La dépression est un vide et non un état de tristesse

état de tristesse

Le 22 Octobre 2018. Image crédit :depositphotos.com

La dépression est un vide et non un état de tristesse

Par Louise Meunier

La dépression n’est pas un état de tristesse, il s’agit d’un engourdissement.

Ce n’est pas de la colère, du désespoir, de la peur ni même de la solitude.

Ce n’est pas un sentiment, c’est un vide. Un vide où rien n’évolue ni ne change, où le temps n’existe pas, où l’obscurité est la seule couleur, où personne ne vit.

La dépression n’est pas un état d’esprit, il s’agit d’un lieu. C’est un endroit dans lequel nous tombons parfois à l’aveugle, un trou noir bâillant. Une fois là-bas, comme dans un labyrinthe de maïs dans une nuit noire, nous pouvons errer sans fin, sans trouver la sortie.

«Secoue-toi!», Disons-nous aux personnes déprimées, comme si leur souhait de se sentir bien, normal, pouvait régler le problème. «Pourquoi es-tu déprimé? Tu as tout pour toi! Tu es jeune, tu es beau, tu es en bonne santé, tu as des gens qui t’aiment. »

«C’est vrai», répond la personne, et pendant un moment, la culpabilité essaie de s’accumuler dans le néant pour en faire quelque chose, mais ensuite, elle recule de nouveau, aspirée dans le trou.

« Comment puis-je t’aider? De quoi as-tu besoin? » De l’autre côté de la dépression, l’action est toujours le remède. « Promène-toi, appelle un ami, lève-toi et bouge! »

Mais la dépression ne libère pas les victimes si facilement. Elle ralentit les battements cardiaques, devenant des assourdissements sourds, transformant les pensées en ombres sans formes qui se reposent, comme une pierre au fond d’une rivière boueuse et stagnante.

Même si nous comprenons la dépression, lorsque nous ne la vivons pas, les personnes qui en souffrent sont comme des astronautes libérés de leur vaisseau, flottants et paralysés dans l’espace, inaccessibles, perdus. Comment surmonter ce vide béant qui s’étend dans toutes les directions sans nous perdre?

Voici ce que vous pouvez faire si vous vous retrouvez avec une personne qui souffre de dépression:

Allongez-vous à côté d’elle. Vous pouvez même lire un livre en silence pour vous. Ne vous concentrez pas sur la personne, soyez juste là. Laissez-la absorber votre énergie. Parfois c’est suffisant.

Ne dites pas à une personne qui souffre de dépression quoi faire. Dites-lui simplement que vous l’aimez, même quand elle est dans l’obscurité. Dites-lui doucement et courageusement, et gardez votre calme.

Si la personne vous laisse faire, brossez-lui doucement les cheveux. Si elle rejette votre contact , ne le prenez pas personnellement, c’est trop écrasant en ce moment. Vous aurez une autre chance.

La dépression est une maladie qui isole et paralyse: elle est forte, elle est timide. Comme un chat sauvage, elle ne réagit pas bien à une intervention maladroite. Mais vous pourrez finir par l’apprivoiser avec un cœur patient et une main ferme .

12 commentaires à propos de “La dépression est un vide et non un état de tristesse

  1. oui je suis comme ca et moi ca embrouille mes pensees .C’est comme si des fois j’arrive meme pas a en saisir une seule pensee .et je crois a cause de ca j’ai des pertes de memoire

  2. Quel texte ! Ce sont les mots les plus justes jamais lus.
    Merci. Parce que tenter d expliquer cette maladie ou ses symptômes est la chose la plus compliquée que je connaisse.
    😊

  3. j’en souffre depuis 3 longues années mnt à cause d’un pervers qui a fait de ma vie un véritable enfer !!!!

    il m’a jetée dans le désespoir le plus complet.

    tout ce qu’on peut faire à un humain pour le détruire, l’anéantir, le pousser à mettre un terme à sa vie, il me l’a fait …

    dans ma vie j’ai surmonté des drames horribles mais là mes forces m’abandonnent, je ne parviens plus à me dépatouiller pour garder la tête hors de l’eau ! je me bats pourtant comme une lionne mais je suis épuisée …..

    Je finirai par cette phrase à laquelle je pense très très souvent :

    le suicide n’est pas un choix, on y est poussé quand les souffrances et les douleurs dépassent les forces pour y faire front !
    c’est la force et le courage de ceux qui n’ont en plus ….

    • Je suis passee par la…. pour guerir, si vous le pouvez, quittez le pays, c’est ce que j’ai fait..
      Les PN sont de vrais fous.. ils sont foncierement mechants.
      Je ne vous conseillerait pas de prendre un chien si vous travaillez toute la journee a l’exterieur, aussi les chiens on besoin de leur propre espece, il est mieux d’en avoir deux. Donc si vous avez la place, et le temps prenez 2 chiens… ils vous aideront a survivre cette sale histoire. Les animaux sont d’un grand reconfort.

    • fuyez le quittez le… pour sauver votre peau! Les PN sont des personnes toxiques et destructrices. Ce sont des fous. Il nous rabaisse pour se sentir exister alors que ce sont eux les nuls. Ils sont adorables devant les autres et colèriques et rageurs à la maison. Ce sont des manipulateurs et mentent à merveille. Ils roulent tout le monde dans la farine et aime montrer une image impeccable. DERRIERE IL Y A L ENVERS DU DECOR; Humiliations quotidiennes brimades cris insultes et aussi sur les enfants biensur qu’ils détruisent de la même facon! Ce sont des personnes qui utilisent le double blind bien connu des psy… Fuyez le je vous en prie pour retrouver la belle personne que vous et qu’il jalouse!

    • Ne le faites surtout pas. Moi même j’en ai souffert plus de 10 ans au contact d’un pervers. Du moment que vous êtes conscient (e) c’esr de retrouver votre humeur en acceptant d’être ce que vous ne voulez pas, vous faisant des petits plaisir et vous forcer à sourire.

  4. Magnifique ! Enfin des mots pour exprimer avec une grande justesse ce que peuvent vivre les personnes quand cette pieuvre les enserre dans ses tentacules et les étouffe dans son étreinte.

  5. Moi a force de faire des crise dangoisse et de panique je fais une grosse depression 🙁 le medecin mavais prescrit des antie dépresseurs et je les prend pas parce que il me rendait malade et je me sentais perdue encore plus que je le suis maintenant a chaque jours cest un combat avec moi meme pour arriver a faire les activités de la vie normal du quotidien cest horrible :(((

  6. Bonjour, j’en souffre depuis des années. Dans ma tête, c’est le brouillard. Je ne parviens plus à réfléchir ni à faire des liens. Cette maladie touche toutes les sphères de ma vie. J’ai 3 enfants et je ne parviens plus à m’en occuper comme je le devrais. Je vis comme dans une bulle vide de sens.

  7. Je lis tous vos commentaires et cela m’attriste. J’ai connu la dépression pendant de nombreuses années et je sais que rien n’est facile. Ce qui m’a beaucoup aidé c’est de partir à la chasse aux informations. Plus j’ai appris sur la dépression et plus j’ai réussi à apprivoiser cette maladie. Aujourd’hui c’est encore un combat journalier mais les angoisses ont disparu je reprend goût à la vie.. Qui que vous soyez vous n’êtes pas tout seul, un ami, un parent ou un animal de compagnie de quoi vous accrocher à la vie. J’espère sincèrement que la lumière viendra bientôt dans votre vie. Une pensée amicale pour vous tous et courage ne baissez pas les bras.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*