L’administration Trump a décidé de supprimer les règles relatives au bien-être des animaux

Le 20 Mai 2018. Image crédit : Pixabay

L’administration Trump a décidé de supprimer les règles relatives au bien-être des animaux

 

Après, Trump a autorisé le massacre des ours et loups, ainsi que leurs bébés en Alaska l’administration Trump a officiellement supprimé une règle de l’ère Obama visant à établir des normes plus élevées pour le traitement des animaux dont la viande pourrait être vendue comme biologique.

La règle, créée sous le ministère de l’Agriculture des États-Unis, exigeait que les volailles soient élevées dans des espaces suffisamment grands pour pouvoir se déplacer librement et s’étirer complètement. Le bétail devait avoir accès à l’extérieur toute l’année.

L’USDA a officiellement annulé la règle lundi, après avoir retardé sa mise en œuvre à trois reprises. Elle avait été créée en 2016 après sept années de délibération.

« Les règlements existants robustes sur l’élevage et la volaille biologiques sont efficaces », a déclaré le sous-secrétaire du programme de marketing et de réglementation de l’USDA, Greg Ibach, dans un communiqué. «La croissance continue de l’industrie biologique à l’échelle nationale et mondiale montre que les consommateurs font confiance à l’approche actuelle qui équilibre les attentes des consommateurs et les besoins des producteurs et des manutentionnaires biologiques. »

Selon M. Ibach, des règles plus strictes limiteraient la participation au programme national sur les produits biologiques, et il a été déclaré que le Congrès devait réglementer le bien-être des animaux.

Le langage courant régissant ce qui peut être certifié biologique est clair sur certains points. Les animaux doivent être élevés sans antibiotiques ni hormones de croissance, et leur alimentation doit également être biologique sans OGM ou pesticides synthétiques non approuvés. Mais il y a moins de transparence sur le bien-être animal et les conditions de vie. De nombreuses poules et vaches vivent dans les mêmes conditions ou dans des conditions similaires à celles de leurs homologues non-organiques, sans possibilité de se déplacer et uniquement dans des porches grillagés pour un accès «extérieur». L’USDA estime qu’environ la moitié de tous les œufs biologiques proviennent de poules qui vivent en confinement total .

Selon l’Organic Trade Association (OTA), qui représente les agriculteurs biologiques, la règle pourrait faire du tort aux exploitations d’œufs biologiques à grande échelle qui abritent jusqu’à 180 000 oiseaux dans une seule ferme.

En revanche, Organic Valley, l’un des producteurs biologiques de taille moyenne les plus populaires aux États-Unis, fournit à chaque oiseau 0,45 m2 d’espace. En Europe, les oiseaux ont 4 m2.

L’administration Trump a simplement retiré une règle qui donnerait plus de place aux volailles.

L’association dit que ce projet de loi nuit aux petits producteurs d’œufs qui fournissent de meilleures conditions à leurs volailles, tout en profitant aux fermes industrielles à grande échelle qui ne représentent que 5 % de tous les producteurs.

« Les consommateurs sont sûrs que le label biologique représente une différence significative dans les pratiques de production. Cela n’a aucun sens que l’administration Trump poursuive des actions qui pourraient endommager un marché qui offre aux agriculteurs américains une alternative rentable, créant des emplois et améliorant l’économie de nos zones rurales » , a déclaré l’OTA dans un communiqué.

Le règlement proposé a attiré 47 000 commentaires, mais seulement 28 ont appuyé son retrait, selon les données compilées par l’OTA.

« Ceci est représentatif de l’influence des lobbyistes et des fonds électoraux sur l’USDA de l’administration Trump », a déclaré Mark Kastel, co-directeur de l’Institut Cornucopia, qui fournit des recherches sur l’agriculture biologique et critique depuis longtemps les normes de l’USDA.

«Ils desservent de grands producteurs d’œufs classiques au détriment des petites et moyennes fermes biologiques», a-t-il déclaré. Ces grandes entreprises reconnaissent la popularité croissante des produits biologiques et veulent inciter les consommateurs à acheter les leurs en brouillant la façon dont ils traitent leurs animaux, a soutenu Kastel.

Six personnes sur dix affirment qu’il est très important que les animaux utilisés pour produire des aliments biologiques soient élevés dans des fermes ayant des normes plus élevées en matière de bien-être animal. Plus de la moitié des personnes disent qu’il est très important que les animaux utilisés pour produire des aliments biologiques puissent sortir et se déplacer librement.

Les ventes de viande et de produits laitiers biologiques ont totalisé 47 milliards de dollars en 2016 et le marché des œufs biologiques a augmenté de 12,7% par an entre 2007 et 2016. Environ 30% des ménages achètent maintenant des produits biologiques, selon Packaged Facts .

Sources : ww.federalregister.gov/documents/ et Newsweek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*