inquiétude

En plus du fait d’adopter une attitude positive et d’avoir une attitude pro-active face à votre stress, vous pouvez réduire votre stress en faisant des choix de vie plus saints et en prenant soin de vous-même

Certains considèrent l’inquiétude simplement comme une mauvaise habitude que l’on peut désapprendre avec de l’entraînement. Certains pensent qu’être inquiet peut être bénéfique pour le cerveau en nous aidant à tirer des leçons des expériences passées et à se préparer au nouvelles expériences qui nous attendent. Que l’inquiétude soit bonne ou mauvaise, elle occupe notre cerveau en se focalisant sur un avenir incertain que nous ne pouvons pas contrôler.

On dit que la dépression se concentre sur des événements passés que vous auriez aimé changer, et que l’inquiétude se focalise sur les événements futurs sur lesquels vous n’avez aucun contrôle, alors que vous avez réellement de la chance de choisir quelles mesures agir pour vous préparer à tout ce qui vous inquiète. Heureusement, il existe des moyens actifs qui peuvent vous aider à entraîner votre cerveau à arrêter de s’inquiéter.

Comment entraîner cerveau à arrêter de s’inquiéter : 

Entraînez votre corps et votre cerveau à arrêter de s’inquiéter

Être inquiet est le moyen pour votre cerveau d’apprendre à survivre en décidant d’activer le mode combat ou fuite.

L’étude dans la revue Psychosomatic Medicine a constaté que l’exercice est bon lorsque votre corps ressent les symptômes de l’anxiété, comme la nervosité. Si votre corps ressent moins de symptômes physiques du stress, votre esprit va l’interpréter de façon à être moins inquiet, car le corps n’est pas dans un état d’excitation accrue.

L’exercice semble donner au corps une raison secondaire pour la transpiration et le rythme cardiaque rapide, que nous pouvons sentir à plus basse échelle quand nous nous inquiétons. L’exercice peut aider à diminuer la tension artérielle, qui est un autre symptôme physique du stress dans le corps. Si vous êtes inquiet, marchez 5-10 minutes à pied, à l’extérieur si possible. Appréciez les images et les sons de la nature tout en vous focalisant sur le mouvement de vos membres et les inspirations que vous prenez.

Empêchez votre cerveau de s’inquiéter par le biais de l’écriture

Lorsque vous entraînez votre cerveau, cette technique est considérée comme le moyen le plus efficace. Si votre cerveau vous empêche de dormir la nuit en pensant à quelque chose, écrivez-le sur le papier ou sur format électronique. Cela soulage mentalement votre cerveau de ne plus avoir à dépenser de l’énergie en essayant de se rappeler ces détails.

Écrire est aussi un moyen pour mettre votre cerveau en garde et lui dire «C’est assez important pour être écrit.” Votre cerveau a désormais été alerté pour mettre en place des ressources visant à résoudre ce problème, au lieu de s’inquiéter ou de se souvenir de la chose importante qui vous inquiète.

Pourquoi écrire ?

Les chercheurs ont prouvé que les personnes constamment inquiètes peuvent être des personnes qui adoptent constamment un comportement de fuite. Les scientifiques de la revue Anxiety, Stress & Coping ont donné aux personnes qui s’inquiètent constamment l’occasion d’écrire trois résultats possibles pour la situation qui les inquiétait, puis ils ont analysé leurs réponses pour des solutions pratiques.

Selon les scientifiques : Quand les élaborations de problèmes des participants ont été évalués pour le concret, les deux études ont montré une relation inverse entre le degré d’inquiétude et du concret : plus les participants étaient inquiets par un sujet donné, moins concret était le contenu de leur élaboration. Les résultats contestent le point de vue selon lequel l’inquiétude peut favoriser une meilleure analyse des problèmes. Au lieu de cela, ils suivent l’idée que l’inquiétude est une réponse d’évitement cognitive.

La méditation pour libérer le cerveau de l’inquiétude

La méditation peut aider à entraîner votre cerveau à arrêter de s’inquiéter. Les chercheurs de la revue Psychosomatic Medicine ont étudié les effets de la méditation et ont découvert qu’elle était très bonne pour réduire l’anxiété cognitive ou l’inquiétude. Même si certaines personnes croient qu’elles n’ont pas le temps de méditer, la méditation est aussi simple que le fait de choisir de fermer les yeux en ce moment pendant 30 secondes ou plus. L’acte de choisir de régler d’autres sources de stress est une étape active pour entraîner votre cerveau à arrêter de s’inquiéter.

Les quelques moments où vous choisissez consciemment d’éviter tout bruit non naturel dans votre vie vous permettront de vous focaliser sur ce qui est le plus important pour vous, maintenant et dans l’avenir. Des pensées inquiétantes peuvent venir lorsque vous méditez, et c’est normal. Ceux qui ont maîtrisé l’art d’entraîner le cerveau pour arrêter de s’inquiéter conseillent d’observer des pensées inquiétantes quand elles accèdent à l’esprit, et les regarder passer simplement comme des nuages ​​sur une journée ensoleillée.

Adoptez un style de vie sain et équilibré

  • Faites de l’exercice régulièrement. Avoir une activité physique a un rôle clé dans la réduction et la prévention des effets du stress. Réservez vous au moins une demi-heure d’exercice trois fois par semaine. Il n’y a rien de mieux que l’aerobic ou la course à pieds pour se détendre et évacuer la tension liée au stress.
  • Mangez sainement. Vous aurez plus de chance de surmonter des périodes de stress vi vous mangez correctement, alors faites attention à ce que vous avalez. Commencez votre journée avec un petit déjeuner et n’hésitez pas à manger un fruit ou une barre céréalière au cours de la journée pour garder un bon niveau d’énergie et pour avoir les idées claires.
  • Réduisez la consommation de caféine et de sucre. Les soi-disant aliments énergétiques bourrés de café ou de sucre finissent souvent par causer un gros déséquilibre d’énergie et d’humeur en fin de journée. En réduisant votre consommation de café, de chocolat, de barres sucrées ou d’energy drink dans votre alimentation, vous vous sentirez plus relaxé et vous aurez un meilleur sommeil.
  • Evitez l’alcool, les cigarettes et les médicaments. Essayer de se soulager soi-même avec de l’alcool ou des médicaments peut vous donner l’impression de ne plus souffrir du stress, mais cela sera seulement temporaire. N’essayez pas de fuir la réalité, vous avez d’abord besoin d’avoir les idées claires pour réduire votre stress.
  • Dormez suffisamment. Un temps de sommeil adéquat permet à votre esprit et à votre corps de retrouver toute son énergie. Le fait de se sentir fatigué augmentera votre stress car il se peut que vous ayez les idées embrouillées à cause de cette fatigue.

Apprenez des méthodes positives de gestion et de management du stress

Il existe de nombreuses façons saines de surmonter son stress et de réduire ses effets, mais elles demandent toutes que vous fassiez un effort pour changer. Vous pouvez soit changer la situation soit changer votre propre réaction. Lorsque vous devez prendre une décision, gardez en tête ces quatres mots clés: Eviter, Modifier, Accepter ou S’adapter.

Etant donné que chaque personne réagit de façon unique au stress, il n’existe pas de solution miracle pour tout le monde. Testez différentes techniques et concentrez-vous sur ce qui vous apaise et vous rend plus calme.

Antoine Mercier

Sources:   Signes et symptômes Trouble anxieux généraliséWORRY AND AVOIDANCE ,JOURNAL PSYCHOSOMATIC MEDICINE, LINK.SPRINGER.COM 

Notez cet article