LA DIFFÉRENCE QUI INDISPOSE


Le 23 Mars 2018. Image crédit : Shutterstock

LA DIFFÉRENCE QUI INDISPOSE

Par Jackie B. Hamilton

Quand nous y réfléchissons, il n’y a pas deux êtres humains pareils sur terre. Nous sommes tous uniques. Uniques dans notre corps, dans notre tête et dans notre cœur. Et qui plus est, il n’y a pas deux histoires semblables.

Bien que notre individualité soit perçue comme quelque chose de beau et de grand, nous éprouvons tous un sentiment d’inconfort face à tout ce qui est non familier ou différent. L’inconnu crée une certaine forme d’insécurité et l’insécurité nous met dans une position de déséquilibre.

Pour pallier au malaise qui s’installe lorsque nous sommes confrontés à la différence, nous cherchons inconsciemment à nous entourer de personnes qui pensent comme nous et qui ont les mêmes intérêts et valeurs que nous. Avec elles, il est possible d’arriver à un sentiment de communion, de

confiance et d’acceptation. Nous pouvons relâcher nos défenses et nous permettre d’être tout simplement. L’autre est comme un miroir qui nous retourne une image de nous qui est réconfortante. Nous ressentons une dose d’amour. De l’amour pour l’autre, mais, principalement, de l’amour pour soi. Et c’est un sentiment grisant.

Là où ça se complique, c’est lorsque nous devons entretenir des rapports avec les autres, ceux qui ne pensent pas comme nous et ne vivent pas comme nous. Notamment, les personnes de nationalité différente, ou aux convictions politiques et religieuses totalement contraires aux nôtres. Certains sont prêts à mettre la ville à feu et à sang pour imposer leurs opinions ou convictions. Même chose pour ceux qui les réfutent. De part et d’autres, nous nous sentons menacés et nous répondons par l’hostilité.

Mais à mon sens, les sujets les plus délicats resteront toujours le racisme et l’homosexualité car ils touchent directement l’humain dans son droit d’exister. Bafouer quelqu’un parce qu’il n’a pas la même couleur de peau que nous ou parce que ses préférences sexuelles sont autres est à mon sens la plus grande marque de mépris qui existe envers la race humaine.

Nous ne comprenons pas toujours pourquoi nous éprouvons de l’animosité pour des personnes qui, en fait, sont de parfaits étrangers, mais c’est souvent quelque chose qui nous vient de notre histoire familiale. Parfois même de nos ancêtres qui ont planté les graines de la méfiance et la lignée dont nous faisons partie subit une pression pour les entretenir. Nous choisissons d’ailleurs souvent de nous rallier au groupe davantage par peur de déplaire et d’être rejetés que par conviction.

J’ose espérer que nous aurons, un jour, le courage de remettre en question toutes les pensées limitatives qui nous ont été transmises et qui visent à encourager le mépris et l’intolérance. J’ai énormément de peine en pensant qu’au moment où j’écris ces lignes quelqu’un, quelque part, subit des sévices parce qu’il n’est pas né dans le bon pays (le bon pays étant toujours celui de la personne qui le juge). Ou qu’un adolescent est en train

de se faire rabrouer parce qu’il a osé affirmer une identité sexuelle que lui-même commence tout juste à comprendre et à accepter.

Je nous encourage à accepter et à respecter la différence; la nôtre comme celle des autres.

(Extrait du Carnet de route pour manifester l’inattendu)

Jackie B. Hamilton

Jackie B. Hamilton est auteure et blogueuse en éveil de conscience. On retrouve, dans sa bibliographie, L’enfant invisible (se donner le droit d’exister)Qui sommes-nous sans nos blessures (Comprendre et gérer intelligemment ses émotions)La philosophie du let it be (Parce que le bonheur n’a pas à être compliqué)Du moi actuel au moi rêvé (Devenir ce que l’on désire être) et le Carnet de route pour manifester l’inattendu. Visitez jackiebhamilton.com. Suivez-la sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest.

A propos de Jackie B. Hamilton

Éveil de conscience Le livre de Jackie B. Hamilton : Qui sommes-nous sans nos blessures, Collection bouée de secours Jackie B. Hamilton est auteure et blogueuse en éveil de conscience. On retrouve, dans sa bibliographie, L’enfant invisible (se donner le droit d’exister), Qui sommes-nous sans nos blessures (Comprendre et gérer intelligemment ses émotions), La philosophie du let it be (Parce que le bonheur n’a pas à être compliqué), Du moi actuel au moi rêvé (Devenir ce que l’on désire être) et le Carnet de route pour manifester l’inattendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*