Des traces de kétamine et de cocaïne retrouvées dans des crevettes d’eau douce en pleine nature

fresh crédit Deposith

Des traces de cocaïne retrouvées dans des crevettes d’eau douce en pleine nature

POLLUTION DES EAUX Les scientifiques ont été stupéfaits d’avoir de tels résultats dans un milieu aussi naturel et éloigné des grandes villes.

Il y avait déjà eu un précédent concernant Les saumons pêchés près de Seattle qui contenaient des traces de cocaïne et d’antidépresseurs.

Par Frédérique Dumont. Le 03/05/2019

Mais cette fois-ci cela concerne la pollution des rivières dans un comté rural au Royaume-uni.

Des chercheurs ont découvert des traces de cocaïne et de kétamine dans tous les échantillons testés de crevettes d’eau douce du Suffolk, à l’est du territoire de nos amis outre-manche. C’est le résultat d’une étude parue ce mercredi dans le magasine scientifique Environment International. L’étude, a analysé les niveaux de divers «micropolluants» dans les crevettes d’eau douce.

L’étude voulait au départ déterminer le niveau d’exposition de la faune sauvage à plusieurs « micropolluants ». Il s’agit de polluants toxiques à très faibles concentrations, comme les résidus de produits pharmaceutiques ou cosmétiques.

Cocaïne, kétamine mais également des produits pharmaceutiques

Les chercheurs ont fait des prélèvements sur 15 endroits couvrant cinq rivières de la région. Dans tous les échantillons testés, de la cocaïne a été retrouvée.

« Que la présence de cocaïne chez les animaux aquatiques soit un problème pour le Suffolk, ou plus largement au Royaume-Uni et à l’étranger, il faudra procéder à des recherches supplémentaires », a déclaré Nic Bury de l’Université du Suffolk.

Un des collègues de Miller, Leon Barron, a qualifié de «surprenant» la présence régulière de drogues illicites dans la faune. « On pourrait penser que c’est normal dans les zones urbaines comme Londres », souligne Dr Leon Barron, coauteur de la recherche. « Mais pas dans les zones plus petites et plus rurales. »

D’autres produits illicites, comme la kétamine, mais également des pesticides et produits pharmaceutiques étaient également très présents dans les crevettes prélevées et analysées, précise l’étude. L’auteur principal, Thomas Miller, de King’s, a déclaré que «les concentrations étaient faibles» mais que les composés «pourraient constituer un risque pour la faune». Même faibles, les niveaux de ces substances sont inquiétants pour l’environnement et une menace pour la faune, s’alarment les scientifiques.

Source : 20 Minutes avec agences

Frédérique dumont

C’est très probablement mon père qui m’a transmis cette passion que j’essaierai moi-même de transmettre à mes enfants. Dès que j’ai un peu de temps, je profite de l’occasion pour aller observer la nature et les animaux. Par ailleurs, je m’intéresse également à tout ce qui touche la santé et les remèdes de près ou de loin, je suis fasciné par toutes les méthodes d’investigation, vérifiables et reproductibles ayant pour but de produire des connaissances. J’ai donc décidé de rédiger des articles qui touchent à ces domaines. J’espère pouvoir vous transmettre un peu de mon savoir et de mes connaissances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *