Lettre ouverte à tous ceux qui sont bloqués dans une relation abusive

bloqués dans une relation abusive
Lettre ouverte à tous ceux qui sont bloqués dans une relation abusive

Le 11 Septembre 2017 image crédit : Pixabay

Lettre ouverte à tous ceux qui sont bloqués dans une relation abusive

On reconnaît facilement l’abus physique, mais il y a également l’abus mental, qui peut être tout aussi dévastateur voire pire. Veillez à pouvoir clairement reconnaître les signes, cela vous aidera ainsi que tous ceux qui vous entourent.

Une fois que l’on sait en quoi consiste l’abus, on peut le détecter beaucoup plus facilement. Cela peut aller d’une simple remarque sournoise à un cri agressif qui terrifie votre âme.

Malheureusement, la détection est la partie la plus simple. Dès que vous détectez l’abus, il est temps d’y mettre fin. Personnellement, j’aime signaler à la personne ce qu’elle fait, que cela aide ou non, cela me fait sentir mieux et pourrait l’arrêter à l’avenir.

Il est important de faire savoir à l’auteur que vous êtes en colère et pourquoi.

Ne cherchez pas à tout prix à essayer de les convaincre qu’ils se trompent, soulignez un ou deux points principaux, faites-leur savoir comment vous vous sentez et éloignez-vous. Leur approbation ou leur changement ne devrait en aucun cas être lié à vous.

Beaucoup de gens pourraient être l’agresseur, un partenaire, un ami ou un membre de la famille. Il existe des façons distinctes et uniques de traiter avec chaque personne.

Si vous êtes au beau milieu d’une relation amoureuse et tout à coup, vous réalisez que votre partenaire est injustement cruel. La plupart du temps, ce n’est pas totalement évident, mais une fois que vous le détectez, c’est pour de bon.

Peu importe si vous êtes marié avec des enfants ou si vous résidez à l’université. Faites la loi, c’est très important. C’est à ce moment-là que vous reconnaissez ce qu’ils font, puis établissez vos normes. Dites-leur que vous ne tolérerez pas leur comportement et prenez vos distances.

Vous n’avez pas besoin de cela dans votre vie. Au début, cela peut rendre les choses plus compliquées, surtout si vous êtes marié, mais ne laissez rien vous empêcher d’être traité correctement.

Pour les amis abusifs, il est beaucoup plus facile de couper les ponts, vous n’avez pas d’engagement juridique ou de relation romantique, donc lorsqu’un ami est méchant, il est facile de se fâcher. Dites-lui ce qu’il fait puis éliminez-le de votre vie.

Ne vous éloignez pas ou ne les ignorez pas, agissez. Vous avez la chance de pouvoir vous adresser à quelqu’un qui a abusé de vous d’une manière ou d’une autre.

En revanche, lutter contre les abus au sein de votre famille peut être l’un des défis les plus difficiles à surmonter. Il est beaucoup plus difficile de s’éloigner d’un frère ou d’un parent que d’un ami. Mais cela ne signifie pas que vous ne le devriez pas.

Peu importe qui vous êtes, si vous remettez en question mes moindres faits et gestes ou si vous critiquez des aspects de ma vie qui n’ont aucun effet sur vous, il est temps que vous partiez. J’ai appris que la négativité n’avait pas de place dans ma vie ni chez personne.

Ce n’est pas toujours aussi simple, comme lorsque vous vivez avec la personne abusive. Mais ne vous inquiétez pas, ce n’est pas sans espoir.

Difficile oui, sans espoir non.

Vous n’êtes pas seul et vous pouvez toujours vous adresser à un autre membre de votre famille pour obtenir de l’aide. Peut-être que quelqu’un qui connaît l’agresseur peut vous donner quelques conseils sur la façon de tenir en vivant avec eux jusqu’à ce que vous puissiez partir. Certains bons conseils que j’ai reçus impliquaient d’être financièrement indépendant le plus tôt possible. Non seulement cela leur donnera moins d’énergie, mais le temps que vous passerez au travail limitera votre temps avec la personne que vous détestez.

Bien sûr, vous ne pouvez pas toujours être dehors, donc quand vous êtes chez vous, faites profil bas.

S’il vous attaque toujours, signalez verbalement ses transgressions, faites-lui savoir qu’il sait ce qu’il fait et expliquez-lui comment vous vous sentez.

Rappelez-vous que votre objectif principal est de partir dès que possible.

Rappelez-vous aussi que vous ne devriez pas tolérer non plus les abus verbaux, ou les abus physiques, contactez la police. Ces scénarios ne méritent pas une seconde chance. L’abus verbal n’est pas quelque chose que vous pouvez signaler, mais ne désespérez pas, vous êtes entouré, et nous croyons en votre force et votre capacité de partir et de recommencer.

Magali Caille

Après Lettre ouverte à tous ceux qui sont bloqués dans une relation abusive voir aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*