De nombreuses personnes considèrent les chiens comme altruistes et totalement loyaux et estiment qu’on peut les aimer plus facilement que les humains. Une étude démontre que nous avons effectivement plus d’empathie envers les chiens que les adultes, et les auteurs essaient de nous expliquer pourquoi.

L’équipe de l’Université Northeastern à Boston et de l’université du Colorado à Boulder a constaté que seuls les enfants suscitent plus de réactions empathiques dans certaines conditions que les chiens, qu’ils soient chiots ou adultes.

L’étude a réuni 256 étudiants de premier cycle et leur a ensuite présenté de fausses nouvelles présentant une attaque avec une batte de baseball contre un bébé âgé d’un an, un adulte de 30 ans, un jeune chiot ou un chien de 6 ans, laissant de profondes blessures à la victime.

L’idée était que plus une victime était vulnérable, plus les sujets montreraient de l’empathie. Les niveaux d’empathie rapportés pour le bébé, le chiot et le chien étaient à égalité, alors que la victime adulte est arrivée en dernière position.

« De plus, les participantes étaient significativement plus empathiques envers toutes les victimes que leurs homologues masculins », notent les auteurs dans leur étude.

Selon la recherche, l’idée générale qui nous pousse à penser que nous ressentons la même chose envers les chiens est que nous les considérons comme ayant le même degré de vulnérabilité que les enfants, qu’ils sont incapables de se protéger.

L’inspiration de l’étude est en partie due à l’attention qu’une affaire plutôt controversée recevait sur les médias sociaux. Un pit-bull a blessé un garçon de 4 ans à Phoenix, en Arizona, en 2014, lui laissant de graves blessures nécessitant une chirurgie reconstructive.

Le chien a été menacé d’euthanasie et une campagne a été organisée pour le sauver. En l’espace de quelques semaines, la page Facebook de Mickey le chien comptait plus de 40 000 likes, alors que la page pour soutenir le garçon n’en comptait que 500.

Un autre cas concernait une publicité de bienfaisance, une publicité qui utilisait la photographie d’un chien et celle d’un vrai garçon qui souffrait d’une forme de dystrophie musculaire. La campagne de collecte de fonds a colecté deux fois plus de clics lorsque l’image du chien a été utilisée dans leurs publicités.

Lisez aussi : Ce n’est pas à prendre à la légère: voici pourquoi le chocolat tue les chiens

En plus du fait que les chiens adorent sans relâche leurs maîtres humains, selon une étude distincte, les chiens ajustent sciemment leurs expressions faciales pour provoquer une réaction positive chez les humains. Tout comme les gens, ils peuvent nous manipuler pour que l’on prenne soin d’eux.

Quoi qu’il en soit, il y a un côté pratique à ce travail. La violence envers les personnes et les animaux vulnérables peut être observée partout dans le monde et, d’après cette étude, les auteurs pensent qu’un bon moyen d’engendrer des attitudes humaines dans des groupes de personnes est de souligner le côté vulnérable des victimes.

En mettant l’accent sur la vulnérabilité partagée, plutôt que de se concentrer sur l’exposition à la violence et à l’agression, des programmes innovants pourraient remodeler le traitement et la prévention de la maltraitance envers les animaux », ont-ils conclu.

Lisez aussi : Avoir un chien réduirait le risque de développer une maladie cardiovasculaire

Source : booksandjournals.brillonline.com/ et www.iflscience.com/