Cessez d’être gentil soyez vrai : une méthode de transformation radicale

soyez vrai
Cessez d’être gentil soyez vrai : une méthode de transformation radicale

Image crédit : source

Cessez d’être gentil soyez vrai : une méthode de transformation radicale

Avertissement : cet article vous propose une méthode de transformation radicale pour apprendre à vous affirmeret développer votre bien être. Il  contient des propos en marge du politiquement correct. Amis de la bienséance sociale et de la propagande bien-pensante diffusée par notre société, ne le lisez pas. Je décline toute responsabilité sur les conséquences de l’application de ces principes.

En particulier, si vous êtes trop timide, trop gentil, …trop mal dans votre peau en somme, vous prenez le risque de cesser d’être gentil pour être vrai.

Bonne lecture pratique !

Cessez d’être gentil soyez vrai :

De l’éducation à la destruction

Nous sommes gentil parce qu’on nous a « appris » à l’être.

Aux trop gentils,

Comme moi, vous avez sans doute reçu une éducation classique. Les bonnes manières vous ont été inculquées de manière stricte.

« Pour être un bon garçon ou une adorable fille, il y a des choses à faire et d’autres à ne pas faire. »
« Pour être bien vu dans la société, il y a des principes à respecter. »

Nous pouvons remercier nos parents de l’éducation et des valeurs qu’ils ont plus au moins pris soins de nous inculquer. Sans l’apprentissage des bases du savoir-vivre, nous aurions beaucoup de mal à nous insérer dans la société.

Pourtant à vouloir trop bien faire, on finit par mal faire.

Être un gentil garçon ou une gentille fille a pu vous être profitable à un moment de votre vie. A présent, vous devez sentir que cette stratégie finit surtout par vous desservir.

Il est temps de réagir.

Rassurez-vous. Je ne vais pas vous demander de (re)faire une crise d’adolescence ni de tourner définitivement le dos à vos valeurs morales.

Non, répondez plutôt à cette question : pourquoi êtes vous gentil ?

Pourquoi donc êtes vous gentil ?

On trouve de nombreuses explications sociologiques aux différentes réponses à cette question. Je vous les épargne car elles n’aident pas vraiment. Retenons simplement que la principale réponse tourne autour de l’idée que « vous voulez être aimé ».

« Et pour être aimé, il faut être gentil avec les gens » nous martèle-t-on depuis l’enfance.

Ce conditionnement garantit certes l’équilibre de notre société. Mais il dessert pourtant ceux qui y restent trop soumis.

La solution pour cesser d’être gentil et être vrai

Je ne sais pas vous mais l’idée d’ « être manipulé » me révolte, même pour la bonne cause. Prendre conscience de cette manipulation est heureusement un premier pas vers la guérison. Et pour guérir, je vous propose un traitement de choc.

Le déconditionnement

Instructions

Pendant 7 jours, vous allez cesser d’être gentil. Attention, cela ne veut pas dire que pendant 7 jours vous allez être méchants.

Non. Ne pas être gentil signifie que vous allez vous retenir de tout réflexe charitable et l’ASSUMER sans malaise. VOUS choisissez de dire NON !

Quelques exemples pratiques déjà éprouvés :

  • vous allez choisir de ne pas donner d’argent aux sans-abris qui vous sollicitent. Et vous ne devrez manifester aucun embarras. Pensez : « Je choisis de ne pas donner »
  • dans les transports en commun, vous n’allez pas spontanément proposer votre place à quiconque, à moins qu’on ne vous le demande (ne soyons ni bête ni méchant !). Pensez : « Je choisis de ne pas proposer ma place »
  • si un collègue/chef/ami vous demande un coup de main, un simple « je ne peux pas » sans plus d’argumentation suffira. Pensez : « Je choisis de ne pas aider »

Astuce : n’hésitez pas à formuler plusieurs fois votre refus sans jamais expliquer ou pire justifier.

Premières observations

Dans un premier temps vous devriez vous sentir mal à l’aise, faites-le quand même !

C’est normal, vous n’éliminerez pas des années de conditionnement en quelques heures.

