Image crédit : Depositphotos

Le 10 mai, soit aujourd’hui, l’Europe a atteint la limite du quota disponible pour l’année 2019.

Cela signifie que nous avons déjà consommé toutes les ressources naturelles que notre planète peut produire en un an. Atteindre ce quota aussi tôt est pour le moins préoccupant. Pierre Cannet, codirecteur des programmes au  WWF France, lance un cri d’alarme.

Aujourd’hui, l’Union européenne dépassera son quota, mais qu’est-ce que ça signifie ?

En fait, l’Europe a déjà épuisé toutes les ressources auxquelles elle avait droit. Pour déterminer ce quota, les chiffres de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentationservent de base. Puis nous prenons les données sur les forêts, les énergies fossiles, l’agriculture et beaucoup d’autres. Les chiffres sont ensuite étudiés en plus des données sociales et économiques. Ensuite, nous avons les ressources que les pays et les habitants consomment.

Prenons l’exemple du pétrole, si vous allez vous servir à la pompe, il sera comptabilisé en France et non dans le pays où il a été produit. L’année dernier, nous avons atteint le quota le 5 mai, il y a donc une légère amélioration, mais cela est en partie dû aux inondations en France qui ont provoqué une baisse de la production agricole de 20%. Par ailleurs, la crise a eu plus ou moins de répercussions, en fonction des pays, c’est pour cela qu’il est essentiel de faire la moyenne de tous les pays européens.

Atteindre ce quota est une situation très préoccupante, car cela signifie que si le monde entier consommait autant que nous, nous aurions besoin de 2,8 planètes pour satisfaire tout le monde. Les efforts sur les énergies renouvelables sont loin d’être suffisants, nous devons rapidement faire quelque choses car si nous continuons dans cette voie, il ne restera rien aux générations futures, les ressources seront totalement épuisées.

Pour ce faire, nous ne devons pas nous contenter de la transition énergétique, car elle est bien loin d’être suffisante.

Tout d’abord, il en va de la responsabilité des États. Par exemple, WWF conseille à l’Europe de consacrer 50% de son budget à l’économie verte et bleue, sans subventionner l’économie polluante avec le budget restant. Ainsi, nous pourrions développer une politique agricole respectueuse des ressources naturelles et qui pourrait protéger les agriculteurs des fluctuations du marché. Nous devons également mettre en place l’accord de Paris afin que la hausse des températures ne dépasse pas 1,5°C et parvenir à 0 émission d’ici à 2040. Par ailleurs, nous devons développer et favoriser le ferroviaire dans toute l’Europe, car plus de 30% des émissions de gaz à effet de serre proviennent du transport par énergies fossiles.

Il est également indispensable de favoriser les emplois verts et autres initiatives.

D’ailleurs, grâce à l’écologie, nous pouvons produire sept fois plus qu’avec l’économie traditionnelle. D’autre part, il est aussi important que les Européens votent pour un projet qui a pout but de protéger les forêts, les ressources et les océans. Ainsi, aujourd’hui, l’Europe doit se réinventer autour d’initiatives et de défis écologiques et durables.

Ressources naturelles : le 10 mai l’Europe aura épuisé son quota pour l’année
1 (20%) 1 vote[s]