Les girafes font désormais partie de la liste des espèces menacées

Voilà encore une bien mauvaise nouvelle. C’est officiel, les girafes font désormais partie de la liste des espèces menacées.

Par Frédérique Dumont. Le 19/02/2019

Par ailleurs, deux espèces sont même entrées dans la liste des animaux en « danger critique ».

En effet, ce symbole de l’Afrique vient s’ajouter à la longue liste des espèces menacées qui ne cesse de s’allonger. Cette constatation a été faite par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)

Il se trouve que les deux espèces de girafes les plus menacées sont la girafe de Kordofan et de Nubie. Ces deux espèces sont désormais classées dans la liste des animaux « en danger critique » de l’UICN. D’autre part, la girafe réticulée, qui vient de la corne d’Afrique, se trouve dans la catégorie « menacée ». Par ailleurs, d’autres espèces sont classifiées comme « vulnérables » ou « en voie de vulnérabilité ».

Neuf sous-espèces de girafes sont recensées. L’UICN a classé cinq d’entre elles pour la première fois. Seules les girafes d’Angola, de Namibie et du Zimbabwe n’en font pas partie. D’après l’UICN, 40% des girafes auraient disparu en seulement trente ans. En 1985, elles étaient 155 000, aujourd’hui elles ne seraient plus que 97 500. Les causes principales de cette forte baisse sont le braconnage et la perte d’habitat naturel.

Voir également: USA : les abeilles intègrent la liste des espèces menacées d’extinction

Une espèce qui disparaît peu à peu dans le silence

Le docteur Julian Fennessy, co-président de l’organisation et directeur de la Fondation de Conservation de la girafe déclare:

«  Pendant qu’on observe la girafe dans les safaris, les médias, les zoos, les gens, elle disparaît silencieusement. Les girafes du Sud de l’Afrique ne font pas partie des espèces menacées. Les espèces concernées se trouvent dans l’Est, le Centre et l’Ouest de l’Afrique ».

Des espèces menacées à cause du braconnage et de la perte d’habitat

Le braconnage et la perte de leur habitat naturel sont les principaux responsables de leur extinction. Selon l’UICN, les fautifs sont l’agriculture, l’exploitation minière et l’instabilité civile et sociale. La girafe de Kordofan et de Nubie font désormais partie des espèces les plus menacés au monde.

Lien connexe: Des tortues des Galapagos se sont reproduites pour la première fois dans la nature depuis 100 ans

Comment peut-on sauver ces espèces menacées ?

Certaines espèces classées comme vulnérables voient actuellement leur sort s’améliorer. C’est notamment le cas de la girafe de Rotschild et d’Afrique de l’Ouest grâce à l’action commune des organisations de conservation et des gouvernements africains.

Arthur Muneza, le coordinateur est-africain de la Fondation de la conservation de la girafe a indiqué :

« C’est un succès de conservation animale et cela montre la valeur des efforts combinés entre gouvernements et organisations. Nous sentons que nos mesures proactives sauvent la girafe dans certains territoires avant qu’il ne soit trop tard. Il est désormais temps d’augmenter nos efforts, surtout pour les espèces qui sont « en danger critique » et « en danger »».

Des drones pour surveiller les girafes et les activités illégales

Les girafes sont indispensables à notre écosystème. En effet, elles jouent un rôle important dans la gestion des incendies et favorisent la repousse des arbres et des plantes. Pour lutter contre cette éventuelle tragédie, la Bristol Zoological Society a contribué à l’achat de pièges photographiques pour suivre les comportements des espèces menacées et identifier si elles vivent en groupe.

L’un des membres de la fondation indique : 

« Nous nous servons des drones pour voir comment elles se déplacent dans la région. On s’en sert pour surveiller la faune, mais aussi pour lutter contre les activités illégales tout en étant à une distance plus sûre. Ces dronespermettent d’identifier les braconniers ou les éleveurs de bétails illégaux qui sont dans le parc. »