dépendant, l’âge où les problèmes se produisent.

Les parents alcooliques laissent beaucoup cicatrises dans l’esprit de leurs enfants.Il faut bien sûr toujours observer les spécificités de chaque cas, car les effets dépendent de la sévérité de l’addiction et de ses manifestations, de l’âge des enfants, de la position de l’autre parent et du reste de la famille, ainsi que bien d’autres multiples facteurs.

Mais il existe cependant des modèles communs chez les enfants de parents alcooliques, dont l’intensité varie. Ces enfants grandissent quasiment toujours dans un environnement où le chaos prédomine. Leur manière d’être et de voir le monde est imprégnée des expériences de l’alcoolisme de leur parent et tout cela laisse des marques sur leur manière d’appréhender leurs émotions.

«La conscience est soluble dans l’alcool.»
-Riane Eisler-

Ces cicatrices sont difficiles à détecter, que ce soit pour les parents ou pour les enfants. Elles s’immiscent de façon souterraine dans la personnalité et souvent, elles se traduisent en attitudes en apparence positives. Mais au fond, se trouve une blessure ouverte qui jour ou l’autre, devra être écoutée et guérie.

Voici cinq des traces émotionnelles qui peuvent se retrouver dans le cœur des enfants de parents alcooliques.

1. Les enfants des parents alcooliques ne savent pas que c’est un comportement anormal

Un parent qui a des problèmes avec l’alcool est, avant tout, un papa ou une maman. C’est pour cela qu’il ou elle représente pour ses enfants le modèle de l’adulte. Mais la personne alcoolique est imprévisible : elle peut être un parent aimant un jour et le lendemain devenir en un être bizarre, qui terrorise et embrouille son enfant. Les enfants ne savent jamais ce qu’ils peuvent attendre de lui.

C’est pour cela que les enfants de parents alcooliques ont des difficultés à comprendre que ce n’est pas un comportement normal, que c’est une conduite pathologique et qu’il ont peu d’outils pour définir ce qu’ils peuvent se permettre de faire et ce qu’ils ne peuvent pas faire. Ils sont tout le temps dans le doute.

2. Ils ont du mal à aller jusqu’au bout d’un projet 

Les enfants de parents alcooliques sont labiles. Leur vie s’est développée sur de nombreuses incertitudes : ils ne savent jamais comment va se comporter leur parent. Ils ne savent donc jamais ce qu’ils peuvent apprendre de la famille, du monde ou d’eux-même. Tout peut changer d’un moment à l’autre.

Cette instabilité, anxieuse et maladive, fait que la probabilité de devenir une personne instable est très forte. Ils ont beaucoup de mal à faire des efforts pour mener leurs projets à bien. En fait, ils emploient une grande partie de leur énergie psychologique à essayer de comprendre et de surmonter l’incertitude extrême qui règne sur leur vie.

3. Ils se jugent très durement et ont du mal à s’amuser

L’enfant d’un parent alcoolique porte dans son cœur un sentiment de culpabilité diffus et une sensation d’incapacité qu’il ne parvient pas à définir. La culpabilité naît du fait de ne pas savoir jusqu’à quel point l’alcoolisme du parent est de sa responsabilité. Il se demande toute le temps : est-ce que je devrais faire quelque chose pour cela ?

La sensation d’incapacité naît de cette même question. Au font, il aimerait faire ou avoir fait quelque chose pour changer la situation. Mais il n’a jamais su et ne sait pas comment il pourrait contribuer. Et cela se transforme en un auto-reproche sourd. De même, il voit l’amusement comme un danger : son parent s’amuse-t-il ou pas quand il traverse une crise d’alcoolisme ?

4. Ce sont des gens loyaux, même s’ils ne considèrent qu’ils ont aucun mérite

Les enfants de parents alcooliques ressentent un sentiment de loyauté pathologique. Ils ont vu leur parent dans un état de décadence et cela leur fait du mal, mais leur fait aussi peur. Souvent, on leur demande ou même on leur exige de ne parler de cette situation familiale à personne.

C’est pour cela que beaucoup d’entre eux grandissent en pensant que la loyauté aveugle est une valeur qu’ils doivent entretenir, quelles que soient les circonstances. Ils sentent qu’ils doivent tout supporter quand ils sont impliqués dans une relation ou histoire difficile avec quelqu’un qu’ils aiment. Ils pensent également que les autres doivent faire la même chose avec eux.

5. Ils réagissent exagérément et de manière impulsive

Les changements sont une menace pour les enfants des parents alcooliques. Toute leur vie, ils ont été dans un va-et-vient constant, dont ils n’ont jamais su où il les emmènerait. Ainsi, s’ils parviennent à atteindre un peu de stabilité, ils la défendront de manière obsessive. Ils sentent qu’avec les changements, le chaos qu’ils redoutent tant arrivera.

De plus, ils font preuve de très peu de contrôle sur leurs émotions. Au fond, ils pensent que nous avons tous le droit de lâcher n’importe quelle impulsion : n’est-ce pas ce qu’ils ont vu tant de fois  chez eux ?

C’est pour cela même qu’ils ont tant de mal à «internaliser» des comportements plus centrés et rationnels. Dans tous les cas, quand la cicatrice est profonde, les enfants de parents alcooliques doivent recevoir un traitement psychologique professionnel.

Source :  source / source /  source