effets de la fessée

Le 1er mars 2018 Image crédit :Shutterstock

Les différents effets de la fessée sur notre personnalité

Par Frédérique Dumont

La fessée fait l’objet d’un débat très controversé ces dernières années. Que vous donniez la fessée ou non à votre enfant est une décision personnelle, mais les chercheurs disent que la fessée affecte la personnalité et le QI de votre enfant.

Dr. Murray Straus a passé la plus grande partie de sa vie à essayer de comprendre les effets des châtiments corporels sur la psyché d’un enfant. Il a écrit de nombreux livres sur le sujet, détaillant les effets néfastes de la fessée et comment cela peut affecter la vie adulte d’un enfant. Une étude plus récente soutenue par l’Université du New Hampshire a exploré le lien entre la fessée et le QI.

Fessée et QI

Straus, avec Mallie Paschall, chercheur principal à l’Institut du Pacifique pour la recherche et l’évaluation, a mené l’étude. Les deux chercheurs ont étudié des échantillons de 806 enfants âgés de 2 à 4 ans et de 704 enfants âgés de 5 à 9 ans. Quatre ans plus tard, ils ont testé à nouveau les deux groupes. Ils ont constaté que le QI des enfants de 2 à 4 ans qui n’avaient reçu aucune fessée était supérieur de cinq points à celui des enfants du même groupe d’âge ayant reçu une fessée. Les enfants de 5 à 9 ans qui n’ont pas reçu de fessée ont obtenu une note de 2,8 points plus élevée au QI quatre ans plus tard, comparativement à ceux du même groupe d’âge qui ont reçu une fessée.

Image crédit :Shutterstock

Le duo a présenté les résultats à la Conférence internationale sur la violence, les abus et les traumatismes en 2009. Straus a expliqué: 

«La fréquence à laquelle les parents ont donné la fessée a fait une différence. Plus il y a de fessées, plus le développement de la capacité mentale de l’enfant est lent. Mais même de petites quantités de fessées ont fait la différence. »

Voir aussi : USA: Une recherche révèle que la fessée est «dangereuse» pour les enfants

Il a ajouté: « Tous les parents veulent des enfants intelligents. Cette recherche montre que le fait d’éviter la fessée et de corriger la mauvaise conduite par d’autres moyens peut y contribuer. »

Straus et son équipe ont également recueilli des données sur les châtiments corporels dans 32 pays parmi les 17 404 étudiants universitaires qui ont connu la fessée quand ils étaient enfants. Ils ont trouvé des niveaux inférieurs nationaux de QI moyen dans les pays où la fessée était plus fréquente.

Image crédit :Shutterstock

En ce qui concerne la relation entre les punitions corporelles et le QI inférieur, les chercheurs ont expliqué que les châtiments corporels peuvent devenir un facteur de stress chronique chez les jeunes enfants, en particulier ceux qui en reçoivent trois fois ou plus par semaine. Les chercheurs ont constaté que le stress des châtiments corporels peut entraîner des symptômes de stress post-traumatique, comme avoir peur que quelque chose de grave se produise et être facilement effrayé, des symptômes associés à un QI inférieur.

Voir aussi : Une recherche de plus de 50 ans affirme que la fessée est nuisible pour les enfants

Fessée et personnalité

Selon une étude publiée dans le Journal of Family Psychology, les enfants qui ont reçu une fessée sont plus susceptibles de «défier leurs parents et d’avoir un comportement antisocial accru, une agression, des problèmes de santé mentale et des difficultés cognitives».

L’étude est basée sur une méta-analyse de 50 ans de recherche impliquant plus de 160 000 enfants. Elizabeth Gershoff, professeur agrégé de développement humain et de sciences de la famille à l’Université du Texas à Austin a fait partie de l’étude. Elle a expliqué : «Nous avons constaté que la fessée était associée à des résultats préjudiciables involontaires et n’était pas associée à une conformité plus immédiate ou à long terme, ce que les parents attendent lorsqu’ils disciplinent leurs enfants. »

Andrew Grogan-Kaylor coauteur de l’étude, a ajouté: «Le résultat de l’étude est que la fessée augmente la probabilité d’une grande variété de résultats indésirables pour les enfants. La fessée fait donc le contraire de ce que les parents veulent habituellement faire. »

Découvrez aussi : Développement de l’enfant : « il faut une relation fondée sur l’empathie »

Sources dans l’article et : Collective Evolution et University of Texas et Science Daily et Legacy

Notez cet article