L’alimentation low cost est une catastrophe pour l’humanité

alimentation low costLa fabrication de l’alimentation low cost « premiers prix » par les industriels est pointée du doigt. – Charly Triballeau – AFP

Image crédit pixabay

L’alimentation low cost est une catastrophe pour l’humanité.

La confection des produits alimentaires low cost est pointée du doigt par un ancien salarié de l’industrie agroalimentaire. Périco Légasse, critique gastronomique, dénonce les techniques trompeuses des producteurs et propose de nouvelles solutions.

Pour ne citer que ceux là: miel fabriqué avec des assemblages de sirops et colorants, confiture sans fruits, viande reconstituée… Un ex-salarié de l’agroalimentaire dénonce dans un livre les techniques utilisées pour faire diminuer les prix. Périco Légasse, critique gastronomique, interrogé par BFMTV veut combattre ces pratiques qui tendent à tromper le consommateur.

L’alimentation low cost est une catastrophe pour l’humanité interview :

Ces techniques utilisées pour les produits à bas coût sont communes?

Plus vous baissez le prix d’un produit plus vous baissez sa qualité, c’est la règle. Quand la grande distribution dit « je veux les produits les moins chers possibles », si le producteur, si l’industriel veut garder sa compétitivité il est obligé de produire dans ces conditions abominables.

Mais quand vous faites deux euros d’économie sur un produit, ça veut dire qu’il coûte en fait en valeur négative huit ou dix euros en problèmes sanitaires, environnemental, en problème de qualité. Et ce sont les pauvres qui sont condamnés à bouffer de la merde.

Comment faire quand on n’a pas les moyens d’acheter de la marque?

Le low cost, la course au prix le plus bas est une catastrophe pour l’humanité et pour la planète. Si on continue comme ça on finira dans un chaos abominable. Il faut que les gens prennent conscience qu’ils doivent répartir leur budget. Il faut reprendre le temps de faire un peu la cuisine et que les gens réapprennent à manger.

Moi je propose une solution, la règle du 18-6-3. Vous avez un budget de 18€, au lieu de prendre six fois un produit dégueulasse à 3€, vous faites trois fois un produit à 6 €. Le problème aujourd’hui c’est de d’adopter une gestion du temps différente, pour que les gens refassent de la cuisine.

Vous préconisez aussi d’acheter français, ça veut dire acheter plus cher?

Nous avons vu tout l’été des éleveurs bovins, des éleveurs porcins qui sont dans une situation catastrophique parce que nous sommes dans une situation de concurrence où les produits étrangers de mauvaise qualité prennent la place des produits français. À budget égal, on privilégie les produits français pourvu qu’ils soient de qualité et ainsi on favorise notre agriculture, notre artisanat, notre économie.

Par C. B

Source L’alimentation low cost est une catastrophe pour l’humanité : https://www.bfmtv.com/societe/

Joëlle Fournier

Après des études en psychologie, j’ai décidé de me spécialiser dans les relations parents/enfants, enfants/enfants, hommes/femmes. L’être humain est un être tellement complexe, chacun a besoin de de résoudre ses problèmes relationnels grâce à une certaine méthode qui ne conviendra pas à forcément à une autre personne.

38 réflexions sur « L’alimentation low cost est une catastrophe pour l’humanité »

  1. C’est non seulement une catastrophe d’un point de vue alimentation humaine (avec des produits souvent trop gras, trop sucrés, sans matières nutritionnelles correcte) mais c’est aussi une catastrophe au niveau animal (élevages intensifs, surpêche…) en plus d’être une catastrophe environnementale.
    Acheter « des marques » n’est guère mieux le plus souvent…
    Par contre, apprendre à se contenter de produits non transformés et apprendre à les cuisiner est, selon moi, la solution; Et à ce niveau, on peut se permettre d’acheter des produits biologiques de base: riz, lentilles, oeufs, céréales, fruits et légumes de saison (pourquoi vouloir manger des tomates ou des fraises en plein hiver???); Je vis avec très peu de moyens et ne mange jamais de plats tout fait, de produits low-cost… Tout cela est une question d’éducation et d’ouverture d’esprit… Nous avons plus besoin d’un bon plat de légumes et céréales que de pizzas surgelé.. le corps nous dit merci, la planète aussi… (et surtout, ça ne coûte pas plus cher!!!)

