L’amitié entre femmes un moyen extraordinaire de lutter contre le stress

Le 22 Mais 2018. Image crédit : Pixabay

L’amitié entre femmes un moyen extraordinaire de lutter contre le stress

Vous avez sans doute entendu dire que nous sommes la somme de nos relations sociales. Dans les années 70, on disait que l’être humain était la somme virtuelle des 5 personnes avec qu’on restait le plus souvent. Peu importe le nombre, les relations sont fondamentales dans nos vies. Plus qu’une relation, une amitié est une complicité pour apaiser, relativiser et nous aider à trouver une juste raison à nos problèmes qui occasionnent du stress.

L’étude scientifique la plus longue réalisée dans l’histoire de la science par la célèbre université d’Harvard est arrivée à une conclusion pour rester en bonne santé, maintenir son état de bien-être et de bonne humeur : l’interaction sociale.

Cependant de récentes études dans les sciences de la psychologie sociale ont montré que les femmes entre elles ont des amitiés beaucoup plus profondes et bienveillantes que les hommes. De telles relations sont des atouts majeurs qu’il est possible d’utiliser pour lutter contre le stress qui devient de plus en plus oppressant dans notre monde moderne.

L’authenticité est la clé d’une bonne relation, saine et durable. Il n’est pas question d’avoir des millions d’amis sur nos réseaux sociaux pour être bien dans sa peau mais bien d’avoir un groupe restreint de personnes sur lesquelles on peut compter pour évoluer et grandir dans nos vies.

Dans notre monde hyper-connecté par l’abondance d’outils de communication, on peut se retrouver éloigné du monde réel si on s’enferme dans ce nouveau monde virtuel qui s’ouvre et se développe devant nous. L’immédiateté de nos communications grâce aux nouvelles technologies, même les émoticônes sont là pour représenter l’émotion qui se trouve derrière les mots, les phrases et les intentions que l’on communique. On crée une grande interaction avec l’autre dans notre monde virtuel mais pourtant on ressent toujours au plus profond de nous qui nous manque quelque chose.

Ce qui nous manque dans ces moments là est le contact physique. Nous sommes des êtres spirituels qui vivent à travers un corps physique qui réagit à travers des sens physiques entre autres. Une communication virtuelle ne sollicite que notre vue et notre ouïe pour satisfaire l’activité de nos yeux et de nos oreilles mais nos autres éléments sensitifs n’y trouvent pas leur compte. Combien de relations à distance ont du mal à survivre à cause du manque de communication sensorielle basée sur 2 canaux au lieu de 5.

Voir aussi : 18 superbes illustrations que toutes les filles qui vivent seules pourront comprendre 

C’est pourquoi, nous avons besoin dans notre entourage proche de personnes de confiance, qui nous tirent vers le haut, qui nous redonnent le sourire en les voyant, qui nous libèrent émotionnellement grâce à la discussion, des complicités amicales qui n’ont tout simplement pas de prix. Privilégions donc les bonnes relations sociales et éloignons-nous des relations toxiques qui nous tirent vers le bas.

Lire également : ​Relations toxiques : Types de personnes toxiques que vous devriez éviter à tout prix

Les femmes réagissent différemment au stress que les hommes. Les études en neurosciences nous disent que :

    • –  Le stress et l’anxiété chez la femme entraîne une production de cortisol et d’adrénaline, les deux hormones sécrétées par les glandes surrénales en situation de stress.
    • –  Ces hormones entraînent une augmentation de la pression artérielle dans le système cardiovasculaire.

Mais à la différence des hommes, les femmes ont la capacité de produire une plus grande quantité d’ocytocine, une autre hormone permettant de stopper la production de cortisol et d’adrénaline.L’ocytocine permet d’apporter calme et détente pour apaiser les peurs et apporter un sentiment de sécurité. C’est la principale différence qui distingue les hommes qui produisant moins d’ocytocine vont avoir besoin davantage de fuir et de lutter contre le stress.

Ce qui oblige les hommes à retenir leur émotions, moins les exprimer ouvertement que les femmes et s’enferment dans le cerveau gauche plutôt que d’ouvrir leur cerveau droit pour comprendre le sens de leur stress et anxiété en exprimant leur ressenti personnel, ce que font plus facilement les femmes.Grâce à ces données des neurosciences, les femmes ont des amitiés plus authentiques basées sur l’expression de leur ressenti personnel et ont besoin de se sentir connectées avec les autres.

La production plus élevée d’ocytocine chez les femmes explique pourquoi de manière générale les femmes arrivent à se rapprocher plus facilement entres elles que les hommes entre eux.Quand vous êtes sujet à des situations de stress, la femme recherche l’amitié ou la proximité avec une autre femme pour réduire l’impact de ses peurs sur elle-même et trouver du réconfort grâce auquel elle pourra retrouver son équilibre physiologique. SI vous avez des relations intenses et authentiques avec d’autres personnes, cela vous permettra de diminuer le poids de votre charge émotionnelle rien qu’en parlant.

Les relations ne sont pas là pour résoudre les problèmes à notre place mais plutôt pour nous faire sortir la tête du guidon, nous faire voir les choses autrement et nous guider vers une éventuelle solution. N’oubliez pas que dans une vraie relation saine et authentique, le bonheur se multiplie et la peine se divise.

L’être humain n’est pas un animal sauvage isolé pour affronter le monde à lui seul mais bien un être social qui a besoin d’interaction avec son entourage, c’est ce qui fait toute sa force et qui lui permet de surmonter les obstacles et les croyances limitantes qui font remonter ses peurs à l’origine de l’anxiété et du stress dans sa vie. Chez les femmes, le lien social a une dimension plus profonde qui lui apporte des bienfaits thérapeutiques à ne pas négliger.

Article connexe : Faire du commérage entre copines est bon pour la santé

Adrien Lamacchia -Son site .santebienetreglobal.com

Après avoir parcouru un certain chemin vers la santé parce que souvent malade jusqu’à l’âge de 22 ans, j’ai pris conscience de certains dangers et adopté plusieurs habitudes alliant santé, bien-être et vitalité que je partage désormais sur mon site internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*