Une ferme dans le désert fait pousser 17 000 tonnes de nourriture sans sol, sans pesticides, sans combustibles fossiles ni eaux souterraines

ferme

Une ferme dans le désert fait pousser 17 000 tonnes de nourriture sans sol, sans pesticides, sans combustibles fossiles ni eaux souterraines

En Australie, dans le désert, une ferme solaire unique dans le monde d’une superficie de 20 hectares permet de faire pousser et de récolter 17 000 tonnes de tomates en utilisant seulement le soleil et l’eau de mer. Une véritable révolution !

Cette plantation est le résultat de 6 ans de recherches faites par une équipe de scientifiques internationaux dont l’objectif était de trouver un moyen de produire de la nourriture, en particulier des fruits et des légumes, sans avoir besoin d’eau douce, de sol ou de quelconque énergie supplémentaire.

Car malheureusement, ces ressources se font de plus en plus rares…

« Une ferme traditionnelle utilise beaucoup d’eau pour l’irrigation, du gaz, de l’électricité. Cette installation solaire transforme l’eau salée et les rayons du soleil en eau douce et en énergie. Ensuite, du dioxyde de carbone durablement approvisionné et des substances nutritives sont utilisés afin d’améliorer la croissance de la récolte » explique un membre de l’équipe.

imagee

Image credit: www.ruralcoproperty.com.au

Vous l’aurez compris, le concept principal d’une telle ferme est très simple : économiser au maximum sur les dépenses d’énergie et d’eau douce. Pour cela, cette installation est directement liée à la mer par un pipeline long de deux kilomètres. Une fois que l’eau salée, pompée dans le Golfe de Spencer (au sud du pays) arrive sur zone, elle passe par une station de dessalinisation. Là encore, le fonctionnement est facile : « c’est l’énergie solaire qui permet d’extraire le sel et de rendre l’eau utile à la plantation » dit Alive Klein, chercheur, à New Scientist.

Pendant les chaleurs d’été, pouvant monter jusqu’à 48 degrés, les racines des légumes sont conservées dans des cosses de noix de coco, et placées au-dessus de bouts de carton imbibés d’eau de mer.

Cette technique révolutionnaire vise à humidifier l’air et permet à la plante de résister. En revanche, quand il fait froid, pas besoin de faire de plans compliqués, car les rayons du soleil suffisent à réchauffer les légumes.

Sundrop, Sundrop Farms, farm, renewable energy, solar power, sun, sunshine, sunlight, seawater, desalination, Australia, Australian desert, desert, desert farm, tomato, tomatoes, greenhouse

Les plantes poussent en intérieur, ce qui permet de ne pas utiliser de pesticide. En effet, les conditions sont contrôlées en amont et aucun organisme qui pourrait détériorer les récoltes ne peut entrer dans la serre. Tout a donc a été fait et pensé pour que l’environnement soit sain et naturel tout en étant bien protégé.

Sundrop, Sundrop Farms, farm, renewable energy, solar power, sun, sunshine, sunlight, seawater, desalination, Australia, Australian desert, desert, desert farm, tomato, tomatoes

Cette ferme solaire unique en son genre cache encore bien des secrets. Par exemple, plutôt que de poser des panneaux solaires fragiles et très onéreux, les ingénieurs du projet ont préféré miser sur un champ de 23 000 miroirs qui reflètent les rayons du soleil afin de les envoyer sur un seul et même point. Ce dernier est localisé sur un tour fixe, là où générateur transforme l’énergie solaire en électricité. Bien que la ferme soit autonome et fonctionne sans électricité, son système est toujours connecté à un réseau électrique, une sorte de filet de sécurité au cas où les équipes n’arriveraient plus à entretenir les plantes naturellement, notamment en hiver.

Bien que cette ferme ne soit qu’un prototype, et que son fonctionnement n’en est qu’à un stade expérimental, les premiers résultats sont satisfaisants. De nombreux experts voient en cette agriculture nouvelle génération le futur de l’Humanité, surtout à l’heure où les terres deviennent de plus en plus arides, l’eau douce de plus en plus rare et l’énergie de plus en plus chère et polluante.

Sundrop, Sundrop Farms, farm, renewable energy, solar power, sun, sunshine, sunlight, seawater, desalination, Australia, Australian desert, desert, desert farm, tomato, tomatoes, official opening, grand opening, opening

« Cette production est très intelligente. Je pense que ce système à partir d’énergies renouvelables va continuer à s’améliorer et que dans le futur, une grande partie de notre nourriture viendra de ce type de ferme » a déclaré Robert Park, de l’université de New England en Australie.

