Image d'une baleine étant transporté sur un bateau de pêche près de l'Islande

L’Islande stoppe enfin le massacre des baleines… pour le moment

Cette tradition islandaise malgré l’interdiction internationale, la chasse aux rorquals communs, n’aura pas lieu cette année. Une nouvelle qui est malheureusement à nuancer pour les défenseurs de l’environnement.

Considéré comme « menacé d’extinction », le rorqual commun va pouvoir vivre paisiblement une année de plus. Car la principale société baleinière islandaise, Hvalur, qui chasse exclusivement ces cétacés à des fins commerciales depuis 1973, a fait l’annonce qu’elle arrêterait sa pratique pour cet été.

 massacre des baleines

Massacre des baleines

ledevoir.com

Cette chasse qui est illégale enfin stoppée !

Ce mammifère et le 2 éme plus gros après la baleine bleue , ce rorqual commun était la proie préférentielle de cette société baleinière, et ce malgré l’interdiction internationale. En 1982, la CBI (Commission Baleinière Internationale), instance censée réguler la chasse à la baleine, avait acté un moratoire interdisant la chasse aux rorquals à des fins commerciales. Une décision à laquelle ne s’est jamais pliée l’Islande, à l’instar de la Norvège.

Les baleines ont été tellement chassées dans tous les océans du monde et de manière si intensive qu’elles ont bien failli disparaître. C’est ce qui a amené la communauté internationale à voter un moratoire sur la chasse commerciale en 1986.

La chasse à la baleine en Islande est surtout vouée à l’exportation vers le Japon. L’année dernière, ce sont 155 rorquals communs qui ont été harponnés par les baleiniers islandais.
Seulement voilà, si la société Hvalur préfère suspendre sa chasse cette année, ce n’est pas parce que  leurs dirigeants se sont trouvé une âme d’écologiste. En effet, les contraintes administratives japonaises de plus en plus compliquées à détourner font clairement baisser la rentabilité de ce commerce.

 massacre des baleines

Massacre des baleines

Le pays vend sa viande de baleine au Japon.

PHOTOGRAPHIE PAR HALLDOR KOLBEINS, AFP / GETTY IMAGES

Une décision commerciale

L’un des patrons de Hvalur, Kristjan Loftsson, s’est confié sur le motif de cette décision auprès de l’AFP. Un motif purement commercial… : « Quand nous exportons des produits baleiniers au Japon, on ne sait jamais à quoi s’attendre, ils sont capables de refuser tout un chargement (…). Ce sont des entraves techniques au commerce totalement inacceptables. » s’indigne-t-il avant d’ajouter : « Si le Japon n’adopte pas des méthodes modernes d’analyses comme en Islande, Hvalur ne pourra plus chasser de baleines pour le marché japonais. »
Un commerce en baisse, d’autant plus qu’en Islande, la population semble de moins en moins consommatrice. En effet, selon un sondage Gallup, seulement 3% des Islandais mangeraient de la viande de baleine régulièrement…


talaythai.com

La priorité serait-elle le tourisme ?

L’ONG IFAW (International Fund of Animal Welfare) indique que « l’observation des baleines est désormais l’une des principales attractions touristiques en Islande. Elle attire plus de 200 000  touristes et génère quelque 14 millions d’euros chaque année, prouvant ainsi que les baleines sont bien plus bénéfiques à l’économie islandaise lorsqu’elles sont en vie. ». Un paradoxe islandais qui laisse vraiment place à la réflexion.

Viande de rorqual attendant d’être emballée à la station de chasse à la baleine Hvalfijordur en Islande. PHOTOGRAPHIE PAR INGOLFUR JULIUSSON, REUTERS

Cependant, si le rorqual commun sera épargné cette année, ce ne sera pas le cas de la baleine de Minke (29 prises l’an dernier sur un quota de 275). Une espèce plus petite et moins prisée des baleiniers mais qui pourrait bien se retrouver plus souvent dans les mailles de filets qu’à l’accoutumée.

Une victoire au goût amer .

Source massacre des baleines : National Geographic