bactéries dans notre intestin

Lundi 19 Novembre 218. Image crédit :depositphotos.com

Les milliards de bactéries dans notre intestin jouent un rôle important sur notre esprit

Par Frédérique Dumont

Les psychologues, les psychiatres, les médecins et les chercheurs comprennent de mieux en mieux le rôle de nos bactéries intestinales dans notre humeur, comme l’expérience de l’anxiété.

La relation symbiotique entre notre santé intestinale et ce que nous ressentons fait l’objet de nombreuses recherches. Les scientifiques, les médecins et les praticiens en santé mentale sont de plus en plus conscients de la relation importante qui existe entre l’équilibre des bactéries dans notre intestin. Et la manière dont fonctionne notre cerveau, notre humeur et nos émotions. Par conséquent, avant de commencer à discuter de ce que nous pouvons faire pour optimiser cette relation importante. Il convient d’explorer les processus sous-jacents.

D’un point de vue holistique, notre intestin est appelé «deuxième cerveau» et cette référence est motivée par des raisons structurelles / anatomiques. Le «deuxième cerveau», connu comme le système nerveux entérique d’un point de vue scientifique, est constitué de gaines de neurones situées dans les parois de notre intestin. Nous appelons ces gaines le nerf vague, qui relie notre œsophage à notre anus et mesure environ neuf mètres de long.

Voici quelques faits concernant les bactéries dans votre intestin et de sa relation avec le cerveau :

Les bactéries, les champignons et les virus qui composent la microflore de votre corps sont 10 fois plus nombreux que ses cellules.

95% des réserves de sérotonine du corps sont dans nos intestins.

Le nerf vague contient 100 millions de neurones, soit plus que la moelle épinière ou le système nerveux périphérique.

Plus de 100 milliards de cellules bactériennes se trouvent dans l’intestin.

Notre intestin envoie beaucoup plus d’informations à notre cerveau que l’inverse.

«Syndrome de l’intestin perméable»: Symptômes et effets sur le corps

Quand l’équilibre des bactéries dans notre intestin est perturbé. Nous éprouvons souvent des symptômes liés au syndrome du côlon irritable et à d’autres troubles gastro-intestinaux. Ces symptômes commencent généralement par des plaintes de ballonnements, de gaz, de constipation ou de diarrhée.

Ces symptômes sont souvent des indicateurs du «syndrome de l’intestin perméable». Quand notre paroi intestinale devient perméable et que des particules d’aliments commencent à s’échapper du tube digestif et du tractus GI. Quand cela se produit, l’effet domino des problèmes devient inévitable. Et par conséquent, marque ainsi le début des schémas de symptômes en cascade qui affectent des dizaines de millions de personnes aux prises avec des troubles liés au GI.

À cause de l’interdépendance de notre cerveau et de notre système nerveux entérique, via le nerf vague, une fois que nos bactéries intestinales sont anéanties. Nous sommes vulnérables à un schéma de gêne émotionnelle, généralement marqué par des épisodes d’anxiété et de dépression de plus en plus importants.

Voici quelques-unes des nombreuses manières dont nous contribuons accidentellement (et parfois inévitablement) à ce type de perturbation:

-Stress excessif et non géré

-Trop d’antibiotiques

-Utilisation prolongée de stéroïdes

-Infections intestinales

-Régime riche en sucres; régime pauvre en fibres

-Consommation régulière d’alcool

Prendre le bon type de probiotiques pour aider à rétablir l’équilibre de la microflore intestinale est une étape, mais souvent en cas de problèmes gastro-intestinaux plus avancés et de symptômes plus anxieux associés à l’anxiété, il est essentiel de commencer par cicatriser la perméabilité de la paroi intestinale avant d’ajouter des probiotiques.

De plus en plus de recherches explorent les probiotiques spécifiques à une souche pour atténuer les symptômes aigus de l’anxiété. Par exemple, dans des essais cliniques impliquant l’étude de souris, Bifidobacterium longum et Lactobacillus Rhamnosus ont aidé à normaliser un comportement analogue à celui de l’anxiété. Lactobacillus semble agir sur les récepteurs GABA, un neurotransmetteur inhibiteur impliqué dans la régulation de l’anxiété aiguë. Le GABA est le récepteur influencé par la prise de benzodiazépines comme le Xanax ou l’Ativan.