Si vous pensez être trop timide pour réaliser cet exercice.

Prenez-le comme un jeu. Chaque fois que vous ne serez pas la personne « trop gentille », vous marquez un point. Notez votre score dans un carnet. Et à la fin, comptabilisez et célébrez votre performance.

Si votre entourage remarque votre changement d’attitude ou mieux la critique. C’est gagné !

Ne cherchez surtout pas à vous justifier. Contentez-vous de sourire en disant « Je change » (sous entendu « vous allez apprendre à aimer mon nouveau vrai moi »).

Conséquences

Au terme de ces sept jours, le challenge vous aura changé.

Il ne s’agira pas de retomber dans ses vieilles habitudes, mais de mettre en œuvre ce nouvel état de conscience acquis.

Observez-vous

Dès que vous vous apprêterez à faire un acte charitable, interrogez-vous sur l’influence de votre conditionnement social.
Prendre conscience de vos démons est fondamental pour poursuivre votre déconditionnement.

Lorsque surviendra un moment où vous pourrez exprimer votre charité, vous vous surprendrez à réfléchir à l’action que vous allez mener.

Quel que soit votre choix, si par exemple celui d’être gentil, vous le ferez en pleine conscience et avec d’autant plus de cœur. Vous remarquerez que cela sera d’autant plus apprécié.

Si en revanche vous choisissez de ne pas être gentil, la décision sera la vôtre, vous vous serez respecté. Certaines personnes pourraient être gênées par votre décision, c’est leur problème.

On ne peut pas plaire à tout le monde, tout le temps. Savoir déplaire est même important.

En cherchant à être trop lisse, vous contrariez votre propre nature et n’êtes pas plus respecté par ceux à qui vous cherchez à faire plaisir

En résumé

Gardez à l’esprit ce principe pour chacune de vos actions. Vous allez :

Être gentil lorsque vous en aurez envie et que vous le choisirez.

Vous apprécierez davantage et les autres aussi.

Allez, je compte sur vous pour ne plus être gentil sauf peut-être en me laissant un commentaire ci-dessous.

Quelles actions vous autorisez vous à faire que la société bien pensante réprouverait ?

Êtes-vous consciemment un « gentil » ou est-ce le fruit de votre conditionnement ?

Si vous suivez mon programme, je vous garantis que vous ne serez plus gentil par défaut mais par choix.

Olivier Prize

Livre conseillé :

Source Cessez d’être gentil soyez vrai : www.etre-meilleur.com

Antoine Mercier

Comme de nombreuses personnes, cela fait des années que j’essaie de limiter mon empreinte carbone en triant mes déchets, en empruntant le plus possible les transports en commun et en limitant au maximum le plastique. C’est un bon début, mais je pense que tout ceci n’est pas suffisant car nous ne réglerons pas le problème en nous contentant de faire cela.

39 réflexions sur « Cessez d’être gentil soyez vrai : une méthode de transformation radicale »

  1. c super fun en fait, je le faisais même avant d’avoir lu votre article, et bien sur dans le bus j’ai eu droit a des regards indignes de mamies et autres phénomènes de foire….et oui sa fait 1 bien fou!! merci 😉

  2. Avant de vous lire j’ai décidé de décider de mon taux de gentillesse à ne pas dépasser par les mêmes pratique que vous énumérez, et ça fait du bien!

  3. Bonjour
    Je me reconnais bien dans cette article
    J’étais trop gentil je me faisais manipuler par les autres parce que j’étais en manque d’amour. Je cherchais le réconfort auprès des autres et effectivement on n’ai pas plus apprécié et on est pris pour des imbéciles. Maintenant je veux changer tout ça même si des fois c’est difficile parce que j’étais très basé sur ce que les gens pouvaient penser de moi.
    J’essaie de faire les choses si j’en ai envie et quand j’en ai envie. Car je constate que ma vie a beaucoup stagner. En ce changement il y a en beaucoup qui ne le comprenne mais j’essaie et j’ arriverais à passer outre. Je veux vivre pour moi et non par rapport aux autres.
    Merci pour votre écoute

  4. Je ne vois pas l’utilité à ne pas être gentil et cela même si c’est un conditionnement de notre société. Je l’accepte entièrement!!