      1. Je suis bien d’accord avec vous.
        Et je n’adhère pas avec ce que dit l’auteur de l’article, qui dit que  » les pauvres sont obligés de manger de la merde »…
        On mange de la merde aujourd’hui, pas parce qu’on est pauvre, mais parce que les gens ont LA FLEMME de cuisiner. Si l’on n’achète que des produits transformés et industriels, on mange forcément de la merde, quel qu’en soit le prix et la « marque »…
        Quand on prend la peine de cuisiner soi-même, ça ne coûte pas plus cher, au contraire… On peut acheter des produits frais, bios, sains et de qualité avec un budget restreint.
        Mais voilà, plus personne ne cuisine, tout le monde achète du « tout fait » (et je ne parle même pas des stands de kebabs et autres tacos qui pullulent), c’est bien là le noeud du problème. Riches ou pauvres, même constat (je connais des gens parfaitement aisés qui n’ont dans leur frigo que des produits industriels : nuggets, hamburgers et pizzas surgelées, etc…)
        En fait, nous avons complètement copié les dérives de la société américaine en adoptant leur « junk food »… et pourtant, nous avions sous les yeux le triste résultat !
        C’est navrant, pour un pays réputé normalement pour sa gastronomie et son alimentation…

        Je me bats chaque jour chez moi, pour perpétuer une tradition de « bonne cuisine » auprès de mes enfants, leur apprendre à sélectionner les produits au marché, à les préparer…

    1. Beaucoup a dire sur cet article fourre tout. L’enfumage vient deja de faire croire aux gens que s’ils achetent les produits de marque qu’ils ont vu dans la pub, automatiquement ils auront une meilleure qualite que les marques distributeurs. Beaucoup d’etudes, y compris de que choisir battent en breche cette idee. Pour le produits de marque une grosse partie de surcout vient de la pub et des marges. La quasi totalite des biscuits LU contiennent de l’huile de palme alors qu’on peut trouver notamment a Super U des equivalent moins cher sans huile de palme. LU appartient a la multinationale Mondelez anciennement Kraft Foods qui ne jure que par la rentabilite pour ses actionnaires. Il en va de meme pour les yaourts. Danone n’offre pas des yaourts avec plus de fruits et moins de sucre que les equivalents de marque distributeur. On peut meme cite l’exemple du yaourt aux fruits Danonino qui ne contient absolument aucun fruit et 14% de sucre. Alors oui il y a certaines marques beaucoup plus cher qui ont fait le choix de la qualite: St Michel par exemple. Le probleme qu’il y a aujourd’hui c’est que beaucoup de famille n’ont plus le temps de cuisiner, le cout de la vie (les loyers/prets) fait que 2 salaires sont necessaire quand on pouvait se contenter d’un seul auparavant. Beaucoup partent le matin vers 7h pour ne revenir qu’a 18h. Je suis d’accord qu’il faut avant tout privilegier l’achat de produit de base que l’ont peut cuisiner rapidement plutot que les produits transformer. Ca coute moins cher et c’est meilleur pour la sante et banir toute les marques que l’ont voit a la tele. Pour les yaourt, acheter majoritaire des yaourts sans sucre ou pot de fromage frais qu’on peut agrementer avec de la cannelle, du miel, de la confiture, du sucre vanille ou bien quand c’est la saison avec des morceaux de cerises, de fraise…

      1. Vous avez touché un vrai problème en parlant des horaires de travail. Pour prendre mon cas personnel, je rentre à 18h, mes enfants doivent être couchés à 20h30 (car je ne suis pas des mamans qui tolère le manque de sommeil…. Mais c est un autre souci) je n ai pas les moyens d avoir un cookeo ou un thermomix alors désolée mais cuisiner des petits plats avec des produits super frais etc…. C est uniquement le week-end. Après, donnez moi le même salaire pour un mi temps et je vous garanti que ma famille mangera sainement tous les soirs.

        1. Je comprends tout à fait votre point de vue Vaillant-Une solution peut etre est de cuisiner le weekend et de surgeler vos petits plats pour la semaine?