Il existe un domaine d’intérêt et de recherche en plein essor qui explore l’utilisation des probiotiques pour traiter une grande variété de maladies mentales.

Cela étant dit, nous pouvons faire beaucoup de choses pour favoriser le rééquilibrage de notre flore intestinale. Comme vous pouvez l’imaginer. Il s’agit pour l’essentiel d’améliorer notre alimentation, de prendre en compte le rapport entre nourriture et humeur, et d’explorer nos habitudes . Vous trouverez ci-dessous une liste d’actions que vous pouvez entreprendre pour commencer le processus de guérison de vos intestins, de votre esprit et de votre cerveau:

Il faut généralement un minimum de 90 jours pour que ces recommandations soient efficaces:

Éliminez les sucres: les «faux» sucres. Supprimez les viennoiseries, les biscuits, les glaces et les produits sucrés achetés en supermarché. Car ils font des ravages sur les bactéries de notre intestin et entraînent des schémas cycliques de fringales émotionnelles et physiques.

Éliminez tous les amidons simples et réduisez l’apport d’amidons même complexes.

Ajoutez les aliments fermentés et vivants. Essayez d’éviter les yaourts achetés en magasin, même s’ils sont considérés comme fermentés.

Ces produits sont très sucrés et finissent souvent par empirer le déséquilibre.

Considérez que la grande partie de votre régime alimentaire est composée d’aliments à base de plantes. De façon générale, mangez autant de légumes que vous le souhaitez, sous la forme de votre choix. Évitez d’utiliser des sauces achetées en magasin, etc., chargées de sucres et de conservateurs. Si votre tractus gastro-intestinal est particulièrement endommagé, envisagez de cuire tous vos légumes avant de les consommer.

Consommez des aliments riches en acides gras oméga-3 (noix, saumon, lin, certains types de courges, etc.).

Consommez des sources locales et organiques de protéines animales. Cela réduira votre ingestion d’antibiotiques indésirables et de produits chimiques.

Discutez avec votre praticien si l’utilisation d’un probiotique ou d’un prébiotique pourrait être bénéfique pour votre situation. Un probiotique introduit des souches spécifiques de bonnes bactéries. Alors qu’un prébiotique introduit des glucides qui servent de nourriture aux bactéries déjà présentes dans votre intestin.

Faites de l’exercice et buvez surtout de l’eau.

Travaillez avec un psychologue qualifié ou un professionnel de la santé mentale pour métaboliser les traumatismes passés. Et ainsi, identifier les schémas de pensée défaillants et mettre en œuvre des compétences basées sur la conscience pour mieux gérer votre système nerveux central.

Mettez en œuvre une pratique quotidienne de pleine conscience / méditation. Le but est d’observer votre esprit, pas de le vider ou de contrôler vos pensées. C’est une façon reposante et réparatrice de calmer le système nerveux central et de réajuster le nerf vague.

L’exploration de la relation entre notre humeur et nos bactéries intestinales indique une relation interconnectée entre l’esprit, le cerveau et le corps.  Via le système nerveux entérique et le nerf vague. Cette relation est à la base de la raison pour laquelle il est important de remédier à votre inconfort émotionnel. Grâce à une approche globale et intégrée de votre bien-être.

Comme nous savons et comprenons maintenant qu’il existe un lien entre l’esprit et le corps. Nous disposons des connaissances et des outils nécessaires pour faire des changements immédiats. Et qui entraîneront des résultats significatifs dans ce que nous ressentons. Mieux nous comprendrons et participerons à notre propre sentiment de bien-être et d’autonomisation. Plus nous pourrons engager un changement qui commence de l’intérieur.

* Aucun site Web ne vise à donner des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement professionne. Notre site ne doit pas remplacer les conseils, soins ou traitements médicaux ou professionnels.

Sources : https://www.nytimes.com/2015/06/28/magazine/can-the-bacteria-in-your-gut-explain-your-mood.html?_r=0

Notez cet article