La musique est beaucoup plus efficace pour soulager la douleur que certains médicaments

Musique, Violon, Femmes, Retouchez, Note

La musique est beaucoup plus efficace pour soulager la douleur certains médicaments

Elle est  plus efficace que les médicaments pour libérer les anti-douleur cérébraux.
Maintenant c’est le genre de science dont j’aime entendre parler!

Quelque 400 articles scientifiques publiés ont prouvé le vieil adage que «la musique est une médecine. » Les bénéfices neurochimiques de la musique peuvent améliorer le système immunitaire de l’organisme, réduire les niveaux d’anxiété et aider à réguler l’humeur de telle façon que les médicaments ont du mal à rivaliser.

« Nous avons trouvé des preuves convaincantes que les interventions musicales peuvent jouer un rôle de soins de santé dans des contextes allant des salles d’opération aux cliniques de médecine familiale« , explique le professeur Levitin du Département de psychologie de l’Université McGill. « Mais plus important encore, nous avons été en mesure de documenter les mécanismes neurochimiques par lesquels la musique a un effet dans quatre domaines: la gestion de l’humeur, le stress, l’immunité et en tant qu’aide à la cohésion sociale»

L’article apparaissant dans Trends in Cognitive Science, a été motivé par le nombre croissant d’études référençant des interventions musicales fondées sur des preuves (et non la musicothérapie, qui est quelque chose d’autre). Avant cette synthèse, personne n’avait vraiment pris le temps de regarder ce que tous les nouveaux éléments suggéraient.

En effet, la musique est souvent utilisée à des fins d’auto-médication ; beaucoup d’entre nous écoute de la musique comme un moyen de nous calmer ou afin de nous donner un coup de collier. Et nous le faisons aussi souvent – sinon plus – que la prise de café ou d’alcool.

Les opiacés aussi sont responsables de multiples effets de la musique sur l’humeur, la douleur et le bien-être, ce qui donne des indices sur la façon dont nous pouvons exploiter ses avantages même pour ralentir notre vieillissement.

Guitare Acoustique, Instrument De Musique, Guitare

Comme les autres expériences agréables, il y a deux composantes pour apprécier la musique : l’anticipation d’entendre votre chanson préférée, et bien sûr l’entendre. La dopamine, signal chimique cérébral qui est liée à la récompense,est impliqué dans les deux phases. Mais les neuro-scientifiques se sont demandé pendant des décennies s’il n’y avait pas plus qui donne à la musique son pouvoir pour induire l’euphorie ?

Les opiacés naturels du cerveau pourraient être la clé. L’équipe du professeur Levitin a montré que le blocage des signaux opioïdes dans le cerveau en donnant aux gens un médicament appelé naltrexone réduit la quantité de plaisir qu’ils disent obtenir de leur chanson préférée. Comme ils jouissent encore de l’anticipation d’entendre la chanson tout autant, cela suggère que, bien que la dopamine soit impliquée, c’est bien quand les opioïdes rentrent dans la danse dans la musique qu’elle commence vraiment à affecter nos esprits.

Un flot d’opioïdes pourrait également expliquer l’effet de la musique sur notre corps. Écouter de la musique est connu pour augmenter les seuils de douleur des gens, tant et si bien que, dans certains cas, cela peut être utilisé pour réduire le recours à des analgésiques comme la morphine.

Dans leur analyse, l’équipe de Levitin a sondé plus de 400 documents, à la recherche de modèles parmi les preuves scientifiques étayant l’affirmation selon laquelle la musique peut affecter la chimie du cerveau d’une manière positive. Ils ont réussi à isoler quatre domaines où la musique peut aider :

  • La récompense, la motivation et le plaisir (pour aider dans les troubles de l’alimentation, par exemple)
  • Le stress et l’excitation (pour aider à réduire l’anxiété)
  • Immunité (pour renforcer le système immunitaire du corps et ralentir le déclin lié à l’âge)
  • Connexion sociale (pour aider à renforcer la confiance et les liens sociaux)

Les chercheurs ont relié ces domaines avec quatre systèmes neuro-chimiques primaires

  • La dopamine et les opiacés
  • Le cortisol (et les hormones liées)
  • La sérotonine (et les hormones liées)
  • L’ocytocine

«Nous savons que la musique facilite les processus neurochimiques actifs dans une symphonie d’opioïdes que l’intervention pharmaceutique a été incapable d’égaler, » a déclaré le DrFrancis Chandra sur l’étude.