    Respecter ses propres limites, c’est important, mais en excès ce n’est pas sain non plus.

    Nous avons plutôt intérêt à comprendre l’équilibre entre nos besoins et ceux des autres plutôt que de passer d’un excès à un autre.

    Évidemment que la vie est parfois faite de déception et qu’il arrive qu’on doive prioriser le besoin de l’autre, mais si nous le faisons avec amour plutôt que de le vivre avec amertume…l’acte est complètement différent.

    Je repense à la mère d’une de mes amies d’enfance qui était bipolaire. Celle-ci était tellement centrée sur ses propres intérêts en toutes occasions que mon amie a grandi avec de grandes carences affectives.

    Nous pouvons choisir de vivre constamment de nos besoins et nos désirs et devenir insensibles à ceux des autres, mais cela n’aura pas un meilleur résultat.

    L’harmonie se trouve dans la balance entre le besoin de l’autre et le nôtre. S’il y a pleine acceptation du don de soi, il ne devrait pas s’en suivre de mauvais sentiments.

    1. Merci Madame, vous exprimer clairement ce que je pense. Rien ne sert d’être égoïste à l’excès, pourtant c’est ce que propose cet article. Dommage!
      L’équilibre entre le don de soi et le renoncement est nécessaire au bon développement de la personnalité de chacun.

    1. Il n’est pas du tout écrit qu’il faille manquer d’empathie ni devenir un tyran. On se laisse simplement le droit de choisir vers qui et à quel moment on donne de sa gentillesse à autrui. Pour donner à l’autre efficacement, il faut être bien soi même, sinon on donne du mauvais. Il faut donc savoir se préserver par moment… 🙏

  5. Cette pratique est une façon de vivre pour moi, malheureusement, les autres, gentils ou pas, le vivent mal.
    Le »c est pas ma vie, c est pas mon choix » me jouent très souvent des tours, mais je m en fous?
    Je suis sorti de ce principe de pseudo respect par education.
    Les personnes de mon entourage, celles qui acceptent ce qui je suis, vivent avec moi des moments réels.
    Votre article devrait être disponible et lisible partout.

  6. Merci merci merci… Ça résume très bien mon combat contre la dépression et la majeure que je soigne depuis 4 mois!… Yyyyeeesss je suis sur le bon chemin… C bien ma dernière… En tk sur ce sujet récurrent depuis ma tendre enfance après avoir subi l’inceste de mon grand-père qui part le secret m’a appris à me developper en sachant que je connais une variable que je ne veux pas dire à ma famille!!! Et qui a effectivement explosée après que je l’ai annoncé!!!
    Merci de votre aide en partageant votre expérience…
    Namasté 🌛🌝🌜

  7. J’ai beaucoup apprécié cet article. Depuis que j’ai entrepris mon éveil de conscience, j’apprends à être moi. J’ai grandi justement dans cet environnement où, tout petit, mes parents m’ont appris à rendre service aux autres, même à mon propre détriment. C’était un conditionnement psychologique.

    Mon père, par exemple, est comme tel. C’est un homme généreux. Mais cette générosité n’était plus une vertue, mais un vice. Quand ça lui arrivait d’avoir une baisse financière, il exposait la famille à la risée de ceux là même qu’il avait aidé plus tôt. Il a un peu changé ces derniers mois.

    Moi même, il m’arrive de choisir des mots pour ne pas vexer ceux qui me demande un service. Je dis par exemple que je verrai ce que je peux faire… Même si au fond de moi, je ne fais presque rien. Cependant, avec cet article, je serai beaucoup plus direct ou vrai. Ne pas donner des faux espoirs quand je n’ai nullement envie d’aider.