Source : New Scientist Images via Sundrop Farms Facebook

18 commentaires à propos de “Une ferme dans le désert fait pousser 17 000 tonnes de nourriture sans sol, sans pesticides, sans combustibles fossiles ni eaux souterraines”

  1. ça sent la tomate ogm a plein nez ! bien calibré !….rien ici n’est sain ou naturel…une tomate ça pousse dans la terre ,avec des nutriment naturel…point.Après je trouve cela très intéressant pour les pays désertiques,mais a condition de faire cela avec de multiple variété de semence ancienne.

    • Il ne s’agit pas d’un article à destination des bobos clients des biocoops, mais d’expérimentation pour nourrir la planète à plus de 10 milliards d’individus

      • Les biocoop font vivre des vrais paysans avec un salaire décent, avec un maximum de circuits courts. Ce projet est un projet totalitaire qui détruit l’agriculture vivrière… ses arguments vaguement écolo ne séduisent que les bobos dans ton genre ! ( c’est pratique, bobo, on peut le mettre à toutes les sauces)

    • Interessant mais pas à long terme. C’est une expérimentation dont divers éléments peuvent être réutilisés dans d’autres contextes.
      Ici la formation d’humus reste primordiale pour assurer un cycle biologique naturel et finalement autonome où la végétation permet ensuite aux buissons de prendre racine pour protèger à leur tour le développement d’arbres et repousser(sic) le désert!
      Prendre soin de banir les monocultures en ouvrant le chemin à la permaculture qui a déjà fait amplement ses preuves.

  2. EXACTEMENT…..des légumes qui poussent sans terre ….je dirais plutôt productif mais pas du tout ni sain ni naturel….on va encore manger ce qui ne devrait pas l’être

    • Je vous ferais remarqué qu’à bientôt 8 milliards des choix devront se faire… Manger sain a 110% plus nourrir tout le monde à 100% sera bientôt impossible.

      • En fait, non. Je pense que vous-vous trompez. On a largement de quoi nourrir tout le monde sainement, et c’est ça l’enjeu principal de demain : est-ce qu’on continuera à délaisser les plus pauvres comme aujourd’hui, en utilisant l’illusion de nourrir plus de monde pour écouler les stocks de nourritures pas saines à base d’OGM, de pesticides et autres, ou bien, est-ce qu’on fera un choix intelligent (je suis plus que sceptique sur ce point). A savoir qu’avec tout ce qu’on jette tous les ans, on a de quoi nourrir plusieurs fois la planète entière et sur plusieurs années. J’apprécie l’effort de cette invention qui paraît ingénieuse au premier abord, mais plusieurs questions se posent : 1 les tomates sont elles consommables et/ou sont elles saines ? (dans le cas contraire l’invention est mauvaise) 2 font-ils pousser des OGM ? (auquel cas cette invention est mauvaise). 3 comment des faux-fruits comme la tomate peuvent pousser sainement en donnant des fruits de qualité, sans son environnement naturel, sans terre, et dans un espace aseptisé comme celui là ? Que se passerait-t-il en cas d’invasion d’un ou plusieurs insectes nuisibles dans la serre ?

      • Ma fois il y a largement assez a manger pour tous actuellement
        Faut juste
        1 partager
        2 virer les industiels
        3 reduire les production de viande surtout de boeuf (la plus devastatrice)

        Et il t a aussi assez d’humains sur terre
        Voir bien trop, mais c’est perso

    • La terre est un substrat. Lorsqu’elle est pauvre ( désert ) ,stérile ou polluée. Le hors sol a du bon. Nous faisons de l’aquaponie depuis 15 ans, nos légumes sont hors sol , cultivé sans pesticides et nous travaillons avec les mêmes bactéries et champignons que dans un sol fertile, mais avec une économie d’ eau de 95 % par rapport à du conventionnel . Pour nourrir les 9 milliard de personnes qui vivrons dans des villes d’ici 2050 il faudrait bien se mettre à l’agriculture urbaine, hors sol et économe en eau !! Faire voyager des légumes bio sur des centaines de kilomètres, c’est peut être bio, mais pas logique !!

  3. toujours des râleurs sur les innovations visant à régler le problème de la nutrition dans le monde. c’est à désespérer ; (

    • VOUS AVEZ RAISON d’ou ces râleurs sortent ils grand dieu dES EGOISTES FORCENES Je parie qu’ils se sont découverts intolérants au gluten c’est très tendance ! pendant que des millions gens crèvent de faim cette iferme est une idée formidable .