      2. Merci pour votre réponse pertinente !!! 😊
        J adore cuisiner neanmoins il est evident qu’une personne rentrant a 19h voire plus horaire tres répandu sur Paris +temps de transport …
        Il n est pas en mesure de cuisiner tous les jours ou des plats peu élaborés .
        A moins de passer tout son week end a cuisiner pr la semaine ….
        C est dommage ms c est une réalité.
        Ce n est pas qu un manque d envie ou le manque de connaissance.
        Grace a internet il y a assez de sites pr transformer un néophyte en petit chef de cuisine 😘

    2. Et une bonne pizza faite maison avec l’habitude et une machine a pain (y en a des pas cher) ca prend pas beaucoup plus de temps, ne coute pas plus cher et on sait ce qu’il y a dedans

      1. Pour la pizza je fais la pâte avec mes p’tite mains! Elles sont 100% gratuites, le pétrissage est une activité bénéfique …et c’est même plus rapide , et juste un saladier à nettoyer après, QUE DU BONHEUR!!!

  2. Une catastrophe est un mot bien bas !…
    Quand j’ai vu la carte du monde … j’en ai presque pleuré….( réellement ) …
    Quand on est dirigé et vivons avec des gens aussi égoïste j’en ai peur que ça sera la fin du monde…
    Le nucléaire et autre + tout les produits toxiques inimaginable
    Alors qu’on peut faire bien mieux ! On est équipé d’un cerveau magnifique…. mais il devient obsolète quand nous utilisons vraiment mal et ce qui se produit dans le monde….j’espère que la Corée du sud va étendre sa propagation AIR PUR émanation produit polluant et déchet toxique à presque ZERO % et que les autres vont suivre ! Pas comme la Belgique qui remet en marche 2 vieilles usines nucléaires qui risque la peau de toute l’europe !

    1. Cerveau obsolète est une bonne partie du problème. Les autorités s’emploient à le rendre ainsi , tant au niveau de l’éducation qu’au niveau d’une politique d’assistanant à outrance par ex , en occupant les esprits avec du pain et des jeux , des émissions de télévision d’une crétinerie à peine croyable . On sent bien que l’information est manipulée etc …. Se sauveront …peut-être…..de la catastrophe ceux qui ont essayé de protéger leur cerveau de ce formatage organisé . Un ex employé , pensionné, ayant travaillé au registre national m’a dit ce qui nous attend ….tres petit à petit mais sûrement : mais vraiment pas joli ….du tout ……

      1. Et qu’a t-il dit, Harald ? Je veux bien savoir.
        C’est-à-dire, comment lutter?
        J’ai vu le film « demain » ? Il est incontournable. IL existe des solutions ! Après avoir été abreuvés de nouvelles déprimantes pendant des années il est temps de prendre la mesure et d’agir. Plus seulement de râler. Et les moyens sont simples, et même je vais continuer à faire comme je fais de plus en plus: éviter le supermarché. J’y arrive. Vivant en ville je privilégie ma boutique bio mais pas bio de supermarché qu’est devenue une certaine enseigne, je privilégie les petits épiciers indépendants. ça ne me revient pas plus cher parce qu’au final je suis moins assaillie de promos en tous genre, et je mange plutôt bien en privilégiant les produits simples ou artisanalement faits. Je cuisine un peu, je mange moins puisque mon corps trouve directement dans le produit ce qui l’a poussé à vouloir en manger, au lieu de devoir s’en gaver en cherchant toujours en vain la vitamine ou ce dont il avait besoin à l’origine de son envie.
        On savoure des produits qui ont du goût, avis des enfants à l’appui ! Fruits, légumes, fruits secs, vrais gâteaux, céréales non raffinées, fromage bio de la région, si viande idem quoiqu’on n’en mange presque plus. Quoi besoin de plus ? Même les produits ménagers, ça fait longtemps que je n’utilise que du vinaigre blanc, bicarbonate et autres substituts qui évitent de nous stocker quelques polluants dans les poumons.
        En gros, on peut y arriver. C’est pas plus cher, et c’est bon à plusieurs niveaux 🙂
        Voilà, allez j’ai fait mon laïus de 50 lignes, je vous aime, restons solidaires dans nos idées et nos gestes positifs ! 🙂

        1. n’oublions pas le vin non plus, privilegier le bio quitte a ne pas acheter des « grands vins » bourres de pesticides et herbicides