  8. Bonsoir, à la question pourquoi est on gentil je réponds parceque ça fait du bien , c’est bcp mieux que d’être insensible et égoïste, parceque ce sont des ondes positives et une satisfaction qu’on ressent d’avoir aidé, d’avoir souri à quelqu’un parceque la gentillesse fait du bien aux autres mais surtout à soi quand c’est de bon coeur. Maintenant ce dont tu parles et que tu sembles appeler gentillesse et ben le fait d’aller contre sa nature et contre son gré et ses envies pour faire plaisir aux autres au détriment de soi, ce qui ne va plus avec l’harmonie de soi et fatigue. En fait quand on choisit de se lever pour quelqu’un par peur que les gens nous jugent et par timidité et obligation et qu’au fond on s’en fout de la personne qu’on estime mériter la place plus que nous et ben autant rester et être insensible et privilégier son bien être par rapport au besoin de l’autre, par contre quand on se lève pour laisser la place a quelqu’un qui en a plus besoin et ben ça doit nous faire plaisir d’aider et de sentir qu’on a aidé quelqu’un à se sentir mieux alors qu’on pouvait le faire , la gentillesse est un caractère pas une obligation et c’est ce qui fait la différence entre les gens. Cela dit se laisser manipuler est un autre problème qui n’a rien à voir avec la gentillesse ça ça devient une peur de refuser une peur d’être rejetée quand on n’a pas envie de faire quelque chose

  9. Je suis justement en train de terminer ce livre. Je suis gênée que vous fassiez ce raccourci sur l’écoute de ses sentiments et ses besoin. Pour savoir pourquoi on choisi d’être vrai plutôt que d’être gentil, l’auteur dit qu’il est nécessaire de mettre du sens sur ce que l’on vit intérieurement et sur nos actions conséquentes!
    Être vrai et non plus gentil ne signifie pas devenir méprisant et égoïste. Être vrai signifierait être à l’écoute de soi ET de l’autre en même temps, avec Bienveillance.

  10. Bonjour, ça fait vraiment plaisir de lire ce genre d’article….1000 fois merci à son auteur…
    Je me sens moins seul……

    J’ai 33 ans et moi aussi j’ai décidé il ya quelques années depuis ( mi 2012 ) de devenir un adepte de la « sincérité à tout épreuve », et je ne retire en majorité que du positif…

    Même si certaines personnes ( des faux-culs profiteurs pour la très grande majorité ) m’ont tourné le dos, d’autres personnes ont su apprécier le fait que je ne sois pas un « gentil »(benet) mais quelqu’un de vrai…

    Quand à ceux qui m’ont tourné le dos je n’ai qu’une chose à leur dire…BON DEBARRAS, trouvez vous une autre bonne poire, car contrairement à ce que je pensais dans plus de 99% des cas je peux me passer d’eux

    Alors oui c’est vrai je ne suis pas du genre à avoir 100 amis, ça ne me fait aucune peine de l’avouer mais le peu d’amis que j’ai sont des amis sincères, et puis mieux vaut avoir peu de vrais amis que beaucoup de faux amis

    en tout cas qu’est ce que ça m’a fait du bien de « vomir mon pus » sur les faux culs que je me sentais obligé de cotoyer.

    Oui je n’ai pas honte d’envoyer à la merde un mendiant qui fait de la mendicité agressive ( cependant j’ai de la compassion pour ceux qui mendient passivement )

    Je n’ai plus honte de dire quand je ne veux pas aller quelque part, je rigole de moi quand je pense que j’allais quelque part contre mon grès…quel con j’étais….

    si c’était à refaire, j’aurais aimé pouvoir effectuer ce changement bien plus tôt

    En tout cas c’est ces nouvelles valeurs que j’enseignerais…

    Et tant pis si pour certain je me fais passer pour quelqu’un de brutal sans empathie…

  11. Merci. .. j’y veillerai pour cesser de me faire démolir. Tout le monde ne mérite pas ma gentillesse. Dès maintenant je choisis à qui je l’adresse

  12. Ce genre de comportement rend certain(e)s méchants et agressifs. Une personne de mon entourage proche est devenue complètement con à adopter cette attitude. Les rapports avec sa famille sont devenus très difficiles à supporter pour tout le monde. C’est désolant d’en arriver à ça.