      • Gens ont faim : quid de la nourriture ds les poubelles et les exces de production ?

        Ces tomates ne serviront pas pour lrs affames mais pour les circuits de grande distribution.

        Les « bobos raleurs  » et « anti evolution  » ont raison : tomates de basse qualite sans apport nutritionnel.

        Comment de l eau seule peut elle apporter les elements constituant une vraie tomate ?

        C est le faux miracle de l hydroponie.

  4. Tomates produites en terre, plein champs ne sont pas forcéments plus saines vus les quantités de déherbants, pesticides et insecticides qui y sont vaporisés…certes dans son jardin on peut gérer mais pour nourrir des villes de 20 millions d’habitants la technologie est positive. Pour les valeurs nutritionelles il faudrait comparer tomates de plein sols VS tomates de serres en hydroponie. De plus dans une serre on produit 10 fois plus qu’en plein sol, ce qui permet de laisser la nature un peu tranquille…

  5. Je veux bien comprendre que l’on essaye de nourrir des milliards d’humains de la meilleure manière possible..
    Alors…
    Avec des milliers de tonnes d’invendus, les grandes surfaces polluent la planète sans permettre aux plus démunis de pouvoir utiliser cette nourriture devenue invendable (soit disant) et ce sont des milliers et des milliers de tonnes jetées par semaines. N’y a-t’il pas comme une incohérence ?
    S’il y a autant de soi-disant déchets, n’est-on pas coupable de produire de trop pour jeter ?
    Ou bien est-ce très mal redistribués ?
    Les grandes sociétés de distributions ne font pas grand cas de ce qu’ils mettent en poubelles, ils sont gagnant sur toute la ligne, car ça rentre dans les pertes et profits.. (Rémunéré pour avoir jeté)
    Je sais de quoi je parle, parce que pour nourrir des familles démunies, je trie les poubelles de grandes surfaces et je ne vous dit pas ce qu’on y trouve, toujours mangeable. Stockage en congélo pour redistribuer ensuite. Des centaines de familles se nourrissent de cette manière.
    Trouvé en déchets : Lait, pain, charcuterie, diverses viandes, fromage, yaourt, légumes, fruits, pâtes, riz, café, thé, crème, sirop de toutes sortes, confitures de toutes sortes, chocolat, biscuits.
    Vous me direz peut-être que si c’est en poubelles, ça pourrait être périmé, et bien oui c’est périmé.
    En 1980 à peu près, les grands industriels ont décidés de mettre une date de fabrication et une date de péremption sur leurs produits pour permettre de continuer à produire à outrance, tout en faisant tourner les marchandises le plus vite possible.
    Donc avant 1980 date du changement, nous mangions du périmé.

  6. Enfin : la loi interdit en France à la grande distribution de jeter les invendus alimentaires, après l’appel d’un élu de Courbevoie en 2014 à dire « Stop au gâchis alimentaire en France ! ». Le Sénat a adopté une loi contre le gaspillage alimentaire à l’unanimité le mercredi 3 février, après l’Assemblée nationale en mai 2015.
    En savoir plus sur https://www.consoglobe.com/stop-gaspillage-alimentaire-france-cg#lHRfhibYdRI5pgJE.99

  7. L’investissement est colossale , ? la recherche intéressante , mais n’y a t’il pas mieux a faire et plus simple ? nous avons pourtant des exemples , transformé des terres aride en terre cultivable cela ce fait tout les jours par des petites parcelle de terre une fois irrigué , l’eau existe en grande quantité liquide elle ce transforme pour revenir a son état naturel , hélas les pays sous développer n’intéresse pas les multinationales , qui détruise des immenses foret tropical pour r apporter rapidement des profits . Une exception Chinoise ? qui en coopération avec l’Algérie construit de nombreux barrage hydroélectrique pour développer l’agriculture des terres aride, le Sahara en est un exemple ?? et pas besoins d’engrais , la productions qui est effective est exclusivement Bio , La aussi l’investissement est colossale a titre d’exemple la construction d’environ 200 barrages d’ont 1 en particulier sur le modèle des trois gorge en Chine ,

  8. Bonjour,
    Serait il possible d’avoir une analyse des protéines, bricks et vitamines de ces tomates ? Serait il également possible de connaître la forme, l’origine et la quantité d’intrants nécessaire pour faire ces Legumes et enfin serait il possible de connaître le prix de revient d’un légume à court, moyen et long terme ? L’indice Carbone de cette exploitation ? Mauruuru, Arnaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*