  3. Personnellement j’achète certains produits alimentaires chez LIDL. Quelle que soit l’enseigne où j’achète je lis les étiquettes de provenance (lorsqu’elles existent, mais chez les grandes marques elles sont aussi parfois inexistantes), les étiquettes de contenance (je suis diabétique). Des produits tout faits : pas question, je cuisine moi-même. Les aliments de base me semblent aussi « bons » chez LIDL que ceux de grande marque. Le problèmes c’est que les gens ne cuisinent plus et se contentent d’acheter des produits prêts à être consommés. Je suis à la retraite mais pendant toute ma vie de femme « active », j’ai fait en sorte que ma famille mange sainement et pas forcément au prix fort. Pour cela il faut s’astreindre à une organisation stricte (surtout quand on a des enfants), cuisiner pour que les restes puissent être réutilisés après congélation : ce qui fait l’économie d’une réflexion et d’un repas. Aujourd’hui encore parce que j’habite un village sans commerce, je m’organise sur 1 voire 2 semaines, (ma maladie ne me donne pas le choix) ce qui permet de se projeter et de prévoir ainsi les achats. Il existe une page facebook sur le non gaspillage qui est très pédagogique. Voilà je crois qu’avec un peu d’imagination on peut sans se ruiner nourrir sainement sa famille.

  4. Ce sont les clients qui achètent des prix et non des produits. J’ai toujours su manger même avec peu de revenus, il faut aussi savoir vivre selon ses moyens sans pour autant manger de la « merde »…

  5. ben si les gens avait aussi les moyens de bien manger en 10 ans mon pouvoir d’achat a été divisé par deux dans ce pays et j’ai toujours le crédit maison qui me suis comme tout le monde, des enfants avec des frais on est deux a bosser …. enfin le cotidien de tout le monde et de grande marque je suis passé a leader price et lidl et franchement je manges bio a leader price et de bon produit. le problème, que le gouvernement redonne du vrai pouvoir d’achat au Français car même a deux salaires aujourd’hui c’est la merde… perso je mangerais même tout les jours dans un gastro avec femme et enfant si j’en avais les moyens mais ce n’est pas le cas et le budget n’est pas que la nourriture…. et je ne suis pas et plus le seul dans ce cas

    1. Comment on fait quand on a tout payé et que tout ce qui nous reste ne permet d acheter que de la bouffe discount? Je ne parle même pas de vêtements ou loisirs . Juste 200 e par moins pour manger à trois? Quand on vit dans une cité et qu on n a pas un jardin ou une ferme à côté ? Quand on fait des journées de 12 h avec 2 h de transports par jour et qu en arrivant le soir on n a pas envie d éplucher des carottes bios? ( de toute façon hors budget) avant de faire votre morale de bobo , pensez à la majorité des gens qui bossent et vivent entassés dans des grands ensembles loin des naturalisa réserves aux riches et des petits producteurs. merci .

      1. Bonjour Aurélie. Justement la vie en campagne est bien moins chère qu’en ville dans ces fameuses tours. Pour avoir vécu en Région Parisienne, et désormais dans le Loiret… les loyers ne sont pas les mêmes, tout comme l’essence est moins élevée ici ! Je ne parle même pas du temps passé sur la route : ici 10km = 10 minutes. En IDF 10km = 30 à 60 minutes ! La vie n’est pas la même, elle est plus saine et plus facile en campagne.
        Bobo ? Non, juste réaliste. Il faut savoir choisir ses combats. Dire « je ne peux pas » sans essayer, c’est partir défaitiste.
        Et pourtant, oui, on mange avec 300E (allez 350E certains moi !) à 4, en prenant fruits / légumes de saison / oeufs / viande au producteur du coin directement, le reste en magasin bio, et surtout très peu d’industriel, je cuisine tout : le pain, la brioche, la pâte à tartiner, la lessive (temps de préparation = 10 minutes pour 2 mois), la poudre lave vaisselle (préparation = 2 minutes pour 2 mois), etc etc…
        Si nous sommes considérés comme « gros riches » en consommant 300E de nourriture à 4, et bien… ! Donc 80% des habitants de la France vivant à la campagne sont des nantis ? Une première ! Un loyer pour 80m2 ici ? 400 à 500E (sans parler des logements sociaux, ca tourne autour de 300-400E). Dans le 91, nous payions 1.000E de loyer pour la même surface.
        Bref, sans essayer, c’est assez facile de tirer des conclusions hâtives. Je vous souhaite de trouver votre bonheur dans peu de consommation, croyez moi c’est possible pour le vivre au quoditien. Posséder ne nous rend pas riche.