«Nous avons eu des résidents pour lesquels nous pouvions réduire les médicaments psychotropes voire s’en détacher et nous pouvions voir des améliorations dans le moral et l’engagement des personnels.»

Une étude a montré que les patients qui ont écouté de la musique avant une intervention chirurgicale avaient des niveaux d’anxiété plus faibles que les personnes qui ont pris des médicaments anti-anxiété comme le Valium – et sans le problème des effets secondaires. Les scientifiques pensent que la musique peut stimuler la libération de peptides opioïdes endogènes dans le cerveau.

«Les données examinées fournissent un appui préliminaire à l’affirmation que des changements neurochimiques servent de médiateur à l’influence de la musique sur la santé», notent les auteurs de l’étude.

«La musique fait partie de ces choix de vie qui peuvent réduire le stress, protéger contre la maladie, et gérer la douleur.»

Tom Fritz de l’Institut Max Planck pour les Sciences Cognitives et Cérébrales Humaines à Leipzig, en Allemagne, et Daniel Bowling de l’Université de Vienne en Autriche, travaillent avec une machine « jymmin », appareil d’exercice gymnastique d’un type spécial qui permet de jumeler la musique avec la musculation. Les sons changent si l’utilisateur pousse plus fort, et le rythme de la musique correspond à celle de leur séance d’entraînement. «Cela rend la musique vraiment agréable – vous avez vraiment l’impression que vous êtes musicalement très expressif», dit Fritz.

Ils ont montré que, après 6 minutes d’utilisation de la machine, la perception de la quantité d’effort qu’une personne fait chute de moitié. S’exercer avec des machines semble également augmenter le seuil de la douleur d’une personne plus que pour une séance standard accompagnée de musique, ont-ils dit aux délégués de la conférence.Leurs expériences est une preuve supplémentaire que les opioïdes sont impliqués. «C’est une autre pièce du puzzle», dit Bowling. «Vous n’avez pas besoin d’un neuro-scientifique pour vous dire que la musique peut être vivifiante, intensément agréable ou triste, mais c’est une période particulièrement excitante pour la recherche sur les fondements biologiques de la musique.»

Fritz travaille sur un logiciel qui peut fournir aux utilisateurs une « rétroaction musicale » analogue, qui, selon lui, pourrait aider à soulager la douleur pour les personnes qui se remettent d’accidents vasculaires cérébraux ou d’addiction aux drogues. Certains hôpitaux utilisent déjà de la musique pour soulager l’anxiété avant les interventions chirurgicales, ainsi que la douleur post-opératoire. Mais Sven Bringman de l’Institut Karolinska en Suède dit qu’elle pourrait être utilisée pour plus. «La musique est pas utilisée comme elle le devrait, car cela prendrait plus de temps à l’infirmière que d’administrer simplement un sédatif.»

Bien que la musique n’a pas encore été pleinement exploitée cliniquement, Levitin dit que nous bénéficions systématiquement de ses effets sur notre cerveau. «Beaucoup de gens utilisent la musique pour réguler leur humeur toute la journée. Nous utilisons la musique pour créer une bande sonore à nos vies», dit-il.

Sources en vert dans l’article et

Nouvelle d’origine sur Preventdisease

Traduction JOE BATTAGLIA de sources smh.com.au pnas.org io9.com cell.com newscientist.com et  benje.free.fr

2 commentaires à propos de “La musique est beaucoup plus efficace pour soulager la douleur que certains médicaments

  1. Effectivement, la musique a un effet transcendant pour les personnes. Il aide pour beaucoup de situations et réduit l’anxiété car il est comme un stimulateur, cela donne confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*