  13. Refuser de donner sa place à une personnes âgées, c’est pas s’affirmer, c’est de l’impolitesse en égard à son âge. Cesser d’être gentil, pour moi, c’est dire non aux profiteurs, manipulateurs qui envahissent ma vie.
    Je présente des ateliers créa bénévolement, certains refusent de payer les 5e demandés pour le matériel, et même je ne récupère pas mon investissement. Pire, une personne pique du matériel sans demander.
    Avant je me taisais, maintenant je ne me tais plus.

  14. Je suis entièrement d accord avec le principe, pour la seule et bonne raison c est que je viens de vivre cette expérience et les conséquences sont lourdes à supporter. Je suis trop gentille et j ai décidé de ne plus faire de cadeaux.

  15. J’ai commencé à opérer ce changement et les principes développés dans l’article me renforcent dans mon action qui était spontanée et non élaboré. Rassurant !

  16. gentil trop gentil comme violent trop violent ne veut rien dire.il faut simplement avoir le courage de ce prendre en main.ce remettre en question .arrêter de tout écouter de pierre Paul, Jacques .ont a un cerveau et une conscience pour nous permettre de juger nos actes,nos douleurs ,nos amours etc…mon enfance a été fait de violences.Mon adolescence, d’amour de ma maman pourtant stricte qui me disais de pardonner a mon père ce qu’il lui avait fait.comprendre tous ca a été difficile.je n’acceptait pas ce qui lui avais fait.mais en mettant mon fils au monde il y a maintenant 15 ans et l’avoir mis dans les bras de mon père j’ai compris ce qu’elle voulait me dire.être peut être trop gentil ne veut pas dire que l’on peut être clair voyant et ce dire que la vie n’importe ce qu’elle soie peut être vécu sans problèmes sans être trop gentil.être trop gentil ne veut pas dire être faible,mais au contraire ca permet de ce booster.être gentil trop gentil en fin de compte ne veut rien dire.être soi même suffit.

  17. Sa fait 20 ans que j’attendait pour une texte a ce sujet la et je vient de réaliser plein de chose que je me fait subir toute les jours je mets ce video dans mes favoris et je la lirai chaque jours et sa changera ma vie a tout jamais je te remercie du fond du coeur <3 Sa fait tellement longtemps je veut changer et vivre pour moi sans stress merci x1000 🙂 Cette texte vos de l'or pour moi c'est ajouter a mes favoris !

  18. Bonjour je vais suivre votre conseil mais cela ne va pas être facile pour moi car j’écoute mon cœur et mes sentiments mais parfois il y a des situations qui m’irrite et et je prend sur moi et je sais ce n’est pas bon pour moi je dirais pas merci tout simplement

  19. Je ne sais plus comment faire, je vis avec un homme qui me culpabilise à chaque fois qu’il y a quelque chose qui le contrarie, nous nous sommes rencontrés il y a 10 er pacse depuis 5 ans et depuis 3 ans date a laquelle il ne travaille plus il a changé de caractère. J’ai Pris les dépenses ( courses, internet, assurance voiture dont je me sert pratiquement jamais ) je lui rembourse la mutuelle. Et là il me reproche d’ Payer mes impôts depuis le début de notre relation. Et pour couronner le tout il a un manque total de respect. Je suis à bout. J’envisage de le quitter mais je ne sais pas comment faire, j’habite chez lui. Merci.

  20. Bonjour, j’ ai lu avec beaucoup d’ intérêt votre article.Je suis d’ accord car je suis une femme bienveillante et j’ ai décidé d’ en finir avec les gens qui profites et ne savent pas faire la différence. »la gentillesse est la plus noble des qualité,mais le monde d’ aujourd’hui en a fait une faiblesse ».Je l’ ai lu quelque part et cela m’ as fais beaucoup de bien.Bien cordialement .Catherine.

  21. en bout de ligne cela est très positif, non seulement pour nous-même, cela pousse à connaître la, les personnes sur leurs vrai JOURS 🙂

  22. Je comprend entièrement votre point de vue, j ai arrêté d être gentil quand je n’avai pas envie depuis un moment, et maintenant je suis d autant plus gentil avec ceux que j apprécie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *