Une scientifique recommande ces jeux de réflexion pour aider à prévenir la maladie d’Alzheimer

Le 17  octobre 2018 Photo: oneinchpunch via Shutterstock

Jessica Langbaum, une scientifique, recommande ces jeux de réflexion pour aider à prévenir la maladie d’Alzheimer

Joëlle Fournier

En vieillissant, garder notre cerveau en alerte devient de plus en plus important. Personne ne le sait mieux que Jessica Langbaum, spécialiste de la prévention de la maladie d’Alzheimer et directrice associée de l’ Initiative de prévention de la  maladie d’Alzheimer  à Phoenix, en Arizona. Alors que certains suggèrent des mots croisés et des jeux comme le Sudoku pour stimuler le cerveau, Langbaum affirme que la prévention de la maladie d’Alzheimer est un peu plus complexe.

«S’asseoir et faire du Sudoku ne sera probablement pas la seule chose qui vous empêchera de développer la maladie d’Alzheimer», a-t-elle confié à NPR .

Quelque chose d’aussi simple que de se lever et d’aller au travail peut réellement aider à faire l’affaire. Langbaum souligne que le multitâche quotidien, le traitement de l’information et la mémorisation de choses qui se produisent pendant la journée de travail sont toutes des formes incroyables d’entraînement du cerveau.

Langbaum, qui a été incitée à étudier la maladie d’Alzheimer après le diagnostic de son grand-père alors qu’elle faisait ses études supérieures, a appris au fil des ans que les casse-tête et les jeux sont très étroitement centrés sur une partie du cerveau. Cela peut conduire à d’autres régions en déclin. Elle assimile cela à l’exercice d’un seul muscle dans le corps au lieu de se concentrer sur la forme physique globale.

Photo: Bojan Milinkov via Shutterstock

Au lieu de cela, les programmes d’entraînement cérébral utilisés dans la recherche sont assez difficiles. Langbaum le savait. Elle les a essayés en participant à une étude révolutionnaire sur l’efficacité de l’entraînement cérébral.

Dans le cadre de l’étude, environ 2 800 personnes âgées de 65 ans et plus se sont entraîné pendant plus de cinq semaines à faire des exercices qui testaient la mémoire, le raisonnement ou la vitesse. Les résultats ont montré que les tests de raisonnement et de vitesse avaient un impact positif, même quelques années plus tard.

Bien qu’il reste à déterminer si l’entraînement cérébral peut réellement retarder ou prévenir la maladie d’Alzheimer, de nouvelles recherches montrent qu’une autre bonne forme de stimulation mentale provient des interactions sociales. «Les personnes qui ont de nombreuses interactions sociales, en particulier en milieu de vie, ont un risque moins élevé de démence d’Alzheimer plus tard dans la vie», explique Langbaum. «Il y a quelque chose dans le fait d’être entouré de personnes qui aide notre cerveau.»

Tout compte fait, le conseil de Langbaum est de rester actif et bien équilibré. Cela signifie faire des mots croisés si vous les aimez, mais aussi continuer à vous pousser hors de votre zone de confort et à essayer de nouvelles choses.

Sources dans l’article et treehugger

Un commentaire à propos de “Une scientifique recommande ces jeux de réflexion pour aider à prévenir la maladie d’Alzheimer

  1. On parle tellement de cette maladie, mais elle recèle aussi un côté émotionnel et psychologique qui est ignoré. Des auteurs, comme: Michel Odoul, Lise Bourbeau, Jacques Martel, Bernard Tihon … et d’autres certainement, en parlent en soulignant, entre autres, le fait que ces personnes ont été « délaissées » d’une façon ou d’une autre. A creuser absolument, car je suis persuadée qu’on peut aider ces personnes au début de leur maladie en prenant conscience du pourquoi elles se réfugient dans l’oubli.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*