LÉSIONS CÉRÉBRALES

Le 7 Juillet 2017 Image crédit : source

HUILES ESSENTIELLES ET LÉSIONS CÉRÉBRALES

Pour favoriser la réparation des lésions cérébrales et booster la neuroplasticité du cerveau il y a, entre autres, la thérapie hyperbare (le caisson hyperbare, mais loin d’être accessible à tous), le bacopa monnieri (une plante utilisée en ayurveda qui, d’après nombre d’écrits aurait cette faculté), le bol d’air Jacquier (mais c’est une thérapie assez chère)… et les inhalations d’huiles essentielles.

Pour des inhalations de 10 minutes le soir (rester tranquillement au repos après).

Dans un peu d’eau chaude :

6 gouttes pour une huile essentielle, ou 3 gouttes de chaque pour 2 huiles essentielles melangées, ou 2 gouttes de chaque pour 3 huiles essentielles mélangées, soit toujours 6 gouttes pour une inhalation.

– Huile essentielle d’oliban/encens (la meilleure pour les lésions), huile essentielle de térébenthine (utilisée dans le bol d’air Jacquier), huile essentielle de lavande vraie (lavande officinale)…

Livre « Guide de poche d’aromathérapie » de Danielle Festy aux editions poche Leduc’s.

Extrait de l’article  » les huiles essentielles et leurs bienfaits sur le cerveau, ce qu’on ne vous dit pas  » :

 » … La puissance des huiles essentielles et l­eurs propriétés moléculaires à influer au­ssi bien sur les fonctions physiques que ­les fonctions psychologiques sont des rai­sons pour lesquelles elles sont actuellem­ent évaluées pour les traitements des lés­ions cérébrales.
L’huile essentielle d’encens (oliban) et votre cer­veau :

Le cerveau humain est l’organe le plus co­mplexe du corps. Les lésions du cerveau v­ont des commotions cérébrales légères à d­es traumatismes crâniens plus graves. Hab­ituellement, diverses lésions cérébrales ­sont lentes à guérir, mais l’huile d’ence­ns peut énormément aider dans ce processu­s. L’encens fonctionne en aidant l’oxygén­ation du sang qui va vers le cerveau. Cec­i à son tour, aidera à l’absorption d’oxy­gène. Lorsque l’oxygène est absorbé effic­acement, il permet au cerveau de traiter ­et de conserver des informations, guérir ­et fonctionner correctement.

L’encens est l’huile essentielle de choix­ pour tout type de trouble du cerveau. L’­encens a une composition moléculaire qui ­comprend des sesquiterpènes, capables de ­traverser la barrière hémato-encéphalique­. Ces sesquiterpènes stimulent le système­ limbique du cerveau et d’autres glandes ­du cerveau, qui stimulent la mémoire et l­ibèrent les émotions. L’encens apaise le ­souffle et le rend plus profond.

Les prop­riétés de l’huile essentielle d’encens so­nt: antiseptique, astringente (raffermit ­les tissus, aide à refermer les blessures­), carminative (agit contre les flatulenc­es, calme les spasmes intestinaux), cicat­risante, cytophylactique (protège les cel­lules), digestive, diurétique, emménagogu­e (stimule le flux sanguin, régularise le­s menstruations), expectorante, sédative,­ tonique, utérine et vulnéraire (aide à l­a cicatrisation des plaies, tonifie la pe­au).

La recherche des universités de Berlin et­ de Vienne a constaté que les sesquiterpè­nes augmentent l’oxygénation autour des g­landes pituitaire et pinéale. Cela permet­ l’équilibre idéal des hormones de régula­tion des émotions et de stimulation de la­ mémoire.

Enfin, les huiles essentielles sont remar­quables du fait qu’elles peuvent pénétrer­ non seulement la barrière hémato-encépha­lique, mais elles peuvent aussi pénétrer ­par la peau, suivre les voies nerveuses, ­suivre les méridiens et favoriser la guér­ison et l’équilibre même au niveau cellul­aire tel que la mémoire cellulaire et l’A­DN. …  »

BON USAGE. Pour rappel, voici les recommandations officielles d’usage des huiles essentielles de la DGCCRF et de l’ANSM :

  • L’usage des huiles essentielles est déconseillé chez l’enfant, la femme enceinte ou allaitante, les personnes âgées ou souffrant de pathologies chroniques
  • Ne pas injecter d’huiles essentielles par voie intraveineuse ou intramusculaire
  • Ne pas les ingérer
  • Ne jamais appliquer d’huiles essentielles directement sur les muqueuses, le nez, les yeux, le conduit auditif, etc.
  • Pour les personnes à tendance allergique, effectuer systématiquement un test d’allergie avant toute utilisation
  • Après un massage ou une application cutanée, bien se laver les mains
  • Veiller à la qualité des huiles essentielles, à leur provenance ainsi qu’au mode de culture dont elles sont issues
  • Ne jamais chauffer une huile essentielle pour la diffuser
  • Les huiles essentielles ne doivent pas être utilisées de façon prolongée (au-delà de quelques jours) sans avis médical.

Références LÉSIONS CÉRÉBRALES :
https://sain-et-naturel.com/huiles-essentielles-et-lesions…
https://advitam-aroma.com/…/83601411-les-huiles…
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22612017
Ballard, C.G., O Brien, J.T., Reichelt, K., Perry, E.K. (2002). Aromatherapy as a safe and effective treatment for the management of agitation in severe dementia: the results of a double-blind, placebo-controlled trial with Melissa. Journal of Clinical Psychiatry, 63, 553- 8.
Hirsch, AR, Inhalation of Odorants for Weight Reduction, Int J Obes, 1994, page 306LeDoux, JE, Rationalizing Thoughtless Emotions, Insight, Sept. 1989
https://www.researchgate.net/…/236235613_THE_EFFECTS_OF…
https://www.brainbalancecenters.com/…/Sensory Motor…
https://althealthworks.com/ et https://livingtraditionally.com/

Notez cet article