      2. Cuisiner n’est pas une histoire de bobos. Ne plus acheter de sodas et de plats surgelés ou de pizzas mac do de charcuterie sous vide de tas de choses gâteaux apéritif Ricard bières et j’en passe.mettez des légumes ds votre caddy et cuisinez!

      3. Tout à fait d’accord avec vous et en voyant ce merci on est très loin de penser que lui se prive de quoi que ce soi c’est nous les petites bourses qui trinquent malheureusement j’ai honte parfois de rentrer dans un magasin discount car mandpger à rabais me révulse alors que tout les jours nous voyons à la télé une demande de quête pour les pays du tiers monde et bien voyons devant notre porte on est guère mieux lotis

    2. Pour les familles c’est difficile c’est clair. Et faire la cuisine avec les enfants dans les pattes je vous dis pas. Je le fais tous les jours parceque c’est important pour moi mais je comprends les parents qui en ont marre. Nos modèles de famille aujourd’hui fait qu’on est trop seul pour tout gérer. Mais effectivement c’est important parceque sinon on le regrette plus tard, notamment en cas de maladie,… Et bien souvent c’est trop tard pour faire machine arrière.

  6. Acheter local , ce n’est pas acheter nécessairement plus cher. Cela participe au circuit court donc moins d’intermédiaires à payer (grossistes, actionnaires,etc.); acheter local c’est aussi donner de l’emploi local mais faire un bon coup positif de pouce à l’environnement.

  7. Demain …..8 milliards d’individus a nourrir 7 milliards ne savent pas comment faire pousser des carottes….
    Le bio n’existe pas ou peu (a cause des pluies) De toute façon : on est foutu on mange trop…un repas par jor suffit pour un être humain.

  8. Pas besoin de se ruiner pour manger sainement …

    Manger moins, manger que. ..

    Virez tous les produits d’origines animales. Des légumes, des légumineuses … Regardez comment ils se nourrissent au Moyen-Orient …

    Végétalien depuis plusieurs années, zéro carence, zéro souffrance, que du bien être à prix d’ami …

    Et si vous avez la chance de pouvoir faire pousser vos légumes, c’est encore mieux …

  9. Manger bio pas cher veut dire, disposer de temps libre et de place pour jardiner ss serre ces aliments pour éviter au Max les pollutions.
    Manger sainement part de notre éducation et de notre goût et temps que l’on accorde pour la cuisine.
    Manger non low cost, c’est avoir des moyens financiers.

    Perso, j’ai été élevée ds une vie saine composée de fruits et légumes ou boire de l’eau est un plaisir et ou la viande et le poisson ont une place régulière mais pas omniprésente.
    J’ai des horaires de dingues et je bosses 6/7js, 1 sem sur 2 en allant faire du sport et d’autres activités autour.
    Je trouve tjs le temps de cuisiner pour 3 js à venir.
    Je privilégie la qualité à la quantité et mon corps apprécie.
    Manger bien, manger sain, manger pas cher peut se faire si on mange moins.

  10. Bonjour! en lisant l’article et les commentaires, je me réjouis, de toutes les décisions et orientations prises dans la vie. Si je n’avais trimbalé que quelques dys , comme dyslexie, 12% d’invalidité des suites d’un accident, une éducation de privation, tout aurait été parfait. Je suis parti de la maison familiale à 21 ans, avec seulement de quoi payer 3 mois de loyer d’un appartement dit insalubre. Je n’ai pas été épargné par les claques de la vie, mais ce qui m’a aidé c’est de mettre toute mon attention sur ce que je voulais. Par la nourriture strictement essentielle, je me suis donné les moyens de manger, d’améliorer mon mental, mes performances, de choisir ce que je fais pour qu’il y ait un sens à mon existence. 4 ans après, je me réjouissais tous les jours avec étonnement d’être payé pour faire ce que j’aimais le mieux dans la vie. Le bio, la macrobiotique, le jeûne, mon aidé . À 47 ans mon envie de partager a été plus fort que le confort d’une situation connue, je suis devenu thérapeute, je vis le même émerveillement qu’à 21 ans. Oui quelle chance j’ai attirée à moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *