L’histoire qui se répète

Par Jackie B. Hamilton

Lorsque j’étais enfant, je rêvais du jour où je serais grande car je m’imaginais alors devenir une toute autre personne et vivre une toute autre vie.

Je pensais qu’en changeant d’adresse, je laisserais derrière moi tout ce qui m’avait fait me sentir une personne moche, insignifiante et inintéressante.  Alors quelle ne fut pas ma déception que de constater que, finalement, mes bobos avaient déménagé avec moi!

Non seulement, ils m’avaient suivie, mais ils rendaient ma vie encore plus pénible parce que, dans le monde des adultes, je ne pouvais plus faire comme si j’étais invisible.   Je devais affronter les gens et les situations et je n’étais absolument pas outillée en ce sens. Comme quoi en vieillissant, nous découvrons souvent avec consternation que l’histoire se répète.  Les acteurs et le décor diffèrent, mais les circonstances qui stimuleront la blessure et déclencheront les réactions en lien avec celle-ci demeurent sensiblement les mêmes.

Ça se répète dans le couple

Et cela est d’autant plus vrai le jour où nous nous retrouvons en couple car le couple fournit la dynamique parfaite pour réveiller tout ce qui est profondément enfoui.  Comme je dis souvent à la blague :  « C’est facile d’être équilibrés en solo car c’est en duo que nos défauts de fabrication remontent à la surface. »

Vous l’avez sûrement déjà réalisé, nous tombons toujours sur le ou la partenaire qui a des similitudes, dans sa façon d’être, avec le parent avec lequel nous avons eu le plus de conflits.  C’est un peu comme si nous courions après le trouble, finalement.  Combien de femmes ayant eu un parent violent se retrouveront avec un partenaire ayant le même profil.

Mais il y a une raison à ceci.  En réalité, c’est notre blessure qui en est la cause.  Elle attire cette personne dans notre expérience pour nous amener à revisiter les émotions difficiles en espérant que, cette fois-ci, nous agirons et réagirons différemment.

Il s’agit, tout simplement, d’un appel à progresser, à évoluer; appel que, malheu-reusement, plusieurs d’entre nous ne comprendront jamais.

Ça se répète avec nos enfants

Je suis certaine qu’il nous est tous déjà arrivé de reproduire un des comportements condamnables d’un de nos parents. Probablement celui-là même qui nous a fait le plus souffrir.  Cela s’est fait de façon sournoise et, bien entendu, nous a laissés avec un goût amer.

C’est tout de même incroyable de constater toute l’énergie qu’une blessure peut déployer pour se faire entendre.  En fait, nos blessures font la pluie et le beau temps depuis l’instant où elles ont laissé leurs empreintes sur nous.  Elles nous mènent carrément par le bout du nez, décidant de tout.

Toutefois, aujourd’hui, nous avons le pouvoir de choisir :   continuer à ignorer leur existence et les laisser gérer notre vie ou apprendre à les voir à l’œuvre et
à les affronter afin d’arriver à nous reconnecter à notre véritable nature.

(Extrait du livre de Jackie B. Hamilton : Qui sommes-nous sans nos blessures, Collection bouée de secours)

Jackie B. Hamilton

Jackie B. Hamilton est auteure et blogueuse en éveil de conscience. On retrouve, dans sa bibliographie, L’enfant invisible (se donner le droit d’exister)Qui sommes-nous sans nos blessures (Comprendre et gérer intelligemment ses émotions)La philosophie du let it be (Parce que le bonheur n’a pas à être compliqué)Du moi actuel au moi rêvé (Devenir ce que l’on désire être) et le Carnet de route pour manifester l’inattendu. Visitez jackiebhamilton.com. Suivez-la sur Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest.

Notez cet article