déconsommation
Image crédit : Pixabay

Les français privilégient désormais plus la qualité à la quantité. Un prise de conscience s’accélère sur le rôle de nos comportements et de notre impact sur l’environnement.

Pour l’instant ce ne sont que les prémices, mais les chiffres sont révélateurs. les consommateurs français achètent moins de produits du quotidien et ouvre une brèche vers la déconsommation. Une nouvelle encourageante alors que de plus en plus de personnes cherchent à recycler et à vivre dans un meilleur environnement.

Le temps du tout jetable et de la consommation à outrance est peut-être une époque révolue . En tout cas, c’est ce que l’enquête de la société d’études d’Information Resources Incorporated (IRI) suggère, avec les données du premier semestre 2018.

Pendant les 6 premiers mois de 2018, les ventes de produits de grande consommation (PGC) ont baissé de 1,2%. Pour mieux comprendre, voici des exemples mentionnés par Les Échos. L’hygiène : – 1,5 %. Les sucreries et bonbons : -3,7%. Les biscuits : -2,9%. La charcuterie : -3%…

Jamais des données n’avaient présenté un tel visage et, d’après Olivier Humeau, le PDG d’IRI, ça serait une erreur de les expliquer par une hausse des prix. Non, si les Français achètent moins, ça serait davantage par choix que par contrainte :

« La consommation de masse change. Le consommateur mange mieux (…) Quand le rayon charcuterie plonge de 3 %, les références allégées en sel croissent de 2,9 % »

Autrement dit, si les Français consomment de moins en moins, c’est également parce qu’ils achètent de mieux en mieux, quitte à acheter un peu plus cher, privilégiant plus la qualité à la quantité.

déconsommation
Image crédit : Pixabay

Encore des exemples frappants, la vente de compote sans sucre ajouté monte de 21%, les déodorants sans sel d’aluminium sont privilégiés , les fruits et légumes, qui progressent maintenant plus vite que celui du secteur de la viande, le bio a fait un énorme bon de  23,5%, et le bicarbonate multi-usages explose à plus de 79% !

Nous achetons donc de moins en moins pour notre quotidien, ce n’est pas que pour d’un point de vue financier (nous dépensons toujours autant, voire plus) mais pour avoir une meilleure vie ! Le prix n’est plus l’unique argument de vente et une certaine déconsommation est entrain de s’amorcer.

Pour en savoir davantage sur les chiffres, voici le petit film de l’IRI qui résume la situation et invite producteurs et distributeurs à s’adapter avec sincérité aux nouvelles exigences des consommateurs :